Creed II (2018) de Steven Caple Jr. – Blu-ray 4K Ultra HD

Creed II : 4K de père en fils

Trois ans après son premier combat, le poulain de Rocky Balboa renfile les gants et remonte sur le ring pour défendre son titre / son honneur / son héritage familial (rayez la/les mentions inutiles). Sur le plan purement artistique, Creed II n’a rien à envier à son prédécesseur tandis que l’édition Blu-ray 4K Ultra HD qui vient tout juste de paraître tient plutôt bien la distance.

Creed II (2018) de Steven Caple Jr. – Packshot Blu-ray 4K Ultra HD
Achetez sur Amazon
Creed II (2018)

Réalisateur : Steven Caple Jr.
Éditeur : Warner Home Vidéo
Sortie le : 15 mai 2019

Notes :
– Image (Blu-ray 1080p) : 4/5
– Image (Blu-ray 4K UHD 2160p) : 4/5
– Son : 4,5/5
– Bonus : 2/5

 

NB : Les captures de cet article sont issues du Blu-ray 1080p.

À écouter pendant la lecture

Creed II : Goodbye Rocky

Dans une vidéo postée sur son compte Instagram (suivi par près de 10M d’abonnés à l’heure où nous écrivons ces lignes) quelques jours seulement après la sortie dans les salles américaines de Creed II, Sylvester Stallone annonçait officiellement qu’il raccrochait définitivement les gants et qu’on ne le reverrait plus dans le rôle qui le rendit si célèbre, celui de Rocky Balboa. Snif ! Petite larmichette de la part de tous les quadras (ça ne nous rajeunit pas tout ça !) qui ont grandi dans les années 80 en se repassant en boucle les VHS des films de Sly ou bien qui allait le découvrir directement en salles. Car, il ne faudrait pas oublier qu’à l’époque, Stallone était une star du box-office. À une ou deux exceptions près cette décennie-là, tels que Rocky II (1980) ou encore Tango & Cash (1990) avec respectivement 318 000 et 896 000 entrées dans les salles françaises, il n’y avait pas un seul de ses films qui descendait sous la barre du million d’entrées. Excusez du peu ! Aux deux premières places du classement, on trouve d’ailleurs les deux personnages les plus iconiques de sa filmographie, Rambo II (1985) et Rocky IV (1985), sortis à quelques mois d’intervalle et qui avaient attiré respectivement 5,8M et 5M de spectateurs. Et puisque le premier Creed, spin-off de la saga Rocky, s’était engouffré dans la brèche du fils de, pourquoi ne pas poursuivre dans cette même voix avec Creed II en proposant un combat « fils de vs fils de ».

Creed II (2018) de Steven Caple Jr. – Capture Blu-ray

Comme le relate Dolph Lundgren dans les suppléments présents au sein de cette édition Blu-ray 4K Ultra HD, il aura suffi d’un coup de fil de son pote de longue date, Sly, pour le convaincre de renfiler à son tour les gants du personnage qui rendit si célèbre cette armoire de muscles scandinave dans le quatrième opus de la saga. Une bien belle dramaturgie shakespearienne en perspective comme le déclare Stallone dans les bonus que ce duel entre le fiston d’Apollo Creed et celui d’Ivan Drago puisque c’est en effet ce boxeur sous stéroïdes (comme tous les athlètes russes ? Attention terrain glissant !) de l’ex-URSS qui tua le pote de Rocky lors d’un combat sur le ring (non, ceci n’est pas un spoiler ! Merde quoi ! Revoyez Rocky IV, ce film est un « classique » !). La vengeance est donc un plat qui se mange (très) froid. En l’occurrence plus de trente ans après. Mais n’allez pas croire pour autant que Creed II soit un remake grabataire de Rocky IV. Ce serait bien mal connaître le Sylvester Stallone qui, non content de montrer une ultime fois sa gouaille à l’écran, officie ici en tant que producteur et coscénariste. Et le bonhomme de connaître suffisamment bien la saga pour ne pas la laisser se fourvoyer dans un nième opus indigent. Tout au contraire, si le premier Creed pouvait être considéré comme un bien joli passage de relai où les personnages de Rocky et d’Adonis occupaient tous deux le devant de la scène, Creed II pourrait alors être perçu comme la mise à l’écart progressive de l’étalon italien qui se retire peu à peu dans l’ombre pour laisser le nouveau champion seul sous les projecteurs.

Creed II (2018) de Steven Caple Jr. – Capture Blu-ray

Il suffit pour s’en convaincre de constater combien la mise en scène prend littéralement cet axiome au pied de la lettre pour positionner le personnage de Rocky tantôt dans la pénombre, tantôt à l’arrière-plan, ou encore, lorsque le gong final retentit à l’issue de l’ultime combat du film, le montrer assis de dos sur une chaise arborant le nom de « Creed » dans un lent travelling arrière comme pour mieux dire un ultime au revoir au personnage. Parallèlement à cela et en dehors des combats toujours aussi percutants (des gros plans au ralenti pour bien montrer combien les boxeurs en prennent plein la gueule), Creed II parle également en creux de cette fameuse relation père-fils. Et ce dans pas moins de trois familles différentes : les Creed d’une part avec l’arrivée d’une petite nouvelle, les Drago d’autre part avec la nouvelle armoire soviétique en la personne de Viktor et, entre les deux, les Balboa. Avec à l’arrivée, sans pour autant parler de haute dramaturgie, pas mal de soucis de communication père-fils qui donne à ce Creed II un supplément d’âme qui ne sera pas pour déplaire aux fans de la première heure de la saga ni même aux nouveaux venus. Ces trois relations filiales étroitement liées les unes aux autres sont également l’occasion pour Sly de solder ses comptes avec les quatre décennies de ce personnage mythique (huit films au total tout de même !) : la naissance d’un fils (Rocky II), une vieille rancœur remontant au temps de la guerre froide et son discours final politico-sociale bien niaiseux (Rocky IV) et renouer les liens avec les siens (Rocky Balboa).

Creed II (2018) de Steven Caple Jr. – Capture Blu-ray

Preuve qu’avec l’âge Stallone a pris conscience que le pouvoir des images était parfois bien plus évocateur que celui des mots, on en viendrait presque à regretter la suppression de cette séquence très touchante dans les vestiaires après le combat final visible dans les scènes coupées et quasi-muette où les regards échangés entre Adonis, Rocky, Ivan et Viktor en dit bien davantage qu’un long discours. Une bien belle façon pour Rocky de raccrocher définitivement les gants avant de partir couler le reste de ses jours en papy gâteau auprès des siens.

Creed II (2018) de Steven Caple Jr. – Capture Blu-ray

Creed II en 4K : Victoire aux points

Les trois autres scènes coupées n’apportent quant à elles pas forcément grand-chose de substantiel. On trouve deux scènes en présence de Rocky, une première où il prononce un éloge à l’enterrement de l’un de ses anciens compagnons de ring et une seconde où il entraîne des gosses, tandis que la troisième est une conversation entre Bianca et Adonis à propos du lègue de son père. Les trois petites featurettes de 6/7 minutes chacune à propos des relations pères-fils, du choix de l’interprète de Viktor Drago et des deux femmes du film (Bianca et la mère d’Adonis) ne présentent que très peu d’intérêt. En revanche, les nostalgiques apprécieront sans doute davantage le petit bonus d’un quart d’heure intitulé L’héritage de Rocky où il y est question du thème musical mythique de Bill Conti, des différents personnages-clés de la saga ainsi que de la place si particulière occupée par le personnage de Rocky dans l’univers de la boxe. Même si, comme le déclare le champion de boxe Sugar Ray Leonard qui intervient à plusieurs reprises tout au long des suppléments, beaucoup ne considèrent pas ces films comme représentatif du véritable monde de la boxe.

Creed II (2018) de Steven Caple Jr. – Capture Blu-ray

Une chose est sûre en revanche, si vous voulez avoir le sentiment de vous prendre des crochets, des uppercuts et des directs en pleine tronche, calez-vous bien tranquillement dans votre fauteuil, montez un peu le potard de votre ampli et vous allez être servi. C’est bien simple, chaque coup de poing asséné au cours du film donne littéralement l’impression d’un impact d’obus (question réalisme sur ce coup-là, on repassera !). Ça n’est certes pas fin pour deux sous mais en revanche, c’est bigrement efficace. La B.O. de Creed II sait également se faire entendre, comme par exemple lorsque débute l’entraînement final (93min) avec une musique bien punchy et en rythme à la clé (une constante pour la saga) ou encore l’entrée dans l’arène d’Adonis (103min). Certains passages musicaux se paient même des petits coups de frime avec des déplacements de voie en voie (96min 35s). Tout ceci s’appréciera avant tout en anglais puisque la VO se décline en Dolby Atmos et DTS-HD Master Audio 5.1 tandis que la VF doit se contenter d’une piste Dolby Digital 5.1 bien faiblarde en comparaison. À sa décharge, en dehors des séquences acoustiquement les plus musclées, ce sont bien les dialogues qui sont à l’honneur. Et en la matière, les afficionados de longue date pourront une nouvelle fois se délecter de la voix rocailleuse d’Alain Dorval, le comédien qui prête sa voix en français à Sylvester Stallone depuis bientôt 50 ans !

Creed II (2018) de Steven Caple Jr. – Capture Blu-ray

L’image, quant à elle, est proposée dans son format d’origine 2.40:1 encodée en HEVC 2160/24p Dolby Vision. D’après nos informations glanées çà et là, nous serions à nouveau ici en présence d’un digital intermediate 2K upscalé en 4K (comme pour l’édition Blu-ray 4K UHD du premier Creed) pour un tournage en caméras numériques à une résolution 2,8K. L’absence d’une vraie résolution 4K native se ressent surtout lors des plans larges qui manquent quelque peu de précision tandis que, comme bien souvent, les arrière-plans sur fond vert et remplacés numériquement en post-production passent assez moyennement lors des scènes de combat et notamment au cours du combat final. Les gros plans et les plans moyens s’en sortent en revanche beaucoup mieux tandis que l’encodage HDR Dolby Vision apporte une réelle plus-value colorimétrique comme en atteste toute la séquence de l’entraînement final avec d’un côté la fournaise du désert dans des teintes jaunes / orangés hyper accentuées pour Adonis par opposition à celles beaucoup plus bleutées et froides dans le camp de Viktor. In fine, si le Blu-ray 4K n’offre pas un gain particulièrement significatif en termes de définition pure par rapport au Blu-ray 1080p, il se distingue comme bien souvent par son encodage HDR.

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

Creed II – Édition Blu-ray 4K Ultra HD

Résumé : La vie est devenue un numéro d’équilibriste pour Adonis Creed. Entre ses obligations personnelles et son entraînement pour son prochain grand match, il est à la croisée des chemins. Et l’enjeu du combat est d’autant plus élevé que son rival est lié au passé de sa famille. Mais il peut compter sur la présence de Rocky Balboa à ses côtés : avec lui, il comprendra ce qui vaut la peine de se battre et découvrira qu’il n’y a rien de plus important que les valeurs familiales.

Disque 1 : Le film en Blu-ray 4K Ultra HD

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en HEVC 2160/24p Dolby Vision
  • Langues : Anglais Dolby Atmos & DTS-HD master Audio 5.1, Français Dolby Digital 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 2h 10min 00s

Bonus :

  • Aucun

Disque 2 : Le film en Blu-ray

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en AVC 1080/24p
  • Langues : Anglais Dolby Atmos & DTS-HD master Audio 5.1, Français Dolby Digital 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 2h 10min 00s

Bonus (HD et VOSTF) :

  • Pères et fils (7min 16s)
  • Un interprète pour Viktor Drago (5min 43s)
  • Les femmes de Creed II (5min 51s)
  • L’héritage de Rocky (15min 01s)
  • Scènes coupées (9min 46s)

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *