Matrix (1999) de The Wachowski Brothers – Blu-ray 4K Ultra HD

Matrix : Welcome to the 4K world

Comme le temps passe ! En 2019, le film des frères Wachowski (frangins à l’époque, frangines aujourd’hui) fêtera ses vingt ans. Pour autant Warner Home Vidéo n’aura pas attendu cette date anniversaire pour proposer une édition Blu-ray 4K Ultra HD de Matrix. Et quelle édition !

Matrix (1999) de The Wachowski Brothers – Packshot Blu-ray 4K Ultra HD
Achetez sur Amazon
Matrix (1999)

Réalisateur : The Wachowski Brothers
Éditeur : Warner Home Vidéo
Sortie le : 23 mai 2018

Notes :
– Image (Blu-ray 1080p) : 5/5
– Image (Blu-ray 4K UHD 2160p) : 5/5
– Son : 5/5
– Bonus : 5/5

 

NB : Les captures de cet article sont issues du Blu-ray 1080p.

Matrix : Bienvenue dans le monde réel

Nous n’allons pas nous lancer dans une grande dissertation sur Matrix, ses influences aussi bien formelles que conceptuelles, l’accueil qui lui fut réservé lors de sa sortie en salles ou encore le legs du film au cours des deux dernières décennies. Tout cela a déjà été analysé et disséqué sous toutes les coutures depuis fort longtemps. Résumons donc tout ceci le plus simplement du monde et laissons à d’autres le soin d’approfondir la chose. Matrix (1999) est donc le deuxième long-métrage des frères Wachowski, Andy et Larry, trois ans après le sulfureux mais non moins réussi Bound (on peut ne pas être d’accord avec cette assertion / Note du relecteur). Sur la forme, les réalisateurs n’y cachent aucunement leur appétence pour le cinéma asiatique, depuis la japanime (à commencer par le Ghost in the Shell de Mamoru Oshii) jusqu’au polar hongkongais (les films d’un certain John Woo) en passant par le wu xia pian ; les deux frangins ayant même réussi à convaincre l’une des sommités en la matière de chorégraphier les combats de leur film : Yuen Woo-ping.

Matrix (1999) de The Wachowski Brothers – Édition 2018 (Master 4K) – Capture Blu-ray

Sur le fond, Matrix s’inscrit dans la mouvance dite cyberpunk popularisée dans la littérature par les romans de William Gibson tandis que l’ossature narrative repose sur le concept selon lequel nous, Humains, vivons dans un monde « chimérique » contrôlé par les machines, programmes informatiques conçus par l’Homme, et qu’un Messie, l’Élu, viendra un jour nous délivrer du joug de notre propre création. De cet improbable brassage thématique et visuel émergera ce que d’aucuns considèrent depuis comme LE film pivot en matière de cyberculture là où toutes les précédentes tentatives se frottant de près ou de loin au genre au cours de la décennie écoulée avaient échouées. Citons au hasard et de façon non exhaustive : Le Cobaye (The Lawnmower Man, 1992) de Brett Leonard où un simple d’esprit dans le monde réel devenait un véritable Dieu dans le monde virtuel ; Harcèlement (Disclosure, 1994) de Barry Levinson d’après un roman de Michael – Jurassic Park / WestWorld – Crichton où la manipulatrice et canon Demi Moore jouait à frotti frotta avec Michael Douglas ; Traque sur Internet (The Net, 1995) de Irwin Winkler où Sandra Bullock frappait n’importe quoi et n’importe comment sur un clavier d’ordinateur ; Johnny Mnemonic (1995) de Robert Longo adapté d’un roman de William Gibson avec déjà Keanu Reeves dans le rôle-titre.

Matrix (1999) de The Wachowski Brothers – Édition 2018 (Master 4K) – Capture Blu-ray

Autant de vaines tentatives de s’immiscer dans un univers que très peu connaissaient à l’époque, à commencer par les instigateurs des films précités. Jusqu’à ce Matrix dont le brassage des multiples influences sus-citées était enfin parfaitement assimilé pour mieux être régurgité. En salles, le film fera l’effet d’une bombe larguée de nulle part et décrochera la 4ème place du box-office mondial, étatsunien et français en 1999 avec respectivement $463M et $171M de recettes et 4,7 millions d’entrées. Non content de trouver enfin grâce aux yeux des initiés, Matrix marquera également les esprits par son utilisation du fameux bullet time qui, contrairement à une croyance de l’époque, ne vit pas le jour avec ce film mais remontait à quelques années plus tôt. Une prouesse visuelle qui permettra à Matrix de ravir l’Oscar des meilleurs CGI au nez et à la barbe d’un certain Star Wars : Épisode I – La Menace fantôme et ne cesse d’être utilisée à l’envi depuis (pubs, clips, jeux vidéo, etc.). Mais plus que tout, Matrix est sorti quelques mois seulement avant le changement de millénaire et son fameux « bug de l’an 2000 ». Loin de ramener l’humanité à l’âge de pierre, le passage en question marquera tout au contraire un immense bond technologique en avant. En dix ans à peine, le monde allait se retrouver sous la coupe non pas de la Matrice mais des désormais célèbres GAFA (et de tous ses rejetons) qui virent le jour au tournant de cette date fatidique : Amazon (1994), Google (1998), Facebook (2004), Twitter (2006). Sans oublier bien entendu l’arrivée de celui qui allait révolutionner la vie de milliards d’individus sur Terre, l’iPhone d’Apple en 2007, copié depuis par toutes les grandes marques.

Matrix (1999) de The Wachowski Brothers – Édition 2018 (Master 4K) – Capture Blu-ray

Et si internet n’en était alors qu’à ses balbutiements (l’auteur de ces lignes surfait à l’époque sur le web depuis sa piaule estudiantine avec un modem 56K – Sic !), la sortie de Matrix coïncidera pile-poil avec cette révolution numérique. Pour le meilleur mais aussi pour le pire. À l’heure où différentes études ne cessent de pointer du doigt l’hyper-dépendance aux portables, smartphones et autres tablettes ou encore les risques liés à l’exposition à de tels écrans dès le plus jeune âge, (re)voir Matrix vingt ans après prend désormais une toute autre signification. Et cette image de nouveau-nés branchés de toutes parts, né au cœur de la matrice, de prendre chaque jour davantage des allures non plus de science-fiction mais de réalité du quotidien.

Matrix (1999) de The Wachowski Brothers – Édition 2018 (Master 4K) – Capture Blu-ray

Matrix : Bienvenue dans la 4K

Pour l’heure, c’est dans le confort de notre home-cinéma bien douillé que la possibilité nous est offerte de (re)découvrir pour la nième fois Matrix dans une édition Blu-ray 4K Ultra HD assurément la plus aboutie qu’il nous ait été donné de voir à ce jour. Pour autant, quelques points risquent d’en faire tiquer certains. Commençons tout d’abord par celui qui sautera littéralement aux yeux de tous dès les premières minutes du film, à savoir l’image. Au moment de l’annonce de cette nouvelle édition, Warner précisa que les frères Wachowski avaient laissé les coudées franches à leur directeur de la photographie, Bill Pope, pour superviser le tout nouveau master du film auprès de MPI (Motion Picture Imaging), société officiant sur les films Warner, et plus spécifiquement en la personne de Jan Yarbrough. Résultat : nous sommes ici en présence d’un tout nouveau master 4K obtenu en scannant le négatif originel, le tout encodé dans son format d’origine 2.40:1 en HEVC 2160/24p Dolby Vision. Autant dire, du très lourd sur le papier.

Matrix (1999) de The Wachowski Brothers – Édition 2008 – Capture Blu-ray
Matrix (1999) de The Wachowski Brothers – Édition 2018 (Master 4K) – Capture Blu-ray

 

À l’écran, cela se traduit non pas tant par de subtils changements de cadrage que par une colorimétrie foncièrement modifiée. Vous n’avez jamais été particulièrement friands de la teinte chlorophylle omniprésente lors des scènes au sein de la matrice ? Eh bien, cette nouvelle mouture de l’image trouvera peut-être enfin grâce à vos yeux car ces dominantes vertes ont été totalement revues à la baisse. D’autres changements, au sein du monde « réel » cette fois, sont également notables tel ce voile bleuté lorsque Neo s’extirpe de son cocon ou encore ce fond d’une blancheur bien plus éblouissante dans cette scène où Morpheus et lui font face à un vieux poste de télévision. Autant de changements que vous pourrez constater par vous-même dans les captures que nous avons effectués entre le Blu-ray 1080p de 2008 et celui de 2018 car, phénomène assez rare pour être signalé, le Blu-ray 1080p a lui aussi bénéficié de ce nouveau master 4K. Toutefois ces quelques échantillons ne sauraient retranscrire à leur juste valeur les trois points forts du rendu 2160p. Tout d’abord, le degré de précision est vraiment irréprochable. Ensuite, la granulosité est particulièrement poussée comme nous l’aimons tant à la rédac. Enfin, l’encodage Dolby Vision fait vraiment chaud à voir lors des différentes petites explosions de couleurs (ah, cette célèbre femme en robe rouge !). Il restera bien ici et là quelques plans à la netteté en deçà du reste, notamment tous les plans au ralenti et/ou en bullet time. Un constat qui découle comme bien souvent du tournage originel et des effets spéciaux supervisés en 2K à l’époque mais qui s’en sortent malgré tout avec les honneurs ici.

Matrix (1999) de The Wachowski Brothers – Édition 2008 – Capture Blu-ray
Matrix (1999) de The Wachowski Brothers – Édition 2018 (Master 4K) – Capture Blu-ray

 

Côté son, les précédentes éditions avaient droit à du Dolby TrueHD et ici aussi Warner a décidé de faire peau-neuve en proposant une VO Dolby Atmos qui envoie méchamment du bois. Les partitions signées Don Davis (qui n’a plus jamais rien fait d’aussi marquant par la suite) ainsi que la B.O. techno-punk prennent ainsi encore davantage d’ampleur dans toutes les enceintes (cf. la scène d’ouverture qui nous plonge directement au cœur de la matrice) tandis que les différentes scènes d’action sauront décoller le restant de papier-peint de votre salon. Et que dire de ces balles qui fusent aux quatre coins de la pièce, notamment lors des séquences en bullet time, et demeurent aujourd’hui encore de purs moments de réjouissances en matière de démo acoustique ? Un bilan sonore en tout point réjouissant donc s’il n’y avait une fois encore le cas de la VF qui reste quant à elle cantonnée à cette antédiluvienne piste Dolby Digital 5.1 que l’on trouvait déjà sur le DVD sorti en l’an 2000. Faut-il s’en étonner ? Non, tant les majors hollywoodiennes sont devenues coutumières du fait depuis fort bien longtemps.

Matrix (1999) de The Wachowski Brothers – Édition 2008 – Capture Blu-ray
Matrix (1999) de The Wachowski Brothers – Édition 2018 (Master 4K) – Capture Blu-ray

 

Et quitte à continuer avec les sujets qui fâchent, citons également les quatre (oui, quatre !) commentaires audio toujours dépourvus de sous-titres français. Mais là encore, rien de bien surprenant de la part de Warner. Parmi les autres petits regrets, nous n’aurions pas craché non plus sur un petit upgrade de la piste musicale accompagnée des commentaires du compositeur Don Davis, cette dernière étant toujours proposée en DD 2.0 depuis l’époque du DVD (une version 5.1 n’aurait pas été de refus). Quant au reste de l’interactivité, si vous êtes l’heureux possesseur du giga-coffret Ultimate Matrix Collection sorti en DVD en 2004 (ben oui quoi, il est devant mes yeux. Matrix est peut-être ce que l’on appelle communément un film de chevet !), les bonus proposés ici-même en sont la copie conforme. Soit plus de 3h de suppléments vidéo sur un Blu-ray dédié (dont un impressionnant making of de plus de 2h) auxquelles s’ajoutent 3h de Music Revisited, sans oublier cette fameuse option Au cœur du film qui fut une petite révolution à l’époque de la sortie du DVD et qui reste toujours aussi passionnante à suivre aujourd’hui. Bref, une interactivité pléthorique qui complète à la perfection cette édition Blu-ray 4K Ultra HD très chaudement recommandable pour tous les fans du film puisqu’elle annule et remplace toutes les précédentes éditions parues à date. Avec cette précision une nouvelle fois que les changements chromatiques effectués sur le nouveau master 4K ne seront peut-être pas du goût de tous. En attendant la sortie des deux autres volets de la trilogie qui, espérons-le, auront droit au même traitement de faveur.

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080 (Édition 2008)

 

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080 (Édition 2018 – Master 4K)

 

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080 (Édition 2018 – Master 4K)

Matrix – Édition Blu-ray 4K Ultra HD

Résumé : Dans un avenir proche, un pirate informatique du nom de Neo découvre que la réalité n’est qu’une immense simulation créée par la Matrice, réduisant l’espèce humaine en esclavage. Pour Morpheus, Neo est « l’élu », capable de mettre en échec la Matrice et ses féroces Agents.

Disque 1 : Le film en Blu-ray 4K Ultra HD

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en HEVC 2160/24p Dolby Vision
  • Langues : Anglais Dolby Atmos, Français Dolby Digital 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 2h 16min 18s

Bonus (VO) :

  • Introduction écrite par les Wachowski (en français)
  • Commentaire audio des philosophes Dr Cornel West et Ken Wilber
  • Commentaire audio des critiques Todd McCarthy, John Powers et David Thomson
  • Commentaire audio de Carrie-Anne Moss, Zach Staenberg (monteur) et John Gaeta (responsable des effets visuels)
  • Commentaire audio de Don Davis (compositeur) et piste musicale

Disque 2 : Le film en Blu-ray

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en AVC 1080/24p
  • Langues : Anglais Dolby Atmos, Français Dolby Digital 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 2h 16min 20s

Bonus (VO) :

  • Introduction écrite par les Wachowski (en français)
  • Commentaire audio des philosophes Dr Cornel West et Ken Wilber
  • Commentaire audio des critiques Todd McCarthy, John Powers et David Thomson
  • Commentaire audio de Carrie-Anne Moss, Zach Staenberg (monteur) et John Gaeta (responsable des effets visuels)
  • Commentaire audio de Don Davis (compositeur) et piste musicale
  • Au coeur du film

Disque 3 : Le Blu-ray de bonus (HD et VOSTF)

  • The Matrix Revisited (122min 50s)
  • La création de Matrix (43min 06s, SD)
  • Suivez le lapin blanc (22min 51s, SD)
  • La pilule rouge (17min 42s, SD)
  • The Music Revisited
  • Rock is Dead (3min 20s, SD)
  • Bandes-annonces et spots TV (1min 01s, 2min 33s, 3min 54s, SD)

5 réflexions sur « Matrix : Welcome to the 4K world »

  1. Dans les références vous avez omis certainement « le » film auquel les Wachowski ont vendangé le plus d’idées ( direction artistique, scénario …), c’est DARK CITY d’Alex Proyas.
    En effet il y a quelques mois de ça, le magazine PREMIERE sortait un excellent entretien avec Proyas et son ancien directeur artistique, dans lequel on apprenait que les Wacho avaient eu entre les mains le script de DARK CITY bien avant que le film ne sorte, avaient même assisté à des projections tests du film, et s’en étaient librement inspirés pour leur film.
    Revoyez Dark City pour vous en convaincre, vous verrez alors Matrix sous un autre angle , celui d’un plagiat scandaleux passé sous silence par les Wacho et la Warner à cette époque.

  2. Merci pour cette info que nous ne connaissions pas. Pour ma part, je n’ai jamais été un très grand défenseur de Matrix mais je reconnais sans pb prendre toujours autant de plaisir à le revoir quand je tombe dessus sur le câble par exemple. Il est évident que ce film s’inscrivait dans « l’air du temps » mais qu’il a aussi fortement influencé le cinéma hollywoodien pour pas mal d’année. Un peu comme le fut Die Hard lors de la décennie précédente. Et ce sans vouloir comparer plus que cela tant Die Hard c’est bien plus que cela. Concernant Dark City, c’est un film qui sera peut-être « redécouvert » et dont les qualités seront peut-être mieux mis en avant dans un futur proche. Il n’en reste pas moins un film un peu boursouflé au scénario finalement assez linéaire et maladroit porté par une réalisation qui se regarde pas mal filmée. C’était le sentiment que j’en avais eu à l’époque. Ce n’est peut-être pas celui que j’en aurais aujourd’hui. Dans un registre de « film noir » je lui ai toujours préféré The Crow de 4 ans son ainée. Certes pas un film de SF/fantastique (encore que) mais dont le traitement ultra stylisé hérité et digéré des années 80 a je pense bien plus tenu la route du temps qui passe. Ce n’est que mon avis il va sans dire…

  3. The Crow et ses scènes d’actions sur les toits ressemblent étrangement à la scène d’ouverture de Matrix 😉

  4. Totalement… Le cinéma comme dans bcp d’autres domaines se nourrit et s’influence de films en films (pour ne pas dire se plagie), sans cesse…

  5. Les décors des toits de Dark City ont été d’ailleurs directement ré-utilisés pour Matrix, ceci expliquant aussi cela.

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *