Les Tontons flingueurs (1963) de Georges Lautner - Blu-ray 4K Ultra HD

Les Tontons flingueurs en 4K : C’est du brutal !

S’il y a un éditeur que l’on attendait impatiemment dans l’univers de l’Ultra Haute Définition, c’est bien Gaumont ; la plus ancienne société cinématographique au monde dixit sa fiche Wikipédia. Plus d’un siècle de cinoche derrière elle, ça en fait un sacré catalogue de titres dits « de patrimoine » et autant de films potentiels à (re)découvrir par la magie de l’Ultra HD. Pour inaugurer en fanfare son arrivée sur le support, l’éditeur à la marguerite a misé sur une valeur sûre. Les Tontons flingueurs a donc l’insigne honneur d’être le tout premier titre de la Gaumont à paraître en Blu-ray 4K. Le résultat est-il à la hauteur du long-métrage de Georges Lautner ?

NB : Les captures de cet article sont issues du Blu-ray 1080p.

Les Tontons flingueurs : Les cons, ça ose tout

Est-il vraiment bien utile de se répandre sur ce film ? Une chose est sûre, son statut a bien changé entre hier et aujourd’hui. Il suffit pour s’en convaincre d’aller jeter un petit coup d’œil du côté des différentes interviews visibles au sein des bonus. Des témoignages recueillis entre 2002 et 2010 d’autant plus précieux désormais que tous les intervenants, aussi bien devant que derrière la caméra, nous ont quitté depuis : Jean Lefebvre, Georges Lautner ou encore Claude Rich se sont éteints respectivement en 2004, 2013 et 2017. Pour bien remettre les choses dans leur contexte, il convient ainsi de rappeler que Les Tontons flingueurs fut le tout premier long-métrage que tourna Georges Lautner pour la Gaumont et que la plupart des pontes de la société considéraient le réalisateur et toute sa clique (qu’il parvint à faire accepter sur le tournage grâce au soutien d’un certain Alain Poiré, alors président de Gaumont) étaient vus au mieux comme une bande de petits cons, surexcités à l’idée d’entrée dans la cour des grands du Septième Art. Mais c’était sans compter sur des coûts de production serrés. Le contrat de Lautner stipulait ainsi que tous les dépassements de salaire seraient pour sa pomme. Le tournage fût à ce point « fauché » qu’en lieu et place d’une captation couleurs, Les Tontons flingueurs fut finalement filmé en noir et blanc à une époque où la pelloche noir et blanc coûtait moins cher.

Les Tontons flingueurs (1963) de Georges Lautner - Affiche

Même l’étalonneur du film qui travaillait sur les rushes se demandait ce qu’était ce truc infâme sur lequel il bossait au quotidien… avant de se gondoler de rires durant toute la durée de la première projo. Quant aux journaleux de l’époque qui roupillaient pendant les projos de presse, n’en parlons pas. Certains allaient même jusqu’à qualifier le travail de Michel Audiard de « porte-bonheur si l’on marchait dedans ». C’est dire ! N’en déplaisent aux détracteurs de ce fameux « cinéma de papa », Les Tontons flingueurs fera un carton avec plus de 3,3 millions d’entrées, finissant à la huitième place du box-office français annuel en 1963. Mais par-delà ce triomphe en salles, c’est surtout la notoriété acquise au fil du temps qui font que Les Tontons flingueurs est aujourd’hui considéré comme une œuvre mythique avec ses gouailles de cinoche, ses scènes cultes (est-il nécessaire d’évoquer l’anthologique séquence de la cuisine ?), sans oublier bien sûr ses répliques désormais connues de tous. Le genre de long-métrage qui, à chaque nouveau visionnage, nous fait dire que ce n’est pas demain la veille que l’on reverra un film alignant des trombines pareilles déclamant des dialogues de cet acabit. Traitez-nous de vieux cons si vous voulez mais qui voyez-vous, plus d’un demi-siècle après, pour assurer une telle relève dans le cinoche hexagonal ?

Les Tontons flingueurs en 4K : C’est même à ça qu’on les reconnaît

À défaut d’y trouver notre compte au sein du paysage cinématographique contemporain, le plus simple est donc de se replonger pour la nième fois dans une bonne petite séance du film de Lautner dans les meilleures conditions home-cinéma à l’heure actuelle, à savoir le Blu-ray 4K. Pour rappel, Les Tontons flingueurs avait fait l’objet d’une première restauration à grands frais pour la parution en 2002 d’un coffret DVD labellisé THX réunissant Les Tontons flingueurs, Les Barbouzes et un DVD bonus consacré à Michel Audiard. Pour l’occasion, les deux films avaient « bénéficié d’un nouveau transfert anamorphique haute-définition d’après leur négatif original. Étalonnés et restaurés plan par plan, les masters avaient été encodés sous le contrôle de l’ingénieur en chef de THX et approuvés par le réalisateur et le directeur de la photo ». En 2009, les deux films avaient eu les honneurs d’une ressortie en salles avec à la clé un nouveau travail de restauration des masters. Ce sont ces mêmes masters qui furent utilisés pour les éditions Blu-ray parues la même année et qui, à date, constituaient le fin du fin pour revoir ces films.

En 2017, Gaumont a eu recours à une campagne de financement participatif via la plate-forme Celluloid Angels afin de couvrir une partie des frais de la nouvelle restauration avec à l’arrivé un tout nouveau master 4K dont les différentes étapes nous sont par ailleurs relatées au sein du nouveau bonus intitulé La restauration des tontons. La comparaison entre les masters de 2009 et de 2017 fait ressortir deux points. Tout d’abord, le cadre est désormais un peu plus large aussi bien horizontalement que verticalement. Ensuite, les nuances de noir ressortent tantôt éclaircies tantôt renforcées sur le master de 2017. Des changements certes subtils et à l’intensité variable d’une scène à l’autre qui appelleront sans doute une question légitime : qui a approuvé ce nouveau travail de restauration, d’étalonnage et d’encodage sachant que Georges Lautner et son directeur de la photographie, Maurice Fellous, nous ont quitté respectivement en 2013 et 2015 ? Nous avons tenté d’en apprendre davantage sur les grandes lignes du process de cette restauration 4K auprès de l’éditeur mais la seule information qui nous a été confirmée est que l’absence d’encodage HDR se justifie par des essais jugés non satisfaisants. Car oui, contrairement aux autres films parus à ce jour dans l’Hexagone (tout du moins ceux qui sont passés entre nos mains à la rédac), le Blu-ray 4K des Tontons flingueurs ne propose pas d’encodage HDR. De là à dire qu’un tel procédé ne présente guère d’avantages dans le cadre d’un film en noir et blanc, il n’y a qu’un pas. Nous nous interrogions déjà sur la valeur ajoutée du HDR sur la version noir et blanc de Logan.

Ceci étant dit, le travail de restauration accompli reste de tout premier choix avec pour commencer un master d’une propreté irréprochable. Le surplus de définition conférée par l’Ultra Haute Définition de ce nouveau master 4K s’avère alors particulièrement appréciable avec une précision de l’image vraiment remarquable lors des gros plans sur les trombines des différents acteurs. Quant aux contrastes et aux teintes noir et blanc, ils nous sont apparues tout à fait convaincants, moyennant les différences évoquées ci-dessus avec le master de 2009 et compte-tenu des limitations de notre télévision UHD actuelle (un modèle LCD là où un diffuseur OLED serait sans l’ombre d’un doute largement plus efficace dans le traitement des noirs). Tout n’est certes pas idyllique dans le rendu final avec des portions d’image parfois un peu floutées ou encore à la définition moins pointue, mais ces constats découlent très certainement de la captation d’époque. Nous avons d’ailleurs constaté le même phénomène sur d’autres titres parus en Blu-ray 4K datant de la même époque (au hasard, Le Pont de la riviève Kwaï, 1957). Enfin, refermons ce chapitre consacré à l’image avec une appréciation toute personnelle de la granulosité qui nous est apparue certes palpable mais un peu trop dégrainée à notre goût (pour rappel, nous avons désactivé tous les procédés possibles et inimaginables de lissage de l’image présents sur notre téléviseur 4K, dispositifs que nous exécrons au plus haut point).

Si quelques retenus subsistent çà et là en termes d’image, coté son en revanche, il n’y aura pas vraiment grand-chose à redire puisque l’unique piste française DTS-HD Master Audio 2.0 est d’une propreté irréprochable. Elle permet ainsi d’apprécier aussi bien les partitions composées par Michel Magne, les différents bruitages (notamment les célèbres bruits de pistolets silencieux), sans oublier bien sûr les mythiques dialogues mitonnés par Michel Audiard. Point de distorsion ni de souffle à l’horizon, l’ensemble de la bande son est parfaitement limpide et audible en toutes circonstances sans avoir besoin de pousser le potard de l’ampli ou bien de tendre l’oreille. Un régal. Reste toutefois la question de savoir s’il serait possible d’obtenir un meilleur résultat avec un encodage PCM ou bien DTS:X, si tant est que ce dernier présente là-encore un réel intérêt dans le cadre d’une piste monophonique.

Pour conclure, signalons que l’interactivité reprend en grande partie celle disponible sur les deux précédentes éditions sus-citées. En partie seulement car il manque en effet les galeries de photos et d’affiches présentes sur le coffret DVD sorti en 2002 (et qui incluait en prime un DVD bonus consacré à Michel Audiard) ainsi que l’excellent documentaire sur le compositeur Michel Magne présent au sein du Blu-ray paru en 2009. Dommage car leur inclusion sur cette nouvelle édition Blu-ray 4K aurait pour le coup donné lieu à une édition vraiment définitive, à tout le moins en matière d’interactivité. Car outre le tout nouveau reportage consacré à la restauration 4K, nous ne saurions que trop vous conseiller deux bonus de tout premier choix. D’une part le commentaire audio en compagnie de Georges Lautner et Venantino Venantini repris du DVD de 2002 (mais absent du Blu-ray de 2009, allez comprendre !) où les deux bonhommes nous abreuvent d’anecdotes de tournage délectables. D’autre part, le documentaire Il était une fois… Les Tontons flingueurs datant de 2010 qui, s’il n’évite pas certaines redondances avec les informations entendues au sein du commentaire audio, n’en constitue pas moins un excellent complément.

Au final, cette édition Blu-ray 4K Ultra HD des Tontons flingueurs est une valeur sûre à défaut de constituer l’édition ultime. En cause, l’absence de certains bonus présents sur les éditions DVD / Blu-ray précédemment sorties ainsi que quelques changements apportés à l’image (cadre élargi, contrastes noir et blanc) sur lesquels nous nous interrogeons encore.

Notes :

  • Image (Blu-ray 1080p) : 4,5/5
  • Image (Blu-ray 4K UHD 2160p) : 4,5/5
  • Son : 4,5/5
  • Bonus : 4/5

Les Tontons flingueurs (1963) de Georges Lautner - Packshot Blu-ray 4K Ultra HDLes Tontons flingueurs – Édition Blu-ray 4K Ultra HD – de Georges Lautner (France – 1963) – Gaumont Vidéo – Sortie le 29 novembre 2017

Propriétaire d’une petite usine de tracteurs, Fernand Naudin mène une vie tranquille et sans histoire quand un télégramme l’appelle à Paris. Il arrive à temps pour recueillir le dernier soupir d’un ami de jeunesse, Louis dit « le Mexicain », qui lui confie ses affaires louches en même temps que la garde de sa fille Patricia. Et les ennuis commencent…

Le film en Blu-ray 4K Ultra HD

Spécifications techniques :

  • Image : 1.66:1 encodée en HEVC 2160/24p
  • Langues : Français DTS-HD Master Audio 2.0
  • Sous-titres : Anglais, Français pour sourds et malentendants
  • Durée : 1h 51min 24s

Bonus (HD) :

  • Commentaire audio de Georges Lautner et Venantino Venantini
  • Il était une fois… Les Tontons flingueurs (54min 12s, 2010)
  • La cuisine des tontons (23min 58s, 2002)
  • Les secrets des tontons (22min 34s)
  • Entretien avec Georges Lautner (18min 17s)
  • La restauration des tontons (20min 24s)
  • Bande-annonce (3min 37s)

Le film en Blu-ray

Spécifications techniques :

  • Image : 1.66:1 encodée en AVC 1080/24p
  • Langues : Français DTS-HD Master Audio 2.0
  • Sous-titres : Français pour sourds et malentendants
  • Durée : 1h 51min 24s

Bonus (HD) :

  • Commentaire audio de Georges Lautner et Venantino Venantini
  • Il était une fois… Les Tontons flingueurs (54min 12s)
  • La cuisine des tontons (23min 58s)
  • Les secrets des tontons (22min 34s)
  • Entretien avec Georges Lautner (18min 17s)
  • La restauration des tontons (20min 11s)
  • Bande-annonce (3min 37s)

Laisser un commentaire