Mission : Impossible (1996) de Brian De Palma – Blu-ray 4K Ultra HD

Mission : Impossible

En 2016, Mission : Impossible le film adapté de la série du même nom fêtait son vingtième anniversaire. Mais le Blu-ray 4K Ultra HD venant tout juste de faire son apparition sur le marché, Paramount préféra attendre bien sagement l’arrivée dans les salles obscures du nouvel opus, Fallout, en 2018 pour le sortir sur le support. L’occasion parfaite pour se replonger dans ce tout premier volet réalisé par Brian De Palma.

Mission : Impossible (1996) de Brian De Palma – Packshot Blu-ray 4K Ultra HD
Achetez sur Amazon
Mission : Impossible (1996)

Réalisateur : Brian De Palma
Éditeur : Paramount Home Entertainment France
Sortie le : 3 juillet 2018

Notes :
– Image (Blu-ray 1080p) : 2,5/5
– Image (Blu-ray 4K UHD 2160p) : 4/5
– Son : 4/5
– Bonus : 2/5

 

NB : Les captures de cet article sont issues du Blu-ray 1080p.

Tom + Brian = Mission : Impossible

Mission : Impossible (1996), c’est avant tout l’histoire d’une rencontre. Celle d’une super star du box-office, également connue dans le milieu comme un acteur A-list, et d’un cinéaste dit du Nouvel Hollywood. Après sa révélation à 21 ans dans Outsiders (1983) de Francis Ford Coppola, Tom Cruise jongla de succès en succès avec la facilité d’un barman préparant ses cocktails : Top Gun (1986), Rain Man (1988), Jours de tonnerre (1990), Entretien avec un vampire (1994). Autant de films qui flirteront, voire même dépasseront allègrement la barre des $100M de recettes en salles aux États-Unis (et plusieurs centaines de millions à l’international). Mais durant cette même période, la star ne se contenta pas d’afficher son célèbre sourire Ultra Brite tout en dévoilant son corps d’albâtre huileux et bronzé au détour d’une mythique partie de Beach-volley, il saura également casser, en partie, son image de beau gosse pour prendre part à des projets aux côtés de cinéastes plus « pointus » : La couleur de l’argent (1986) de Martin Scorsese, Né un 4 juillet (1989) de Oliver Stone qui lui vaudra par ailleurs sa première nomination aux Oscars ou encore La Firme (1993) de Sydney Pollack. Autant de longs-métrages qui connaîtront là encore un succès certain en salles. Au milieu des années 90, Tom Cruise est littéralement le roi d’Hollywood. Tout ce qu’il touche vaut de l’or. La star décide alors de passer à la vitesse supérieure en créant sa propre boîte de prod : Cruise/Wagner Productions afin de produire son tout premier long-métrage. Fan de la série imaginée dans les 60s par Bruce Geller, Cruise et sa partenaire, Paula Wagner, propose alors à Paramount qui en possède les droits de décliner Mission : Impossible sur grand écran. Pour mener à bien ce projet, l’acteur / producteur se tourne vers un cinéaste dont la carrière est, elle aussi à ce moment-là, à son apogée.

Mission : Impossible (1996) de Brian De Palma – Capture Blu-ray

Si ses scores au box-office sont loin d’égaler ceux de Tom Cruise, Brian De Palma n’en est pas moins devenu un véritable monstre sacré du fameux Nouvel Hollywood, et ce dès 1974 et un certain Phantom of the Paradise. Depuis ce coup d’éclat que d’aucuns considèrent aujourd’hui encore comme le joyau de sa carrière, De Palma a lui aussi enfilé les longs-métrages comme autant de petites perles venues embellir chaque fois un peu plus sa filmo : Obsession (1976), remake pleinement assumé du Sueurs Froides (1958) d’Alfred Hitchcock, Carrie au bal du diable (1976) qui reste à ce jour l’une des meilleures adaptations d’un roman de Stephen King, Blow Out (1981) sous forte influence du Blow-up (1966) de Michelangelo Antonioni. Mais c’est sans conteste avec son diptyque Scarface (1983) / L’Impasse (1993) que De Palma dynamite littéralement tout sur son passage, bien aidé par la prestation totalement azimutée et cocaïnée d’un certain Al Pacino. You wanna fuck with me ? Une chose est sûre, au début des années 90, nobody fucks with De Palma qui tutoie alors les sommets, réalisera même dans l’entrefaite ce qui reste aujourd’hui encore l’une des meilleures adaptations de série télé sur grand écran, Les Incorruptibles (1987), bien aidé là encore par le face à face entre Sean Connery et Robert De Niro, la musique de Ennio Morricone et le scénar élégamment ficelé d’un certain David Mamet. Celui qui voue un culte sans bornes au maître du suspense qu’est Alfred Hitchcock et dont le cinéma tout entier repose sur les faux-semblants ne pouvait que répondre favorablement à l’appel de Mission : Impossible et de ses masques qui tombent, au propre comme au figuré.

Mission : Impossible (1996) de Brian De Palma – Capture Blu-ray

Un masque se distingue toutefois très vite des autres : celui de Tom Cruise, star omnipotente qui tient là le premier opus d’une saga au long cours. Dans la featurette Mission : Remarquable – Créer l’impossible depuis 40 ans, un lapsus révélateur de Paula Wagner illustre d’ailleurs parfaitement cet état de fait lorsqu’elle parle de Tom Cruise et non de son personnage Ethan Hunt. Prenant littéralement l’expression « tuer le père » au pied de la lettre, Mission : Impossible le film entend donc en finir avec la figure emblématique de la série télévisée des 60s, Jim Phelps, quitte à s’attirer l’ire des fans, pour mieux servir de piédestal à son nouveau héros. Un « passage de témoin en force » qui se conclura en apothéose au cours d’une séquence à très grande vitesse mise en boîte au tout début du tournage tandis que Robert Towne, coscénariste aux côtés de David Koepp, précise qu’il ré-écriera les autres scènes pendant la nuit, voire même en journée entre les prises. Une déclaration qui illustre bien le modus operandi de Mission : Impossible : celui d’une saga qui avance au jugé et où l’intrigue n’est qu’un faire-valoir aux exploits de Ethan Hunt, n’en déplaise à Tom Cruise qui ne cesse de répéter à longueur d’interviews toute l’importance du scénario. Si Brian De Palma parvient à distiller une (petite) partie de son propre univers au sein de cette machinerie déjà bien huilée, notamment au travers de sa mise en scène (angles de caméra, photographie « vaporeuse », double mise au point, etc.) ou de quelques plans un peu plus « saignants », Tom Cruise n’en conserve pas moins le contrôle, sachant réfréner les élans éventuels du cinéaste. À l’image de ce plan où Ethan Hunt retient le bras armé de Krieger (Jean Reno) sur le point de faire un massacre sur un agent de sécurité de la CIA.

Mission : Impossible (1996) de Brian De Palma – Capture Blu-ray

Un plan prélude à la scène qui restera sans doute comme la plus mythique de ce premier Mission : Impossible et qui deviendra un passage obligé pour tous les épisodes suivants : celui d’un Tom Cruise réalisant lui-même la quasi-totalité de ses cascades et suspendu au-dessus d’un vide toujours plus vertigineux mais n’en trônant pas moins au sommet d’une franchise très lucrative. Si l’on s’inscrira en faux face à la déclaration du comédien qui évoque un « Brian De Palma à son meilleur », force est toutefois de reconnaître que, rétrospectivement et du haut des six épisodes que comportent la saga vingt-deux ans plus tard, ce tout premier Mission : Impossible constitue sans doute l’opus le plus réussi. Et accessoirement le plus gros succès commercial du cinéaste avant sa chute.

Mission : Impossible (1996) de Brian De Palma – Capture Blu-ray

Mission : Impossible presque possible en 4K

Et comme pour mieux réhabiliter si besoin était ce tout premier opus de la saga Mission : Impossible, Paramount s’est donc fendu d’un nouveau master 4K flambant neuf et une image au format respecté 2.40:1 encodée en HEVC 2160/24p Dolby Vision. La différence avec la précédente édition Blu-ray sortie au sein d’un coffret trilogie parue en 2008 est d’autant plus flagrante que l’image de celle-ci, encodée en MPEG-2, était tout sauf digne du support Haute Définition avec une copie et une définition bien faiblarde. Point de tout cela ici avec une copie désormais bien propre et un niveau de précision Ultra HD enfin digne de la mise en scène de De Palma tandis que la photographie signée Stephen H. Burum, D.P. qui avait déjà travaillé avec le cinéaste à plusieurs reprises auparavant (notamment sur Les Incorruptibles, Outrages ou encore L’Impasse), retrouve elle aussi de sa superbe. Nous sommes ravis de voir ressortir cette pointe de rouge à lèvres de Kristin Scott-Thomas au milieu d’une nuit bleue embrumée ou encore ce restaurant bardé de couleurs où Hunt retrouve Kittridge. Il n’y a pas à dire, l’encodage HDR en Dolby Vision redonne à l’ensemble une bonne partie de son éclat, le tout couplé à un rendu hyper granuleux et respectueux d’un tournage argentique 35mm même si tout n’est pas idyllique pour autant comme les différents trucages numériques (la scène finale du TGV évoquée ci-dessus) et quelques plans ici ou là au rendu moins affuté.

Mission : Impossible (1996) de Brian De Palma – Capture Blu-ray

Côté son, Paramount a également consenti un bel effort puisqu’en lieu et place des pistes Dolby Digital 5.1 du Blu-ray, la galette 4K propose désormais une VO Dolby TrueHD 5.1 qui fait bien son boulot au cours du final ou encore durant une ou deux scènes un tant soit peu musclées (une voiture qui explose par ci, un aquarium par là). Les musiques composées par Danny Elfman (oui, le compositeur des films de Tim Burton, c’est bien lui !) profitent également des bienfaits du passage à un flux HD mais dans son ensemble, ce premier Mission : Impossible est sans conteste le moins démonstratif sur le plan acoustique. Ce qui ne constitue aucunement un reproche en soi mais n’excuse pas pour autant le traitement réservé à la VF qui reste quant à elle bel et bien cantonnée à une simple piste Dolby Digital 5.1. Il ne fallait pas rêver !

Mission : Impossible (1996) de Brian De Palma – Capture Blu-ray

Précisons pour finir que Paramount nous a uniquement fait parvenir le disque 4K et non l’édition Blu-ray 4K Ultra HD complète que l’on trouve dans le commerce. Selon nos informations, celle-ci renfermerait également le même Blu-ray 1080p déjà sorti en 2008 accompagnés de quelques bonus sans grand intérêt sinon celui de « servir la soupe » à Tom Cruise. En attestent ces deux grosses compilations de sa filmographie diffusées en 2005 au cours des British Academy Awards et des MTV Movie Awards. Les deux seuls suppléments un tant soit peu intéressants sont à chercher du côté de Mission : Les espions sont parmi nous avec des interventions de véritables ex-agents secrets qui évoquent, entre autres, les tentatives d’assassinat de Fidel Castro, ainsi que Mission : Musée international de l’espion qui passe en revue certains des gadgets vus dans le film. Autant dire en définitive que la seule véritable valeur ajoutée de cette édition Blu-ray 4K Ultra HD de Mission : Impossible est à chercher du côté de sa galette 4K qui permet à l’heure actuelle de (re)découvrir le film de De Palma dans les meilleures conditions home-cinéma.

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

Mission : Impossible – Édition Blu-ray 4K Ultra HD

Résumé : Chargé d’une nouvelle mission, l’agent du contre espionnage Ethan Hunt tombe avec son équipe dans un piège sanglant. Seul survivant avec Claire, la jeune épouse de son regretté chef Jim Phelps, Ethan se retrouve accusé de trahison. En fuite, il prépare sa contre-attaque, recrutant l’homme de main Krieger et le pirate informatique Luther…

Disque 1 : Le film en Blu-ray 4K Ultra HD

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en HEVC 2160/24p Dolby Vision
  • Langues : Anglais Dolby TrueHD 5.1, Français Dolby Digital 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 1h 50min 12s

Bonus :

  • Aucun

Disque 2 : Le film en Blu-ray

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en MPEG-2 1080/24p
  • Langues : Anglais & Français Dolby Digital 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 1h 50min 12s

Bonus (SD et VOSTF) :

  • Mission : Remarquable – Créer l’impossible depuis 40 ans (11min 26s)
  • Mission : Exploits explosifs (5min 09s)
  • Mission : Les espions sont parmis nous (8min 40s)
  • Mission : Attraper le train (2min 39s)
  • Mission : Musée international de l’espion (6min 31s)
  • Les dossiers (VF)
  • Excellence en cinéma (9min 15s)
  • Génération : Cruise (3min 36s)
  • Galerie de photos
  • Mission : Marketing (VO)

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *