Les 7 Mercenaires (2016) de Antoine Fuqua – Blu-ray 4K Ultra HD

Les 7 Mercenaires : Fuqua explose tout en Blu-ray 4K

Dernier long-métrage en date réalisé par Antoine Fuqua sur la petite douzaine que comporte à l’heure actuelle sa filmographie qui coure sur les vingt dernières années, Les 7 Mercenaires a également « l’insigne honneur » d’être le tout premier de la filmo du bonhomme à débarquer dans une édition Blu-ray 4K Ultra HD aux qualités techniques autrement plus méritantes que le film en lui-même. Explications.

NB : Les captures de cet article sont issues du Blu-ray 1080p.

Les 7 Mercenaires : United Colors of remake

Nous ne remettrons point ici-même une piécette dans la machine du sempiternel débat sur le manque plus ou moins patent d’originalité dans les productions cinématographiques a fortiori hollywoodiennes, sur un genre aujourd’hui quasi-moribond en l’occurrence le western, ou encore sur la note d’intention de Fuqua quant à ses motivations pour réaliser un tel film. Autant de points sur lesquels nous revenions déjà pour la plupart dans notre critique ciné au moment de la sortie en salles de ces 7 Mercenaires. Tout comme nous ne vous ferons pas l’affront de revenir en détails sur le fait qu’il s’agit là ni plus ni plus que du remake d’un remake. En l’occurrence la relecture 2016 des Sept Mercenaires (1960) de John Sturges, lui-même remake westernien du mythique Les 7 Samouraïs (1954) d’Akira Kurosawa. Ce bref rappel et cette remise dans le contexte effectués, nous ne saurions que trop vous conseiller de (re)voir ces deux joyaux du Septième Art avant d’entamer le visionnage de la version signée Antoine Fuqua.

Les 7 Mercenaires (2016) de Antoine Fuqua – Capture Blu-ray

Ceci étant fait, il y a alors deux approches distinctes à la découverte de cette nouvelle mouture. La première consiste à y voir une pâle copie désincarnée de ses deux illustres prédécesseurs où Fuqua, lourdement armé de sa subtilité pachydermique légendaire, réalise quasiment le score parfait de la « mixité sociale » : une femme de caractère, un afro-américain, un asiatique, un hispanique et un native americans ; seul manque à l’appel un membre de la communauté LGBT. Une diversité qui ne rehausse pas pour autant l’intérêt du film. Comme quoi, se dresser vent-debout contre le whitewashing n’est pas forcément synonyme de productions de meilleure qualité. La seconde consiste à faire abstraction autant que possible des deux prédécesseurs en question (même si cette tâche s’avèrera parfois ardue, surtout quand le film va jusqu’à reprendre le mythique thème musical d’Elmer Bernstein, ou l’art de se tirer une balle dans le pied) et de profiter de ce spectacle aussi bourrin que non dénué d’humour via ses nombreuses punchlines. Eu égard aux scores enregistrés en salles, la réception du public aura visiblement eu tendance à pencher (très) légèrement en direction de la seconde option : $162M de recettes mondiales dont $93M aux États-Unis tandis qu’en France, il sera parvenu à engranger quelques 630 000 entrées. Soit un score peu ou prou dans la moyenne des précédents longs-métrages du réalisateur dont la meilleure marque à date dans l’Hexagone reste Le Roi Arthur (2004) avec 1,6M d’entrées. Compte-tenu de la qualité intrinsèque de ces 7 Mercenaires, ces chiffres s’avèrent donc plus que corrects dans leur ensemble mais sont tout de même à relativiser lorsque rapportés aux $90M de budget.

Les 7 Mercenaires (2016) de Antoine Fuqua – Capture Blu-ray

Les 7 Mercenaires : Un Blu-ray 4K explosif !

Rien que de très normal toutefois à un tel coût puisque, comme le rappelle les différents bonus de cette édition Blu-ray 4K, la ville où se déroule l’action du film a été construite de toutes pièces… pour mieux la faire exploser pour de vrai. La séquence dite de La prise de Rose Creek a ainsi nécessité quelques quatre semaines de tournage en ayant recours à de bonnes vieilles cascades à l’ancienne tandis qu’un vétéran du Septième Art en matière d’armes à feu (il bossait déjà à l’époque d’un dénommé John Wayne nous annonce Denzel Washington) et répondant au nom de Thell Reed était également présent sur le plateau. Le moins que l’on puisse en dire, c’est que l’argent se voit à l’écran tandis que les ressemblances par trop évidentes avec l’œuvre de Sturges ont été laissées de côté (cf. cette scène coupée qui reprend quasiment à la virgule prêt celle où Charles Bronson expliquait à un jeune villageois quelle est la véritable bravoure de son père). Déjà croisé sur d’autre édition Blu-ray, le Mode Vengeance consiste, une fois activée, en des pauses en cours de visionnage pour découvrir différentes vidéos sur les coulisses du tournage et/ou des interventions filmées du réalisateur entouré de ses sept comédiens. Un bonus intéressant sur le papier même s’il ne sera pas interdit de lui préférer un vrai mode Picture-in-Picture secondé par un commentaire audio. Le reste de l’interactivité consiste en de petites featurettes qui reste pour la plupart à la surface de leur sujet mais d’où l’on retiendra malgré tout celle consacrée à la B.O. puisque James Horner, décédé en plein tournage, avait mis en boîte plusieurs musiques en se basant uniquement sur le scénario.

Les 7 Mercenaires (2016) de Antoine Fuqua – Capture Blu-ray

Ces petits nodules sont aussi et surtout l’occasion de découvrir que Les 7 Mercenaires a été filmé sur cette bonne vieille pelloche et non en numérique comme le démontre les caméras visibles dans ces différentes vidéos. Un tournage 35MM donc qui, bien qu’ayant fait l’objet d’un digital intermediate 2K, n’en aboutit pas moins à un rendu vidéo somptueux avec des couleurs chatoyantes à nulle autre pareille, rehaussées grâce au procédé HDR où la photographie dans des teintes terreuses / verdâtres se retrouve encore davantage sublimée, laissant ainsi apparaître un boost colorimétrique inhérent à la chaleur écrasante du tournage à Baton Rouge (en Louisiane). Et si la définition ou encore le grain de peau lors des gros plans profitent eux-aussi des bienfaits de ce surplus de définition, l’aspect composite de certains plans ressort également d’autant mieux en 4K, à commencer par tous ces plans larges sur la petite ville de Rose Creek tandis que l’arrière-plan est en fait celui du Nouveau-Mexique, le tout assemblé numériquement en post-prod. Si ce tour de magie infographique passe relativement inaperçu en Blu-ray 1080p, il ressurgit de façon déjà nettement plus prégnante sitôt visionné en 2160p.

Les 7 Mercenaires (2016) de Antoine Fuqua – Capture Blu-ray

Enfin, last but not least, la partie sonore est parfaitement en adéquation avec le style tout en finesse de Fuqua. À savoir que chaque tir de pistolet prend des allures de détonations façon Grosse Bertha, pour le plus grand bonheur des amateurs de bon gros son qui tâche, le climax acoustique étant bien entendu atteint au cours de la séquence finale où tout explose de toutes parts. La bande son se révèle d’autant plus tonitruante qu’elle est proposée en 7.1 et permet in extenso une expérience à 360° vraiment enveloppante. À condition d’opter pour la VO, seule piste à disposer de flux HD (Dolby Atmos sur le Blu-ray 4K et DTS-HD Master Audio sur le Blu-ray 1080p) tandis que la VF est clairement reléguée au second, voire même au troisième plan. En effet, si jusque-là Sony avait pris pour (excellente) habitude de proposer une VF du même acabit que la VO sur ses disques Blu-ray, Les 7 Mercenaires s’apparente à une bien mauvaise surprise pour les francophones. Non seulement le Blu-ray 4K ne propose qu’une VF Dolby Digital 5.1 (jusque-là rien que de très normal mais non moins regrettable de la part de l’éditeur) mais désormais le disque Blu-ray ne propose lui aussi qu’une simple VF Dolby Digital 5.1. Ce choix découle-t-il d’un disque trop chargé (2h15 de film + 45min de bonus + le mode Vengeance) ? Rien n’est moins sûr mais il n’en demeure pas moins vrai que nous sommes ici en présence d’une sacrée régression technique de la part de Sony ! En espérant que cette exception ne sera pas appelée à devenir la règle…

Notes :

  • Image (Blu-ray 1080p) : 5/5
  • Image (Blu-ray 4K UHD 2160p) : 4,5/5
  • Son : 5/5
  • Bonus : 3/5

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

Les 7 Mercenaires (2016) de Antoine Fuqua – Packshot Blu-ray 4K Ultra HDLes 7 Mercenaires – Édition Blu-ray 4K Ultra HD – de Antoine Fuqua (USA – 2016) – Sony Pictures Home Entertainment – Sortie le 1er février 2017

L’industriel Bartholomew Bogue règne en maître sur la petite ville de Rose Creek. Pour mettre fin au despotisme de l’homme d’affaires, les habitants, désespérés, engagent sept hors-la-loi, chasseurs de primes, joueurs et tueurs à gages – Sam Chisolm, Josh Farraday, Goodnight Robicheaux, Jack Horne, Billy Rocks, Vasquez, et Red Harvest. Alors qu’ils se préparent pour ce qui s’annonce comme une confrontation sans pitié, ces sept mercenaires prennent conscience qu’ils se battent pour bien autre chose que l’argent…

Le film en Blu-ray 4K Ultra HD

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en HEVC 2160/24p
  • Langues : Anglais Dolby Atmos, Français DD 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 2h 12min 49s

Bonus :

  • Aucun

Le film en Blu-ray

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en AVC 1080/24p
  • Langues : Anglais DTS-HD MA 7.1, Français DD 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 2h 12min 49s

Bonus (HD et VOSTF) :

  • Le film en mode vengeance (2h 53min 07s)
  • Scènes coupées (7min 29s)
  • Les Sept (8min 36s)
  • Réaliser Les Sept (5min 03s)
  • La prise de Rose Creek (5min 16s)
  • Rogue Bogue (5min 26s)
  • Bandits armés (4min 55s)
  • La musique des Sept (4min 10s)
Sur le même thème :

Laisser un commentaire