Archives de catégorie : Livres

Ghost in the Shell : Aux origines du manga de Masamune Shirow

À DigitalCiné, on aime faire les choses pas comme tout le monde. En l’occurrence, dans le cas présent, à l’envers. Après vous avoir parlé fin mars de l’adaptation buggée avec Scarlett Johansson puis du joyau signé Mamoru Oshii quelques jours plus tard, l’heure est désormais venue de nous pencher sur l’œuvre à l’origine de tout : le manga Ghost in the Shell signé Masamune Shirow que l’éditeur Glénat a eu le bon goût de ressortir dans une collection revue et améliorée.

Continuer la lecture de Ghost in the Shell : Aux origines du manga de Masamune Shirow

Midi-Minuit Fantastique Volume 2 : Restauration d’un objet mythique

La revue Midi-Minuit Fantastique fut baptisée en 1962 en hommage au cinéma Midi-Minuit. Midi-Minuit était un cinéma parisien du boulevard Bonne Nouvelle, spécialisé dans le cinéma fantastique et le cinéma populaire : films d’horreur et épouvante, films de science-fiction, péplums, films érotiques, films d’espionnage, westerns américains et européens, films policiers violents, sans oublier des films d’arts et essais expérimentaux distribués ce circuit commercial populaire qui était celui du Midi-Minuit. C’est ce cinéma que j’avais tenté de faire revivre en 1985 au Bergère, après avoir convaincu son propriétaire Roger Boublil – qui venait de céder le véritable Midi-Minuit mais possédait encore les droits du nom – de rebaptiser Le Bergère, ce qui donnait dans le PariScope : Midi-Minuit, ex-Bergère. La résurrection fut brève. C’est encore ce cinéma dont Herbert P. Mathese a dressé la programmation (sélective et non pas exhaustive contrairement à ce que croyaient certains lecteurs) dans sa célèbre note monumentale de quatre ou cinq pages in José Benazeraf, la caméra irréductible (Éditions Clairac, 2007.

Continuer la lecture de Midi-Minuit Fantastique Volume 2 : Restauration d’un objet mythique

L’Univers des séries TV : Le meilleur des 25 dernières années selon Taschen

Taschen, vous connaissez ? Forcément. Éditeur de bouquins basé en Allemagne depuis plus d’une trentaine d’années, il s’est imposé à travers le monde avec ses publications prestigieuses sur l’Art, sur la photo où la fesse est en bonne place d’ailleurs, sur le cinoche… le tout à des prix souvent très bas car déclinant ses ouvrages en minimum trois langues lui permettant de les imprimer à plusieurs milliers d’exemplaires et de faire ainsi des économies d’échelle. Ce qui ne l’empêche pas de publier de prestigieux molosses de plusieurs kilos comme Greatest of All Time, soit 700 pages sur le boxeur Mohamed Ali vendu à 12 500 dollars. Le deuxième livre le plus onéreux au monde. En matière de cinéma, y a surtout sa collection dite Archives vendue aux alentours de 150 euros l’exemplaire et dont le dernier né se penche sur la figure tutélaire de Charlie Chaplin. On y reviendra sans faute car ce qui nous intéresse aujourd’hui est le non moins volumineux bouquin consacré aux meilleures séries télés sur les 25 dernières années. Tout un programme il faut en convenir mais forcément un tantinet casse-gueule.

Continuer la lecture de L’Univers des séries TV : Le meilleur des 25 dernières années selon Taschen

Je Sais rien, mais je dirai tout ou Le Retour (jubilatoire) du grand blond

J’ai rencontré Jérémie Imbert pour la première fois lors d’une interview en décembre 2005 à l’occasion du documentaire qu’il avait réalisé en collaboration avec son ami Yann Marchet. L’Art du déséquilibre que cela s’appelait (et que cela s’appelle toujours d’ailleurs) que l’on trouvait sur le coffret DVD Pierre Richard – Réalisateur comprenant Le Distrait (inédit en Blu-ray à ce jour) et Les Malheurs d’Alfred (disponible en Blu-ray depuis depuis le 5 novembre 2014 et reprenant le doc sur un DVD à part). C’était la première fois que l’on se penchait sérieusement sur la carrière de Pierre Richard qui depuis plus d’une décennie était un tantinet tombé dans l’oubli ou en tout cas uniquement cantonné au rôle de comique un peu troubadour que l’on ressortait du placard des archives télévisuelles le temps d’une rediffusion d’un Grand Blond ou d’une Chèvre.

Continuer la lecture de Je Sais rien, mais je dirai tout ou Le Retour (jubilatoire) du grand blond