Sans un bruit (2018) de John Krasinski – Blu-ray 4K Ultra HD

Sans un bruit : Silence en or 4Krat

À DigitalCiné, le juge de paix en matière de sorties ciné a pour nom Sandy Gillet. Ainsi, tous les membres de la rédac attendent aussi impatiemment que fébrilement chacun de ses retours de projections de presse et dès qu’il franchit le pas de la porte des locaux, tous les regards se tournent aussitôt vers lui et tous posent inlassablement la même question à l’unisson : « Alors ? ». Neuf fois sur dix, la réponse varie de « Bof » à « Sans intérêt ». Une réponse aussi lapidaire que glaciale qui sera suivi de mines déconfites pour le restant de la journée et synonyme de rattrapage vidéo quelques mois plus tard. Mais il arrive aussi que le bonhomme se plante dans les grandes largeurs. Comme par exemple avec Sans un bruit dont la sortie dans une édition Blu-ray 4K Ultra HD très efficace fut l’occasion de rattraper un excellent long-métrage qui nous aura littéralement scotché à notre canapé.

Sans un bruit (2018) de John Krasinski – Packshot Blu-ray 4K Ultra HD
Achetez sur Amazon
Sans un bruit (2018)

Réalisateur : John Krasinski
Éditeur : Paramount Home Entertainment France
Sortie le : 30 octobre 2018

Notes :
– Image (Blu-ray 1080p) : 4,5/5
– Image (Blu-ray 4K UHD 2160p) : 4/5
– Son : 4,5/5
– Bonus : 1,5/5

NB : Les captures de cet article sont issues du Blu-ray 1080p.

Sans un bruit : Un silence qui vaut de l’or

Allez savoir pourquoi ce jour-là notre monsieur cinéma de la rédac était revenu de la projection de Sans un bruit avec son air chafouin habituel en déclarant : « Le concept tourne rapidement à vide. On a déjà vu ça mille fois auparavant ». Avait-il mal dormi la nuit passée ? S’était-il réveillé du mauvais pied ? Le PGS avait-il perdu la veille (cela n’arrive plus ça Monsieur / NDSG) ? Toujours est-il que pour une fois, la bande-annonce donnait méchamment envie tandis que les premières reviews américaines étaient dithyrambiques et que le bouche à oreille outre-Atlantique avait engendré des recettes pour le moins confortables ($188M) eu égard à son budget somme toute très modeste (« seulement » $17M). En France, le film rencontra également un joli succès avec près de 650 000 entrées même si l’on devine bien volontiers que le distributeur Paramount en espérait sans doute davantage compte-tenu du nombre de copies (378). Un trailer aguicheur, des reviews extatiques et un public en liesse pour à l’arrivée un film tout moisi, ça ne serait pourtant pas la première fois que l’on voit ça. Sauf que dans le cas de Sans un bruit, cette maxime se trouve totalement invalidée.

Sans un bruit (2018) de John Krasinski – Capture Blu-ray

Alors certes, le pitch de départ (une famille qui tente de survivre dans un monde post-apocalyptique) et son exécution n’ont rien d’extraordinaire et ont déjà été vu des centaines de fois auparavant. Et si les différents emprunts aux classiques du cinéma d’horreur sont évidents, depuis Alien jusqu’à Jaws en passant par les films d’Hitchcock, ces références sont pleinement assumées (cf. les suppléments) et très habilement réutilisées ici où le maître-mot était bel et bien de revenir aux fondamentaux du genre comme nous le rappelle Scott Farrar, responsable des effets visuels, au sein des bonus : en montrer le moins possible, suggérer à l’écran et laisser ainsi l’imagination du spectateur faire son œuvre et la peur s’immiscer crescendo jusqu’au grand feu d’artifice final, au propre comme au figuré. De ce point de vue, Sans un bruit est méchamment efficace. Alors certes, d’aucuns argueront sans doute que donner naissance à un nouveau-né, braillard par définition sans compter les douleurs de l’accouchement endurés par la mère, dans un monde grouillant de créatures qui vous réduisent en bouilli d’un simple coup de pattes au moindre petit bruit, n’est pas la décision la plus futée qui soit. Loin de là. Mais pareille décision se trouve là-encore motivée par une scène d’intro qui plonge illico dans l’ambiance, vous scotchant à votre fauteuil dont vous ne décollerez plus durant les 90 minutes suivantes.

Sans un bruit (2018) de John Krasinski – Capture Blu-ray

Et si Sans un bruit n’a certes rien de bien surprenant avec son scénario dont on voit venir bien longtemps à l’avance les différents revirements (un clou par ci, une oreillette par là), celui-ci ne cherche pas pour autant à jouer au plus fin avec le spectateur, préférant se focaliser sur ce qu’il sait faire de mieux : nous happer au cœur de son univers post-apo minimaliste prenant et intense avec son très beau drame familial et humain en creux. Une approche motivée et renforcée par les propos de John Krasinski, réalisateur, coscénariste et interprète, qui déclare avoir injecté beaucoup de ses propres angoisses de jeune père qu’il était au moment de la production du film. Acteur à la filmographie déjà bien remplie, mari à la ville de Emily Blunt avec laquelle il partage l’affiche de Sans un bruit, John Krasinski vient assurément de frapper un très grand coup avec son troisième long-métrage en tant que réalisateur. Sans surprise, avec des scores pareils au box-office, une suite est d’ores et déjà en chantier. Sauf que cette fois-ci, qu’importe ce qu’en dira notre estimé collègue mais néanmoins ami Sandy, nous irons le découvrir en salles.

Sans un bruit (2018) de John Krasinski – Capture Blu-ray

Sans un bruit : 4K en or mais pas massif

Mais pour l’heure, c’est par l’entremise de cette édition Blu-ray 4K Ultra HD que vous pourrez vous (re)voir Sans un bruit dans votre salon. Ce qui ne sera pas, loin s’en faut, la pire façon de (re)découvrir le film. Proposée dans son format d’origine 2.40:1 encodée en HEVC 2160/24p Dolby Vision à partir d’un digital intermediate 2K, l’image laisse apparaître un rendu somptueusement granuleux et un grain de peau tout aussi magnifique lors des gros plans. Et pour cause, comme précisé au générique de fin, Sans un bruit a été tourné sur cette bonne vieille pelloche 35mm. Une incongruité pour une industrie qui ne jure plus désormais que par les tournages en numérique, à de rares exceptions près (Nolan, Tarantino, etc.). On appréciera également la très belle profondeur de champ lors des plans larges sur ce lopin de terre même si l’image n’apparaît pas forcément aussi pointue qu’escomptée au niveau des arrière-plans dans ces moments là. L’encodage HDR Dolby Vision remplit également parfaitement son office, accentuant les teintes de peau, la verdure environnante, les scènes plongées dans des teintes rougeoyante, tout en offrant une très belle lisibilité lors des nombreuses séquences nocturnes ou en basse lumière. Soit en gros toute la seconde moitié du film. Alors certes, le gain qualitatif du rendu 2160p n’est pas le plus écrasant qu’il nous ait été donné de voir en comparaison du rendu 1080p mais l’ensemble fait néanmoins son petit effet et renforce encore davantage le climat oppressant du film.

Sans un bruit (2018) de John Krasinski – Capture Blu-ray

Côté son et comme le disait le générique d’une célèbre série TV : « Ce n’est pas une défaillance de votre téléviseur ». Ou plus précisément dans le cas présent de votre installation home-cinéma. Au cours des toutes premières minutes de Sans un bruit, vous n’entendrez… et bien pas grand bruit, c’est le cas de le dire. Comme le précise le producteur Andrew Form au sein des bonus : « À certains moments du film, on coupe tout son […] La première fois, j’ai cru que les enceintes étaient cassées ». Ce qui ne veut pas dire pour autant que le mixage sonore soit amorphe, loin de là. Simplement qu’il nous permet d’apprécier plus que jamais la précision des plus infimes éléments de la bande son, comme par exemple ce battement de cœur d’un fœtus à 27min 30s tandis que les passages un peu plus « bruyants », toutes proportions gardées, nous surprendraient presque lorsqu’ils en viennent à s’emparer de toutes les enceintes, tel ce passage musical le temps d’une danse à 24min ou encore le cours d’eau d’une rivière à 34min. Un mixage si calme, posé et… quasi-mutique que cela en devient presque surréaliste lorsque l’on entend pour la première fois des voies humaines à la 38ème minute ! Et dire que ce mixage est l’œuvre des designers sons qui ont bossé sur les films Transformers ! Et pour cause, un certain Michael Bay est producteur de Sans aucun bruit via sa boîte de prod Platinum Dunes. Mais que les amateurs de bons gros sons se rassurent, la seconde moitié du film est déjà nettement plus pêchue et réserve son lot de bons gros effets dans toutes les voies, basses incluses. Sans grande surprise et comme toujours, c’est la piste anglaise Dolby Atmos qui l’emporte haut la main là où la piste française doit se contenter d’un petit Dolby Digital 5.1 qui fait le job mais dans des proportions moindres il va sans dire.

Sans un bruit (2018) de John Krasinski – Capture Blu-ray

Comme bonus, on aurait bien aimé en apprendre davantage. Les trois petits nodules proposés sont un peu plus instructifs que les habituelles featurettes promotionnelles absconses mais pas encore suffisamment approfondis pour satisfaire pleinement le cinéphile avide de vraies coulisses du tournage. Nous retiendrons tout de même dans le module consacré au montage son quelques bouts d’essai des bruitages des créatures, beaucoup plus bruyants et stridents qu’ils ne le seront au final. En revanche, nous ne saurions que trop vous recommander de suivre l’excellent conseil des designers sons qui préconisent pour ceux qui regarderaient Sans un bruit chez eux, devant leur home sweet home cinéma, de couper tous les autres sons ambiants pour en profiter pleinement. Et surtout de laisser de côté les popcorns au profit des chamallows, comme l’avait proposé une célèbre chaîne de cinéma lors de la sortie dans les salles françaises.

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

Sans un bruit – Édition Blu-ray 4K Ultra HD

Résumé : Une famille tente de survivre sous la menace de mystérieuses créatures qui attaquent au moindre bruit. Sachant que le moindre murmure, que le moindre pas peut entraîner la mort, Evelyn et Lee sont déterminés à trouver un moyen pour protéger leurs enfants coûte que coûte.

Disque 1 : Le film en Blu-ray 4K Ultra HD

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en HEVC 2160/24p Dolby Vision
  • Langues : Anglais Dolby Atmos, Français Dolby Digital 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 1h 30min 14s

Bonus :

  • Aucun

Disque 2 : Le film en Blu-ray

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en AVC 1080/24p
  • Langues : Anglais Dolby Atmos, Français Dolby Digital 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 1h 30min 14s

Bonus (HD et VOSTF) :

  • Création du silence : Dans les coulisses de Sans un bruit (14min 45s)
  • Le son des ténèbres : Montage son de Sans un bruit (11min 44s)
  • Un motif pour le silence : Les effets visuels de Sans un bruit (7min 33s)

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *