Netflix : On l’a testé pour vous !

Lundi 9h15 (oui je suis un lève tôt)

– Allo Stef !
– Oui Sandy !!
– Oui salut, je te dérange ?
– Dans le train direction le taff, cela risque de couper !
– (Ben voyons, t’es surtout en train de lire l’article sur René Château paru dans le dernier Vanity Fair et t’a envie de le finir avant d’arriver à destination). Vite fait. Cela te dirait une petite bafouille sur Netflix, genre on l’a testé pour vous et voici le verdict ?
– Ah ouais ce serait top.
– Bon ok c’est tout, bonne lecture.
– Euhh… Click (pas trouvé mieux pour signifier le raccrochage au nez)

Continuer la lecture de Netflix : On l’a testé pour vous !

La lame infernale ou le polar « va fanculo »

Été 2013 : nous assistons à la naissance d’un nouvel éditeur vidéo indépendant français, appelé The ecstasy of Films. Ce dernier nous propose de (re)découvrir deux classiques du cinéma bis, La lame infernale (Massimo Dallamano, 1974) et La guerre des gangs (Lucio Fulci, 1980), dans deux éditions DVD collector qui sentent bon le stupre et la violence…

Continuer la lecture de La lame infernale ou le polar « va fanculo »

La guerre des gangs vue par Lucio Fulci

Été 2013 : nous assistons à la naissance d’un nouvel éditeur vidéo indépendant français, appelé The ecstasy of Films. Ce dernier nous propose de (re)découvrir deux classiques du cinéma bis, La lame infernale (Massimo Dallamano, 1974) et La guerre des gangs (Lucio Fulci, 1980), dans deux éditions DVD collector qui sentent bon le stupre et la violence…

Continuer la lecture de La guerre des gangs vue par Lucio Fulci

RoboCop (2014) : 100% à la casse

Inutile d’être hypocrite. On voyait venir ce remake de RoboCop d’un très mauvais œil. C’est qu’à l’instar d’un Die Hard ou d’un Terminator, le film de Verhoeven reste une icône des années 80. De ceux qui bouleversèrent les codes d’un genre pour mieux en recracher de nouvelles règles. Le problème c’est que depuis on ne fait, au mieux, que se contenter de les suivre, quand il ne s’agit pas comme ici de mettre à mal un héritage dont on a, à l’évidence, absolument pas compris la portée. Attention, nulle intention de confondre ici legs et momification. Chaque génération se doit en effet de tuer le père. Mais tuer ne veut pas dire massacrer, ce à quoi s’emploie cet avatar numérique.

Continuer la lecture de RoboCop (2014) : 100% à la casse

Le cinéma en haute définition