Jupiter : Le destin de l'univers (2015) de The Wachowskis – Capture Blu-ray

Jupiter : Le destin de l’univers, une réjuvénation en Blu-ray 4K

Vous espériez la trilogie Matrix sur le support home-cinéma de dernière génération ? Il vous faudra patienter encore un peu et vous contenter pour l’heure du dernier long-métrage en date des Wachowski, Jupiter : Le destin de l’univers (Jupiter Ascending – 2015) dans une édition Blu-ray 4K Ultra HD qui produit son petit effet. Mais à l’instar du film à proprement parlé, n’en attendez pas pour autant monts et merveilles. Explications.

Jupiter : Le destin de l'univers - Packshot Blu-ray 4K Ultra HD
Achetez sur Amazon
Jupiter : Le destin de l’univers (2015)

Réalisateur : The Wachowskis
Éditeur : Warner Home Vidéo
Sortie le : 12 octobre 2016
 
Notes :
– Image (Blu-ray 1080p) : 4,5/5
– Image (Blu-ray 4K UHD 2160p) : 4/5
– Son : 5/5
– Bonus : 1,5/5

 

NB : Les captures illustrant cet article sont issues du Blu-ray 1080p.

Jupiter : Le destin de l’univers, un Cendrillon moderne ?

C’est en ces termes que Lana (ex Larry) Wachowski qualifie Jupiter : Le destin de l’univers au cours de l’une des rares interviews accordées par le duo, ex frangins désormais frangines, et visible au sein des bonus. Mais de quoi vous nous parlez avec tous vos « ex » sont sans doute en train de se demander certains ? Faisons donc un bref aparté « people » sur le sujet que l’on peut par ailleurs trouver sur la page wiki du duo pour résumer la situation comme suit : nés Larry et Andy (diminutifs de Laurence et Andrew), les frères Wachowski ont tour à tour subi des opérations en vue de devenir aujourd’hui Lana et Lilly. Un changement de sexe qui a débuté peu ou prou au milieu des années 2000, à l’époque d’un certain Matrix Reloaded / Matrix Revolutions (2003) et qui trouve son dénouement peu après la sortie de ce Jupiter : Le destin de l’univers puisque les extraits de l’interview en question nous montrent un Andy Wachowski (pas encore Lilly) aux côtés de sa sœur Lana. Soit respectivement les 2e et 3e volets de la désormais célèbre trilogie Matrix qui marqua un tournant dans la filmographie de ceux qui se faisaient alors appeler les Wachowski Brothers et qui se présente aujourd’hui simplement comme « les Wachowski ».

Jupiter : Le destin de l'univers (2015) de The Wachowskis – Capture Blu-ray

Véritable maelström d’influences culturelles, philosophiques et cinématographiques couplé à une toute aussi étourdissante révolution visuelle (le fameux effet bullet time popularisé par le film et repris à toutes les sauces depuis), Matrix (1999) constitue, pour le meilleur et pour le pire diront sûrement certains, un tournant dans le monde du Septième Art tout autant qu’une œuvre devenue instantanément culte. Après le très sulfureux mais néanmoins excellent thriller lesbien Bound (1996), les Wachowksi frappèrent fort pour leur deuxième long-métrage qui constitue à date le summum de leur carrière et découlera sur ces deux suites que d’aucuns qualifieront volontiers de ni fait ni à faire en même temps que le début de leur déchéance. Pour beaucoup, Reloaded et Revolutions sont en effet symptomatiques de la surenchère visuelle doublée d’un verbiage dit de « philosophie de comptoir » dans laquelle ont alors succombé le duo. Deux scènes de Reloaded pourraient ainsi à elles seules illustrer pareille assertion : la scène où Lambert Wilson jure (en français dans le texte) avant de céder la place à un orgasme féminin 2.0 suivi de la course-poursuite elle aussi bardée de numérique et pour laquelle une très large portion d’autoroute sera construite grandeur nature. Une trilogie qui a ses adeptes tout autant que ses détracteurs mais n’en constitue pas moins le plus gros score en salles des Wachowksi puisque chaque opus engrangea en moyenne quelques $550M au box-office mondial et 4,6M d’entrées France. Sauf que depuis, les frangin(e)s rament sévère pour parvenir à réitérer pareil succès. Speed Racer (2008), adaptation bien molasse du manga de Tatsuo Yoshida sera un flop retentissant avec seulement $93M au box-office mondiale et 112 000 entrées France tandis que Cloud Atlas (2013), excellente adaptation du très ampoulé roman signé David Mitchell et paru en français sous le titre Cartographie des nuages ne fera guère mieux avec $130M de recettes dans le monde et 440 000 entrées France.

Jupiter : Le destin de l'univers (2015) de The Wachowskis – Capture Blu-ray

En 2015, les Wachowski réitéraient dans « un genre où ils excellent » dixit Tuppence Middleton, à savoir la science-fiction avec Jupiter : Le destin de l’univers qui poursuit laborieusement sa remontée au box-office mais sans parvenir pour autant à rallier les hautes cimes atteintes par la trilogie Matrix : $183M de recettes mondiales et 800 000 entrées France. Fait toutefois suffisamment rarissime pour être signalé par les temps qui courent, il ne s’agit pas d’une adaptation comme le rappelle Edward Hogg, ni même d’un remake, reboot, suite ou préquelle. Et si tout le monde semble ravi de (re)travailler avec les Wachowski au sein des différentes featurettes à l’intérêt limité car ne faisant qu’effleurer la surface de la production, à commencer par Channing Tatum, ce dernier n’en cite pas moins à nouveau la trilogie sus-citée. Les louanges ne manquent pourtant pas dans la bouche des différents protagonistes, qu’il s’agisse de Sean Bean qui cite des cinéastes « originaux et avant-gardistes » ou encore Tim Pigott-Smith qui déclare qu’ils « repoussent les limites des images de synthèse », il n’en demeure pas moins vrai que dernière le clinquant visuel, Jupiter : Le Destin de l’univers reste assez chiche sur le fond. In fine, nous sommes assez loin de la richesse thématique, en l’occurrence dans le cas présent celle des classes sociales, à laquelle fait allusion Andy Wachowski qui cite également en référence Le Magicien d’Oz.

Jupiter : Le destin de l'univers (2015) de The Wachowskis – Capture Blu-ray

Jupiter : Le destin de l’univers, une (petite) cure de jouvence 4K

À l’instar du film à proprement parler, la magie n’opère que partiellement à sa (re)découverte en Blu-ray 4K UHD. La « faute » en incombe précisément à cette profusion d’effets numériques, tous générés en 2K et couplés à un digital intermediate lui aussi en 2K aboutissant de facto à un nouvel upscale 4K. Le résultat est loin d’être infamant et laisse éclater un bond en avant assez net par rapport au Blu-ray 1080p mais tout le mérite en revient une nouvelle fois au fameux procédé HDR qui transcende littéralement la myriade de couleurs auxquelles ont eu recours les Wachowski. Les captures (en fin d’article) sont loin de rendre justice à pareil émerveillement colorimétrique qui exploite quasiment toutes les teintes de la palette chromatique. En matière de définition pure, le bilan est déjà plus contrasté. Si les gros plans permettent d’apprécier un gain plus que probant avec notamment un grain de peau plus affiné, les autres séquences, à commencer par tous les plans numériquement retouchés (autant dire une large majorité du film), laissent en revanche apparaître un rehaussement 4K déjà plus difficile à percevoir. Dans cette interview, David Sheldon-Hicks de Territory Studio, l’une des nombreuses sociétés chargées des effets spéciaux du film, confirme ainsi avoir réalisé environ 20 minutes d’images numériques en résolution 2K. On en revient donc une fois encore à cette fameuse « chaîne de production cinématographique » qui va devoir rapidement se mettre à niveau si elle souhaite pouvoir nous offrir des images à même de faire valoir les mérites de la 4K et non de simples upscales 2K => 4K.

Jupiter : Le destin de l'univers (2015) de The Wachowskis – Capture Blu-ray

La partie acoustique ne saurait en revanche être remise en cause puisqu’elle reprend la VO Dolby Atmos déjà présente sur l’édition Blu-ray. Dire que le résultat est une nouvelle fois anthologique serait un doux euphémisme tant la piste en question constitue un véritable top démo. La VF n’est pas en reste puisque pour les besoins de cette édition Blu-ray 4K, Warner propose le doublage hexagonal dans un DTS-HD Master Audio 7.1 qui fait jeu égal avec la piste anglaise là où la VF du Blu-ray doit se contenter d’une piste Dolby Digital 5.1 qui pour le coup fait bien pâle figure en comparaison des flux HD. Signalons pour finir que, fidèle à sa politique éditoriale, Warner propose ce Blu-ray 4K Ultra HD de Jupiter : Le destin de l’univers sous la forme d’un combo regroupant le Blu-ray 1080p et le Blu-ray 2160p.

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

Jupiter : Le destin de l’univers – Édition Blu-ray 4K Ultra HD

Résumé : Née sous un ciel étoilé, Jupiter Jones est promise à un destin hors du commun. Devenue adulte, elle a la tête dans les étoiles, mais enchaîne les coups durs et n’a d’autre perspective que de gagner sa vie en nettoyant des toilettes. Ce n’est que lorsque Caine, ancien chasseur militaire génétiquement modifié, débarque sur Terre pour retrouver sa trace que Jupiter commence à entrevoir le destin qui l’attend depuis toujours : grâce à son empreinte génétique, elle doit bénéficier d’un héritage extraordinaire qui pourrait bien bouleverser l’équilibre du cosmos…

Disque 1 : Le film en Blu-ray 4K Ultra HD

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en HEVC 2160/24p
  • Langues : Anglais Dolby Atmos 7.1, Français DTS-HD MA 7.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 2h 07min 34s

Bonus :

  • Aucun

Disque 2 : Le film en Blu-ray

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en AVC 1080/24p
  • Langues : Anglais Dolby Atmos 7.1, Français DD 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 2h 07min 34s

Bonus (HD et VOSTF) :

  • Jupiter Jones : Notre destinée est ancrée en nous (6min 56s)
  • Caine Wise : Guerrier interplanétaire (5min 18s)
  • Les Wachowski : Le pouvoir de l’esprit (7min 25s)
  • Des mondes à l’intérieur des mondes (9min 36s)
  • Jupiter le destin de l’univers : Combinaison génétique (10min 25s)
  • Un bullet time plus évolué (9min 35s)
  • De la Terre à Jupiter (et partout entre les deux) (9min 34s)

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *