Festival de Cannes 2017

Cannes 2017 : La Sélection Officielle et Un Certain Regard

La sélection officielle du 70ème festival de Cannes 2017, qui se déroulera du 17 au 28 mai prochain, vient d’être dévoilée. Elle concerne la compétition officielle, Un certain regard, les films hors-compétition, les séances spéciales, les séances de minuit, les séances du 70ème anniversaire et le film d’ouverture. Comme c’était déjà le cas en 2016, aucun film de clôture n’est prévu et ce sera sûrement la palme d’or que le public verra ou reverra après l’annonce du palmarès. Sur les 1 930 films vus par le comité de sélection, ce sont 49 films (plus cinq séances très spéciales dont une en VR et 4 « anniversaires ») qui seront donc montrés au public, en attendant l’annonce des autres sections qui devraient arriver la semaine prochaine : Cannes Classic – dont on sait déjà qu’il y aura La Bataille du rail de René Clément – l’ACID, la Semaine de la critique et la Quinzaine des réalisateurs.

Festival de Cannes 2017

Comme on ne change pas une équipe qui gagne, ce sont plus ou moins les mêmes réalisateurs qu’on reverra grimper les marches de Cannes, certains ayant parfois faits leurs preuves auparavant dans les autres sections. Nous nous attarderons donc surtout sur les nouveautés venues, comme c’est souvent le cas, d’Un certain regard, la compétition officielle n’offrant de place que pour trois « nouveaux ». On a d’abord Noah Baumbach qui est certes un vétéran mais qui n’a jamais eu les honneurs du tapis rouge cannois. Il sera là avec The Meyerowitz stories qui promet au moins une jolie montée des marches vu son casting (Emma Thompson, Dustin Hoffman, Candice Bergen, Ben Stiller, Rebecca Miller, Adam Sandler). À noter qu’il sera présenté sous la bannière Netflix qui en acquis les droits de distribution monde. Tout comme Okja du cinéaste coréen Bong Joon-Ho lui aussi en compet et dont Netflix est de surcroît producteur, on n’est pas certain de les voir dans nos salles. Okja est d’ailleurs, jusqu’à nouvel ordre, prévu pour une diffusion sur la plateforme ricaine à partir du  28 juin. Puis on pourra découvrir le cinéma des frères Safdie, qui clôturaient la Quinzaine en 2009. Ils viendront montrer Good time avec Robert Pattinson en braqueur. Enfin, Robin Campillo présentera 120 battements par minute. Première pour Campillo qui n’est pas non plus un inconnu puisqu’il fût le réalisateur des Revenants et d’Eastern boys et le scénariste du palmé Entre les murs de Laurent Cantet et du pénible Planétarium de Rebecca Zlotowsky.

Du côté des plus attendus, on ira bien entendu faire un tour du côté des nouveaux films de Todd Haynes, Fatih Akin, Yorgos Lanthimos, Kornél Mundruczó ou Andrey Zvyagintsev. Par contre, hors de question qu’on écrive une ligne en dehors de ce papier sur la chose d’Hazanavicus qui réduit Jean-Luc Godard à Louis Garrel et des mimiques (Cf. le teaser) sur fond d’histoire d’amour et de conflits politiques. Faire réaliser un biopic sur ce cinéaste par l’un des réalisateurs les plus classico-chiants du moment, non merci. Impossible de comprendre pourquoi on le sélectionne à Cannes si ce n’est pour être sûr d’y trouver au moins un gros navet à l’image de ce qu’a produit Sean Penn l’an passé (The Last Face pour rappel)…

Sofia Coppola - The Beguiled (Les Proies)Les Proies de Sofia Coppola

Seuls 4 des 18 films de la compétition ne sont pas originaires d’Europe ou d’Amérique du Nord. Il faudra donc aller voir du côté d’Un certain regard pour voyager un peu. Comme en 2016, sept premiers longs-métrages y seront présentés. En outre, la moitié des films provient d’un autre continent que les deux cités ci-dessus. Une fois n’est pas coutume, peu de cinéastes déjà célèbres y seront (à l’exception de Laurent Cantet, Mathieu Amalric ou Kiyoshi Kurosawa) et donc beaucoup de choses seront à découvrir. Si le cinéma d’Amérique Latine est assez peu présent à Cannes à l’exception d’un premier film Argentin (La Fiancée du désert) et du nouveau long-métrage du Mexicain Michel Franco (Les Filles d’avril), on constate une présence toujours forte des cinémas du Maghreb et d’Europe de l’est. Pas de films roumains cette année mais la Slovaquie, la Bulgarie, la Russie, la Tunisie et l’Algérie seront représentées. Enfin, pour ceux qui se posent la question de la parité, Un certain regard est le lieu où le taux de réalisatrices est le plus élevé : 6 femmes sur 17 cinéastes soit 35%. Cela progresse d’année en année tout en stagnant dans la compétition officielle !

Globalement, l’Asie viendra également en force mais elle se limite essentiellement, et pour ne pas changer, à deux nations : la Corée du Sud et le Japon. Donc, rien pour l’Inde, la Chine ou les autres pays. Cannes reste Cannes et plusieurs vétérans du festival seront là : Hong Sang-Soo, deux fois, en compétition et hors compétition, Bong Joon-Ho et Naomie Kawase en compétition, le déjà cité Kiyoshi Kurosawa à Un certain regard ou Takashi Miike hors compétition avec la promesse de beaucoup de sang. Heureusement, deux nouveaux arrivent via les séances de minuit : Jung Byung-Gil et Byun Sung-Hyun. On parlait de l’Asie de l’est bien sûr car à l’ouest l’Iran est toujours bien placé avec trois films proposés à Un certain regard, Hors compétition et dans les événements du 70ème anniversaire où l’on pourra voir un film posthume d’Abbas Kiarostami.

Takashi Miike -Blade of the immortalBlade of the Immortal de Takashi Miike

On regrette encore une fois l’absence de documentaires ou de films d’animation (ne parlons pas du cinéma expérimental…) en compétition mais les docs seront présents dans les séances spéciales et le hors-compétition (retour de Varda, Lanzmann et Depardon), insistant sur les thématiques liées au politique ou au social déjà très marquées dans les films de la compétition. En effet, nombreuses seront les œuvres à traiter de la question des réfugiés ou des immigrés par exemple.

Puis, une remarque qui nous rend heureux : la durée moyenne des films semblent se réduire dans l’ensemble de la sélection. En dehors des 2h40 du film de Sergueï Loznitza qui sera, on l’espère, présenté dans les premiers jours du festival au risque d’endormir la salle entière, peu d’œuvres dépassent les 2h. Après un festival de Cannes 2016 qui avait vu au moins 5 films s’envoler au-delà des 2h10 rien qu’en compétition officielle et le plus souvent pour rien, c’est un soulagement !

Enfin, peut-être que le festival a-t-il regretté d’avoir loupé le coche en ne sélectionnant pas P’tit Quinquin, la série de Bruno Dumont, trois ans auparavant, mais il se rattrape. Du côté des « nouveaux médias » on trouvera donc dans les événements du 70ème festival un court-métrage d’Iñárritu en réalité virtuelle, et deux séries TV : deux épisodes de Twin peaks de David Lynch et Top of the lake saison 2 de Jane Campion. Rien que du lourd et du pesé d’avance. Pas trop de risques de ce côté-là…

Jane Campion - Top of the lake : China girl

Rappelons enfin que le comité de sélection se réserve le droit d’ajouter des films au cours des prochains jours. Plus ou moins 4 titres pourraient donc compléter la liste ci-dessous :

FILM D’OUVERTURE DU FESTIVAL DE CANNES :
  • Arnaud Desplechin – Les Fantômes d’Ismaël (1h50)
EN COMPÉTITION :
  • Fatih Akin – Aus dem nichts (In The Fade) (1h40)
  • Noah Baumbach – The Meyerowitz stories (1h50)
  • Bong Joon-Ho – Okja (2h)
  • Robin Campillo – 120 battements par minute (2h15)
  • Sofia Coppola – The Beguiled (Les Proies) (1h31)
  • Jacques Doillon – Rodin (1h59)
  • Michael Haneke – Happy end (1h50)
  • Todd Haynes – Wonderstruck (2h)
  • Michel Hazanavicius – Le Redoutable (1h42)
  • Hong Sangsoo – Geu-Hu (1h32)
  • Naomi Kawase – Hikari (1h41)
  • Yorgos Lanthimos – The Killing of a sacred deer (Mise à mort du cerf sacré) (1h49)
  • Sergei Loznitsa – A gentle creature (Une femme douce) (2h40)
  • Kornél Mundruczó – Jupiter’s moon (1h40)
  • François Ozon – L’Amant double (1h50)
  • Lynne Ramsay – You were never really here (1h35)
  • Benny Safdie et Josh Safdie – Good time (1h39)
  • Andrey Zvyagintsev – Nelyubov (2h08)

Fatih Akin - Aus dem nichtsIn the Fade de Fatih Akin

François Ozon - L'Amant doubleL’Amant double de François Ozon

UN CERTAIN REGARD
  • Mathieu Amalric – Barbara (2h) – Film d’ouverture
  • Cecilia Atan et Valeria Pivato – La Novia del desierto (La Fiancée du désert) (1h25)
  • Kantemir Balagov – Tesnota (Étroitesse) (1h58)
  • Kaouther Ben Hania – Aala Kaf Ifrit (La Belle et la meute) (1h35)
  • Laurent Cantet – L’Atelier (1h54)
  • Sergio Castellitto – Fortunata (1h43)
  • Michel Franco – Las Hijas de Abril (Les Filles d’avril) (1h33)
  • Valeska Grisebach – Western (1h40)
  • Stephan Komandarev – Posoki (Directions) (1h43)
  • Gyorgy Kristof – Out (1h23)
  • Kurosawa Kiyoshi – Sanpo Suru Shinryakusha (2h09)
  • Karim Moussaoui – En attendant les hirondelles (1h55)
  • Mohammad Rasoulof – Lerd (2h)
  • Léonor Serraille – Jeune femme (1h37)
  • Taylor Sheridan – Wind river (1h51)
  • Annarita Zambrano – Après la guerre (1h33)

Karim Moussaoui - En attendant les hirondellesEn attendant les hirondelles de Karim Moussaoui

Cecilia ATAN et Valeria PIVATO - La Novia del desiertoLa Novia del desierto de Cecilia Atan et Valeria Pivato

HORS COMPÉTITION :

  • Miike Takashi – Mugen non Junin (2h20)
  • James Cameron Mitchell – How to talk to girls at parties (1h42)
  • Agnès Varda et JR – Visages, villages (1h30)

SÉANCES DE MINUIT :

  • Jean-Stéphane Sauviaire – Prayer before dawn (2h)
  • Byun Sung-Hyun – Bulhandang (1h57)
  • Jung Byung-Gil – Ak-Nyeo (2h23)

John Cameron Mitchell - How to talk to girls at partiesHow to talk to girls at parties de James Cameron Mitchell

SÉANCES SPÉCIALES :

  • Bonni Cohen et Jon Shenk – An inconvenient sequel (1h40)
  • Raymond Depardon – 12 jours (1h30)
  • Anahita Ghazvinizadeh – They (1h20)
  • Hong Sangsoo – Keul-Le-Eo-Ui Ka-Me-La (1h39)
  • Eugene Jarecki – Promised land (2h)
  • Claude Lanzmann – Napalm (1h40)
  • Jude Ratman – Demons in paradise (1h32)
  • Vanessa Redgrave – Sea sorrow (1h14)
RÉALITÉ VIRTUELLE (Film / Installation / Exposition)
  • Alejandro G. Iñárritu – Carne y Arena (7min)

Alejandro González Iñárritu - Carne y arena

ÉVÉNEMENTS 70ème ANNIVERSAIRE :
  • Jane Campion et Ariel Kleiman – Top of the lake : China girl
  • Abbas Kiarostami – 24 Frames (2h)
  • David Lynch – Twin peaks
  • Kristen Stewart – Come swim (17min)

Les courts-métrages de la sélection officielle du festival de Cannes et ceux de la Cinéfondation ont été révélés hier mais nous en reparlerons dans un autre papier avec les sélections courtes de la Quinzaine des réalisateurs et de La Semaine de la critique.

Anahita Ghazvinizadeh - TheyAnahita Ghazvinizadeh – They

Sur le même thème :

Laisser un commentaire