Semaine de la critique 2017

Cannes 2017 : La Semaine de la critique

La 56ème édition de La Semaine de la Critique, conduite par le Syndicat Français de la Critique de cinéma, a révélé sa sélection cannoise. Le jury sera emmené par le réalisateur d’Aquarius Kleber Mendonça Filho. Il sera accompagné de Diana Bustamante Escobar, Eric Kohn, Hania Mroué et Niels Schneider. Ils devront choisir entre 7 premiers ou seconds films.

Semaine de la critique 2017

Alors que l’année passée, la France dominait les échanges avec 6 productions ou coproductions françaises, en 2017, c’est l’Amérique latine qui sera à l’honneur. En effet, en plus d’un président du jury brésilien et d’une des membres colombienne, on y verra trois films venus du Chili (Los Perros de Marcela Said), du Venezuela (La Familia de Gustavo Rondón Córdova) et du Brésil (Gabriel e a Montanha de Fellipe Gamarano Barbosa).

L’Afrique sera également au cœur des récits en compétition à la Semaine. Alors que Gabriel e a Montanha parlera de l’histoire vraie d’un économiste brésilien en immersion dans trois pays africains (Tanzanie, Malawi, Zambie – souvenirs de la Quinzaine…), le nouveau film d’Emmanuel Gras aura comme toile de fond le Congo. Certains se souviennent de Bovines et de son extatique voyage dans la vie d’un pâturage normand. Avec Makala, le réalisateur français revient dans le monde des humains et suit un fabriquant et vendeur de charbon de bois qui, chaque semaine, quitte les siens et parcourt des kilomètres pour aller vendre ce qui constitue sa seule source de revenus.

Emmanuel Gras - MakalaMakala

Côté français cette 56ème édition de la Semaine de la critique sera l’occasion de découvrir le premier long de Léa Mysius, déjà connue pour ses très beaux courts-métrages comme L’Île jaune. Avec Ava, elle relate la vie d’une adolescente sur le point de perdre la vue. Puis, les deux derniers films nous feront partir du côté du Japon et de l’Iran à moins que ce soit des États-Unis et de l’Allemagne. Avec Oh Lucy !, la réalisatrice Atsuko Hirayanagi accompagne les aventures d’une tokyoïte qui décide de rechercher son professeur d’anglais en Californie quand il disparaît. Tehran Taboo – titre évocateur – d’Ali Soozandeh, basé dans la région de Cologne, sera un film d’animation sur l’Iran d’aujourd’hui marqué par une certaine schizophrénie entre les strictes lois religieuses et la sexualité. Le réalisateur avait déjà œuvré sur le documentaire animé The Green Wave d’Ali Samadi Ahadi en 2010. Il raconte ici l’histoire d’une femme à Téhéran qui élève seule son enfant sourd et doit se prostituer, tout en feignant d’être infirmière de nuit, pour payer son loyer et son divorce.

Ali Soozandeh - Tehran tabooTehran Taboo

Outre ces films, cette Semaine verra se succéder cinq séances spéciales dont l’ouverture avec Sicilian Ghost Story, deuxième long de Fabio Grassadonia et Antonio Piazza, grand prix la Quinzaine en 2013 avec Salvo. C’est Brigsby Bear du comique américain Dave McCary, avec Mark Hamill et Claire Danes, qui fera la clôture. On pourra aussi voir Petit paysan, un thriller dans le monde de l’élevage laitier, d’Hubert Charuel et Une vie violente de Thierry de Peretti. La dernière séance spéciale est consacrée, comme l’année passée, à trois courts-métrages. Nous reviendrons dessus ultérieurement.

Dave McCary - Brigsby BearBrigsby Bear

Longs-métrages en compétition à la Semaine de la critique 2017 :
  • Ava de Léa Mysius
  • La Familia de Gustavo Rondón Córdova
  • Gabriel e a montanha de Fellipe Gamarano Barbosa
  • Makala d’Emmanuel Gras
  • Oh Lucy ! d’Atsuko Hirayanagi
  • Los Perros de Marcela Said
  • Téhéran Tabou de Ali Soozandeh

Marcela Said - Los PerrosLos Perros

Films d’ouverture et de clôture :
Séances spéciales longs-métrages :
  • Petit paysan d’Hubert Charuel
  • Une vie violente de Thierry de Perretti

Léa Mysius - Ava

Sur le même thème :

Laisser un commentaire