Kingsman : Le Cercle d'Or (2017) de Matthew Vaughn - Blu-ray 4K Ultra HD

Kingsman – Le Cercle d’Or : Fuck you Elton !

Répandez la bonne parole...

Précisons derechef qu’à DigitalCiné, nous n’avons à titre personnel strictement aucun grief à l’encontre de cet immense artiste qu’est Elton John ; l’auteur de ces lignes écoutant d’ailleurs bien volontiers les albums du chanteur à ses heures perdues. Mais alors « what the fuck » avec ce titre nous direz-vous ? Ceux qui avaient bougé leur « big fat ass » jusqu’en salles (nous en faisions partie) auront pleinement saisi le clin d’œil qui se cache derrière. Quant aux autres, « shame on you » ! Mais possibilité vous est à présent offerte de faire acte de contrition avec la sortie en Blu-ray 4K Ultra HD de Kingsman : Le Cercle d’Or.

Kingsman 2 : Le Cercle d'Or (2017) de Matthew Vaughn - Packshot Blu-ray
 
Achetez sur Amazon
Kingsman 2 : Le Cercle d’Or (2017)

Réalisateur : Matthew Vaughn
Éditeur : 20th Century Fox
Sortie le : 12 février 2018
 
Notes :
– Image (Blu-ray 1080p) : 4,5/5
– Image (Blu-ray 4K UHD 2160p) : 4/5
– Son : 5/5
– Bonus : 3/5

 

NB : Les captures de cet article sont issues du Blu-ray 1080p.

Kingsman : Le Cercle d’Or vs Services secrets

Fait suffisamment rarissime pour être signalé, les scores en salles du premier film, Kingsman : Services secrets sorti en 2015, et du deuxième, Kingsman : Le Cercle d’Or sorti en 2017, sont quasi-identiques. Pourquoi « rare » ? Tout simplement parce qu’en matière de suites, deux phénomènes souvent diamétralement opposés sont observés, à tout le moins au box-office. Premier cas de figure : la suite se plante dans les grandes largeurs. Un exemple récent : Independence Day : Resurgence (2016) sorti 20 ans après le premier a rapporté deux fois moins : $389M vs $817M de recettes mondiales. En France, le comparatif est encore plus cinglant : 1,3M vs 5,6M d’entrées. Avouons que sur ce coup-là, Roland Emmerich l’a bien cherché tant son n°2 est bien cramoisi. Second cas de figure : la suite explose les scores de son prédécesseur. En la matière, les exemples ne manquent pas. Citons pour la forme un certain chevalier noir dans Batman begins (2005) et The Dark Knight (2008) : $374M vs $1 milliard de recettes mondiales et 1,5M vs 3M d’entrées France.

Kingsman 2 : Le Cercle d'Or (2017) de Matthew Vaughn - Capture Blu-ray

En revanche, le phénomène de la parité quasi-parfaite entre les deux opus reste chose rare. Et puisque nous parlons ici d’une adaptation de comics (eh oui, Kingsman est adapté d’un comics du même nom), les chiffres parlent là encore d’eux-mêmes : $414M de recettes mondiales pour Kingsman : Services secrets contre $410M pour Kingsman : Le Cercle d’Or. En France, l’écart est tout aussi infinitésimal avec 1 667 650 entrées contre 1 762 782 entrées sur un nombre de copies là encore quasi-identique : 497 contre 500. Que faut-il en conclure ? À l’évidence que ceux qui avaient bougé leur booty jusqu’en salles pour le n°1 avaient suffisamment apprécié cette proposition de cinéma pour faire le déplacement une deuxième fois. Sur ce point, nous ne pourrons que plussoir à 100% tant le premier Kingsman proposait une savante relecture des films d’espionnage (qui a dit James Bond ?) en forme d’autodérision à la limite de la bande-dessinée avec certes un peu de graveleux / trash par endroits mais dans des proportions bien dosées afin de ne point trop rebuter. À l’arrivée le résultat était, il faut bien l’admettre, nettement plus avenant qu’un Deadpool (on a le droit de ne pas être d’accord ? NDSG). Il faut dire aussi que le bonhomme en coulisses est loin d’être un manche. Nous parlons bien entendu ici de Matthew Vaughn, producteur des films d’un certain Guy Ritchie qui se lança dans la réal en 2004 avec le déjà très sympathique Layer Cake avant de se lier d’amitié avec les adaptations de comics pour notre plus grand bonheur : le génial Kick-Ass (2010) ou encore la non moins excellente préquelle X-Men : Le commencement (2011), c’était déjà lui. Sans oublier le mésestimé Stardust, le mystère de l’étoile (2007), exquise relecture des fééries et autres contes qui pour le coup n’était plus seulement destinée aux enfants.

Kingsman 2 : Le Cercle d'Or (2017) de Matthew Vaughn - Capture Blu-ray

Personnalité multi-casquettes (il est à la fois scénariste, producteur et réalisateur des films qu’il dirige), Matthew Vaughn maîtrise son sujet pour nous offrir des longs-métrages qui, à défaut de révolutionner le Septième Art, savent divertir sans que le spectateur ne s’emmerde trop voit trop le temps passer. Ce qui par les temps qui courent relève déjà en soi de l’exploit. Bien qu’un cran en deçà de son prédécesseur et peut-être un chouia trop long (2h20 vs 2h10), Kingsman : Le Cercle d’Or nous offre une suite en phase avec l’univers de Vaughn : fun, déjantée, rythmée et haute en couleurs (on y revient juste après dans la partie technique de cette feuille de chou).

Kingsman 2 : Le Cercle d'Or (2017) de Matthew Vaughn - Capture Blu-ray

Kingsman : Le cercle d’or : Du 4K presque pur malt

Et puisque nous abordons le sujet, traitons derechef (oui, j’aime bien le vieux françois) l’aspect que tout le monde attend : la qualité de l’image. Tout comme le n°1, Kingsman : Le Cercle d’Or n’a de toute évidence pas été pensé au stade de la production ni de la post-production en termes de 4K. Ainsi le tournage a-t-il eu lieu en 2,8K, les effets spéciaux ont été conçus en 2K (ce qui reste très courant à l’heure actuelle tant on devine le surcoût engendré par des CGI en 4K) tout comme le digital intermediate qui se cantonne in fine à une résolution 2K. On en voit déjà certains d’ici qui maugréeront « encore du 2K qu’on tente de nous refourguer comme du 4K » et quelque part, on n’ira pas les contredire même si dans le cas présent, le résultat reste plus que satisfaisant. Certes, nous n’aurions pas craché sur du Dolby Vision puisque apparemment, le film a bénéficié d’un tel procédé, mais en l’état le master encodé en 2160/24p HDR10 délivre une image chatoyante et chamarrée. L’emploi de ces deux qualificatifs n’est nullement galvaudé ici tant le rendu affiché ici se révèle richement coloré et des plus précis, moyennant quelques limitations de ci de là inhérentes au master 2K sus-cité. Attention cependant car la photographie du film laisse in fine apparaître une image particulièrement lisse accompagné d’un festival de couleurs qui ne seront pas nécessairement du goût de tous sachant toutefois que dans notre souvenir il en était déjà ainsi en salles.

Kingsman 2 : Le Cercle d'Or (2017) de Matthew Vaughn - Capture Blu-ray

Côté son en revanche, il sera déjà nettement plus difficile de faire la fine-bouche puisque, dès la scène d’ouverture entre B.O. à fond les ballons et action virevoltante, tous les canaux disponibles sont mis à contribution. Ce n’est certes pas toujours très fin (à l’image du film nous direz-vous) mais cette bande-son a toutefois le mérite d’être diantrement efficace (oui, j’aime à employer des mots désormais peu usités dans la langue française). À condition toutefois d’opter pour la VO Dolby Atmos (DTS-HD Master Audio 7.1 sur le Blu-ray 1080p) car comme toujours, éditeur Fox oblige, la VF doit se contenter d’une piste DTS 5.1 mi-débit qui s’en sort avec les honneurs mais tire tout de même méchamment la langue pour tenter (en vain) de se hisser au niveau de la piste anglaise.

Kingsman 2 : Le Cercle d'Or (2017) de Matthew Vaughn - Capture Blu-ray

Côté bonus, on aurait aimé s’enthousiasmer davantage pour le making of bien ventru (près de 2h) intitulé Kingsman : À l’intérieur du cercle d’or où Matthew Vaughn nous explique en introduction avoir grandi dans les 70s sous influence de la culture américaine et avoir voulu rendre hommage à ce clash culturel U.S.A. vs Grande-Bretagne ainsi qu’aux cowboys, à Burt Reynolds et James Coburn. Mais dans les faits, chaque corps de métier (production design, cascades, effets spéciaux, musiques, etc.) n’est pas aussi approfondi qu’escompté et ledit making of laisse le plus souvent le sentiment d’assister à un doc plus occupé à nous décrire combien le travail abattu était complexe plutôt qu’à nous en dévoiler les arcanes. Dans les faits, le petit doc intitulé La scène des taxis : Anatomie d’une course-poursuite mortelle se révèle bien plus intéressant car il nous montre davantage les coulisses de cette tonitruante séquence d’intro. En attendant de découvrir si le troisième opus, actuellement en préparation, nous réservera une entrée en matière aussi décapante, un bad guy aussi cabotin que Samuel L. Jackson (dans le n°1) et Julianne Moore (dans le n°2) ou encore un guest star aussi savoureux qu’Elton John. La réponse d’ici deux ans avec le dernier chapitre de la trilogie (tel qu’évoqué dans les bonus) qui, espérons-le, nous servira un breuvage aussi relevé que les deux premiers.

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

Kingsman 2 : Le Cercle d’Or – Édition Blu-ray 4K Ultra HD

Résumé : Kingsman, l’élite du renseignement britannique en costume trois pièces, fait face à une menace sans précédent. Alors qu’une bombe s’abat et détruit leur quartier général, les agents font la découverte d’une puissante organisation alliée nommée Statesman, fondée il y a bien longtemps aux États-Unis. Face à cet ultime danger, les deux services d’élite n’auront d’autre choix que de réunir leurs forces pour sauver le monde des griffes d’un impitoyable ennemi, qui ne reculera devant rien dans sa quête destructrice.

Le film en Blu-ray 4K Ultra HD

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en HEVC 2160/24p HDR10
  • Langues : Anglais Dolby Atmos, Français DTS 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 2h 21min 02s

Bonus :

  • Aucun

Le film en Blu-ray

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en AVC 1080/24p
  • Langues : Anglais DTS-HD Master Audio 7.1, Français DTS 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 2h 21min 02s

Bonus (HD et VOSTF) :

  • Kingsman : A l’intérieur du cercle d’or (117min 13s)
  • La scène des taxis : Anatomie d’une course-poursuite mortelle (12min 49s)
  • Les archives de Kingsman
  • Bandes-annonces (3min 53s, VO)

3 réflexions sur « Kingsman – Le Cercle d’Or : Fuck you Elton ! »

  1. La VO Dolby Atmos dépote, certe, mais est quand même très décevante car très brouillonne.
    Les plus d’une piste DA résident entre autre, dans la qualité et la précision du placement de tous les « objets sonores ».Notamment les quatre HP de plafond peuvent être indépendants. Ici, ce n’est que de la grosse cavalerie. Tout est activé dans les bangs et les boums !! Ce n’est ni plus ni moins qu’une grosse piste DTS HD Master.

  2. Bonjour,
    Il manque la mention DA dans la colonne appropriée en regard de ce titre.
    Merci vous votre super boulot. C’est le seul site aussi complet et utile !!
    Cordialement.

  3. Décidément, y’a du laisser aller sur DC 🙂
    C’est corrigé, de même pour Dark Crystal qui avait été oublié dans le lot.
    On va essayer d’être plus rigoureux dans la mise à jour du listing pour les titres que nous chroniquons.

    Et encore merci pour les encouragements 😉

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *