Cannes 2015, jour 6 : Petit périple asiatique

Si Cannes fait voyager dans des contrées reculées, c’est à la sélection Un certain regard qu’on le doit. Les films viennent des quatre coins du monde, souvent d’endroits dont on ne connaît pas le cinéma et la sélection nous invite à de vraies découvertes, à voir des choses qu’on ne verrait certainement pas autrement. Parmi les films proposés hier, on a eu un film Indien, Masaan, un film Philippin, Taklub,  et on a pu voir également un film coréen Hors compétition, Office (O Piseu).

Continuer la lecture de Cannes 2015, jour 6 : Petit périple asiatique

La Loi du marché : Violence des échanges en temps de crise

Alors que La Tête haute d’Emmanuelle Bercot vient tout juste de sortir dans les salles et de faire par la même occasion l’ouverture du Festival de Cannes, voici qu’arrive La Loi du marché, prétendant quant à lui à la Palme d’or et  autre métrage dont l’ambition est de rendre compte d’une société en perte dégénérative de repères. Si pour Bercot cela prend les traits d’un ado rejetant en bloc l’avenir sans avenir qu’on lui propose, Stéphane Brizé veut lui se coltiner pleine face la maladie endémique de notre économie et ses conséquences humaines qu’est le chômage. Pour ce faire, il va s’appuyer une nouvelle fois sur un Vincent Lindon toujours aussi minéral mais à l’humanité intacte.

Continuer la lecture de La Loi du marché : Violence des échanges en temps de crise

Fury : un Blu-ray aussi blindé que le film

Après une carrière honorable dans les salles (800 000 entrées France, $85M au box office US et $210M à travers le monde), Fury débarque en Blu-ray dans une édition qui sera l’occasion rêvée de (re)découvrir cet excellent film de guerre sur la reconquête de l’Europe occupée au crépuscule de la Seconde Guerre Mondiale. Continuer la lecture de Fury : un Blu-ray aussi blindé que le film

Cannes 2015, jour 5 : une journée animée… au Marché du film (mais pas que)

Cette journée, on l’a passée à arpenter le Marché du film de Cannes. Pour ceux qui ne connaissent pas, l’ambiance y est très étrange entre les jolies jeunes femmes au sourire éternel qui nous interpellent afin qu’on parle de leurs films (et c’est vrai que Mom, Tommy made a dinosaur ou Kill the dictator ont l’air passionnant) et ceux qui fuient, nous demandant de contacter quelqu’un qui jamais ne répondra à nos sollicitations. Heureusement, il existe un entre deux.

Continuer la lecture de Cannes 2015, jour 5 : une journée animée… au Marché du film (mais pas que)