Sorcerer

Les Blu-ray d’ici et d’ailleurs attendus pour la fin d’année – 3ème partie

2015 sera peut-être la dernière année où le Blu-ray pourra encore se distinguer sur les linéaires de nos échoppes favorites (ou ce qu’il en reste) avec ses coffrets de noël à foison regroupant pour cette période propice aux achats des regroupements de films reposant souvent sur des thématiques douteuses (gros biceps en sueur, gros bisous baveux, gros kikis forcément turgescents – ah non là c’est parait-il réservé aux Dieux du stade – pré-adultes bourgeonnants enfermés derrière un mur, race blanche à l’assaut de barbus…).

On rigole, on rigole mais dans quelques années que tout cela nous manquera bien fort. Le reflux (non gastrique mais c’est pour bientôt) est d’ailleurs déjà à l’œuvre dans beaucoup de domaines. Fox a par exemple décidé l’été dernier de ne plus éditer Les Simpson en Blu-ray. Et ce n’est qu’un début. Quant aux films dits de répertoire, cela fait un bail que plus personne n’y croit. Alors pourquoi continuer à en sortir ? Déjà, il faut distinguer les éditeurs indépendants des Majors qui eux ont quasi définitivement tiré un trait sur cet aspect du bizness préférant justement laisser aux indépendants qui ont la foi de mettre en valeur leurs (trop ?) riches catalogues. Si le constat est encore plus vrai à l’étranger, il est à subtiliser chez nous.

Chez les « Majors »

Première partie à lire ici

Chez les Majors françaises

Deuxième partie à lire ici

Chez les Indépendants

Comme le démontre les deux premiers « chapitres », le marché français de la vidéo comporte encore pas mal d’éditeurs français majeurs qui préfèrent exploiter eux-mêmes leur catalogue, quitte à donc ne plus rien faire dans certains cas. À la différence de pays comme l’Angleterre ou les États-Unis qui ont vu d’innombrables éditeurs indépendants émerger dans le but de prendre le relai de Majors qui ne voyaient plus dans le Blu-ray le levier économique pour rentabiliser leur catalogue. Ce qui donne un visage mixte à notre marché. Des Majors françaises qui ne veulent pas encore baisser les bras et quelques indépendants plus ou moins installés dont le travail devient avec le temps de plus en plus essentiel.

Vous allez nous dire que WildSide Vidéo n’a rien à faire chez les indépendants. Et quelque part, vous auriez raison. Pendant vidéo du distributeur WildBunch, cette société qui a près de 15 ans d’existence est pourtant à la marge. Certes elle distribue en DVD et en Blu-ray (mais de moins en moins) les nouveautés issues des achats et productions WildBunch qui sortent en salles, certes elle a un partenariat exclusif en France avec eOne  (énorme société canadienne qui détient entre autre les droits de la série Walking Dead mais aussi de plein de DTV souvent pas terribles), certes… mais elle a aussi l’ADN d’un indépendant en ce sens qu’elle a marquée chez nous l’histoire du DVD et maintenant du Blu-ray en mettant en avant sa passion du cinoche via des éditions de classiques dont elle ne va détenir les droits que pour une durée limitée dans le temps. Et de fait, il n’y a pas un mois où l’éditeur au chat qui miaule avec une constance imperturbable ne va pas nous proposer un ou plusieurs films de répertoire. En septembre ce fut le cinéma US des années 80 qui a été mis à l’honneur avec Les Rues de feu, Fletch, Dangereuse sous tous rapports et Hot Spot. En octobre ce sera au tour de « Akira Kurosawa : les années Toho » qui débute le 28 avec deux Blu-ray regroupant 2 films chacun : Akira Kurosawa – Les films de jeunesse : Je ne regrette rien de ma jeunesse + Qui marche sur la queue du tigre  (1945) / Akira Kurosawa – Les films de jeunesse : Un merveilleux dimanche + Le plus dignement (1947). Par la suite ce seront 13 films (L’Ange ivre, Chien enragé, Vivre, Vivre dans la peur, Les Bas-fonds, Les Salauds dorment en paix, Le Château de L’araignée, La Forteresse cachée, Yojimbo, Sanjuro, Entre le Ciel et l’Enfer, Barberousse, Dodes’kaden) qui seront édités jusqu’en février 2017. Il seront tous remastérisés et sont inédits en HD chez nous. Il s’agit d’Éditions Blu-Ray + DVD + Livrets (marque de fabrique de l’éditeur) et ils ressortiront tous au cinéma en 2016.
Kurosawa - Wildside - Blu-rayEn novembre, nous aurons le droit de (re)découvrir deux films de John Schlesinger que sont Les Envoûtés et Le Jeu du faucon (issus du catalogue MGM) permettant au passage de continuer, mine de rien, la radiographie en bleu d’un certain cinéma US des années 80.

Sans oublier la Saison 5 de TWD prévue pour le 15 décembre prochain qui sera déclinée en coffret standard mais surtout en une édition Ultime du plus bel effet.

The Walking Dead - Edition Ultime Saison 5Carlotta Films existe quant à lui depuis 17 ans et a édité son premier DVD en octobre 2002 avec La Trilogie de la vie de Pier Paolo Pasolini. C’est certainement l’éditeur français qui caractérise le mieux ce qu’est un indépendant en France. Ne s’appuyant sur aucune Maison mère mais beaucoup sur l’aide du CNC, il a lui aussi marqué l’histoire du DVD chez nous. Son passage en Blu-ray sur les films de catalogue n’a rien à envier à personne non plus. Ses prochaines sorties pérennisent ce constat après trois mois de pause et la sortie en juin dernier de deux Orson Welles (Dossier secret a.k.a. Mr Arkadin en Blu-ray et Autour du Monde étrangement uniquement proposé en DVD alors que l’Angleterre et les États-Unis ont eu droit aussi au Blu-ray cet été). L’éditeur ouvre le bal avec Le Cousin Jules, un documentaire datant de 1975 tombé dans l’oubli chez nous mais dont la réputation n’est plus à faire aux States où il avait eu les honneurs d’un Blu-ray en juin 2014. Carlotta a ressorti ce film signé Dominique Benicheti en salles. Il est un témoignage sur une France rurale disparue tournée sur 5 ans en techniscope. Il serait plus que dommage de passer à côté.

Le Cousin-jules - Annonce presse Blu-ray Carlotta En novembre l’éditeur s’intéressera à deux excellents films de Ang Lee période début des années 90 avec Salé Sucré et Garçons d’honneur (25 novembre). Mais le gros morceau de choix sera surtout l’arrivée d’un coffret gargantuesque consacrée à Jacques Rivette. Alors bien entendu il faut être fan de la Nouvelle vague et tout ce qui va avec. Out 1 est un projet hors norme, unique et que peu d’entre nous ont pu voir. C’est que le montage final, découpé en huit épisodes, dure 12h30 et n’a pas connu d’exploitation au cinéma ni à la télévision sinon une diffusion devenue mythique les 9 et 10 septembre 1971 à la maison de la culture du Havre. Un montage ramené à 4 heures intitulé Out 1 : Spectre, qui propose une vision différente du film original, bénéficia d’une sortie dans les salles françaises en 1974. Il faudra attendre 1989 pour que la version longue soit à nouveau montrée dans son intégralité au Festival de Rotterdam, puis dans quelques festivals européens et enfin à la télévision française et allemande au début des années 1990. Le film original s’appelle désormais Out 1 : noli me tangere et présente un montage légèrement différent de la version montrée en 1971. L’œuvre monumentale de Jacques Rivette disparaît ensuite virtuellement des écrans pour réapparaitre cette année dans une version restaurée 2K à la fois au cinéma et via un coffret Blu-ray + DVD prévu le 18 novembre. Détails ci-dessous mais aussi sur le site officiel.

Out-1 - Annonce Presse Coffret Blu-rayQue l’on soit sensible ou non à ce cinéma, on ne peut qu’être admiratif devant un tel boulot et une telle exhumation qui pour être complet sera aussi proposée sur le marché américain via Carlotta US. Territoire qui reste au demeurant très attaché à la Nouvelle Vague française. Tout comme peut l’être l’Angleterre via l’éditeur Arrow qui va aussi éditer son coffret Blu-ray dédié à Jacques Rivette le 25 novembre prochain. Outre les deux versions de Out 1, il proposera aussi Duelle, Noroît et Merry-Go-Round, trois films réalisés entre 1976 et 1978. Signalons pour être complet que jusqu’ici Rivette n’avait eu les honneurs en bleu que pour Le Pont du Nord (1981), et encore au Canada, aux États-Unis et en Angleterre. Tout est normal.

Et puis, histoire de ne pas laisser WS explorer tout seul le cinéma US des années 80, Carlotta a annoncé la semaine dernière qu’il sortirait le 2 décembre prochain Body Double de Brian De Palma en Blu-ray simple mais aussi via un coffret Blu-ray + DVD + Livre limité à 3 000 exemplaire. Nous vous en parlions en détail ici.

Body Double - Coffret Blu-ray

Deux autres éditeurs indépendants à la voilure économique beaucoup plus restreinte bataillent tout de même dans la cour des grands. Elephant Film d’abord qui oriente depuis deux ans sa ligne éditoriale vers du film de répertoire sans pour autant laisser tomber ce qui fait son assise économique à savoir séries au pedigree populaire éditées principalement en DVD (Les Enquêtes de Murdoch / Le Virginien / L’Homme de fer / Les Routes du Paradis / Alfred Hitchcock présente…), du DTV Z japonais (Zombie Ass / Dead Sushi / Dead ball…) dont notre estimé collègue Tonton BDM attend chaque fournée avec une impatience jamais démentie et des documentaires comme le I Am Van Damme aussi hilarant qu’émouvant. Le répertoire en question, Elephant est allé le chercher entre autre au sein du catalogue anglais Itv ou ceux des Majors comme Universal. Septembre a vu ainsi débarquer trois films de Douglas Sirk que sont Le Temps d’aimer et le temps de mourir, l’un des plus grands mélos du cinéaste, l’exceptionnel La Ronde de l’aube et le plus rare mais tout aussi passionnant Tempête sur la colline. La suite s’annonce sous les meilleurs auspices avec d’abord le 21 octobre une nouvelle collection baptisée Cinéma Monster Club proposant pour commencer 5 films avec Frankenstein dont trois en Blu-ray que sont Le Fils de FrankensteinFrankenstein rencontre le loup-garou et Deux nigauds contre Frankenstein. Chaque édition (DVD et Blu-ray) sera accompagnée d’une présentation du Mythe de Frankenstein et de chaque film par Jean-Pierre Dionnet (40min) et d’un livret de 12 pages avec reproduction des affiches de l’époque et éditorial par Damien Aubel, journaliste à Transfuge. Tout un programme ;o)

Frankenstein - Elephant Films

Le mois de novembre sera quant à lui consacré au réalisateur japonais Shôhei Imamura avec trois films tous proposés en Blu-ray. Il s’agit de Cochons et cuirassés (1961), La Femme insecte (1963) et Le Pornographe (1966). Le détail ci-dessous :

Cochons et Cuirassés - Blu-rayLa Femme Insecte - Annonce Blu-ray

Le Pornographe - Annonce Blu-ray

Chez Potemkine Films (société dont la naissance en association avec Agnès b. se situe en 2008 mais qui s’appuie aussi sur une boutique parisienne à la création plus ancienne) c’est moins pléthorique mais tout aussi exaltant puisque l’éditeur poursuit son travail d’orfèvre sur le cinéaste allemand Werner Herzog en sortant ce 6 octobre le Blu-ray de Fitzcarraldo qui n’était jusqu’ici disponible qu’au sein du coffret DVD Vol 2  paru le 18 mai dernier. Pour la petite histoire le coffret DVD Vol 3 est sorti le 1er septembre et le dernier volume est prévu pour le début de l’année prochaine. Tous les détails ici.

Fitzcarraldo - Annonce Blu-ray

À la même date on pourra découvrir en Blu-ray Ne vous retournez pas et Enquête sur une passion du cinéaste britannique Nicolas Roeg. Un troisième titre, L’Homme qui venait d’ailleurs avec David Bowie, sera aussi de la partie mais uniquement en DVD et disponible exclusivement au sein d’un coffret ad hoc regroupant les deux autres films. Pour ceux qui s’interrogeraient de l’incongruité de ne proposer que deux titres sur trois en Blu-ray, on rappellera la campagne de crowdfunding initiée par l’éditeur pour aider justement ces films à voir le jour en Blu-ray. Celle-ci a permis de collecter 6K€ qui était le premier palier. Il aurait fallu 3K€ de plus pour que L’Homme qui venait d’ailleurs puisse aussi bénéficier d’une sortie en Blu-ray. Dommage.

Enquête sur une passion - Blu-ray - Recto VersoNe vous retournez pas - Blu-ray - Recto Verso

On terminera ce tour d’horizon par deux (petits) éditeurs. L’un s’appelle L’Atelier d’images et a très peu fait parler de lui. Mais ça c’était avant l’annonce pour le 20 octobre de Driver de Walter Hill et des Hommes de la mer de John Ford. Derrière cet éditeur il y a L’Atelier d’image dont l’une des vocations est de produire des bonus. Nous leur consacrerons très bientôt un papier agrémenté d’une interview avec son responsable Hugues Peysson avec qui nous avons abordé ces deux sorties. Pour Driver que nous avions chroniqué en juin dernier via un Blu-ray italien, il s’agira du même master mais avec des bonus exclusifs détaillés par son instigateur lui même ici.

Les Hommes de la mer - Recto Blu-ray

Les Hommes de la mer - Verto Blu-ray

Driver - Jaquette - Blu-ray Recto Verso

On terminera par La Rabbia, société d’un peu plus de deux ans d’existence créée par Manuel Chiche, transfuge de WildSide Vidéo. On lui doit déjà en Blu-ray Les 7 Samouraïs, Wake in Fright et puis pour cette fin d’année (le 2 décembre), Sorcerer de Friedkin qui s’annonce comme le MUST HAVE 2015. Le détail ci-dessous et pour la bonne bouche un lien vers notre papier à l’occasion de la ressortie en version restaurée du film en salles, de son passage sur Arte (et du Blu-ray Warner US).

Sorcerer - Blu-ray - Annonce PresseMine de rien cela nous en fait des éditions à décortiquer d’ici au 30 décembre prochain…

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *