L'Anglais (1999) de Steven Soderbergh – Blu-ray 4K Ultra HD

L’Anglais : Du bon rosbif 4K

Pour aussi surprenant que cela puisse paraître au regard d’une filmographie plus que prolifique depuis son premier long-métrage, Sexe, mensonges & vidéo (1989), aucun film de Steven Soderbergh n’avait jusqu’à ce jour eu les honneurs d’une parution sur support UHD. À tout le moins dans l’Hexagone. Et L’Anglais (1999) de devenir donc le tout premier long-métrage du cinéaste à avoir droit à une édition Blu-ray 4K Ultra HD. Pour l’occasion, c’est l’éditeur L’Atelier d’Images qui s’y colle pour un résultat plus que recommandable.


  • L'Anglais (1999) de Steven Soderbergh - Packshot Blu-ray 4K Ultra HD
  • Fonctionnement du tableau de prixFonctionnement du tableau :
    • Les offres sont listées par ordre croissant de prix.
    • Les offres sont actualisées régulièrement.
    • "Évol." indique la variation du prix entre 2 mises à jour.
    • Nous travaillons continuellement avec les e-commerçants afin d'obtenir les offres absentes dans les meilleurs délais.

    IMPORTANT :
    • Bien que les éditions des différents pays soient précautionneusement regroupées, nous vous invitons à vérifier leur contenu exact avant d'acheter : packaging, pistes sons, sous-titres, bonus, etc.
    • DigitalCiné ne saurait être tenu pour responsable en cas d'achat erroné.
    • DigitalCiné perçoit un modeste pécule sur les achats effectués via ces liens d'affiliation.
  • L'Anglais
  • Année :
  • 1999
  • Réalisateur :
  • Steven Soderbergh
  • Éditeur :
  • L'Atelier d'Images
  • Sortie le :
  • 26 janvier 2021 (France)
  • Liens :
  • Box-Office
  • Monde :
  • $3,325,736
  • U.S.A. :
  • $3,204,663
  • Budget :
  • $10,000,000
  • France :
  • 206 652 entrées
  • Test Blu-ray 4K Ultra Haute Définition
  • Image (4K) :
  • Image :
  • Son :
  • Bonus :

  • À propos des captures :
    • Les captures Blu-ray et Blu-ray 4K Ultra HD ont été effectuées directement à partir des disques en résolution native (1920 x 1080p en Blu-ray et 3840 x 2160p en Blu-ray 4K UltraHD) au format jpg en 192dpi sans compression avant d’être converties en 72dpi et compressées en lossly avec une qualité de 83%.
    • Les captures ont été effectuées avec MPC-BE couplé au video renderer madVR et les réglages suivants pour la 4K HDR : "tone map HDR using pixels shaders", "target peaks nits: 150", "tone mapping curve: BT.2390".
    • Les différences colorimétriques observables entre les captures Blu-ray et Blu-ray 4K UltraHD s’expliquent en partie par l’encodage HDR, encodage qui ne peut être retranscrit ici-même.
    Matériel de test :
    • LG 55C7V OLED calibré en SDR, HDR10 et Dolby Vision par HC Calibrage Cédric Louis.
    • Lecteur Oppo UBD-203 EU.
    • Ampli Denon AVR X4500H.
    • Enceintes BC Acoustique + Caisson Rel Q400E.

    Testé à partir d’une édition française définitive fournie par l’éditeur.

    Non content d’être le premier long du cinéaste à voir le jour en Blu-ray 4K en France, L’Anglais n’avait même pas eu les honneurs d’une édition Blu-ray. Il fallait donc remonter à 2000 (oui, 20 piges en arrière !) pour trouver la seule et unique édition disponible du film dans nos vertes contrées, à savoir un DVD paru à l’époque chez StudioCanal puis rééditée en 2010 sous la bannière de BAC Films. Les suppléments y étaient un peu chiches (une petite featurette sur le tournage et une poignée d’interviews) tandis que les prestations techniques étaient « honorables » pour l’époque dirons-nous. Rien à voir avec cette toute nouvelle édition Blu-ray 4K Ultra HD double disques (un disque Blu-ray 4K + un disque Blu-ray 1080p), sachant que L’Atelier d’Images propose également une édition Blu-ray 1080p (donc sans la galette 4K) qui reprend à la virgule près les mêmes caractéristiques que le disque UHD.

    Une édition Blu-ray 4K qui s’avère également être une exclusivité mondiale made in France puisqu’à l’heure où nous rédigeons ces lignes, aucun autre éditeur dans le monde ne propose L’Anglais sur le support. Seule une édition Blu-ray parue de l’autre côté de la Manche chez Lionsgate au printemps 2020 avait bénéficié des bienfaits de la toute nouvelle restauration à laquelle a eu droit le film à l’occasion de son 20ème anniversaire en 2019. Pour l’occasion, nous avons donc comparé le DVD sus-cité, le Blu-ray anglais ainsi que les deux galettes incluses au sein de cette édition Blu-ray 4K Ultra HD.

    De haut en bas :

    • DVD – Édition Studio Canal 2000
    • Blu-ray – Édition Lionsgate 2020 (Master 4K)
    • Blu-ray – Édition L’Atelier d’Images 2020 (Master 4K)
    • Blu-ray 4K UltraHD – Édition L’Atelier d’Images 2020 (Master 4K)

    Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, précisons que nous avons contacté l’éditeur afin de lui demander quelques précisions sur ce que nous avons pu constater. Nous en profitons pour le remercier pour ces nombreuses précisions. Voici donc en substance ce qu’il convient d’avoir en tête avant de se jeter frénétiquement sur son clavier pour commenter à la découverte de nos captures comparatives :

    • La restauration de L’Anglais a été supervisée par Steven Soderbergh en personne à partir du négatif original.
    • C’est Steven Soderbergh lui-même qui a décidé du recadrage du film que vous ne manquerez pas de constater. En effet, contrairement à son format originel 1.85:1, le film est désormais proposé au format 1.78:1 (le dos de la jaquette indique d’ailleurs le format cinéma d’origine 1.85:1). Ce recadrage a été entièrement supervisé par Soderbergh qui a explicitement demandé à l’éditeur d’utiliser cette version.
    • Le master Blu-ray 1080p est la down-conversion du master Ultra HD Dolby Vision. Nous ignorons donc le procédé utilisé par l’éditeur anglais Lionsgate pouvant expliquer les très légères différentes de chroma observées entre le Blu-ray 1080p édité par L’Atelier d’Images et celui édité par Lionsgate.

    Pour l’occasion, nous avons également grandement revu notre procédé de captures DVD / Blu-ray / Blu-ray 4K après avoir procédé à des dizaines d’essais afin de dénaturer le moins possible le résultat observé sur notre matériel home-cinéma. Vous trouverez désormais tous les détails dans la note en début d’article. À l’heure où de très nombreux sites proposent leurs propres captures mais sans jamais en détailler le procédé, cette démarche nous est apparue plus « transparente ».

    Cette (très) longue introduction étant désormais faite, que pouvons-nous dire de plus sinon que nous sommes donc ici en présence d’une image au format 1.78:1 recadrée par Steven Soderbergh lui-même et encodée en HEVC 2160/24p Dolby Vision à partir d’un scan 4K du négatif original pour un résultat de tout premier choix. Les 15 premières minutes du film nous laissent d’ailleurs entrevoir toute la panoplie de ce que ce tout nouveau master 4K a de plus séduisant à offrir : des gros plans sur le visage (ensanglanté) de Terence Stamp, des plans larges de ce même Terence Stamp déambulant dans les rues de L.A. ou encore de la villa huppée de Peter Fonda nichée sur les hauteurs de la Cité des Anges. En termes de précision, de définition et de profondeur de champ, tout est un vrai régal. À cela s’ajoute un magnifique rendu du grain argentique puisque, faut-il le rappeler, si Soderbergh tourne depuis une bonne dizaine d’années maintenant en numérique, L’Anglais fut pour sa part shooté sur cette bonne vieille pelloche 35mm.

    Quant au rendu des couleurs, le résultat est là encore en tous points somptueux, d’autant que presque tout le spectre colorimétrique est visible au cours du film : beige, bleu, vert. On vous a d’ailleurs fait un petit florilège de captures pour que vous puissiez juger sur pièce. En comparaison de la précédente édition DVD, c’est non seulement le jour et la nuit en termes de propreté du master mais de surcroît les séquences de flashbacks égrainées tout au long du film sont celles où les différences chromatiques sont les plus flagrantes, tranchants ainsi d’autant plus avec le récit au présent. Précisons d’ailleurs à toutes fins utiles que ces séquences de flashbacks présentent un rendu volontairement « dégradé » et ne sauraient donc de fait offrir un niveau de définition équivalent au reste du métrage. À ce titre, celles de Terence Stamp dans sa prime jeunesse de braqueur, issues pour rappel du film Pas de larmes pour Joy (1967) de Ken Loach, sont sans aucun doute les plus bruitées. Pour le reste, il n’y a presque rien à redire au rendu de ce tout nouveau master 4K de L’Anglais sinon quelques micro-pétouilles de copie çà et là.

    Côté son, VO et VF sont toutes les deux proposées en DTS-HD Master Audio 5.1 pour un résultat des plus réussis. Et c’est avant tout la B.O. du film et le score signé Cliff Martinez, collaborateur récurrent de Soderbergh, qui tire son épingle du jeu. Ainsi le générique d’ouverture laisse-t-il entendre une musique punchy et bénéficiant d’une belle amplitude. Des qualités musicales que l’on retrouvera tout au long d’un film qui fait très clairement la part belle à ses compositions auxquels s’ajoutent de très nombreux bruits urbains qui viennent s’immiscer dans toutes les voies (ex : cet avion qui passe dans les surrounds de gauche à droite à 2min) ou encore ces vagues lors de la scène entre Peter Fonda et sa girlfriend dans le hamac sur la terrasse surplombant l’océan (68/69min). Les très rares séquences d’action du film, comme cette petite course-poursuite en voiture qui se termine par de la tôle froissée et quelques coups de fusil à pompes (40min) ou encore la fusillade finale constituent également de beaux moments acoustiques. Dernier élément clé du récit, les dialogues sont clairs et limpides en toutes circonstances.

    Enfin, côté bonus, nous vous en détaillons le contenu ici mais pas que. Au final, cette édition Blu-ray 4K Ultra HD de L’Anglais est sans conteste une valeur sûre côté technique et c’est peu dire qu’il nous tarde désormais de découvrir les futures parutions 4K annoncées par l’éditeur dans cette vidéo parue fin janvier où l’on retrouve notamment un certain Sexe, mensonges & vidéo, premier long-métrage qui propulsa littéralement la carrière de Steven Soderbergh.

    Les plus

    • Une restauration 4K remarquable, entièrement supervisée par Steven Soderbergh.
    • Le Blu-ray 1080p propose aussi le nouveau master 4K. C’est assez rare pour être signalé.

    Les moins

    • On voit pas…

     

    L’Anglais – Édition Blu-ray 4K Ultra HD

    Résumé : Un homme mystérieux arrive à Los Angeles. Il s’appelle Wilson. Il est anglais. Et il n’a qu’une idée en tête : comprendre ce qui est arrivé à sa fille décédée dans des circonstances suspectes ! Tout le monde est prévenu, ce père sortant tout juste de prison ne reculera devant rien… L’anglais est en ville et il veut se venger !

    Disque 1 : L’Anglais en Blu-ray 4K Ultra HD

    Spécifications techniques :

    • Image : 1.78:1 encodée en HEVC 2160/24p Dolby Vision
    • Langues : Anglais & Français DTS-HD Master Audio 5.1
    • Sous-titres : Français
    • Durée : 1h 28min 44s

    Bonus (HD & VOSTF) :

    • Commentaire audio de Steven Soderbergh (réalisateur) et Lem Dobbs (scénariste) (VO)
    • Commentaire audio par le casting et l’équipe du film (VO)
    • The Limey par Soderbergh (18min 54s)
    • L’Anglais : Retour sur la scène de crime (28min 39s)
    • Sur le tournage du film (8min 21s)
    • Bande-annonce (1min 04s)

    Disque 2 : L’Anglais en Blu-ray

    Spécifications techniques :

    • Image : 1.78:1 encodée en AVC 1080/24p
    • Langues : Anglais & Français DTS-HD Master Audio 5.1
    • Sous-titres : Français
    • Durée : 1h 28min 44s

    Bonus (HD & VOSTF) :

    • Commentaire audio de Steven Soderbergh (réalisateur) et Lem Dobbs (scénariste) (VO)
    • Commentaire audio par le casting et l’équipe du film (VO)
    • The Limey par Soderbergh (18min 54s)
    • L’Anglais : Retour sur la scène de crime (28min 39s)
    • Sur le tournage du film (8min 21s)
    • Bande-annonce (1min 04s)

    Captures DVD – Édition Studio Canal 2000
    Cliquez pour les visualiser au format HD natif 1024×576

    Captures Blu-ray – Édition Lionsgate 2020 (Master 4K)
    Cliquez pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

    Captures Blu-ray – Édition L’Atelier d’Images 2020 (Master 4K)
    Cliquez pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

    Captures Blu-ray 4K Ultra HD –Édition L’Atelier d’Images 2020 (Master 4K)
    Cliquez pour les visualiser au format HD natif 3840×2160

      Lâchez-vous !

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *