BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan (2018) de Spike Lee – Blu-ray 4K Ultra HD

BlacKkKlansman – J’ai infiltré le KKKK

Quelle meilleure façon de débuter 2019 en home-cinéma que le dernier long-métrage réalisé par Spike Lee, BlacKkKlansman – J’ai infiltré le Ku Klux Klan ? Ce qui ne sera assurément pas pour nous déplaire car non content d’être le tout premier film du cinéaste à avoir les honneurs d’une parution en Blu-ray 4K Ultra HD (en espérant que cette sortie en appellera d’autres sur le support), cette édition fait montre de performances techniques en adéquation avec les mérites artistiques du film. Il n’en fallait pas moins pour faire notre bonheur de home-cinéphile.

BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan (2018) de Spike Lee - Packshot Blu-ray 4K Ultra HD
Achetez sur Amazon
BlacKkKlansman – J’ai infiltré le Ku Klux Klan (2018)

Réalisateur : Spike Lee
Éditeur : Universal Pictures Vidéo
Sortie le : 9 janvier 2019

Notes :
– Image (Blu-ray 1080p) : 4,5/5
– Image (Blu-ray 4K UHD 2160p) : 4,5/5
– Son : 4,5/5
– Bonus : 1/5

 

NB : Les captures de cet article sont issues du Blu-ray 1080p.

BlacKkKlansman – Unite the Nation

Comme nous l’évoquions lors de sa sortie dans les salles obscures en août dernier, BlacKkKlansman est sans conteste l’un des tous meilleurs longs-métrages de Spike Lee depuis ses débuts de réalisateur dans les années 80 avec Nola Darling n’en fait qu’à sa tête (1986) ou encore Do the Right Thing (1989). Lors de sa présentation en compétition officielle au dernier festival de Cannes, le film est ainsi reparti de la croisette avec le Grand Prix du Jury en poche. Encensé par la critique (95% au baromètre Rottentomatoes), BlacKkKlansman a également enregistré d’excellents chiffres lors de son exploitation en salles. Si au box-office étatsunien et mondial, le sympathiquement roublard Inside Man (2006) conserve la plus haute marche du podium avec respectivement $88M et $184M de recettes, soit peu ou prou le double des scores de BlacKkKlansman, le public hexagonal lui a pour sa part fait un « triomphe ». Avec 1,3M d’entrées, soit environ 200 000 entrées de plus que Inside Man, BlacKkKlansman s’est non seulement emparé de la médaille d’or au box-office français mais est de surcroît devenu le deuxième long de la filmographie de Spike Lee à franchir la barre symbolique du million d’entrées. Car contrairement à ce que l’on pourrait croire, si les films du cinéaste font souvent beaucoup de bruit (certains pour rien ou pas grand-chose diront certains), il n’en reste pas moins vrai que le bonhomme est loin d’être une superstar du box-office. Ce qui n’empêche pas chacun de ses films de résonner dans le cœur des hommes et des femmes, toutes ethnies et toutes nations confondues. À commencer par ce brillant BlacKkKlansman, trait d’union (improbable) entre la naissance du KKK relaté au travers du long-métrage de D. W. Griffith et la manifestation Unite the Right de Charlottesville un siècle plus tard.

BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan (2018) de Spike Lee – Capture Blu-ray

BlacKkKlansman – Blu-ray KKKK

Tout aussi brillant est l’édition Blu-ray 4K Ultra HD de BlacKkKlansman. Mettons d’ailleurs tout de suite de côté les choses qui fâchent sur ladite édition. À savoir l’interactivité qui se cantonne à une bande-annonce proposée en version longue accompagnée de la chanson Mary don’t you weep interprétée par Prince dans une reprise figurant sur son album posthume Piano & Microphone 1983. Le second bonus est une petite featurette de cinq minutes ponctuées d’interviews des acteurs principaux ainsi que du véritable Ron Stallworth, interprété à l’écran par John David Washington et par ailleurs auteur du roman, ou encore Jordan Peele, producteur du film qui adressa le script et le bouquin à Spike Lee. Tous vantent le talent et les prises de position socio-politiques des films du réalisateur mais tout ceci ne va pas chercher au-delà de la featurette consensuelle et la meilleure façon de rendre hommage au savoir-faire du bonhomme sera encore de (re)découvrir BlacKkKlansman par l’entremise de ce Blu-ray 4K Ultra HD de très haute volée.

BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan (2018) de Spike Lee – Capture Blu-ray

Notons pour commencer que BlacKkKlansman fait partie de ces très rares longs-métrages contemporains à avoir été filmé sur pelloche 35mm avec certains passages en 16mm. Autant dire une exception à notre époque où les tournages numériques sont devenus la norme. S’ajoute à cela les choix techniques opérés par la suite et vous vous retrouvez donc ici en présence d’une image proposée dans son format d’origine 2.40:1 encodée en HEVC 2160/24p Dolby Vision à partir d’un master 4K. Sur ce dernier point, bien que la bible mondiale IMDB annonce un digital intermediate en 2K (à tout le moins à l’heure où nous écrivons ces lignes), le très respectable et respecté The Digital Bits confirme quant à lui que le film a bel et bien bénéficié d’un master 4K. Et s’il y aura bien un ou deux passages qui dénotent du reste du métrage, et notamment cet épilogue contemporain, force est de constater que le rendu Ultra HD de BlacKkKlansman est en tout point un véritable régal pour les yeux. À condition toutefois d’être bien conscient des choix opérés par Spike Lee et son chef op Chayse Irvin. À savoir une photographie très 70s au rendu très « doux », peut-être trop diront certains, avec une image légèrement granuleuse comme nous les aimons à la rédac et surtout des couleurs très « années 70 » donc qui ne cherchent aucunement à faire dans le tape-à-l’œil. Ce qui n’empêche pas pour autant toute la palette graphique d’être richement contrastée comme en atteste cette séquence d’ouverture en présence d’un Alec Baldwin qui passe littéralement par toutes les couleurs (rouge, vert, bleu, etc.). L’autre exemple récent qui nous vient à l’esprit est à chercher du côté du rendu vidéo tout aussi remarquable du Blu-ray 4K de Pentagon Papers, autre film relatant des faits survenus dans les années 70 tourné lui-aussi en pelloche 35mm mais hélas inédit en Blu-ray 4K en France (on vous en proposera peut-être le test un jour prochain si le cœur nous en dit).

BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan (2018) de Spike Lee – Capture Blu-ray

Côté audio, il sera tout aussi difficile de faire la fine bouche, ou plus exactement la fine oreille, tant la bande son de BlacKkKlansman est là encore un véritable régal pour nos esgourdes. C’est avant tout la bande originale du film qui profite d’une amplitude et d’une puissance décoiffante à plus d’un titre. Comme par exemple le célèbre Oh Happy Day (11min), Too late to turn back now (25min) ou encore Lucky Man (118min). Et que dire des compositions jazzy toujours aussi délectables du compositeur attitré de Spike Lee, Terence Blanchard, à l’image de cette grosse débauche de décibels à 62min. Mais la bande son de BlacKkKlansman ne se contente pas de dérouler une tracklist de premier choix, elle sait également faire la part belle à un mixage très riche. Parmi les différents passages que l’on vous invite à aller écouter, on notera ce rassemblement à la 16ème minute avec les cris et les applaudissements dans toutes les enceintes durant cinq bonnes minutes, cette sonnerie de téléphone qui se propage dans toutes les voies à 29min 30s, une petite séance de tirs qui claque bien à 60min ou encore cette ultime fois où le téléphone résonne dans toutes les voies à 121min 45s avant de céder la place à des images à la résonance socio-politique toutes contemporaines. Non vraiment, il n’y a pas grande chose à redire là encore quant à la section audio de cette édition Blu-ray 4K Ultra HD de BlacKkKlansman sinon que l’on aurait bien aimé entendre la VF faire jeu égal avec la VO Dolby Atmos mais qui doit hélas se contenter d’une simple piste française en Dolby Digital Plus 7.1. Mais d’aucuns diront qu’un Spike Lee (tout comme un Woody Allen dans un autre registre) se déguste avant tout en version originale. Point à la ligne.

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

BlacKkKlansman – J’ai infiltré le Ku Klux Klan – Édition Blu-ray 4K Ultra HD

Résumé : Au début des années 70, au plus fort de la lutte pour les droits civiques, plusieurs émeutes raciales éclatent dans les grandes villes des États-Unis. Ron Stallworth devient le premier officier Noir américain du Colorado Springs Police Department, mais son arrivée est accueillie avec scepticisme, voire avec une franche hostilité, par les agents les moins gradés du commissariat. Prenant son courage à deux mains, Stallworth va tenter de faire bouger les lignes et, peut-être, de laisser une trace dans l’histoire. Il se fixe alors une mission des plus périlleuses : infiltrer le Ku Klux Klan pour en dénoncer les exactions.

Disque 1 : Le film en Blu-ray 4K Ultra HD

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en HEVC 2160/24p Dolby Vision
  • Langues : Anglais Dolby Atmos, Français Dolby Digital Plus 7.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 2h 15min 13s

Bonus (Ultra HD et VOSTF) :

  • Un film de Spike Lee (5min 09s)
  • Bande-annonce version longue avec Mary don’t you weep de Prince (4min 29s)

Disque 2 : Le film en Blu-ray

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en AVC 1080/24p
  • Langues : Anglais Dolby Atmos, Français Dolby Digital Plus 7.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 2h 15min 13s

Bonus (HD et VOSTF) :

  • Un film de Spike Lee (5min 09s)
  • Bande-annonce version longue avec Mary don’t you weep de Prince (4min 29s)

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *