Le Plus vieux métier du monde - Capture Blu-ray

Collection Blu-ray Gaumont Découverte – Vague 14 (avril 2016)

Pour sa quatorzième vague Blu-ray Gaumont Découverte, l’éditeur à la Marguerite fait le grand écart entre trois longs-métrages issus de la fin des années 60 / début des années 70 et deux grosses poilades populaires des années 90.

Signalons avant d’entamer les réjouissances que les deux premiers opus des Visiteurs de Jean-Marie Poiré ont fait l’objet d’un article dédié. Les titres de cette nouvelle vague Blu-ray Gaumont Découverte sont les suivants (cliquez sur les titres pour accéder au paragraphe dédié) :

L’Homme qui valait des milliards – Packshot Blu-ray Gaumont DécouverteL’Homme qui valait des milliards de Michel Boisrond (1967) – Disponible depuis le 6 avril 2016

Jean Sarton, faux repris de justice mais véritable agent du Trésor américain, s’évade de prison en compagnie de Novak, ancien collabo. Deux hommes les recueillent mais exigent que leur soit dévoilée la cachette des milliards de faux dollars fabriqués par les nazis que Novak a dérobés.

Comme bien souvent dans le petit monde du cinoche, les mêmes talents se retrouvent devant et derrière la caméra. Ainsi trouve-t-on en tête d’affiche de cet Homme qui valait des milliards un certain Frederick Stafford qui avait campé OSS 117 à deux reprises dans les adaptations des années 60 dont l’un réalisé par le même Michel Boisrond. Et si les carrières des deux hommes sont loin d’égaler celles des autres comédiens présents à l’écran, à commencer par Raymond Pellegrin ou encore Anny Duperey (qui débutait tout juste sa carrière à l’époque), L’Homme qui valait des milliards est à l’image du reste de la filmo de Stafford, ancien sportif de haut niveau faut-il le rappeler : un divertissement plaisant à suivre mais qui « ne casse pas trois pattes à un canard » pour reprendre l’expression entendue dans les suppléments d’Estouffade à la Caraïbe. Petits revirements scénaristiques histoire d’entretenir un semblant de suspense entre deux scènes de combats sont donc au programme de cette chasse au trésor qui attira moyennement les foules à l’époque (886 000 entrées salles). En guise de bonus, on trouve une petite featurette d’époque réalisée sur le tournage où Raymond Pellegrin réfute le fait de jouer systématiquement dans des films de gangsters dont raffolait le public tandis que Michel Boisrond confesse bien volontiers aimer le rythme rapide du film. Côté technique, image et son ont comme toujours été restaurés du mieux possible et aboutissent à une restitution audio-vidéo des plus probantes eu égard aux presque 50 ans qu’affiche L’Homme qui valait des milliards.

Notes :
– Image : 4/5
– Son : 4/5
– Bonus : 1/5

Spécifications techniques :
– Image : 2.35:1 encodée en AVC 1080/24p
– Langues : Français DTS-HD Master Audio 2.0
– Sous-titres : Français pour sourds et malentendants
– Durée : 1h 26min 08s

Bonus (en SD) :
– Reportage sur le tournage : interviews de Raymond Pellegrin, Frederick Stafford et Michel Boisrond (4min 21s)

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080


Le Plus vieux métier du monde – Packshot Blu-ray Gaumont DécouverteLe Plus vieux métier du monde de Franco Indovina, Mauro Bolognini, Philippe de Broca, Michael Pfleghar, Claude Autant-Lara et Jean-Luc Godard (1967) – Disponible depuis le 6 avril 2016

De la préhistoire à un futur supposé, plusieurs sketches illustrent l’activité de certaines femmes qui ont fait le commerce de leurs charmes et qui ont toujours fait preuve d’une ingéniosité et d’une imagination diabolique dans ce domaine.

La liste des réalisateurs présents sur ce Plus vieux métier du monde a beau être prestigieuse, il n’en demeure pas moins vrai que, comme bien souvent dans le cas de films à sketches, l’intérêt sera très fluctuant d’un segment à l’autre. Si la perspective de voir la sublime Michelle Mercier habillée en peau de bête ou bien Godard faire de l’expérimental futuriste en noir et blanc vous attire alors ce film est fait pour vous. Pour les autres, il sera toujours possible de s’orienter vers le petit bonus qui nous retrace un historique succinct des films à sketches qui connurent leur âge d’or précisément au cours des années 50/60 et servaient à l’occasion pour « lancer » de jeunes metteurs en scène, permettant in extenso de voir les anciens (Autant-Lara) côtoyer les petits nouveaux (Godard) dans le cas présent. En dépit des différentes époques et des choix photographiques effectués (le noir et blanc du segment réalisé par Godard), le travail de restauration accomplit une nouvelle fois son œuvre et nous laisse à voir un rendu vidéo tout ce qu’il y a de plus convaicant. Même refrain côté son avec une piste monophonique propre et parfaitement limpide.

Notes :
– Image : 4/5
– Son : 4/5
– Bonus : 1,5/5

Spécifications techniques :
– Image : 1.66:1 encodée en AVC 1080/24p
– Langues : Français DTS-HD Master Audio 2.0
– Sous-titres : Français pour sourds et malentendants
– Durée : 1h 55min 41s

Bonus (en HD) :
– Le film à sketches par Jean Ollé-Laprune (10min)
– Bande-annonce (2min 15s)

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080


Le Cri du cormoran le soir au-dessus des jonques – Packshot Blu-ray Gaumont DécouverteLe Cri du cormoran le soir au-dessus des jonques de Michel Audiard (1971) – Disponible depuis le 6 avril 2016

Alfred Mullanet est un homme tout à fait ordinaire. Ce qui, paradoxalement, lui vaut de vivre une aventure extraordinaire. Le voici engagé pour servir de cadavre. Hélas, il fait un très mauvais cadavre. Le genre rebelle ; qui profite des dissensions entre deux chefs de gangs, le colérique K. et le flegmatique Kruger. Car il y a de l’argent en jeu. Une grosse somme. Qui provoque de grosses envies et de gros dégâts.

« Touche pas au grisbi, salope ! » Devenue culte, cette phrase fait partie des innombrables répliques tout aussi mythiques que l’on doit à Michel Audiard. Et si le bonhomme est aujourd’hui connu de tous, y compris au-delà du cercle des seuls cinéphiles, c’est bien grâce à sa verve légendaire en tant que dialoguiste (sans doute l’un des plus illustres qu’ait jamais connu le Septième Art). En revanche, demandez un peu à ces mêmes cinéphiles de vous citer les longs-métrages réalisés par ce même Audiard ? Pas certains que la réponse soit immédiate. Ce qui prouve bien que les réalisations du bonhomme sont loin d’avoir aussi durablement marquées les esprits que ses dialogues. Pour autant, les 840 000 entrées de ce Cri du cormoran le soir au-dessus des jonques démontrent à quel point son seul nom présent sur l’affiche permettait d’attirer les spectateurs dans les salles obscures à l’époque, indépendamment de la qualité du film. Que retenir de ce Cri du cormoran ? Des faciès bien connues de l’univers d’Audiard tel que Bernard Blier et Paul Merisse qui campent les deux chefs de gang le couteau entre les dents tandis que Michel Serrault se retrouve pris en plein milieu du champ de tirs, ou encore Maurice Biraud dans le rôle d’un chauffeur de taxi en guise de running gag d’un film qui se laisse suivre nonchalamment, mais avant tout pour les gouailles des interprètes déclamant du Audiard au milieu de situations saugrenues. Rien de bien surprenant à l’arrivée puisque, comme le souligne Jean-Marie Poiré, coscénariste du film, au sein du bonus intitulé Vous avez l’bonjour d’Alfred repris de l’édition DVD parue en 2005 : « Audiard avait des doutes au moment de l’écriture, il y croyait de moins en moins ». À défaut de nouveauté interactive, on retrouvera tout de même tous les autres bonus de cette même édition DVD tandis que côté image et son, le boulot de restauration remplit une nouvelle fois parfaitement son office.

Notes :
– Image : 4/5
– Son : 4/5
– Bonus : 2,5/5

Spécifications techniques :
– Image : 1.66:1 encodée en AVC 1080/24p
– Langues : Français DTS-HD Master Audio 2.0
– Sous-titres : Français pour sourds et malentendants
– Durée : 1h 22min 11s

Bonus (en SD) :
– Vous avez l’bonjour d’Alfred (13min 12s)
– Le petit Audiard illustré : Verjot (49s), Coup de l’éventail (57s), Engourdir (52s), Bob (56s), Poinçonner (47s)
– Les apophtegmes du p’tit cycliste (5min 36s)
– Entretien avec Michel Serrault (3min 33s)
– Bande-annonce (3min 07s, HD)

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080


Les Visiteurs - Packshot Blu-ray Gaumont DécouverteLes Visiteurs de Jean-Marie Poiré (1993) – Disponible depuis le 6 avril 2016

Comment en l’an de grâce 1112 le Comte de Montmirail et son fidèle écuyer, Jacquouille la Fripouille, vont se retrouver propulsés en l’an 1992 après avoir bu une potion magique fabriquée par l’enchanteur Eusaebius. Se pourrait-il que Dieu les ait abandonnés au point que les manants d’hier soient devenus les Seigneurs d’aujourd’hui ?

Retrouvez notre article dédié à cette adresse.

Les Visiteurs II : Les Couloirs du temps - Packshot Blu-ray Gaumont DécouverteLes Visiteurs II : Les Couloirs du temps de Jean-Marie Poiré (1998) – Disponible depuis le 6 avril 2016

Godefroy de Montmirail est reparti au Moyen Age pour épouser la douce Frénégonde. Mais une malencontreuse erreur s’est produite : au lieu de son valet Jacquouille, c’est son descendant, Jacquart, qui a suivi Godefroy. Jacquouille, lui, est resté au XXème siècle. Godefroy, qui le soupçonne d’avoir volé des bijoux à son futur beau-père, décide alors de repartir le chercher chez Béatrice, dans le futur.

Retrouvez notre article dédié à cette adresse.

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *