Barry Seal : American Traffic (2017) de Doug Liman - Blu-ray 4K Ultra HD

Barry Seal : 4K(ilos) d’héro

Est-ce la formidable traduction française du titre original (American Made) qui aura rebuté le public hexagonal d’aller découvrir le dernier Tom Cruise au cinoche ? Toujours est-il qu’après une carrière en salles mi-figue mi-raisin, Barry Seal : American Traffic débarque dans une édition Blu-ray 4K Ultra HD qui, à défaut d’être irréprochable, permettra à tous ceux qui l’avait zappé sur grand écran de se faire une petite séance de rattrapage dans d’excellentes conditions. Prêt pour vous sniffer un petit rail de coke à 10.000 mètres d’altitude ?

Barry Seal : American Traffic (2017) de Doug Liman - Packshot Blu-ray 4K Ultra HD
Achetez sur Amazon
Barry Seal : American Traffic (2017)

Réalisateur : Doug Liman
Éditeur : Paramount Home Entertainment
Sortie le : 16 janvier 2018
 
Notes :
– Image (Blu-ray 1080p) : 4/5
– Image (Blu-ray 4K UHD 2160p) : 4/5
– Son : 4,5/5
– Bonus : 2,5/5

 

NB : Les captures de cet article sont issues du Blu-ray 1080p.

Barry Seal : Cruise / Liman loin du Septième Ciel

En regardant les chiffres d’un peu plus près, notre assertion introductive était sans doute au-dessus de la réalité. Jugez plutôt. Aux États-Unis, Barry Seal a rapporté $51M au box-office et $134M au total dans le monde entier. Ce n’est certes pas la catastrophe pour un film budgeté à $50M (hors coût marketing) mais ce n’est pas non plus la panacée. On en connaît d’autres sortis peu ou prou à la même période qui ont coûté bonbon (du genre trois fois plus) et se sont gentiment viandés, suivez notre regard. En France, ce n’est pas forcément beaucoup mieux avec 660 000 entrées sur une combinaison plus que généreuse de 366 copies. Si un tel score n’est pas nécessairement surprenant dans la carrière de Doug Liman qui avait déjà fait beaucoup moins bien de par le passé (77 000 pour The Wall, 200 000 pour Fair Game), il fait en revanche un peu « désordre » dans la filmo de Cruise, nettement plus habitué aux résultats à sept chiffres, Rain Man (1988) et ses 6,4M d’entrées trônant à date sur la plus haute marche du podium. En fait, il n’y a guère que deux films avec Tom Cruise en tête d’affiche (ou presque) qui ont fait moins bien à ce jour : Lions et Agneaux (2007) où il est crédité en troisième position au générique et Magnolia (2000) avec respectivement 318 000 et 333 000 entrées.

Barry Seal : American Traffic (2017) de Doug Liman - Capture Blu-ray

Pourtant, comme nous l’évoquions au moment de sa sortie en salles, Barry Seal est loin d’être le plus mauvais film des carrières respectives de Liman et Cruise. Pour le premier, on pensera au très discutable Jumper (2008) avec Hayden – Anakin Skywalker – Christensen ; quant au second, nous vous laisserons le soin de choisir parmi les casseroles de sa filmo avec, au hasard, les deux dernières poubelles en date que sont Jack Reacher : Never Go Back (2016) ou encore La Momie (2017). Sans être le meilleur de ce que les deux hommes nous aient offerts jusqu’à présent, Barry Seal confirme que le duo fonctionne plutôt bien après le très réussi Edge of Tomorrow (2014) dont une suite est actuellement en préparation.

Barry Seal : American Traffic (2017) de Doug Liman - Capture Blu-ray

Barry Seal : Tom Cruise s’envoie en l’air

Pour l’heure, il sera donc possible pour les retardataires de s’octroyer une petite séance de rattrapage en compagnie d’un Tom Cruise dans la peau de ce Barry Seal, trafiquant de drogue à l’insu de son plein gré, et dont le nom reste très connu en Colombie à en croire la petite conversation entre le réal et la star disponible au sein des suppléments. La complicité entre les deux hommes est d’ailleurs telle qu’ils se livrent à une petite scène de ménage face caméra à propos de leur cohabitation durant le tournage. Il n’y a pas à dire, Tom Cruise est un excellent showman. Pour autant, tous ces bonus ne sont ni plus ni moins que des featurettes promotionnelles très convenues, parfaitement calibrées pour vendre le produit en cinq minutes top chrono : tout le monde est super enthousiaste à l’idée de raconter cette histoire méconnue du grand public, depuis le scénariste qui voulait faire sa version des Affranchis (houlà, nous en sommes loin mon coco !) jusqu’au réal emballé dès la première lecture du script (ils disent tous ça !) en passant bien entendu par Tom Cruise, toujours à 200% sur ses films. Suivront les traditionnels passages en revue des autres membres du casting, entendre par là ceux qui entourent Tom Cruise, et des différents lieux de tournage. Le meilleur, ou devrait-on plutôt dire le moins inintéressant, se trouve tout d’abord du côté des scènes coupées accompagnées de commentaires optionnels du réalisateur (sous-titrés français) qui nous apprend que la première version du projet s’appelait Mena du nom de la ville de l’Arkansas où Barry et sa famille trouvèrent refuge tandis qu’un peu plus loin, Liman évoque le travail de son directeur de la photographie, l’uruguayen César Charlone (La Cité de Dieu (2002) c’était lui), qui n’aime rien tant que bouger sans cesse pour multiplier les axes de prise de vue.

Barry Seal : American Traffic (2017) de Doug Liman - Capture Blu-ray

L’autre doc qui nous extirpe de la torpeur promotionnelle est celui consacré au vrai Barry Seal où le fils de ce dernier, Aaron, nous brosse un portrait aimant de son paternel sur un ton certes quelque peu monocorde mais qui n’en laisse pas moins transparaître une belle sincérité. Il y évoque un homme très généreux qui distribuait son argent autour de lui (tel qu’on le voit d’ailleurs dans le film). Pour autant, il ne se doutera jamais des véritables activités de son père jusqu’à sa mort. Enfin, la dernière featurette qui nous a un peu fait tiquer est celle intitulée Voler plus haut où nous sommes certes ravis d’apprendre que Tom Cruise est un pilote émérite dans le civil (tout comme Doug Liman), que la star tenait le manche soi-disant dans toutes les scènes, qu’aucun CGI n’a été utilisé sans que pour autant aucun mot ne soit adressé à l’attention des petites mains en coulisses, avec à la clé cet accident tragique survenu sur le tournage ayant entraîné la mort de deux personnes avec un procès à la clé.

Barry Seal : American Traffic (2017) de Doug Liman - Capture Blu-ray

On se consolera donc avec un Blu-ray 4K Ultra HD aux prestations techniques d’excellentes factures à défaut d’avoir recours à un master 4K. Les 15/20 premières minutes manquent quelque peu de netteté mais dès que le vrai trafic de coke débute, l’intrigue prend alors place dans les 80s et ce sentiment premier est alors bien vite éclipsé. Surtout, l’image très typée 70s/80s basée sur une photographie légèrement « évanescence » trouve dans l’encodage 2160/24p HDR10 un écrin plus convaincant que l’image 1080/24p. On en voudra pour preuve la végétation luxuriante et verdoyante à souhait d’Amérique Centrale grâce à l’apport du HDR mais sans que pour autant le boost colorimétrique ne verse outre mesure dans le tape-à-l’œil des productions à l’action plus contemporaine. Sur le plan acoustique, la bande son se montre détonante à chaque virée aérienne (autant dire très souvent) tandis que la B.O. 80s profite elle aussi au maximum des possibilités conférées par la piste DTS:X hélas dévolue à la seule version anglaise, la VF devant comme toujours se contenter d’une piste DTS 5.1 mi-débit. Cette dernière se révèle très en retrait car atrophiant considérablement de nombreux bruits environnants. À noter pour finir que bien que la jaquette laisse apparaître au dos les logos Dolby Audio et Dolby Vision, ni l’un ni l’autre de ces procédés ne sont exploités au sein de cette édition Blu-ray 4K Ultra HD.

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

Barry Seal : American Traffic – Édition Blu-ray 4K Ultra HD

Résumé : Trafiquant. Informateur. Patriote. L’un des hommes les plus fortunés de l’Amérique des années 80 est une personne dont vous n’avez jamais entendu parler. Avec son insolente démarche chaloupée et sa joie de vivre indécrottable, le pilote de la compagnie TWA : Barry Seal (Tom Cruise) faisait figure de héros dans sa petite ville paisible du Sud des États-Unis. À la grande surprise de sa femme Lucy (Sarah Wright Olsen), ce charmant entrepreneur et pilote respecté va devenir un acteur majeur d’un des plus gros scandales de l’histoire contemporaine. Comment auraient-ils pu s’imaginer que ce qui avait commencé par l’acheminement clandestin de marchandise allait amener Barry à participer à la constitution d’une armée et au financement d’une guerre ? Une fois impliqué dans les agissements douteux d’une division quelque peu obscure du gouvernement – transportant des caisses de fusils d’assaut AK-47 et de la cocaïne par kilos – le crack de l’aviation va se faire une fortune et devenir l’un des éléments-clés de l’affaire Iran-Contra, aussi connue sous le nom d’Irangate. De la vente d’armes sous couvert de libération d’otages à l’assistance militaire secrète à des barons de la drogue latino-américains, Barry Seal devient un héros improbable travaillant à l’encontre du système. Mais, comment parvient-il à dormir sur ses deux oreilles ? Rien n’est illégal tant qu’on est du côté des gentils.

Disque 1 : Le film en Blu-ray 4K Ultra HD

Spécifications techniques :

  • Image : 1.85 encodée en HEVC 2160/24p HDR10
  • Langues : Anglais DTS:X, Français DTS 5.1
  • Sous-titres : Anglais, Français
  • Durée : 1h 54min 58s

Bonus :

  • Aucun

Disque 2 : Le film en Blu-ray

Spécifications techniques :

  • Image : 1.85 encodée en AVC 1080/24p
  • Langues : Anglais DTS:X, Français DTS 5.1
  • Sous-titres : Anglais, Français
  • Durée : 1h 54min 58s

Bonus (HD et VOSTF) :

  • Scènes coupées avec commentaire optionnel de Doug Liman (9min 56s)
  • Conteurs d’histoires américains (6min 39s)
  • Cruise & Liman : Conversation (5min 25s)
  • Dans les ailes (6min 01s)
  • Tourner Barry Seal : American Traffic (4min 16s)
  • Voler plus haut (4min 50s)
  • Le vrai Barry Seal (5min 51s)

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *