Room (Film 2015)

Room : Blu-ray académique pour film bouleversifiant

Après une sortie dans les salles en mars dernier dans un climat social plus propice aux comédies qu’aux œuvres dramatiques, Room débarque en plein été dans une édition Blu-ray qui, comme le dit l’expression en pareilles circonstances « fait le job ».

En salles justement, Room a enregistré des scores honorables mais pas dithyrambiques : $14M au box-office US, $35M dans le monde et 150 000 entrées France pour un budget estimé à $13M dixit IMDB. Un public moyennement conquis donc, contrairement aux critiques, déjà plus enclines à encenser le film même si là encore, certains, à l’image de Sandy à la rédac, trouvent le résultat trop déséquilibré entre une première partie captivante et une seconde beaucoup plus « hollywoodienne ». À contrario, il y a ceux qui, tel l’auteur de ces lignes, ont trouvé le film bouleversifiant du début à la fin. Oppressante et anxiogène au possible, la partie « enfermée » de Room n’est ainsi que le premier acte d’un long cheminement mélodramatique qui nous invite à suivre les deux personnages où la forme (tout est filmé à hauteur d’enfant) sert à la perfection le fond. En résulte une fulgurante évocation sur la puissance des liens qui unissent une mère et son enfant, entre soutien mutuel, émerveillements, joies, peines et inquiétudes mais aussi, plus généralement, face aux nombreux obstacles à surmonter au cours d’une existence dans ce vaste monde qu’est le nôtre et où, in fine, la fameuse « Room » apparaitrait presque comme un espace confiné de sûreté.

Room (Film 2015) - Capture Blu-ray

Mais au-delà de l’accueil tant public que critique réservé au film, c’est avant tout la reconnaissance de ses pairs qui aura marqué la trajectoire de Room depuis sa sortie avec une foultitude de nominations et autres récompenses en tous genres dans les cérémonies les plus courues : BAFTA, Golden Globes, Oscars, etc. avec à l’arrivée le sacre d’une comédienne. Après une décennie de (petits) rôles dans des séries télé et de seconds rôles au cinéma, Brie Larson aura attiré tous les regards en tête d’affiche du très réussi States of Grace (Short Term 12, 2013) avant de connaître la consécration pour sa performance dans Room ; au point que certains lui prédisent déjà une trajectoire « à la Jennifer Lawrence ». Une chose est sûre pour l’heure, Hollywood lui fait les yeux doux puisqu’elle vient tout juste d’être choisie pour tenir le rôle-titre de Captain Marvel. En espérant que la jeune femme ne se fourvoiera pas trop dans ces superproductions de plus en plus formatées et sans saveur et saura tout au contraire continuer à nous émouvoir dans des œuvres de la trempe d’un Room. Et qu’importe si le public n’a pas trop le cœur à aller découvrir des fictions rattrapées (pour ne pas dire hélas surpassées) par la réalité ; à l’image de ce cas récent, au Mexique, où un juge a empêché une adolescente de 14 ans d’avorter alors qu’elle avait été violée.

Room (Film 2015) - Capture Blu-ray

Pour ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur les coulisses de Room, le Blu-ray propose quelques bricoles interactives pas forcément déplaisantes : un making of convenu qui revient sur l’adaptation du bouquin et le choix des acteurs principaux, un autre petit doc qui se focalise sur la conception du décor de la fameuse Room et un troisième qui évoque le déménagement dudit décor depuis le plateau de tournage canadien jusqu’à un musée californien afin de permettre aux visiteurs de découvrir le décor en question dans le cadre de la campagne promotionnelle du film. Une fois n’est pas coutume, le meilleur moyen d’en apprendre davantage sur les coulisses sera d’opter pour le commentaire audio collégial où le quatuor nous abreuve de renseignements dans un style suffisamment soutenu et riche. Quant aux performances techniques pures, l’image souffre d’une première partie en pénombre qui laisse apparaître différentes petites scories de compression là où la seconde partie (en dehors de la Room) est irréprochable. Quant à la partie sonore, le propos résolument intimiste et non démonstratif du film, ne se prête guère à une profusion d’effets en tous genres. Pour autant, la musique et différents bruitages parviennent à se nicher au sein des différents canaux disponibles tout du long. La VO DTS-HD Master Audio 5.1 propose un rendu acoustique un poil plus prégnant que la VF DTS 5.1.

Room (Film 2015) - Capture Blu-ray Watermark

Précisons pour conclure que nous avons eu accès à un disque dit « watermarké » avec apparition d’un bon gros « Property of Universal Pictures » en plein milieu de l’écran toutes les dix minutes (cf. capture ci-dessus). Nous ne saurions donc présupposer de la qualité de l’image des Blu-ray vendus dans le commerce qui devraient toutefois être identiques à notre exemplaire, le marquage en moins.

Notes :
– Image : 4/5
– Son : 4/5
– Bonus : 2/5

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

Room (Film 2015) - Packshot Blu-rayRoom – Édition Blu-ray – de Lenny Abrahamson (USA – 2016) – Universal Pictures Vidéo – Sortie le 19 juillet 2016

Jack, 5 ans, vit seul avec sa mère, Ma. Elle lui apprend à jouer, à rire et à comprendre le monde qui l’entoure. Un monde qui commence et s’arrête aux murs de leur chambre, où ils sont retenus prisonniers, le seul endroit que Jack ait jamais connu. L’amour de Ma pour Jack la pousse à tout risquer pour offrir à son fils une chance de s’échapper et de découvrir l’extérieur, une aventure à laquelle il n’était pas préparé.

Spécifications techniques :
– Image : 2.40:1 encodée en AVC 1080/24p
– Langues : Anglais DTS-HD MA 5.1, Français DTS 5.1
– Sous-titres : Français, Anglais
– Durée : 1h 57min 47s

Bonus (en HD et VOSTF) :
– Commentaire audio de Lenny Abrahamson (réalisateur), Danny Cohen (directeur photo), Nathan Nugent (monteur) et Ethan Tobman (production designer)
– Making of (12min 03s)
– 3 mètres sur 3 (9min 07s)
– Recréer Room (4min 23s)

Une réflexion sur « Room : Blu-ray académique pour film bouleversifiant »

  1. Je partage totalement ton avis. J’ai trouvé le film prenant et bouleversant de bout en bout avec en point d’orgue cette incroyable évasion. Pour un film hollywoodien je le trouve même plutôt sobre compte tenu de la teneur du sujet, propice à tout dérapage « pathos ». Quant à Brie Larson (bien aidée par le jeune acteur qui joue son fils), elle livre une prestation irréprochable.

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *