Le Monde perdu : Jurassic Park (1997) de Steven Spielberg – Blu-ray 4K Ultra HD

Le Monde Perdu – Jurassic Park : La 4K a survécu

À l’occasion du 25ème anniversaire de Jurassic Park, Universal ne s’est pas seulement contenté de ressortir le premier opus sur support Ultra Haute Définition, l’éditeur a fait de même pour les différentes suites. À commencer par Le Monde Perdu : Jurassic Park qui bénéficie d’une édition Blu-ray 4K Ultra HD un peu plus convaincante que son prédécesseur. Explications.

Le Monde perdu : Jurassic Park (1997) de Steven Spielberg – Packshot Blu-ray 4K Ultra HD
Achetez sur Amazon
Le Monde perdu : Jurassic Park (1997)

Réalisateur : Steven Spielberg
Éditeur : Universal Pictures Vidéo
Sortie le : 23 mai 2018

Notes :
– Image (Blu-ray 1080p) : 4/5
– Image (Blu-ray 4K UHD 2160p) : 4,5/5
– Son : 5/5
– Bonus : 4/5

 

NB : Les captures de cet article sont issues du Blu-ray 1080p.

Le Monde Perdu : Jurassic Park : Spielberg revient

« J’avais toujours voulu faire une suite à Jurassic Park parce que les gens le demandaient et parce que je m’étais autant éclaté à faire le premier ». C’est sur ces paroles de Steven Spielberg que s’ouvre le making of de l’époque. Dans l’autre bonus intitulé Quelque chose a survécu, le cinéaste précise par ailleurs que « Le Monde perdu a été ma première vraie suite. Je ne considère pas Indiana Jones comme tel. C’est une série d’aventures ». À ce jour, Le Monde perdu : Jurassic Park demeure en effet bel et bien la seule vraie suite que Spielberg ait jamais tourné (il fut question un temps de donner une suite à E.T. L’extra-terrestre et Spielberg travailla même sur un début de script mais faute d’idée intéressante, celle-ci ne verra finalement jamais le jour). Une suite pour laquelle le réalisateur commença à esquisser quelques croquis deux ans avant le tournage tandis que toutes les pointures qui avaient œuvré sur l’original furent à nouveau conviées en coulisses. À commencer par le quatuor Stan Winston (qui avait entendu dire que les trucages de cette suite seraient entièrement conçus en numérique), Phil Tippett, Dennis Murren et Michael Lantieri aux manettes (et aux ordinateurs) des effets spéciaux. Côté son, on retrouve sans surprise deux autres compagnons de longue date du réalisateur : John Williams pour des musiques plus tribales et effrayantes que le premier (un sujet beaucoup trop vite survolé à notre goût comme dans les bonus du n°1) et Gary Rydstrom au design sonore qui nous explique, entre autres choses, que les cris du bébé T-Rex sont un mélange de cris de morse, de vache, d’éléphant et de chameau.

Le Monde perdu : Jurassic Park (1997) de Steven Spielberg – Capture Blu-ray

Propulsé sur le devant de la scène au terme du premier opus, le T-Rex est bel et bien devenu LA star de cette suite pour ceux qui en douteraient encore. Ou plus précisément les T-Rex puisqu’ils sont désormais au nombre de trois : le bébé et ses deux parents. Et lorsque « Maman est très en colère » comme le déclare Jeff Goldblum de retour pour Le Monde Perdu : Jurassic Park aux côtés de Julianne Moore (sa girlfriend dans le film) et d’un jeunot répondant au nom de Vince Vaughn, voilà une suite qui promet et qui envoie du lourd. Neuf tonnes pour la version grandeur nature dixit Stan Winston dans le making of (contre quatre dans le n°1) au cours duquel pas moins de dix minutes sont consacrées aux mastodontes : consignes de sécurité, décorticage de la séquence au bord de la falaise (un décor construit sur la façade d’un parking à étages) avec les deux bestiaux montés sur rails tandis que les décors étaient construits / démontés autour d’eux en fonction des besoins du tournage. Une scène, il faut bien l’admettre, très efficace à l’image de cette suite dans son ensemble où le spectacle est à nouveau roi et le sous-texte sur la relation entre l’Homme et les animaux une fois de plus relégué (très) loin au Xème plan. Et le public de répondre pour la deuxième fois massivement présent (en dépit de recettes en salles en retrait par rapport au premier opus).

Le Monde perdu : Jurassic Park (1997) de Steven Spielberg – Capture Blu-ray

Une fascination pour les dinosaures dès le plus jeune âge que ne s’explique pas l’homme à l’origine de tout : Michael Crichton dont l’interview d’un quart d’heure datant de 1997 constitue assurément l’un des bonus les plus intéressants qui soit. L’auteur y revient sur l’idée de départ qui ne fonctionnait pas car trop fantastique (celle d’un jeune étudiant qui crée génétiquement des dinosaures à partir de fossile) et qui aime à peser le pour et le contre des avancées technologiques dans chacun de ses romans (au hasard Westworld dont la saison 2 de la série HBO piétine parailleurs pas mal, fin de la parenthèse). L’écrivain se remémore également sa première rencontre avec Spielberg en 1970 alors qu’Universal venait d’acheter les droits de son livre The Andromeda Strain et que le jeune cinéaste réalisait un épisode de la série Night Gallery pour la chaîne américaine NBC, propriété du groupe Universal. Vingt ans plus tard, alors que Spielberg et lui préparaient une « petite » série médicale du nom d’Urgences, le cinéaste réévalua ses priorités lorsque Crichton lui pitcha le script de ce qui allait devenir un véritable phénomène cinématographique et social : les dinosaures de Jurassic Park. Emballé par le concept, le réalisateur accepta donc de tourner cette suite quatre ans plus tard, Le Monde perdu : Jurassic Park, à laquelle il ajouta à la dernière minute toute la séquence finale à San Diego, lui qui rêvait depuis longtemps de faire son Godzilla dans les rues d’une grande ville américaine.

Le Monde perdu : Jurassic Park (1997) de Steven Spielberg – Capture Blu-ray

Le Monde Perdu : Jurassic Park : La 4K revient

Et quel meilleur moyen pour (re)découvrir toutes ces séquences à grand spectacle que cette édition Blu-ray 4K Ultra HD ? Et comme pour l’opus originel, Universal s’est fendu d’un tout nouveau master 4K. Et le résultat à l’écran est déjà un poil plus convaincant que son prédécesseur. À cela deux raisons. D’une part, le dégrainage nous est apparu moins prononcé bien que toujours relativement perceptible sur certaines séquences et d’autre part les effets numériques s’en tirent déjà nettement mieux en Ultra Haute Définition. Les progrès en matière de photoréalisme des dinos infographiques si souvent mis en avant au sein des bonus auront donc payés vingt ans plus tard à l’aune de cette sortie Ultra HD. Pour le reste, l’image proposée dans son format d’origine 1.85:1 encodée en HEVC 2160/24p HDR10 offre un rendu toujours aussi réussie pour cette suite voulue comme plus « sombre », notamment au niveau de la photographie de Janusz Kamiński devenu depuis La Liste de Schindler (1993) le directeur de la photographie attitré de Spielberg. Une photographie particulièrement bien mise en valeur, aussi bien lors des séquences en plein jour (la gigantesque partie de chasse) que celles de nuit (la scène au bord de la falaise sous une pluie battante comme dans le n°1 et tout le final dans les rues de San Diego). La gestion des couleurs et des contrastes, rehaussés par l’encodage HDR, permet une fois encore d’apprécier toutes ces séquences avec un surplus de confort visuel très appréciable en comparaison de la précédente édition Blu-ray.

Le Monde perdu : Jurassic Park (1997) de Steven Spielberg – Capture Blu-ray

L’upgrade entre l’image 1080p et 2160p sera une fois de plus d’autant plus facilement décelable que la galette 1080p proposée au sein de cette édition Blu-ray 4K est, comme pour le premier film, identique à celle sortie pour la première fois en 2011 et réutilisée depuis dans toutes les éditions Blu-ray parues depuis. Et tant pis pour ceux qui espéraient une image 1080p bénéficiant des bienfaits du nouveau master 4K. De fait, tous les bonus, disponibles uniquement sur le Blu-ray 1080p, n’ont pas bougé d’un iota eux non plus. On se retrouve donc à nouveau en présence d’une interactivité pléthorique bâtie autour de trois axes : les Documentaires d’archive et les Coulisses du tournage datant de 1997 et les deux nouveaux docs datant de 2011 réunis sous l’appellation Retour à Jurassic Park. Sans surprise, l’intégralité de ces bonus est l’œuvre de Laurent Bouzereau, spécialiste ès making of des films de Steven Spielberg. Seul le documentaire original sur le making of du film présente un intérêt tout relatif, simple featurette promo reprenant des morceaux du making of dans sa version complète. À noter par ailleurs une belle boulette dans les sous-titres français sur la réplique « Mummy is very angry » traduite par « Maman a très faim » alors que les sous-titres sont corrects dans le making of complet : « Maman est très en colère ». Une bourde bien connue car il ne faut pas confondre les mots anglais « angry » et « hungry » avec un « h » aspiré comme on l’apprend en cinquième. Eh oui, ça nous arrive parfois de regarder les bonus dans leur intégralité… quand le film présente un tant soit peu d’intérêt !

Refermons cette chronique sur le véritable must de cette édition Blu-ray 4K Ultra HD : sa section sonore qui, tout comme le premier opus, demeure un véritable top-démo support après support (LaserDisc, DVD, Blu-ray). Que dire de plus sinon qu’une fois encore le spectacle acoustique sera le roi dans toutes les enceintes de cette nouvelle piste DTS:X dévolue uniquement à la version originale, la VF devant quant à elle se contenter, comme toujours, d’une simple piste DTS 5.1 encodée en mi-débit. Au final, Le Monde Perdu : Jurassic Park propose une édition Blu-ray 4K Ultra HD un cran supérieur au premier volet en raison d’une image déjà plus convaincante bien qu’une fois encore perfectible.

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

Le Monde Perdu : Jurassic Park – Édition Blu-ray 4K Ultra HD

Résumé : Quatre ans après l’échec de son Jurassic Park, le milliardaire Hammond apprend au Dr Malcolm l’existence du Site B, où vivent en liberté des centaines de dinosaures. Mais si, en invitant un groupe de scientifiques à étudier ses pensionnaires, son intérêt s’avère uniquement scientifique, d’autres ont sur le Site B des vues bien plus mercantiles…

Disque 1 : Le film en Blu-ray 4K Ultra HD

Spécifications techniques :

  • Image : 1.85:1 encodée en HEVC 2160/24p HDR10
  • Langues : Anglais DTS:X, Français DTS 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 2h 08min 39s

Bonus :

  • Aucun

Disque 2 : Le film en Blu-ray

Spécifications techniques :

  • Image : 1.85:1 encodée en VC-1 1080/24p
  • Langues : Anglais DTS-HD Master Audio 7.1, Français DTS 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 2h 08min 40s

Bonus (HD et VOSTF) :

  • Scènes coupées (7min 09s)
  • Retour à Jurassic Park : A la recherche du Monde perdu (27min 40s)
  • Retour à Jurassic Park : Quelque chose a survécu (16min 30s)
  • Documentaires d’archives
    • Le making of du Monde perdu (53min 14s)
    • Documentaire original sur le making of du film (13min 17s)
    • Le phénomène Jurassic Park : Une discussion avec l’auteur Michael Crichton (15min 27s)
    • Le numéro de danse fait par ordi : Merci Steven Spielberg de la part d’ILM (1min 38s)
  • Les coulisses du tournage
    • ILM & Le Monde perdu : Avant & après les effets visuels (20min 44s)
    • Archives de production
    • Story-boards
  • Bande-annonce (1min 52s)

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *