En eaux troubles (2018) de Jon Turteltaub – Blu-ray 4K Ultra HD

En eaux troubles : MEG(a) 4K ?

Un seul membre de la rédac de DC aura daigné poser un doigt de pied dans l’une des nombreuses salles de l’Hexagone qui projetait En eaux troubles l’été dernier (plus de 500 copies au summum de son exploitation). Et vous l’aurez sans doute deviné, c’est notre Sandy Gillet national, accompagné de l’ainé de ses mini-mois qui s’y est frotté. Le bonhomme n’ayant pas pris la peine de rédiger ne serait-ce qu’un entrefilet dans nos colonnes, les autres trublions de la rédac en ont alors très vite tiré les conclusions qui s’imposaient quant au peu d’intérêt de la chose. Qu’à cela ne tienne, c’est une fois encore par l’intermédiaire de l’édition Blu-ray 4K Ultra HD que la séance de rattrapage aura eu lieu.

En eaux troubles (2018) de Jon Turteltaub – Packshot Blu-ray 4K Ultra HD
Achetez sur Amazon
En eaux troubles (2018)

Réalisateur : Jon Turteltaub
Éditeur : Warner Home Vidéo
Sortie le : 22 décembre 2018

Notes :
– Image (Blu-ray 1080p) : 4/5
– Image (Blu-ray 4K UHD 2160p) : 4/5
– Son : 4,5/5
– Bonus : 1/5

 

NB : Les captures de cet article sont issues du Blu-ray 1080p.

En eaux troubles : « On a tous appris des Dents de la mer »

Cette déclaration, c’est celle du réalisateur Jon Turteltaub au sein des bonus. Et le bonhomme d’ajouter aussitôt à propos du film de Spielberg : « Plus on attend, moins on en voit, et plus ça fait peur. On n’a pas fait ça. On y arrive très vite ». Et pour tout dire, la bande-annonce d’En eaux troubles (The MEG en anglais) donnait très clairement le LA. À savoir un film méga portnawak qui lorgne davantage du côté d’un Peur bleue (1999) que des Dents de la mer (1975). Et donc à l’arrivée, ce Mégalodon (d’où le titre original du film) manque sérieusement de mordant. Le problème n’est pas tant que le résultat final soit con comme ses pieds. Ça, on s’en doutait déjà à la vision de la bande-annonce et comme le dit une célèbre expression populaire « Plus c’est con, plus c’est bon ». Il suffit d’ailleurs pour s’en convaincre de voir ce final au cours duquel [attention spoiler] Jason Statham (toujours aussi cool dans les situations les plus abracadabrantesques) parvient à terrasser la méga bestiole armée d’un simple couteau et d’un harpon. Bon d’accord, le harpon en question est empoisonné avec une dose pouvant terrasser un brachiosaure, mais tout de même [fin du spoiler].

En eaux troubles (2018) de Jon Turteltaub – Capture Blu-ray

Le problème n’est pas tant non plus qu’En eaux troubles cherche à singer (ou bien est-ce un hommage ?) certaines des séquences les plus mythiques du chef-d’œuvre de Spielberg : le bateau retourné par le squale, une cage immergée pour tenter de le tuer, sans oublier bien sûr la méga scène de panique sur la plage avec, devinez quoi, le fiston à sa maman qui veut aller faire trempette. Nous avons même droit à un petit chien qui passe à deux coups de canines de servir d’apéricube (contrairement à Jaws où le chien se fait croquer, tout comme le mioche d’ailleurs). À croire qu’en Chine (le film se déroule au large des côtes chinoises), nos fidèles compagnons à quatre pattes se doivent d’en réchapper ; tout comme certains « classiques » du cinéma hollywoodien (souvenez-vous du chien sauvé in extremis des flammes dans Independence Day). Non en fait, le vrai problème d’En eaux troubles, c’est précisément qu’à partir du moment où le méga requin fait sa première apparition, on s’ennuie ferme (pour rester poli). Et puisque le requin en question ouvre sa gueule pour dévoiler toute sa dentition en gros plan à la 45ème, c’est peu dire que l’heure qui reste pour rallier le David contre Goliath final évoqué ci-dessus paraît bien longue. Une heure au cours de laquelle nous avons donc droit à toutes ces vaines tentatives de plagiats / hommages (nous laisserons le bénéfice du doute sur ce point) au joyau de Spielberg qui, pour le coup, se révèle toujours aussi méga flippant. Précisément parce qu’il ne montre rien (ou si peu) durant une grande partie du film.

En eaux troubles (2018) de Jon Turteltaub – Capture Blu-ray

Mais de toute évidence, qu’importe l’ennui puisque la promotion d’En eaux troubles se sera avérée méga efficace à en juger par les chiffres au box-office : $530M de recettes mondiales dont $145M aux États-Unis et $153M en Chine, le tout pour un budget certes conséquent de $130M (hors coût marketing). En France, le film aura attiré 1,6 millions de spectateurs. À titre de comparaison, Les Dents de la mer et Peur bleue avaient enregistré respectivement 6,2 millions et 947 000 entrées. Quant à ceux en mal de sensations fortes, nous pourrions également leur conseiller le récent Instinct de survie (2016) de Jaume Collet-Serra, très efficace jusqu’à son final complètement raté et disponible dans une édition Blu-ray 4K Ultra HD d’excellente tenue.

En eaux troubles (2018) de Jon Turteltaub – Capture Blu-ray

En eaux troubles : Méga 4K ?

L’édition Blu-ray 4K Ultra HD d’En eaux troubles s’avère quant à elle de bonne facture mais sans plus. L’image est proposée dans son format d’origine 2.40:1 encodée en HEVC 2160/24p Dolby Vision. Nous laisserons à d’autres le soin de déterminer si le master utilisé est 2K ou 4K, une large majorité de sites affirmant qu’il s’agit d’un master 2K mais sans pour autant en apporter la preuve tangible. Toujours est-il qu’à l’écran, le rendu s’avère très précis bien qu’un peu trop lisse à notre goût tandis que la photographie signée Tom Stern (chef op récurrent de Clint Eastwood depuis le début des années 2000) se montre ultra lumineuse, y compris lors des scènes en eaux profondes. Une approche visuelle qui découle sans doute du choix de montrer aussi souvent que possible le requin. Mais en la matière, la méga bestiole tout en CGI passe très moyennement le cap de la résolution 4K et son apparence numérique s’en ressent alors d’autant plus grandement. Quant aux couleurs, elles sont ultra pétantes, encodage Dolby Vision oblige. Que dire de la section sonore sinon qu’elle est à l’image du film, à savoir sans aucune finesse mais méga efficace. À condition bien entendu d’opter pour la piste anglaise proposée en Dolby Atmos et qui a même droit à une piste DTS-HD Master Audio 5.1 là où la version française doit se contenter d’une simple piste Dolby Digital 5.1 au rendu rachitique en comparaison.

En eaux troubles (2018) de Jon Turteltaub – Capture Blu-ray

Un mot sur la galette Blu-ray 1080p où le film occupe « seulement » 24Go avec un birate vidéo très faible qui ne dépasse quasiment jamais la barre des 20Mb/s. De fait, les plans larges manquent souvent de précisions. Pourquoi diable ne pas avoir utilisé toute la place disponible sur le disque double couche (50Go) ? D’autant que ce n’est certainement pas les bonus anecdotiques qui occupent toute la place restante : une première featurette pour nous expliquer combien le tournage sur l’eau fut compliqué et éprouvant pour la plupart des comédiens, une deuxième qui revient sur la conception du requin en CGI et une troisième en forme de promo de la Nouvelle Zélande où le film a été tourné dans le Gulf Harbour et les Kumeu Film Studios d’Auckland. Notons pour finir que Warner nous a fait parvenir une édition Blu-ray 4K Ultra HD contenant deux disques (un Blu-ray 4K et un Blu-ray 1080p) mais il existe également une édition triple disques renfermant en plus une troisième galette avec le film en 3D au format Blu-ray 1080p.

Interro surprise : combien de fois le mot « méga » a-t-il été employé au cours de cet article ? Les bonnes réponses remporteront peut-être une place pour aller voir En eaux troubles 2. Car bien entendu, eu égard aux scores du n°1 dans les salles, une suite est d’ores et déjà en chantier, et même… un parc à thèmes ! No comment.

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

En eaux troubles – Édition Blu-ray 4K Ultra HD

Résumé : Missionné par un programme international d’observation de la vie sous-marine, un submersible a été attaqué par une créature gigantesque qu’on croyait disparue. Sérieusement endommagé, il gît désormais dans une fosse, au plus profond de l’océan Pacifique, où son équipage est pris au piège. Il n’y a plus de temps à perdre : Jonas Taylor, sauveteur-plongeur expert des fonds marins, est engagé par un océanographe chinois particulièrement visionnaire, contre l’avis de sa fille Suyin. Taylor a pour mission de sauver l’équipage – et l’écosystème marin – d’une redoutable menace : un requin préhistorique de 23 m de long connu sous le nom de Megalodon. Or, il se trouve que le plongeur s’est déjà retrouvé face-à-face avec le squale plusieurs années auparavant. Avec l’aide de Suyin, il doit à présent surmonter sa peur et risquer sa vie pour sauver les hommes et les femmes prisonniers de l’embarcation… et accepter d’affronter une fois encore le prédateur le plus terrible de tous les temps.

Disque 1 : Le film en Blu-ray 4K Ultra HD

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en HEVC 2160/24p Dolby Vision
  • Langues : Anglais Dolby Atmos & DTS-HD Master Audio 5.1, Français Dolby Digital 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 1h 53min 13s

Bonus :

  • Aucun

Disque 2 : Le film en Blu-ray

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en AVC 1080/24p
  • Langues : Anglais Dolby Atmos & DTS-HD Master Audio 5.1, Français Dolby Digital 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 1h 53min 13s

Bonus (HD et VOSTF) :

  • Le film qui a du mordant : La création d’En eaux troubles (12min 09s)
  • Venu des profondeurs : La création du Mégalodon (10min 25s)
  • Commission des films de Nouvelle Zélande (1min 53s)

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *