Du vent dans mes mollets - Image Une critique

Du Vent dans mes mollets : La Tête à Toto

Mine de rien, filmer à hauteur d’enfants n’est pas donné à tout le monde et surtout cela ne s’improvise pas. Carine Tardieu avait d’ailleurs tâté un peu de la guibolle mais plus ado avec La Tête de maman. L’histoire d’une presque jeune femme qui se met en tête de redonner le sourire à sa mère qui semble l’avoir perdu avec la disparition de son amour de jeunesse. C’était tendre et cruel (comme un ado), réalisé avec beaucoup d’aplomb teinté de naïveté (comme un ado) et surtout saupoudré d’un cast faisant remarquablement corps avec le récit. Un premier long qui mettait la barre assez haute en quelque sorte mais que Du Vent dans mes mollets dépasse assez brillamment établissant ainsi une nouvelle marque plus que remarquable.

Du Vent dans mes mollets - Affiche

Difficile au demeurant d’analyser avec précision cette réussite tant les raisons en sont multiples et surtout s’imbriquent subtilement dans une sorte de maelström d’impressions, d’images et de couleurs identifiables et invisibles à la fois. En essayant d’en donner quelques clés de ressentis on dira qu’il y a d’abord et surtout ce couple d’enfants, Rachel et Valérie, que rien ne prédisposait à devenir les meilleures amies du monde. Rachel est gavée d’amour et de boulettes de viande par sa mère juive interprétée par une Agnès Jaoui méconnaissable physiquement et à la justesse de jeu comme souvent incroyable. Quant à son père (Denis Podalydès dont on ne dira jamais assez que son talent est immense), lecteur assidu du Monde, il tombe progressivement sous le charme de la maman de Valérie (craquante Isabelle Carré), femme libre et élevant seul et un peu à l’emporte-pièce ses deux enfants (on est en 1981). Les seconds rôles ne sont pas oubliés. On pense surtout à Isabella Rossellini, étonnante et fellinienne en psy que Rachel va voir parce que sa mère ne comprend pas pourquoi sa fille dort toute habillée et avec son cartable la veille de la rentrée scolaire.

La caméra de Carine Tardieu virevolte, s’en donne à cœur joie au sein de tous ces personnages et de cette histoire qu’elle a adaptée d’un roman de Raphaële Moussafir (lui-même une adaptation d’une pièce de théâtre qu’elle avait écrite et dont elle interprétait tous les rôles sur scène) au titre éponyme. Les dialogues fusent et sonnent juste. C’est drôle, souvent touchant, grave sur la fin et porté par une dynamique jamais démentie. Mais tout ceci ne serait rien finalement sans le regard d’une tendresse infinie que porte la réalisatrice à l’égard de ces deux enfants de neuf ans. Il faut revenir à L’Argent de poche de Truffaut pour retrouver une telle authenticité dans le ton et une telle évidence dans la mise en scène. Pas de détours fumeux à la morgue auteuriste ici comme on a pu le voir avec L’Enfant d’en haut de Ursula Meier. Pas de succédané pseudo réflexif sur la perte de l’innocence façon Tomboy non plus. Juste l’envie fébrile de raconter un épisode de vie débarrassé des scories et des réflexes d’un certain cinéma français qui se regarde un peu trop dans l’œil de la caméra.

Du Vent dans mes mollets (2011) de Carinne Tardieu – 1h29 (Gaumont Distribution) – 22 août 2012

Résumé : Prise en sandwich entre des parents qui la gavent d’amour et de boulettes, Rachel, 9 ans, compte les minutes qui la séparent de la liberté. Jusqu’au jour où son chemin croise celui de l’intrépide Valérie.

Note : 4/5

Sur le même thème :

Laisser un commentaire