Transformers : L’Âge de l’extinction – Blu-ray

Transformers : L’Âge de l’extinction : un Blu-ray qui pète le feu !

Après avoir cassé la baraque dans les salles obscures cet été, Transformers : L’Âge de l’extinction débarque à présent en vidéo dans une édition Blu-ray armée jusqu’aux dents.

Transformers : une formule gagnante

Qui aurait pu croire qu’une bande de robots géants capables de se déguiser en toutes sortes de véhicules (depuis des avions de chasse jusqu’aux semi-remorques en passant par des voitures de sport) allaient à ce point rameuter les foules dans les salles de ciné et incidemment faire tomber autant de pièces (de monnaie) dans les escarcelles de ses instigateurs ? Car rappelons-le, à l’origine, les Transformers, ce sont ces petits joujoux qui virent le jour sous l’égide du fabriquant américain Hasbro dans les années 80 avant d’être déclinés à toutes les sauces du merchandising. De là à en faire un long-métrage live, c’était une autre histoire.

L’histoire justement, c’est celle de deux hommes, deux géants du box office. D’un côté un certain Steven Spielberg, toujours prompt à faire plaisir aux plus jeunes entre deux projets plus « personnels », et de l’autre un dénommé Michael Bay, spécialiste du divertissement de masse décérébré. Le premier deviendra producteur exécutif des films tandis que le second les réalisera. À ces deux hommes viennent s’en ajouter deux autres : Roberto Orci et Alex Kurtzman jusque-là connus pour leur travail sur les séries Hercule et Alias mais aussi pour avoir commis le script de The Island, un concept intéressant pendant 45 minutes qui se casse complètement la figure par la suite et reste d’ailleurs à date le seul faux pas de la carrière de Michael Bay au box office. Le ton est donné.

Cliquez sur les captures ci-dessous pour les visualiser dans leur format natif

Transformers : L’Âge de l’extinction – Blu-ray

Les deux scénaristes ne vont pas vraiment se creuser les méninges bien longtemps et pondent une « histoire » qui reprend les grandes lignes de la franchise : les gentils contre les pas gentils, répondant respectivement aux doux noms de Autobots et Decepticons avec chacun leur chef : Optimus Prime pour les bons et Megatron pour les méchants. L’autre fait marquant du projet est la conception des carrosseries des protagonistes. Non, on ne parle pas de Megan Fox, 100% en chair et en os celle-là, « découverte » grâce aux films et retombée dans l’oubli aussi vite, mais bel et bien des robots confiés aux bons soins d’ILM, la boite d’effets spéciaux fondée par un certain George Lucas il y a bien longtemps dans une galaxie pas si lointaine. Soit des Transformers qui vont joyeusement se mettre sur la tronche dans une gigantesque débauche pyrotechnique et sous le regard médusé des protagonistes… et des spectateurs !

Car en l’an de grâce 2007, année de sortie du premier film Transformers, les effets visuels ont fait de tels progrès en moins de trente ans que des robots qui détruisent tout sur leur passage, bougent et parlent comme le premier passant venu, on y croit. Et force est de reconnaître que, comme souvent pour une nouvelle franchise, le spectacle n’est pas trop déplaisant à suivre. De là à nous en coller pour 2h25 et à faire des suites, c’est une autre histoire là aussi. Oui mais voilà, vu les scores (inattendus ?) engrangés par ce premier Transformers au box office (et on ne parle même pas des ventes en vidéo), de suites, il en est rapidement question. On prend les mêmes, on change les lieux, on rajoute quelques robots et on recommence. Et ça marche à nouveau ! Une deuxième fois – Transformers : La revanche, ils reviennent et ils ne sont pas contents – et une troisième fois – Transformers : La face cachée de la lune, ils reviennent encore et cette fois, ils ne sont vraiment pas contents du tout !

Les films Transformers au box office

Transformers (2007) : $319M / $709M / 1,9M d’entrées
Transformers 2 (2009) : $402M / $836M / 2,2M d’entrées
Transformers 3 (2011) : $352M / $1,123 milliards / 2,6M d’entrées
Transformers 4 (2014) : $245M / $1,083 milliards / 2,3M d’entrées

Légende : Box-office US / Box-office Monde / Box-office France
Sources : CBO Box Office et Box Office Mojo

Transformers : L’Âge de l’extinction – Blu-ray

Transformers : L’Âge de l’extinction : un long spot publicitaire

Et puisque les trilogies sont à la mode (Matrix, Le Seigneur des anneaux, etc.), on vire le casting humains (qui de toute façon, ne servent à rien puisque les vrais héros de la franchise, ce sont les Transformers) et on prend de nouveaux gusses pour une nouvelle trilogie entamée avec Transformers : L’Âge de l’extinction. Shia LaBeouf est donc remplacé par Mark Wahlberg qui vient tout juste de tourner dans l’excellent No pain no gain de Michael Bay tandis que Megan Fox, brune aux yeux bleus, 90-60-90, est remplacée par Nicola Peltz, blonde aux yeux verts, 90-60-90. Bref, l’américaine standard en somme ! Notons toutefois une différence majeure : il y a aussi de méchants humains, mâchoire serrée tout de noir vêtu qui, avec l’aide de méchants Transformers, veulent tuer les gentils. Bref, pas besoin d’être Einstein pour suivre la saga où les scènes finissent de toute façon par se mélanger et tous les films par se ressembler (un peu comme l’autre méga franchise de ces dernières années qu’est Pirates des Caraïbes en somme).

Transformers : L’Âge de l’extinction – Blu-ray

Ajoutons à cela des tonnes de (petites) nouveautés qui ont marqué le public ces dernières années : des dinosaures (parce que les dinos, c’est tendance depuis le succès de Jurrasic Park en 1993), une course-poursuite qui fleure bon la course de pods d’une certaine Menace fantôme, des vaisseaux gigantesques au dessus de la ville façon Independence Day, etc. Agitez le tout et servez bien chaud. Oui mais voilà, à force de rallonger la sauce, il faut bien payer l’addition !

Les films Transformers : budgets et durées

Transformers (2007) : $150M / 145 minutes
Transformers 2 (2009) : $200M / 150 minutes
Transformers 3 (2011) : $195M / 155 minutes
Transformers 4 (2014) : $210M / 165 minutes

Et pour ça, il y a une invention formidable : le placement de produits ! Intelligemment employé, le concept du placement de produits au cinéma est quasi indolore. Mais à trop forte dose, il peut rapidement provoquer des effets secondaires assez dangereux pour la santé du spectateur. Dans le cas de Transformers : L’Âge de l’extinction, c’est carrément l’overdose qui guette. Résultat : sur les 2h45 que durent le film (à ce rythme-là, le n°6 durera 3h !), on ne compte plus les plans outranciers où telle ou telle marque apparaît à l’image en échange d’une modeste contribution pécuniaire à l’ardoise finale. Et ce quatrième opus de prendre rapidement les atours d’une gigantesque publicité qui, à trop vouloir en mettre plein la vue, finit surtout par piquer les yeux.

Transformers : L’Âge de l’extinction – Blu-ray Transformers : L’Âge de l’extinction – Blu-ray Transformers : L’Âge de l’extinction – Blu-ray Transformers : L’Âge de l’extinction – Blu-ray

Un Blu-ray qui pète le feu

Pour nous en mettre plein les yeux et les oreilles, le Blu-ray se pose là lui aussi. En un mot comme en mille : ça arrache grave ! Dans sa déclinaison vidéo la plus complète, Transformers : L’Âge de l’extinction renferme pas moins de quatre disques : le premier pour le Blu-ray 3D du film, le deuxième pour le Blu-ray 2D du film, le troisième pour le Blu-ray des bonus (3h de suppléments dont un gigantesque making of de 2h) et un quatrième pour le DVD du film. Ouf ! Dans sa version haute définition, le film pète de partout avec une image rutilante au possible et un son qui envoie du très très lourd ! À condition de faire fi de la VF qui, comme (trop) souvent, n’a pas les honneurs d’un flux HD contrairement à la VO proposée en Dolby Atmos 7.1. Pour les home-cinéphiles qui ne seraient pas (encore) équipés avec le matos ad hoc, pas de panique puisque la piste en question sera reconnue comme du Dolby TrueHD 7.1 pour un résultat qui dépote autant ! Avis aux amateurs.

Transformers : L'Âge de l'extinction - Blu-ray 3D

Transformers : L’Âge de l’extinction – Blu-ray

Éditeur : Paramount Home Entertainment France
Date de sortie : 26 novembre 2014

Spécifications techniques :
– Image : 2.40:1 encodée en AVC 1080/24p
– Langues : Anglais Dolby Atmos 7.1, Français DD 5.1 (640Kb/s)
– Sous-titres : Français, Anglais, etc…
– Durée : 2h 45min 07s
– 3 BD-50 + 1 DVD-9

Bonus (HD et VOSTF) :
– Bay en action (10min 45s)
– L’évolution dans l’extinction (122min 50s)
– Juste un film énorme de plus (10min 03s)
– Une touche de design (15min 24s)
– T.J. Miller : hippie fermier (19min 43s)
– Bandes annonces (VO)

Notes :
– Image : 5/5
– Son : 5/5
– Bonus : 3,5/5

Captures Blu-ray – Transformers : L’Âge de l’extinction

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *