La Planète des singes : L'affrontement - Blu-ray

La Planète des singes : l’affrontement : un Blu-ray malin comme…

Après une brillante carrière amplement méritée dans les salles obscures l’été dernier, La Planète des singes : l’affrontement débarque à présent en Blu-ray. L’occasion rêvée de (re)voir ce joyau de la SF.

La Planète des singes : un classique de la SF mis à mal

Au départ, il y a un roman, celui d’un français (cocorico !), Pierre Boulle, paru en 1963 et considéré depuis comme un classique de la littérature de science-fiction. Quarante ans plus tard, La Planète des singes est quasiment devenu une marque de fabrique constituée d’une liste de produits dérivés indénombrable : bandes-dessinées, jeux vidéos, goodies en tous genres… Dans l’entrefaite et pour ce qui nous concerne, moults déclinaisons sur grand écran (et le petit aussi) ont vu le jour. Tout commence en 1968 avec la sortie du premier long-métrage réalisé par Franklin J. Schaffner (Patton, Papillon) avec Charlton Heston dans le premier rôle à la tête d’une équipe d’astronautes en l’an 3978 qui s’échoue sur une planète dominée par des singes très évolués ayant asservi la race humaine. N’en déplaisent à certains qui considèrent que le roman doit être pris au second degré et à Pierre Boule qui désapprouva les changements par rapport à son œuvre (à commencer par la scène finale), le film de Schaffner demeure aujourd’hui encore une fulgurante réflexion sur la condition humaine, l’esclavage, les progrès scientifiques et technologiques et, plus globalement, sur la société. La Planète des singes, le film de 1968, n’a donc aucunement usurpé sa place de classique du Septième Art en matière de SF tandis que le twist final demeure l’un des plus mythiques, sans oublier les maquillages de John Chambers entrés eux-aussi à tout jamais dans la légende.

Cliquez sur les captures ci-dessous pour les visualiser dans leur format natif

La Planète des singes : L'affrontement - Blu-ray

Devant le succès tant critique que public, quatre « suites / préquelles » virent le jour dès 1970 à raison d’un nouvel opus par an. Soit des longs-métrages pas forcément déplaisants à (re)découvrir aujourd’hui remplis de Secret, d’Évadés, de Conquête et de Bataille, tout ceci pour tenter d’explorer plus avant les multiples thématiques autour de cette fameuse Planète des singes mais sans pour autant parvenir à renouer avec la fulgurance du film de Schaffner. Juste après le cinquième et dernier long-métrage, La Bataille de la planète des singes, deux séries télé suivront avec une espérance de vie relativement courte : la première sous forme live en 1974 pour 14 épisodes, la seconde sous forme animée en 1975 pour 13 épisodes. Il faudra ensuite patienter un quart de siècle pour que les singes pointent à nouveau le bout de leur museau. Et bien que La Planète des singes version 2001 rétablisse le lieu de l’action du roman originel (c’est-à-dire sur une planète autre que la terre), il n’en demeure pas moins le film le plus faible à ce jour, aussi bien pour la saga que pour son réalisateur tant le long-métrage de Tim Burton est loin de constituer une odyssée de l’espace mémorable.

En dépit du succès public (à date, l’opus burtonien demeure le plus gros succès dans les salles hexagonales, cherchez l’erreur !), il faut croire que l’accueil critique mitigé aura refroidi les ardeurs puisqu’il faudra patienter dix ans pour que la saga fasse à nouveau surface, cette fois-ci aux origines même du mythe. Et si le long-métrage réalisé par Rupert Wyatt (Rupert qui ?) n’est certes pas irréprochable, les prémices de l’évolution / émancipation simiesque vaut néanmoins son pesant de cacahuètes, entre autre grâce à l’interprétation d’Andy Serkis somptueusement secondée par les effets visuels de Weta Digital, la boite d’effets spéciaux fondée par Peter Jackson. L’accueil critique et public étant cette fois plus en phase, la révolte des singes peut alors renaître de plus belle…

Les films La Planète des singes au box office

La Planète des singes (1968) : $32M / – / 1,7M d’entrées
Le Secret de la planète des singes (1970) : $18M / – / 1,1M d’entrées
Les Évadés de la planète des singes (1971) : $12M / – / 0,6M d’entrées
La Conquête de la planète des singes (1972) : $9M / – / 0,5M d’entrées
La Bataille de la planète des singes (1973) : $8M / – / 0,4M d’entrées
La Planète des singes (2001) : $180M / $362M / 3,9M d’entrées
La Planète des singes : les origines (2011) : $176M / $381M / 3,2M d’entrées
La Planète des singes : l’affrontement (2014) : $208M / $708M / 3,7M d’entrées

Légende : Box-office US / Box-office Monde / Box-office France
Sources : CBO Box Office et Box Office Mojo

La Planète des singes : L'affrontement - Blu-ray

La Planète des singes : l’affrontement : retour aux sources

Trente six ans. C’est donc le temps qui sépare le chef d’œuvre de Franklin J. Schaffner de son descendant direct réalisé par Matt Reeves. Après une carrière en dent de scie sur le petit écran (quelques épisodes ici et là de séries télé plus ou moins (re)connues), Reeves se retrouvera en quelque sorte propulsé sur le devant de la scène avec Cloverfield (2008) puis Laisse-moi entrer (2010). Soit respectivement l’un des tous meilleurs found footage (produit par un certain J.J. Abrams) et l’excellent remake américain du non moins remarquable Morse (Let the right one in) scandinave. En 2014, le voici donc à la tête de La Planète des singes : l’affrontement dont l’action se situe dix ans après les évènements des Origines alors que l’espèce humaine a quasiment disparu de la surface du globe, éradiquée par un mystérieux virus, tandis que les singes prenaient peu à peu possession des lieux.

De ce postulat de départ, Reeves accouche d’une œuvre qui renoue avec la puissance évocatrice du long-métrage de 1968. Depuis la lumière (la remise en état de la centrale électrique) jusqu’au conflit de pouvoir (l’affrontement final entre les deux frères devenus ennemis) en passant par les fondements d’une civilisation bâtie sur l’asservissement des peuples, l’Homme est ainsi amené à s’interroger sur sa propre évolution au cours de l’Histoire face à ce miroir simiesque. Une réussite artistique que l’on doit tout autant à la mise en scène de Reeves, aussi fluide et maîtrisée que lourde de symbolisme, qu’à la performance une nouvelle fois d’Andy Serkis (et de ses acolytes de tous poils) magistralement relayée par les prouesses techniques accomplies par Weta.

La Planète des singes : L'affrontement - Blu-ray

La Planète des singes : l’affrontement : un Blu-ray malin comme…

Ce n’est donc nullement un hasard si Matt Reeves et Andy Serkis sont omniprésents dans les bonus du Blu-ray tant les deux hommes, fans de longue date de l’univers de La Planète des singes, constituent bel et bien la cheville ouvrière de ce nouvel opus et, in extenso, de sa réussite artistique intrinsèque. Les effets spéciaux et autres scènes d’action ne sont toutefois pas oubliés et sont décortiqués en bonne et due forme. Le combat final, l’animation des singes ou encore les nombreuses extensions numériques sont ainsi passés au crible. Et bien qu’il n’en soit jamais fait mention, les accointances avec The Last of us, l’un des tous meilleurs jeux vidéos de l’histoire, sont manifestes au niveau des production design du film et n’auront pas échappé aux connaisseurs à la découverte des rues post-apocalyptiques de San Francisco ; des scènes en large majorité tournées à la New Orléans puis retouchées numériquement. Pour s’en convaincre, il suffit de se balader dans les screenshots du site officiel du jeu et de les comparer avec certaines des captures du Blu-ray en fin d’article.

Cependant, c’est indubitablement la direction d’acteurs et les nombreuses thématiques chères à Reeves et Serkis qui constituent la colonne vertébrale des suppléments et la raison de leur implication dans cet nième long-métrage de la saga. Il suffit d’ailleurs d’écouter le réalisateur s’exprimer dans le commentaire audio, aussi soutenu dans son débit que riche d’enseignements. Quel dommage qu’Andy Serkis, pourtant présent à l’écran dans une large majorité de scènes, ne soit pas lui aussi derrière le micro aux côtés du réalisateur. Quel dommage également qu’il ne soit pas possible de découvrir ces différents bonus en mode Picture-in-Picture afin d’appréhender encore davantage le travail accompli entre les prises de vue sur le plateau et le résultat final à l’écran. Côté écran justement, le Blu-ray nous délivre une image de toute beauté de bout en bout, remarquablement épaulée par une VO DTS-HD MA 7.1 (la VF DTS 5.1 mi-débit ne démérite pas mais ne peut guère rivaliser) puissante et immersive au possible pour aboutir in fine à une édition Blu-ray de tout premier choix.

La Planète des singes : L'affrontement - Blu-ray

La Planète des singes : l’affrontement – Édition Blu-ray

Éditeur : 20th Century Fox Home Entertainment
Date de sortie : 30 novembre 2014

Spécifications techniques :
– Image : 1.85:1 encodée en AVC 1080/24p
– Langues : Anglais DTS-HD MA 7.1, Français DTS 5.1 (768Kb/s)
– Sous-titres : Français, Anglais
– Durée : 2h 10min 24s
– 1 BD-50

Bonus (HD et VOSTF) :
– Commentaire audio de Matt Reeves
– Scènes inédites avec commentaire optionnel du réalisateur (4min 34s)
– La genèse du film (8min 47s)
– Andy Serkis : créer un César plus vrai que nature (9min 02s)
– Des humains et des singes : le cast du film (17min 47s)
– L’univers du film (14min 31s)
– La société des singes (10min 26s)
– Bouger comme des singes (15min 25s)
– Les effets spéciaux (20min 27s)
– Le combat final (16min)
– Galerie photos
– Bandes annonces (VO)

Notes :
Image : 5/5
Son : 5/5
Bonus : 3,5/5

Captures Blu-ray – La Planète des singes : l’affrontement

Sur le même thème :

2 réflexions au sujet de « La Planète des singes : l’affrontement : un Blu-ray malin comme… »

  1. Bonjour, au sujet du Bluray de ce film y a il un moyen de mettre les sous titre forcé car j’ai pas trouvé ? les sous titre français y sont mais sur tout le film et non sur les langage des signes

Laisser un commentaire