Blue Ruin

Blue Ruin : La vengeance est un Blu-ray qui se mange froid

Sorti dans nos salles au début de l’été dernier, Blue Ruin est une des surprises « indé » de cette année car il revisite le genre du « Revenge / Vigilant movie à tendance redneck » tout en sobriété. Pour ceux qui étaient passés à côté (et ils sont nombreux), l’éditeur Wild Side Vidéo se charge de faire (re)découvrir ce premier long-métrage de l’américain Jeremy Saulnier qui s’était fait remarquer dans quelques festivals dont celui de Cannes et Deauville.

Blue Ruin - Affiche française

En fait, la vengeance n’est pas le moteur essentiel de Blue Ruin puisque celle-ci est assouvie dès le premier tiers de l’histoire. Non ce qui intéresse le jeune réalisateur c’est bien ce qui se passe après. En s’appuyant sur un casting inattendu et efficace, Macon Blair en tête en vrais-faux SDF, Saulnier tente avec un certain brio mais sans second degré cynique d’apporter son obole au genre en filmant la violence certes sans retenue mais d’une manière contemplative, voire presque sereine.

L’ambiance quelque peu anxiogène de la campagne virginienne donne un plus indéniable au film que l’on retrouve ici en Blu-ray via un master quasi irréprochable. À la fois réalisateur, scénariste et chef opérateur, Jérémy Saulnier a filmé Blue Ruin en numérique avec une caméra Canon C300 ce qui lui confère une image de belle tenue mais avec des nuits aux noirs peu profonds. Néanmoins, image HD oblige, les couleurs vives, lors des scènes nocturnes, explosent à l’écran. Pour autant et vu l’ambiance du film, les scènes diurnes ne se laissent pas déborder par de fortes couleurs chaudes et gardent un aspect ténu pour ne pas dire tendu. Peu de bruit est à signaler, l’image HD native est retranscrite avec fidélité et une netteté vraiment plaisante.

Comme à son habitude, l’éditeur français offre les pistes VO et VF en DTS-HD Master Audio 5.1. Que votre choix se porte sur l’une ou l’autre, le niveau sera quasiment le même. À commencer par les dialogues qui ont une présence similaire dans les deux langues ; les effets sont un peu mieux retranscrits sur la VO (piste d’origine oblige) mais pour autant les voies arrières ne sont pas grandement sollicitées. La VF se démarque en mettant en avant la musique du film sans nuire au reste de la bande-son. Le chaleureux No Regrets de Little Willie John est ainsi un régal à l’écoute.

Les suppléments de cette édition Blu-ray sont identiques au DVD avec cinq minutes de scènes coupées, un making of, un montage de test caméra de pré-production intitulé Premier pas ainsi que la bande-annonce du film et quatre autres des prochaines sorties de l’éditeur. Le making of est la pièce de choix de cette édition. De ses films bricolés au lycée avec Macon Blair à ses premiers pas professionnels en tant que chef opérateur, Jérémy Saulnier explique son parcours qui l’a mené à la production de Blue Ruin. Face caméra, le reste du casting et quelques membres de la production évoquent avec sincérité le tournage du film ainsi que la vie du long-métrage qui a commencé par la campagne de financement participatif sur le site Kickstarter (suite aux très belles images de Premier pas) pour finir au Festival de Cannes en 2013 après avoir été rejeté de Sundance. Émouvante, la fin de ce module amène Jeremy Saulnier à confesser une anecdote sur les derniers jours de son père qui n’a pas pu goûter au succès du film. Les scènes coupées valent le détour même si à l’évidence elles n’apportaient en effet rien de plus au récit. On a d’ailleurs la possibilité d’entendre Saulnier expliquer le choix de ses coupes. Bref une édition très soignée pour un film qui mérite amplement le détour.

Blue Ruin - Blu-ray

Image : 4/5
Son : 4/5
Bonus : 3/5

Blue Ruin (WildSide Vidéo) – 12 novembre 2014

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES Blu-ray
Format image : 2.40  Résolution film : 1080/24p AVC
Format son : Anglais et Français DTS HD Master Audio 5.1
Durée : 1h42

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *