La Poupée diabolique - Image Une Test DVD

La Poupée diabolique en DVD chez Artus Films

La Poupée diabolique [Devil Doll]  (GB 1963) de Lindsay Shonteff est une belle redécouverte, comblant une lacune de l’histoire du cinéma fantastique. Sa sortie française en 1964 avait été, en dépit d’une très belle VF d’époque bien dirigée et bien conservée, confidentielle alors que c’est un film fantastique remarquablement original sur un thème pourtant classique : celui de la poupée échappant à son ventriloque et devenant son maître au lieu d’être son esclave, thème traité dans le meilleur sketch du film collectif britannique Au coeur de la nuit [Dead of Night] (GB 1945) mais ici renouvelé en profondeur.

La Poupée diabolique - Affiche 1964

Bryant Haliday – le distributeur aux USA de certains films de Bergman et de Fellini – trouve ici le meilleur rôle de son assez brève carrière d’acteur. Yvonne Romain, dont c’est la grande époque, est aussi belle qu’elle l’était dans La Nuit du loup-garou [Curse of the Werewolf] (GB 1961) de Terence Fisher : la séquence où elle danse le Twist sous hypnose est mémorable. Le suspense de l’enquête est bientôt redoublé par une double menace : celle que fait peser Novelli sur Marianne, celle que Novelli fait peser sur sa propre poupée. La résolution finale, apportant la preuve d’une invraisemblable vérité, est dramaturgiquement en forme de chute, parfaitement amenée et montée. Le thème du transfert de l’âme d’un corps dans un autre évoque autant la magie que l’histoire des religions : il confère à ce conte fantastique une rigueur prélogique, typique de la mentalité primitive telle qu’un Lucien Lévy-Bruhl l’avait étudiée. Elle provoque inévitablement un malaise grandissant chez le spectateur. Bel emploi de l’écran large durant les scènes de spectacle, où la profondeur de champ, le champ-contrechamp, les effets d’éclairages, sont parfaitement maîtrisés. En prime, un des suppléments présente une séquence alternative de strip-tease, tournée pour le distributeur américain de Devil Doll, qui est admirablement filmée et montée, évoquant assez l’ambiance sulfureuse de la série contemporaine documentaire-érotique des Mondo di notte italiens.

NB : il ne faut pas confondre Devil Doll [La Poupée diabolique] (GB 1963) avec The Devil-Doll [Les Poupées du diable] (USA 1936) de Tod Browning. Les sujets et les scénarios n’ont aucun rapport l’un avec l’autre, sauf l’idée magique (ou psychophysiologique et parapsychologique, selon le point de vue auquel on se place) de l’action à distance par la seule puissance de la volonté.

NB 2 : L’acteur William Sylvester qui incarne le héros positif (le journaliste Mark) de Devil Doll, interprétera par la suite le rôle du savant dans la seconde section (la section lunaire) du 2001 : l’odyssée de l’espace (USA 1968) de Stanley Kubrick.

Devil Doll - La poupée diabolique - Lobby Card USCollection Francis Moury

Le DVD

La présentation du film par Alain Petit est illustrée de quelques belles affiches originales de certains des films mentionnés. Elle est nourrie d’anecdotes et d’informations biographiques et filmographiques très précises sur l’acteur et distributeur Bryant Haliday, sur les producteurs Gordon, sur l’actrice Yvonne Romain, sur le réalisateur Lindsay Shonteff, sur l’histoire des ventriloques et des poupées dans le cinéma fantastique mondial, essentiellement anglais et américain : Au coeur de la nuit [Dead of Night] (GB 1945), Magic (1978) de Richard Attenborough et bien d’autres plus rares ou méconnus, y compris dans certains épisodes de séries TV, telles que Twilight Zone, sont examinés par Petit.

La galerie photos (ou « diaporama ») est belle : elle montre quelques affiches (y compris une rare affiche française) et le jeu complet des photos d’exploitation américaine (Lobby Cards). Seul bémol technique : une belle photo de production N&B montrant Yvonne Romain couchée, envoûtée, est malheureusement anamorphosée.

Les films-annonces de la collection British Horror d’Artus Films sont en VO uniquement. L’éditeur nous propose ainsi Le Sang du vampire, La Nuit des maléfices [Satan’s Skin / Blood on Satan’s Claw], La Griffe de Frankenstein [Horror Hospital], La Poupée diabolique, La Tour du diable. Seule celle du Sang du vampire est en très mauvais état chimique, les autres sont en bon état. Ce sont autant de documents d’histoire du cinéma…

Côté image, le format original 1.66 est respecté.  Le contraste, la gestion des noirs, la définition vidéo sont assez bons, compte tenu du fait qu’il s’agisse d’une image SD-DVD. L’image de la copie chimique a été bien nettoyée.

Enfin, l’éditeur propose la VOSTF et VF d’époque en Dolby Mono : proposition nécessaire et suffisante pour le cinéphile francophone. C’est le générique anglais qui est présenté sur les deux versions. La voix française de Bryant Haliday, notamment, est aussi impressionnante que sa voix anglaise et sa diction lui va comme un gant.

En conclusion, nous avons là une édition spéciale honorable, à mi-chemin entre une édition simple et une édition collector.

Notes :
– Image : 4/5
– Son : 5/5
– Bonus : 4/5

Cliquez sur les captures DVD ci-dessous pour les visualiser au format 1024×576

La Poupée – Édition DVD (Collection British Horror)

Éditeur : Artus Films
Date de sortie : 7 juin 2016

La Poupée diabolique - Recto DVD

Spécifications techniques :
– Image N&B : 1.66:1 compatible 16/9
– Langues : anglais et français DD 2.0 mono
– Sous-titres : français
– Durée : 1h24
– 1 DVD-9 (Boîtier « digipack  slim» illustré par les affiches américaines)

Bonus :

  • Présentation du film par Alain Petit : Ventriloques et pantins (30 min. environ)
  • Scène coupée
  • Scène alternative
  • Diaporama
  • Bandes annonces de la collection British Horror d’Artus Films

 

Une réflexion sur « La Poupée diabolique en DVD chez Artus Films »

  1. Je signale un surprenant court-métrage mettant en scène un ventriloque et sa poupée : THE EYES HAVE IT (USA 1931) de Alf Goulding avec Edgar Bergen et Christina Graver. Il est annexé en supplément à l’édition collector Warner DVD zone 2 PAL de L’ENNEMI PUBLIC (USA 1931) de William A. Wellman.

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *