À armes égales : Frankenheimer se fait hara-kiri

En juillet 2016, Carlotta sortait quelque peu de sa ligne éditoriale usuelle pour initier un label répondant au doux nom de Midnight Collection. Au programme : des films dits « d’exploitation » avec pour slogan « Le meilleur de la VHS et des 80s ». Si la première vague proposait des longs-métrages réalisés par James Glickenhaus (The Exterminator et Blue Jean Cop), William Lustig (Maniac Cop) ou avec Dolph Lundgren en tête d’affiche (Le Scorpion Rouge), la deuxième vague sortie deux mois plus tard mit à l’honneur un certain Frank Henenlotter (la trilogie Frère de sang et Frankenhooker). Depuis deux ans, silence radio de la part de l’éditeur. Jusqu’à ce mois de juillet 2018 où Carlotta s’est enfin décidé à enrichir cette collection avec un seul titre cette fois : À armes égales (1982) de John Frankenheimer.

Continuer la lecture de À armes égales : Frankenheimer se fait hara-kiri

The Intruder (1961) : BlacKkKlansman

The Intruder de Roger Corman est un titre unique dans sa filmographie à plus d’un titre. Précisons d’abord qu’il date de 1961 et non pas de 1962, contrairement à certaines mentions qu’on trouve encore sur Internet ou dans diverses filmographies. C’est celui dont Corman demeure le plus fier mais le seul qui perdit de l’argent – si on l’en croit – dans sa prolifique carrière de producteur-réalisateur. Tourné entre Pit and the Pendulum [La Chambre des tortures] (USA 1961) et Premature Burial [L’Enterré vivant] (USA 1962), il ne fut pas distribué commercialement chez nous. Dans la mesure où il était signé Corman, ce film noir était davantage connu, entre 1960 et 1970, des spécialistes du cinéma fantastique que des critiques français généralistes. En 1965 par exemple, Georges Sadoul savait que Corman avait adapté des contes d’Edgar Poe mais il ignorait jusqu’à l’existence de The Intruder qui l’aurait pourtant enthousiasmé.

Continuer la lecture de The Intruder (1961) : BlacKkKlansman

Journal de bord Anderson Falls de Julien Seri – Épisode 7 (Be Nice with the French)

Et voilà, c’est déjà la quille pour Anderson Falls et son tournage supersonique mené par un Julien Seri aussi véloce qu’un Quintana lors de la 17ème étape du Tour de France 2018 (oui on a les références que l’on peut/veut) propulsant ainsi son équipe vers les mêmes sommets que « Mondo » Duplantis lors des championnats d’Europe d’athlé de Berlin (bis repetita). Il y a déjà là comme une fin d’été qui se profile à l’horizon tout proche avec son lot de nostalgie, de premier montage à rendre asap (as soon as possible pour les broucouilles en anglais) et de retour au bercail parisien. Le tout avec des images plein la tête et pour nous le sentiment d’avoir eu la chance de partager une très belle aventure dont on a que trop envie de voir le résultat sur un bel écran de cinoche. Stay tuned comme on dit en sport, dans les médias branchouilles, à la rédac de DC alanguie comme il se doit au cœur d’un mois d’août enfin respirable.

Continuer la lecture de Journal de bord Anderson Falls de Julien Seri – Épisode 7 (Be Nice with the French)

Journal de bord Anderson Falls de Julien Seri – Épisode 6

Julien Seri vient de boucler la troisième semaine de tournage de son Anderson falls. Dans ce nouvel épisode du journal de bord qui nous permet de vivre au rythme des coulisses du film, le réalisateur nous démontre, si besoin était, que le talent ne se situe pas uniquement devant mais également un peu (beaucoup) derrière la caméra.

Continuer la lecture de Journal de bord Anderson Falls de Julien Seri – Épisode 6

Journal de bord Anderson Falls de Julien Seri – Épisode 5

Julien Seri vient de boucler sa première semaine de tournage pleine pour Anderson falls et le moins que l’on puisse dire c’est que l’enthousiasme, l’énergie et la positive attitude restent plus que jamais le maître mot au sein de l’équipe. La pression est bien entendu de plus en plus forte et la fatigue commence forcément à se faire sentir. Mais tel le journaleux qui aborde la deuxième semaine du Festival de Cannes (on a les références que l’on peut), c’est là que l’on voit les vrais. Celles et ceux qui ne flanchent pas, qui repoussent les limites du mal et du jus de cerveau pour optimiser la journée sans jamais fléchir et sans jamais montrer aux autres la moindre faiblesse. Bref, il s’agit là du moment de vérité. Le moment où il ne faut pas tomber, ne pas chuter et surtout ne pas s’appeler Anderson…
Bon, sur ce, on vous laisse avec le texte, les photos et les vidéos de Monsieur Seri (celle avec le petit Judah Mackey est pour le papa qui écrit ces quelques lignes peu inspirées juste merveilleuse d’émotions) car nous cela fait longtemps que l’on a fléchi… pour mieux partir en vacances. Stef, le vrai de la rédac, reprend le flambeau pour 15 jours.

Continuer la lecture de Journal de bord Anderson Falls de Julien Seri – Épisode 5