la-guerre-des-gangs-Ecstasy-of-films

La guerre des gangs vue par Lucio Fulci

Été 2013 : nous assistons à la naissance d’un nouvel éditeur vidéo indépendant français, appelé The ecstasy of Films. Ce dernier nous propose de (re)découvrir deux classiques du cinéma bis, La lame infernale (Massimo Dallamano, 1974) et La guerre des gangs (Lucio Fulci, 1980), dans deux éditions DVD collector qui sentent bon le stupre et la violence…

la-guerre-des-gangs-Ecstasy-of-films

Un Fulci en mode polar

Moins connu en France que sa vague de films d’horreur des années 70, La guerre des gangs n’en est pas moins un excellent petit film de Lucio Fulci, au cœur duquel on retrouve son gout immodéré pour les outrances et les excès en tous genres. Suivant une logique de violence très proche de la réaction en chaine chère à Mario Bava, le film propose une progression linéaire mais jouissive, sorte de crescendo dégénéré de la vendetta, si bien qu’on se doute très vite qu’il ne restera plus grand monde de vivant à la fin du film. Le plaisir n’en est pas moins présent pour qui goûte ce type de films, d’autant que, on le savait déjà grâce à des films tels que L’emmurée vivante, le maestro Fulci sait également être un formaliste de grand talent, composant des cadres extrêmement beaux et soignés.

Au final, on découvre ou redécouvre un polar de haute volée, très proche des polars poisseux de la décennie précédente, notamment influencé par le Mean streets de Martin Scorsese.

Cliquez sur les captures ci-dessous pour les visualiser au format natif

la-guerre-des-gangs-Ecstasy-of-films

Une édition DVD à la hauteur du film

Nouvel éditeur sur le marché de la vidéo, The ecstasy of Films a rencontré quelques problèmes sur les forums et autres sites dédiés au cinéma déviant à cause du DVD de La Guerre des gangs. Il se trouve en effet que, malgré le soin porté à l’image et au son de cette édition collector (qui n’oublie pas d’être un bel objet avec surjaquette, livret et jaquette réversible), il existe un décalage des sous-titres sur la version anglaise du film. L’éditeur a cependant rapidement remédié à ce problème en proposant un disque de remplacement à ses clients. Côté image, le master conserve le côté rugueux des films de cette époque, mais nous propose une belle prestation, sans problème de compression, le meilleur moyen sans aucun doute de (re)découvrir le film de Fulci. Côté son, la formidable VF d’époque et la VO anglaise sont toutes deux proposées en mono d’origine. Si on pourra  déplorer un léger souffle, il ne nuit jamais au plaisir du spectateur.

Outre le livret rédigé par Lionel Grenier, The ecstasy of Films nous propose tout d’abord une courte introduction du film par Fausto Fasulo, sans réel intérêt. Le reste des bonus s’avère plus intéressant et se situe sur une galette uniquement consacrée aux suppléments. On aura vite fait de faire le tour des sujets consacrés au film de Fulci : un court portrait du cinéaste intitulé Lucio Fulci, un cinéaste en guerre et dressé par des journalistes / cinéastes passionnés œuvrant dans le milieu du bis. L’intégralité des textes du livret est également reprise en anglais, sur plusieurs pages fixes. Une bande-annonce et une galerie de photos closent l’interactivité qui concerne le film à proprement parler, mais la galette contient beaucoup d’autres surprises, très artificiellement rattachées au polar de Fulci, mais qui s’avèrent néanmoins assez passionnantes.

 la-guerre-des-gangs-Ecstasy-of-films

On commence avec le formidable court-métrage Die, die, my darling, de François Gaillard (réalisateur du très giallesque Black Aria), suivi d’une longue et très sympathique interview du réal et de Pascal Garcin (Double Dragon). On a également droit à des entretiens avec l’équipe du film (actrices, producteur, directeur photo…) et avec Rurik Sallé, journaliste et acteur dans le film. Bref, une interactivité riche pour un court d’action potache, vraiment décomplexé et surprenant de maîtrise.

Mais ce n’est pas tout puisque l’interactivité nous propose de découvrir un deuxième court-métrage, également très réussi (et plus tendu), A tout prix de Yann Danh. Tout aussi éloigné de l’univers de Fulci que le premier, ce court-métrage s’offre néanmoins un traitement de luxe par l’éditeur, puisqu’en plus du court-métrage, on aura droit à de longs entretiens avec le réalisateur et l’équipe du film, au cœur desquels les différents intervenants évoquent notamment les difficultés sur le tournage. Une émission de radio complète la section sur le film.

la-guerre-des-gangs-Ecstasy-of-films

Enfin, et pour terminer, l’éditeur nous propose les bandes-annonces de La lame infernale (déjà sorti) et Torso (à venir), en espérant que ce nouveau venu dans le petit monde de l’édition DVD aura la bonne idée de se lancer dans la grande aventure du Blu-ray à l’occasion de la sortie en vidéo du film de Sergio Martino, Blue underground proposant déjà depuis un moment le film en HD, avec des sous-titres français, sur une galette dézonée.

la-guerre-des-gangs-Ecstasy-of-films

La guerre des gangs (The Ecstasy of Films)

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES du DVD

1980 • 93 min • Version restaurée • Ratio 16/9 – 1.85
Couleur • VO-VF restaurées
Sous-titres français • Chapitrage

2 réflexions sur « La guerre des gangs vue par Lucio Fulci »

  1. Cherchant : « Die, Die, My Darling » de François Gaillard, inclus dans le double DVD : « La guerre des Gangs » de Lucio Fulci, comment se le procurer ?

  2. Bonjour,

    La chose étant épuisée, il faut écumer les sites de e-commerce spécialisées dans les occases ou bon plans… Et prier que cela ne coûte pas un bras.

    Bonne chance

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *