Archives de catégorie : Tests Blu-ray / DVD

Le Samouraï de Melville en Blu-ray : Pathé Vs Criterion

Résumé des épisodes précédents. En décembre 2011 sortait Le Samouraï de Melville en Blu-ray (et DVD) chez Pathé. Annoncée issue d’une restauration 2K supervisée par le légendaire chef opérateur Pierre Lhomme qui avait travaillé avec Melville sur L’Armée des ombres et dont sa collaboration sur la restauration de ce titre chez StudioCanal avait été louée, cette édition promettait de marquer l’histoire du médium. Ce qui fut en effet le cas mais pas pour les raisons légitimement attendues puisque Le Samouraï est et reste sans aucun doute à ce jour le plus gros loupé technique de la branche vidéo de chez Pathé. Le coffret dit Anthologie Melville qui a vu le jour le 17 octobre dernier sous la bannière StudioCanal mais qui comprend des titres édités par Gaumont comme Le Silence de la mer ou feu Opening comme Les Enfants terribles (uniquement en DVD mais bien inclus dans le coffret Blu-ray) propose aussi Le Samouraï. La question dès lors est de savoir s’il s’agit ici d’un nouvel encodage / nouveau master comme la légende urbaine voudrait le laisser entendre ou si l’on est en présence de la même galette stricto sensu de 2011 ? Et enfin d’accessoirement comparer tout cela avec l’édition Criterion parue ce 14 novembre aux États-Unis.

Continuer la lecture de Le Samouraï de Melville en Blu-ray : Pathé Vs Criterion

Le Flingueur en Blu-ray chez WildSide’s Land

On avait laissé Charles Bronson sur DC dans la peau d’un certain Monsieur Majestyk, un exploitant de pastèques peu influençable aux prises avec un tueur à gages redoutable, dans un film au même blaze réalisé en 1974 par Richard Fleischer. On le retrouve ici deux ans plus jeune mais à la renommée déjà bien établie en flingueur aux méthodes chirurgicales dans un métrage cette fois-ci réalisé par Michael Winner. Deux titres édités par WildSide qui explore ainsi sans trop y toucher ce cinéma US du début des années 70 non encore baptisé le Nouvel Hollywood.

Continuer la lecture de Le Flingueur en Blu-ray chez WildSide’s Land

Coffret Alfred Hitchcock : les années Selznick

David O’Selznick avait été producteur à la Paramount (1928-1931), à la RKO (1931-1933) et à la MGM (1926-1928 et 1933-1935). Il avait créé son propre studio indépendant en 1935 en appliquant exactement les méthodes des majors. Le producteur était considéré comme le véritable créateur du film, le réalisateur n’étant qu’un exécutant talentueux, soumis à sa volonté sur tous les plans. Il inspira en partie le personnage du producteur Jonathan Shields joué par Kirk Douglas dans Les Ensorcelés [The Bad and the Beautiful] (USA 1952) de Vincente Minnelli. La crise financière de 1929 qui avait sévèrement frappé les studios anglais, le désir d’Alfred Hitchcock de s’expatrier à Hollywood pour disposer de plus gros moyens matériels, le désir de Selznick d’avoir dans son écurie celui qui était alors considéré comme le meilleur cinéaste anglais : tels sont les éléments historiques déterminants de leur rencontre. Selznick proposa à Hitchcock un contrat non exclusif courant sur une période de 10 ans, de 1938 à 1948. Voici les quatre films qui sortirent de leur collaboration, parfois orageuse mais toujours originale et, thématiquement comme esthétiquement, toujours riche.

Continuer la lecture de Coffret Alfred Hitchcock : les années Selznick

Darkman : Une Édition Ultimate Blu-ray sur le grill

Quand Sam Raimi réalise Darkman, il n’a pas encore bézef comme films à son actif. Mais il a déjà les deux premiers Evil Dead (sur trois) qui vont lui coller et lui collent encore au train aujourd’hui. Ô, il a bien réalisé entre les deux Mort sur le grill (Crimewave – 1985) qu’il ne renie pas mais qui reste un douloureux souvenir à bien des égards (Paul L. Smith ingérable et redoublé en postprod, conflits en tous genres avec les producteurs, Bruce Campbell dégoûté des pratiques hollywoodiennes n’obtenant qu’un second rôle malgré l’appui de Raimi, les frères Coen, auteurs du script, vaccinés eux aussi et qui jusqu’en 2012 avec Gambit : Arnaque à l’anglaise ne laisseront plus personne le soin de réaliser à leur place leurs scénarii…). C’est donc avec la peau déjà un peu tanné mais avec toujours cette envie chevillée au corps de faire des films que le grand Sam s’attelle à ce Darkman qui rétrospectivement annonce les deux meilleures adaptations de Spider-Man au cinéma à ce jour.

Continuer la lecture de Darkman : Une Édition Ultimate Blu-ray sur le grill