Dark Crystal (1982) de Jim Henson et Frank Oz – Blu-ray 4K Ultra HD

Dark Crystal : Ainsi font les petites marionnettes en 4K

Répandez la bonne parole...

C’est la semaine des célébrations chez Sony. En effet, le même jour que l’édition 25ème anniversaire d’Un jour sans fin sort une édition Blu-ray 4K Ultra HD 35ème anniversaire de Dark Crystal. Et vous savez quoi ? Le même soin a été apporté à cette édition qu’à celle du film d’Harold Ramis afin de permettre aux petits (et aux grands) n’enfants de (re)découvrir ce très beau long-métrage dans les meilleures conditions home-cinéphiles possibles.

Dark Crystal (1982) de Jim Henson et Frank Oz – Packshot Blu-ray 4K Ultra HD
Achetez sur FNAC
Dark Crystal (1982)

Réalisateur : Jim Henson et Frank Oz
Éditeur : Sony Pictures Home Entertainment
Sortie le : 9 mars 2018
 
Notes :
– Image (Blu-ray 1080p) : 4,5/5
– Image (Blu-ray 4K UHD 2160p) : 4,5/5
– Son : 4,5/5
– Bonus : 4/5

 

NB : Les captures de cet article sont issues du Blu-ray 1080p.

Dark Crystal : Le Marionnette Show

Avec Dark Crystal (1982), nous parlons ici d’un temps que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître. Une époque où les mots « numérique » et « images de synthèse » n’en étaient encore qu’au stade des gazouillis. Cette année-là sortait sur les écrans un certain Tron, film devenu instantanément culte qui fit pénétrer pour de bon le mot « informatique » dans le Septième Art, cinq ans après le « choc » d’un certain Star Wars : Épisode IV (1977) et ses caméras contrôlées par ordinateur. Trois ans plus tard, l’infographie fera un nouveau bond de géant sur grand écran avec Le Secret de la pyramide (1985), premier long-métrage à dévoiler un personnage entièrement conçu et animé en images de synthèses : son célèbre chevalier sortant du vitrail.

Dark Crystal (1982) de Jim Henson et Frank Oz - Édition 2009 – Capture Blu-ray
Dark Crystal (1982) de Jim Henson et Frank Oz - Édition 2018 (Master 4K) – Capture Blu-ray

 

Au milieu de cette déferlante de pixels, de 0 et de 1, certains poursuivaient pourtant leur dur labeur à base de caoutchouc et autres variantes de latex. Au sein de cet univers fait de matières tangibles et palpables, une personnalité s’illustre : celle de Jim Henson. Et si ce nom ne vous dit rien, vous avez sûrement au moins une fois dans votre vie entendu parler du Bébête Show (1982 – 1995) ou bien de son grand rival, Les Guignols de l’info, qui vit le jour en 1988. Et qui existe toujours aujourd’hui même si plus personne n’en parle ! Deux émissions satiriques librement inspirées du Muppet Show (1976 – 1981) imaginé par ledit Jim Henson. Les plus anciens qui ont connu L’Île aux enfants (1974 – 1982, sur ce coup-là, nous venons de perdre la moitié des lecteurs de l’article !) se rappelleront peut-être également de 1, rue Sésame qui vit le jour en 1969 et soufflera ses 50 bougies l’an prochain ! C’est dire si le nom de Jim Henson fut emblématique au cours des années 70/80. Sur grand écran, le bonhomme s’illustrera avec deux longs-métrages : Dark Crystal (1982) et Labyrinthe (1986). Il co-réalisera le premier en compagnie d’un dénommé Frank Oz qui avait déjà œuvré à ses côtés sur 1, rue Sésame et Le Muppet Show et deviendra mondialement connu des fans de Star Wars (on y revient) pour avoir prêté sa voix et sa gestuelle à un célèbre maître Jedi dénommé Yoda dans l’Épisode V : L’Empire contre-attaque (et ses suites). Un personnage conçu par une dénommée Wendy Midener, épouse d’un certain Brian Froud qui officia en tant que designer sur les deux longs-métrages réalisés par Jim Henson. La boucle en coulisses est ainsi bouclée.

Dark Crystal (1982) de Jim Henson et Frank Oz - Édition 2009 – Capture Blu-ray
Dark Crystal (1982) de Jim Henson et Frank Oz - Édition 2018 (Master 4K) – Capture Blu-ray

 

Des coulisses sur lesquelles reviennent les différents bonus proposés au sein de cette édition avec une exhaustivité qui hélas ne se rencontre désormais plus que très rarement, l’interactivité se limitant aujourd’hui le plus souvent à des featurettes promos conçus pour « vendre la tambouille ». Point de tout cela ici avec pour commencer un formidable documentaire d’époque intitulé Le Monde de Dark Crystal (1983) qui durant près d’une heure va nous dévoiler les coulisses des cinq années de boulot qui furent nécessaires à concevoir et à mettre en images le film, le tout entrecoupé d’interventions des personnes sus-citées : Henson, Midener, Froud, etc. On retrouve également ce dernier au micro du commentaire audio sur un ton certes un peu monotone mais non moins riche en renseignements sur la conception. Pour ceux qui souhaiteraient également découvrir côte-à-côte les storyboards et le film achevé, une option Picture-in-Picture est également au programme. En introduction des scènes de test, le scénariste David Odell nous explique qu’à l’origine, Jim Henson souhaitait que seule la race des Gelfings parle anglais tandis que toutes les autres créatures du film s’exprimeraient dans des dialectes imaginaires, le talent des marionnettistes faisant le reste pour illustrer par le mouvement les humeurs de chaque personnage. Mais au cours des premières projections tests, il s’avéra que les enfants ne comprenaient pas toujours ce qui se passait en l’absence de dialogues tangibles. Henson et Odell passèrent alors plusieurs semaines à réécrire des dialogues en anglais coïncidant avec les mouvements (de bouches notamment) déjà filmés.

Dark Crystal (1982) de Jim Henson et Frank Oz - Édition 2009 – Capture Blu-ray
Dark Crystal (1982) de Jim Henson et Frank Oz - Édition 2018 (Master 4K) – Capture Blu-ray

 

Dans Réflexions du cristal noir, documentaire datant de 2007, Brian Henson (le fils de Jim), Brian Froud, David Odell et plusieurs autres artisans ayant travaillés sur le film reviennent sur cette œuvre quasiment dépourvue d’effets spéciaux et dont l’apparente simplicité formelle recèle en réalité des thématiques millénaires telles que l’indissociabilité du bien et du mal, le Yin et le Yang. Et force est de constater que dès les premières scènes de Dark Crystal, la magie opère avec cette fantasy contée à hauteur de marionnettes. On se prend d’affection pour ces Mystiques, on frémit au périple des deux Gelfling Jen et Kira, on grimace à la vision d’un banquet peu ragoutant en compagnie des Skeksès et l’on est continuellement émerveillé à la découverte de ces vastes étendues du monde de Thra, le tout bercé par les partitions signées Trevor Jones, compositeur prolifique à qui l’on doit, entre autres, les musiques du Dernier des mohicans (1992) de Michael Mann. Ce spectacle de marionnettes enchantera d’ailleurs 1,2 million de spectateurs dans l’Hexagone et connaîtra également un joli succès aux États-Unis avec $40M de recettes (pour un budget de $15M). Aujourd’hui, un tel spectacle en fera sans doute (sou)rire plus d’un (les plus cyniques sans doute) avec son aspect vieillot et son rythme de tortue par opposition aux CGI qui filent à 200 à l’heure dans les productions contemporaines. Mais il n’en demeure pas moins vrai que Dark Crystal constitue une date dans l’histoire d’un art qui vivait alors ses premiers bouleversements numériques, à une époque où la forme, aussi artisanale soit-elle, servait encore à merveille le fond, aussi simpliste soit-il. Trente-cinq ans plus tard, les temps ont bien changé (rengaine de vieux schnocks ayant grandi dans les années 80).

Dark Crystal : Il était une fois la 4K

Et Sony d’avoir fait honneur à ce patrimoine avec une édition Blu-ray 4K UHD de tout premier choix. À commencer par un nouveau petit documentaire intitulé Le mythe, la magie et l’héritage de Henson où la fille de Jim Henson et le fils de Brian Froud nous rappellent combien pareille entreprise fut un travail de longue haleine entre deux extraits du film et autres coulisses du tournage. Une nouveauté qui fondamentalement ne nous apprend rien de neuf mais a au moins le mérite de mettre l’accent sur le lègue de Jim Henson. Tous les autres suppléments sont quant à eux des reprises de ceux déjà présents sur l’édition Blu-ray parue en 2009 et seuls sont portés disparus deux petits jeux interactifs (en anglais uniquement) consistant à récolter différents objets et répondre à certaines questions tout en visionnant le film. Rien de bien préjudiciable en soit. D’autant qu’en contrepartie et comme ils le font systématiquement pour leurs titres de catalogue, Sony s’est fendu d’un tout nouveau master 4K accompagné de la restauration qui va avec. Le précédent master était déjà fort respectable mais celui utilisé pour cette édition 2018 est plus resplendissant encore. Au programme : disparition de la quasi-totalité du bruit vidéo, suppression des quelques petzouilles de copie qui pouvaient encore traîner ici et là, surplus de définition (master 4K oblige) et surtout une amélioration patente des couleurs qui permet d’autant mieux d’apprécier les teintes majoritairement verdoyantes et terreuses. Le rendu vidéo est de surcroît complété par un encodage 2160/24p HDR10 somptueux.

Dark Crystal (1982) de Jim Henson et Frank Oz - Édition 2009 – Capture Blu-ray
Dark Crystal (1982) de Jim Henson et Frank Oz - Édition 2018 (Master 4K) – Capture Blu-ray

 

Alors certes, les trucages de certaines séquences (notamment lors des plans larges) ressurgissent désormais d’autant mieux mais sans que pour autant cela ne nuise aucunement au plaisir du visionnage. Bien au contraire, cela accentuerait presque davantage la féérie de l’ensemble. Côté son, les musiques évoquées plus haut bénéficient désormais d’une ouverture et d’une ampleur renforcées par la présence d’une VO Dolby Atmos tandis que les différentes péripéties traversées par notre duo de Gelfings donnent lieu à des déferlantes d’effets de toutes parts relayées par des descentes de graves tout aussi convaincantes. Dommage que la VF n’ait pas eu droit aux mêmes égards avec une piste Dolby Digital 5.1 nettement plus contrite. Pour retrouver une certaine parité, il faudra se tourner vers le Blu-ray 1080p où VO et VF sont proposées en DTS-HD Master Audio 5.1 en lieu et place de pistes Dolby TrueHD 5.1 sur l’édition sortie en 2009.

À noter que contrairement à Un jour sans fin, la galette Blu-ray 1080p de Dark Crystal a elle aussi bénéficié des bienfaits du tout nouveau master 4K comme le démontre toutes nos captures qui illustrent cette chronique. Allez comprendre ! En revanche, tout comme pour le film d’Harold Ramis, cette édition sera une exclusivité FNAC. Avant sans aucun doute une commercialisation ultérieure auprès de toutes les autres enseignes.

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080 (Édition 2009)

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080 (Édition 2018 – Master 4K)

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080 (Édition 2018 – Master 4K)

Dark Crystal – Édition Blu-ray 4K Ultra HD

Résumé : Un autre monde, un autre temps, à l’âge des miracles… Jen et Kira, seuls survivants de la race des Gelfings, partent à la recherche d’un éclat de cristal gigantesque, abîmé dans une commotion planétaire, qui donne force et puissance aux Mystiques, un peuple sage et pacifique. Ils doivent affronter les terribles et cruels Skekses qui tiennent ces derniers en esclavage.

Disque 1 : Le film en Blu-ray 4K Ultra HD

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en HEVC 2160/24p HDR10
  • Langues : Anglais Dolby Atmos, Français Dolby Digital 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 1h 33min 07s

Bonus :

  • Aucun

Disque 2 : Le film en Blu-ray

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en AVC 1080/24p
  • Langues : Anglais & Français DTS-HD Master Audio 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 1h 33min 07s

Bonus (HD et VOSTF) :

  • Commentaire audio avec Brian Froud
  • Picture-in-Picture : Scénario – Maquette
  • Le mythe, la magie et l’héritage de Henson (10min 27s)
  • Le monde de Dark Crystal (57min 26s)
  • Réflexions du cristal noir (36min 41s)
  • Scènes coupées (3min 48s)
  • Langue originale des Skeksès – Scènes de test (22min 49s)
  • Storyboards
  • Galeries de photos
  • Teaser (37s)
  • Bande-annonce (1min 19s)

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *