Star Trek Sans limites (2016) de Justin Lin - Blu-ray 4K Ultra HD

Star Trek Sans limites : Un Blu-ray 4K meilleur que le film

Depuis l’avènement du DVD à la fin des années 90, l’expression consistant à qualifier la déclinaison home-cinéma d’un film comme étant supérieure aux qualités artistiques intrinsèques de l’œuvre qu’elle propose a commencé à être employée de façon récurrente. Et celle-ci de s’appliquer encore aujourd’hui à l’aune du Blu-ray 4K Ultra HD de Star Trek Sans limites. Explications.

Star Trek Sans limites (2016) de Justin Lin - Packshot Blu-ray 4K Ultra HD
Achetez sur Amazon
Star Trek Sans limites (2016)

Réalisateur : Justin Lin
Éditeur : Paramount Home Entertainment
Sortie le : 17 décembre 2016
 
Notes :
– Image (Blu-ray 1080p) : 4,5/5
– Image (Blu-ray 4K UHD 2160p) : 4,5/5
– Son : 5/5
– Bonus : 3,5/5

 

NB : Les captures de cet article sont issues du Blu-ray 1080p.

Star Trek Sans limites : L’Enterprise en pilotage auto

Après avoir donné un bon coup de fouet à la franchise Star Trek sur grand écran, que d’aucuns considéraient comme à bout de souffle (pour ne pas dire moribonde), J.J. Abrams s’en est allé réveiller la Force, cédant à d’autres la place de commandant de l’Enterprise. Dans le cas de Star Trek Sans limites, le manche à balai a donc été confié à Justin – Fast & Furious – Lin afin d’embarquer tout son petit monde où aucun homme ne s’est aventuré auparavant (where no man has gone before en VO). Loin d’être infâme, le résultat se situe tout de même un bon cran en deçà des deux longs-métrages réalisés par le sieur Abrams. La faute à un scénario en mode « pilotage automatique », à moins que ce ne soit le film dans son ensemble qui use du procédé. En matière de blockbuster estival, force est en effet de constater que Star Trek Sans limites coche toutes les cases avec une bonne dose d’adrénaline, d’explosions et de bons mots, le tout se fondant plutôt bien au cœur d’une épopée chorale « United Colors of Benetton » qui constitue la marque de fabrique de la franchise depuis ses débuts en 1966. Mais comme nous le soulignions déjà au moment de sa sortie en salles l’été dernier, il manque la « patte J.J. Abrams », indubitablement plus à son aise pour redorer le blason de la mythique série imaginée par Gene Roddenberry que pour raviver la Force initiée par un certain George Lucas qui a entre-temps cédé son héritage à prix d’or.

Star Trek Sans limites (2016) de Justin Lin - Capture Blu-ray

Nous ne sommes d’ailleurs pas les seuls à penser ainsi à en croire les scores en salles de Star Trek Sans limites puisque, si l’on reprend le petit tableau récapitulatif des résultats au box-office de tous les films Star Trek que nous avions initié dans notre précédent article sur la chose en y adjoignant les chiffres de cet opus 2016, on constate un fléchissement assez net à tous les niveaux (France, USA, Monde) tandis que le budget reste quant à lui conséquent ($185M). Des résultats qui semblent toutefois suffisamment rassurants aux yeux des producteurs et du studio Paramount puisque, outre la série Star Trek : Discovery dont le lancement international est prévu dans pas moins de 188 pays via Netflix en mai prochain (ça sent le binge watching pour le trekkies tout ça !), un « Star Trek 4 » est d’ores et déjà en phase d’écriture par le même duo derrière le scénario de ce Star Trek Sans limites : Doug Jung et Simon Pegg, qui interprète également le personnage de Montgomery Scott dans les trois derniers longs-métrages.

Star Trek - Box-office (2016)

Star Trek Sans limites : Un Blu-ray 4K en orbite

Mais pour l’heure et en attendant de voir ce nouvel opus atterrir sur grand écran, c’est donc Star Trek Sans limites qui débarque en vidéo et a fortiori en Blu-ray 4K Ultra HD, venant ainsi compléter sur le support les deux précédents films de J.J. Abrams sortis l’été dernier avec là encore le même niveau d’excellente quant aux qualités techniques intrinsèques. À la différence près que, contrairement à ses deux prédécesseurs, Star Trek Sans limites n’a pas fait l’objet d’un master 4K mais d’un digital intermediate 2K. La différence est certes subtile mais sera néanmoins visible par endroits. Non pas tant au niveau des effets numériques qui, dans leur ensemble, franchissent plutôt bien le cap de l’ultra HD mais au détour de certains plans, un cran en deçà en matière de précision d’image attendue pour de la 4K. Tout ceci n’a rien de fondamentalement dommageable mais les puristes d’une chaîne de production 4K de bout en bout pourront une fois encore trouver à redire. Qu’à cela ne tienne, cette carence est comme toujours en partie compensée par le désormais traditionnel procédé HDR qui permet aux couleurs de bénéficier du petit coup de boost habituel. Étant entendu que ce nouvel opus fait montre d’une palette chromatique assez large, tant dans ses pérégrinations spatiales (au début et à la fin) qu’au cours de son segment central sur la planète Altamid, il va sans dire que ce renforcement colorimétrique sied à ravir à ce Star Trek Sans limites.

Star Trek Sans limites (2016) de Justin Lin - Capture Blu-ray

En revanche, là où ce Blu-ray 4K ne souffrira pas le moindre reproche, c’est sur sa partie sonore. À condition comme toujours d’opter pour la VO Dolby Atmos puisque la VF est à nouveau restée coincée au siècle dernier avec sa malheureuse piste Dolby Digital 5.1 qui ne peut, évidemment, soutenir la comparaison avec la piste anglaise. Une décision qui, à l’instar des parutions Blu-ray de l’éditeur, semble de toute évidence irrévocable de la part de Paramount. Est-il besoin d’en dire davantage sinon que les amateurs de grosses séquences démo pourront toujours se jeter, au hasard, sur la gigantesque bataille du chapitre 3 qui parviendra sans mal à leur filer le sourire jusqu’aux oreilles durant un bon quart d’heure tout en éprouvant les différentes enceintes de leur installation home-cinéma. À défaut de finesse, le spectacle acoustique est en phase avec la mise en scène de Justin – boom boom – Lin.

Star Trek Sans limites (2016) de Justin Lin - Capture Blu-ray

Là où Paramount n’a pas fait dans la demi-mesure non plus, c’est sur le plan interactif. À tout le moins sur le papier avec pas moins de 3 disques au sein de cette édition Blu-ray 4K Ultra HD de Star Trek Sans limites. Le premier renferme le film au format Blu-ray 4K dépourvu de bonus, le second propose le film au format Blu-ray 1080p accompagné d’une première partie des suppléments tandis que le troisième est dévolu au reste de l’interactivité. Et si, à l’arrivée, la durée totale des bonus culmine à près de 2h, dans les faits, on se retrouve comme bien souvent pour ce type de production face à une succession de petites featurettes de 5 à 10 minutes chacune qui tente vaille de vaille de balayer l’ensemble des éléments clés de la production du film mais sans jamais prendre le temps d’approfondir suffisamment chacun d’entre eux, nous laissant in extenso quelque peu sur notre faim. Sans surprise, cette même interactivité propose un petit segment en hommage à Leonard Nimoy et Anton Yelchin, le premier disparu en février 2015 peu avant le début du tournage auquel il ne put prendre part en raison de problèmes de santé, le second tué dans un accident un peu bizarre chez lui en juin 2016, quelques semaines seulement avant la sortie du film sur grand écran. Cette dernière disparition pose d’ores et déjà la question de la présence (ou non) du personnage interprété par Yelchin dans le prochain Star Trek : pirouette scénaristique en vue de justifier sa disparition ou bien doublure numérique « à la Rogue One » ? Réponse dans le prochain épisode…

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

Star Trek Sans limites – Édition Blu-ray 4K Ultra HD

Résumé : Une aventure toujours plus épique de l’USS Enterprise et de son audacieux équipage. L’équipe explore les confins inexplorés de l’espace, faisant face chacun, comme la Fédération toute entière, à une nouvelle menace.

Disque 1 : Le film en Blu-ray 4K Ultra HD

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en HEVC 2160/24p
  • Langues : Anglais Dolby Atmos, Français DD 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 2h 02min 22s

Bonus :

  • Aucun

Disque 2 : Le film en Blu-ray

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en AVC 1080/24p
  • Langues : Anglais Dolby Atmos, Français DD 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 2h 02min 22s

Bonus (HD et VOSTF) :

  • Scènes inédites (1min 02s)
  • Au-delà des ténèbres (10min 08s)
  • Pilotage de l’entreprise (4min 31s)
  • Divisés et vaincus (8min 17s)
  • Un goût tordu pour la vengeance (5min 15s)
  • Randonnée dans le désert (3min 06s)
  • Exploration de mondes nouveaux et étranges (6min 02s)
  • Nouvelle vie, nouvelles civilisations (8min 04s)
  • Une vie longue et prospère (7min 51s)
  • Pour Leonard et Anton (5min 04s)
  • Bêtisier (5min 13s)

Disque 3 : Le Blu-ray de bonus (HD et VOSTF)

  • Le monde est petit (8min 08s)
  • La bataille de Yorktown (5min 14s)
  • Bien équipé (3min 33s)
  • Phaseurs réglés sur renversant (5min)
  • Réparé (6min 06s)
  • Des coups et des cris (9min 17s)
  • Visuellement efficace (8min 09s)
  • Clip musical – Sledgehammer (3min 58s)
  • Bandes-annonces (5min 43s, VO)

4 réflexions sur « Star Trek Sans limites : Un Blu-ray 4K meilleur que le film »

  1. Contrairement à ce qui est indiqué sur IMDb, ce Blu-ray Ultra HD a bénéficié d’une remasterisation 4K et cela se voit nettement à l’image. Ce serait bien de corriger votre article. Christophe Cherel.

  2. Bonjour,
    Après recherche sur internet, tous les sites évoquent un DI 2K, peut-être parce qu’ils se réfèrent tous à l’info présente sur imdb.
    Mais si ce DI est vraiment en 4K, pourriez-vous nous indiquer d’où vous tenez cette information ?
    Stéphane.

  3. Pourquoi noter 5/5 le son, alors qu’il n’y a pas de Dolby Atmos en VF ?
    Moi je sanctionnerai directement -1, soit 4/5 ! Aucun effort pour nous français ! Et ce, pour tous les films sans Atmos.

  4. Si l’on appliquait cette règle, il n’y aurait plus beaucoup de films sortis en Blu-ray depuis 10 ans qui obtiendraient la note maximale 🙂
    Car dans l’absolu, à de très rares exceptions, les studios hollywoodiens n’en ont rien à cirer des langues autres que l’anglais sur leurs disques.
    Il n’y a guère que les éditeurs français qui y prêtent un minimum d’attention.

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *