Ocean's 8 (2018) de Gary Ross – Blu-ray 4K Ultra HD

Ocean’s 8 : #BalanceTon4K

Comme il est désormais de coutume à DigitalCiné, personne à la rédac n’avait daigné bouger ses fesses jusqu’au ciné pour découvrir Ocean’s 8 en salles. « Aucun intérêt » nous avait déclaré notre éclaireur maison, le bien nommé Sandy, qui avait quant à lui fait l’effort de le voir en projo de presse. Il faut dire que la bande-annonce laissait comme un arrière-goût de photocopie Femina de Ocean’s 11. Et ce n’est pas vraiment la séance de rattrapage vidéo à l’occasion de sa sortie dans une édition Blu-ray 4K Ultra HD très satisfaisante sur le plan technique qui nous aura fait changer d’avis.

Ocean's 8 (2018) de Gary Ross – Packshot Blu-ray 4K Ultra HD
Achetez sur Amazon
Ocean’s 8 (2018)

Réalisateur : Gary Ross
Éditeur : Warner Home Vidéo
Sortie le : 17 octobre 2018

Notes :
– Image (Blu-ray 1080p) : 4,5/5
– Image (Blu-ray 4K UHD 2160p) : 4,5/5
– Son : 4/5
– Bonus : 1,5/5

NB : Les captures de cet article sont issues du Blu-ray 1080p.

Ocean’s 11 + #MeToo = Ocean’s 8

Honnêtement, dès la scène d’intro, tout ceci aurait dû nous mettre la puce à l’oreille : Debbie Ocean, interprétée par Sandra Bullock, sœur de Danny, le personnage interprété par George Clooney dans la trilogie Ocean, passe devant une commission de libération conditionnelle où elle déclare avoir aimé la mauvaise personne l’ayant conduit à commettre des actes répréhensibles aux yeux de la loi. Ça vous rappelle quelque chose ? Le parallèle entre les deux films est d’autant plus simple à faire que les premières minutes de Ocean’s 8 et celles de Ocean’s 11 sont proposées directement sur la chaîne YouTube de Warner Bros. France. Pour la faire courte, le reste du film est à l’avenant de cette scène d’ouverture : recrutement d’une équipe de spécialistes (pickpocket, hackeuse, diamantaire, etc.), braquage de haute volée, champagne, the end ! Bref, le petit guide illustré de la parfaite photocopie. À la différence près, comme nous le rappelle le bonus intitulé fort à propos Un vol en talons, que le Rat Pack d’origine est ici remplacé par des Rat Packeuses plus (Bullock, Blanchett, Bonham Carter, Rihanna) ou moins connues du grand public (toutes les autres). Et si Anne Hathaway voit dans ce Ocean’s 8 la combinaison entre Ocean’s 11 et Le Diable s’habille en Prada (le film qui propulsa sa carrière), nous y verrions plutôt un Ocean’s 11 à la sauce #MeToo.

Ocean's 8 (2018) de Gary Ross – Capture Blu-ray

Alors certes, le hasard du calendrier aura voulu que le film sorte en salles précisément quelques mois après la désormais célèbre affaire Weinstein alors que le projet fut officiellement annoncé en octobre 2015 avec Sandra Bullock en tête d’affiche, alors à l’apogée de sa carrière après le sacre international de l’excellent Gravity (2013) de Alfonso Cuarón (d’ailleurs au passage, il sort quand ce film en Blu-ray 4K ?). Toutefois, les déclarations de la coscénariste Olivia Milch corroborent cette approche pro-féministe. Au sein du bonus sus-cité, elle se demande en effet pourquoi les femmes devraient-elles toujours avoir des motivations profondes et tragiques ? Pourquoi ne pourraient-elles pas tout simplement s’amuser et se lâcher déclare-t-elle alors avec force vocifération et gesticulation ? Dont acte, Ocean’s 8 est un film fun. Sur ce point, nous sommes plutôt servis et de toute évidence, à en juger par les résultats au box-office, le public aussi. Le film sera ainsi parvenu à enregistrer (d’une courte tête) le meilleur démarrage de la saga au box-office étatsunien mais n’en aura pas moins terminé deuxième derrière Ocean’s 11 avec $139M de recettes contre $183M pour le film avec George Clooney. À l’international, Ocean’s 8 prend même la quatrième (et donc dernière) place du classement de la franchise. Idem en France où il aura attiré 900 000 spectateurs / trices à comparer aux 4,4M, 2,9M et 1,6M respectifs de la trilogie réalisée par Steven Soderbergh. Le cinéaste officie par ailleurs en tant que producteur de cette déclinaison féminine qui tente bien de tisser d’autres liens avec son alter ego masculin, notamment au travers de deux petits caméos (Elliott Gould et Shaobo Qin) ou encore en se la jouant roublard jusque dans ses petits twists finaux mais qui ne surprennent finalement personne.

En dépit de tout le bien que l’on pense du réalisateur Gary Ross à qui l’on doit les très réussis Pleasantville (1998) et Pur Sang (2003) ou encore le premier volet de la saga Hunger Games (2012), celui-ci ne peut pas faire de miracle. Ocean’s 8 a beau se parer de ses atours les plus étincelants pour le grand final, il ne parvient pas pour autant à occulter ce sentiment d’un remake plan-plan sauce #metoo qui, à aucun moment, ne réussit à se démarquer de la bande à Danny, paix à son âme.

Ocean's 8 (2018) de Gary Ross – Capture Blu-ray

Ocean’s 8 : Strass et paillettes en 4K

Une chose est sûre en revanche, si vous (re)découvrez Ocean’s 8 à l’aune de cette édition Blu-ray 4K Ultra HD, vous ne perdrez pas une miette de tout ce fardage et autre défilé de haute couture avec une image proposée dans son format d’origine 2.40:1 encodée en HEVC 2160/24p Dolby Vision. Et si le tournage a eu lieu à l’aide de caméras numériques avec une résolution annoncée en 3,4K, nous n’avons trouvé aucune trace concernant le digital intermediate utilisé : 2K ou 4K ? Quoiqu’il en soit, l’image est un vrai délice, soyeuse et éclatante et où le grand gala final brille de mille feux avec ses couleurs rehaussées par l’encodage HDR. Le rendu est d’une précision quasi-chirurgicale. À l’image de l’opération qu’a subi le tarin de Sandra Bullock que l’on pourra admirer à loisir sous presque toutes ses coutures au même titre que l’épaisse couche de cosmétique sur le visage des comédiennes. Il n’y a pas à dire, la 4K, ça ne pardonne pas ! D’ailleurs, les trucages numériques des tous derniers plans larges du film passent eux aussi très moyennement à l’écran. Enfin, et comme beaucoup de films récents, a fortiori tournés en numérique, le rendu nous est apparu un peu trop lisse à notre goût.

Ocean's 8 (2018) de Gary Ross – Capture Blu-ray

Côté son, Ocean’s 8 n’est pas ce que l’on pourra appeler un film qui verse dans la démonstration acoustique. Et si l’on appréciera un mix qui fait la part belle aux dialogues et aux ambiances, avec là encore une petite préférence pour le grand gala final, la bande son vaut avant tout pour sa très riche B.O. : Nancy Sinatra, Amy Winehouse, The Black Keys ou encore Charles Aznavour dont la chanson Parce que tu crois bénéficie d’une très belle ampleur musicale à la 60ème minute. Et pour une fois, il n’y aura point de jaloux entre anglophones et francophones puisque VO et VF sont toutes deux proposées en Dolby Atmos. Une situation que l’on aimerait bien voir se reproduire plus souvent. En revanche, n’espérez rien côté bonus : deux courtes scènes coupées sans grand intérêt (en même temps c’est un peu le principe puisqu’elles sont coupées) en compagnie de Sarah Paulson et trois featurettes promos qui passent en revue le braquage final au cours de ce fameux gala, THE plus couru des États-Unis dans le monde de la mode, les robes (toutes signées de grand nom de la haute couture) de nos voleuses en talons hauts, sans oublier bien sûr le somptueux casting de comédiennes devenues très copines sur un tournage où tout le monde il est beau, tout le monde il est formidable. Bref, circulez, y’a rien à voir. À la place (ou bien en complément) de ce Ocean’s 8, nous n’aurions pas craché sur la sortie en Blu-ray 4K de la trilogie réalisée par Steven Soderbergh.

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

Ocean’s 8 – Édition Blu-ray 4K Ultra HD

Résumé : La sœur de Danny Ocean, Debbie, rassemble les talents d’une équipe de pros de l’arnaque pour voler un collier estimé à 150 millions de dollars pendant le très prisé Met Ball de New York et ainsi réaliser le plus gros coup jamais orchestré par les Oceans’.

Disque 1 : Le film en Blu-ray 4K Ultra HD

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en HEVC 2160/24p Dolby Vision
  • Langues : Anglais & Français Dolby Atmos
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 1h 50min 09s

Bonus :

  • Aucun

Disque 2 : Le film en Blu-ray

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en AVC 1080/24p
  • Langues : Anglais & Français Dolby TrueHD 7.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 1h 50min 09s

Bonus (HD et VOSTF) :

  • Scènes coupées (1min 53s)
  • Recréer le Gala du Met (12min 47s)
  • Un vol en talons (11min 35s)
  • Équipe Ocean’s 3.0 (13min 20s)

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *