Total Recall (1990) de Paul Verhoeven - Ultimate Rekall Edition 2012 - Capture Blu-ray

Total Recall : Souvenirs à vendre en Blu-ray Ultimate Rekall

En 2012 sortait (enfin) une édition Blu-ray un tant soit peu digne de l’excellent Total Recall signé Paul Verhoeven. Enfin, car son ayant-droit hexagonal, Studio Canal, aura dû s’y reprendre à trois fois avant d’y arriver. Explications…

Total Recall : Jamais deux sans trois

En 2008, aux toutes premières heures du support, Studio Canal avait en effet sorti une première édition de Total Recall dépourvue de bonus et qui laissait apparaître un master de toute évidence upscalé des précédentes parutions DVD. Deux ans plus tard, l’éditeur proposait cette fois une Special Edition dont la seule spécialité consistait en un petit making of consacré aux effets spéciaux. Pas de quoi fouetter un chat comme dirait l’autre ! Les plus patients auront donc eu la présence d’esprit d’attendre jusqu’en 2012 et la sortie d’une Ultimate Rekall Edition (trouvaille marketing plus ou moins habile qui s’inspire du nom de la compagnie qui vend des souvenirs à sa clientèle dans la nouvelle de Philip K. Dick) avec cette fois-ci un vrai travail de restauration accompagné d’une jolie brochette de suppléments (repris du précédent DVD lui aussi qualifié d’Ultimate en son temps). À l’époque, la sortie de cette troisième déclinaison Blu-ray coïncidait avec l’arrivée dans les salles d’un remake ni fait ni à faire réalisé par un certain Len Wiseman. Toute la question consistait comme toujours à savoir ce qui se cachait véritablement derrière le qualificatif (souvent galvaudé) d’édition Ultimate.

Ne tournons pas autour du pot : oui, cette édition Blu-ray Ultimate de l’excellente adaptation de la nouvelle de K. Dick par Paul Verhoeven était et reste encore aujourd’hui la plus aboutie qui soit. En revanche, pour l’Ultimate, peut mieux faire. Commençons par les aspects purement techniques avec le point qui n’a pas bougé d’un iota, à savoir la partie sonore. VO et VF sont toutes deux proposées en DTS-HD Master Audio 5.1 pour un rendu une nouvelle fois pêchu à souhait et aux effets multicanaux qui remplissent leur office à merveille pour nous immerger au cœur des péripéties. L’image en revanche a fait un bond en avant considérable par rapport à ses prédécesseurs. Ce qui ne sera pas pour nous déplaire. Dixit le communiqué de presse fourni à l’époque par Studio Canal, ladite édition Ultimate avait été supervisée par Paul Verhoeven en personne. À l’instar du travail accompli par le cinéaste en collaboration avec Pathé pour la sortie Blu-ray de Showgirls cette année, nous ne pourrons donc que nous incliner devant les différents changements (colorimétriques notamment) opérés. Car la comparaison avec les précédentes éditions sautent illico aux yeux avec une définition plus poussée et des couleurs plus contrastées en vue de proposer le rendu le plus pointu à ce jour, suffisamment granuleux et avec un minimum de défauts de copie décelables. Tout n’est pas irréprochable pour autant puisque certains noirs apparaissent toujours un peu grisâtres tandis qu’un certain nombre de séquences à effets spéciaux (les arrière-plans martiens surtout) passent plus ou moins bien le cap de la HD, à l’instar de ce que l’on pourra à nouveau observé sur la nouvelle édition Blu-ray de RoboCop qui sortira deux ans plus tard. Mais rappelons ici à nouveau que Total Recall, tout comme RoboCop, remonte à une époque où le mot CGI n’avait pas encore envahi toutes les productions cinématographiques (pour le meilleur mais aussi pour le pire) et que redécouvrir ces effets spéciaux d’un autre temps dans toutes leurs « imperfections » visuelles à l’aune de la HD (et de l’Ultra HD) fait indubitablement partie du « charme » quel que soit le support. Dans l’absolu, le rendu vidéo de cette édition Ultimate de Total Recall demeure le plus abouti qu’il ait été donné de voir à date.

Total Recall : Bonus à (re)vendre

L’interactivité aurait quant à elle tout aussi bien pu s’intituler « Souvenirs à vendre », soit le titre de la nouvelle de K. Dick, tant elle reprend l’ensemble des bonus déjà croisés sur les précédentes déclinaisons DVD et Blu-ray. La bonne nouvelle, c’est qu’il ne sera plus utile de conserver toutes ses anciennes éditions vidéo. La moins bonne (n’employons pas pour autant le qualificatif de « mauvaise »), c’est que ladite interactivité se révèle tout de même un peu mollassonne.

À commencer par le commentaire audio qui réunit Paul Verhoeven et Arnold Schwarzenegger. Alors certes, on n’espérait pas non plus un commentaire de la trempe d’un Starship Troopers qui restera sans doute pour très longtemps encore un must du genre mais compte-tenu de la dimension politique, les critiques sur la violence et le pendant parano de Total Recall, on aurait bien aimé des propos plus riches de la part du cinéaste hollandais et non pas des interventions finalement assez descriptives des séquences qui défilent devant nos yeux.

Qu’à cela ne tienne, on se dit que Verhoeven va se rattraper dans la toute nouvelle interview spécialement mise en boîte pour les besoins de cette nouvelle édition Blu-ray ; soit l’un des trois suppléments inédits aux côtés des Effets spéciaux de Total Recall (qui revient entre autres sur les plans aux rayons X) et celui sur la restauration qui compare l’image délavée tout droit sortie d’une VHS avec celle du Blu-ray (on exagère à peine !). Que nenni puisque la plupart des informations relatées par Verhoeven sont des redites de ceux déjà entendues au sein des autres bonus : les quarante versions successives du scénario, les dix ans pour voir aboutir le projet, les noms de David Cronenberg ou encore Bruce Beresford derrière la caméra et celui de Patrick Swayze dans le premier rôle, le tout produit par un Dino de Laurentiis qui refusait d’engager Arnold Schwarzenegger. Ou encore un tournage mexicain où tout le monde tomba malade, à l’exception de l’ex-bodybuilder autrichien qui avait eu la présence d’esprit de faire venir sa propre nourriture et son cuistot personnel. Autant de renseignements sur les coulisses de la production déjà entendus au sein du documentaire Imagining Total Recall et repris de l’édition DVD Ultimate parue en 2001 aux côtés de la leçon d’effets spéciaux et de l’interview autour de la littérature de SF, tous deux également repris ici. La seconde partie de l’interview est déjà plus pertinente. Grand fan de comics et de littérature de science-fiction dans sa prime jeunesse, Paul Verhoeven nous apprend ainsi qu’il avait fini par se laisser convaincre par sa compagne de tenter la grande aventure hollywoodienne, qu’il découvrit les innombrables possibilités offertes par les effets spéciaux au contact de Phil Tippett et Rob Bottin sur le tournage de RoboCop (avec une belle faute de sous-titrage au passage : Rob Bottin ne s’orthographie pas « Botine ») ou encore que Sharon Stone fut retenue pour le rôle parce qu’elle était jolie. On ne pourra que lui donner 100% raison sur ce dernier point même si, comme il l’explique dans le commentaire audio, la belle était plutôt réticente à l’idée de se dévêtir pour les besoins de la première scène où elle apparaît dans le lit conjugal aux côtés de Schwarzenegger. Et Verhoeven de se marrer en déclarant qu’il prendra sa revanche dans le très sulfureux mais non moins excellent Basic Instinct.

RoboCop (1987), Total Recall (1990), Basic Instinct (1992), Showgirls (1995), Starship Troopers (1997). Soit une décennie de joyaux, pour ne pas dire de chefs-d’œuvre pour certains, que l’on doit à un hollandais aussi génial pour les uns que complètement cintré pour d’autres : Paul Verhoeven. Et si, de ces cinq longs-métrages, Total Recall (1990) apparaît aujourd’hui rétrospectivement comme le plus « accessible », le plus « grand public », il n’en est pas moins bâti autour de cette moelle épinière commune à toute la filmographie du cinéaste : ce désir de mêler la chair et le sang en un tourbillon virtuose, mais jamais gratuit, ici charpenté autour d’une intrigue faite de faux-semblants où seule la première demi-heure est peu ou prou reprise de la courte nouvelle (50 pages env.) signée Philip K. Dick avant d’extrapoler des affabulations martiennes jusqu’au tout dernier plan : ce fameux fondu enchaîné tout de blanc vêtu sous-entendant un long rêve éveillé. Un art graphique et narratif que Verhoeven poussera deux ans plus tard à son paroxysme dans l’excellentissime Basic Instinct. Mais pour l’heure, à défaut d’être aussi Ultimate que l’annonce la jaquette, cette édition Blu-ray de Total Recall reste sans conteste à date la plus aboutie et recommandable pour (re)découvrir cette petite perle de SF signée Paul Verhoeven.

Edit : En choisissant les menus en allemand au lancement du disque, il est également possible d’accéder à un commentaire audio (en allemand sous-titré anglais) du directeur de la photographie Jost Vacano (collaborateur récurrent de Paul Verhoeven) accompagné de Marko Kregel qui lui pose des questions tout au long du film. Merci à Jérôme Wybon de nous l’avoir signalé. Un supplément qui entérine définitivement cette réédition Blu-ray de Total Recall comme la plus aboutie… à ce jour !

Notes :
– Image : 4/5
– Son : 4/5
– Bonus : 3/5

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

Total Recall (1990) de Paul Verhoeven - Ultimate Rekall Edition 2012 - Packshot Blu-rayTotal Recall – Ultimate Rekall Edition de Paul Verhoeven (USA – 1990) – Studio Canal – Sortie le 1er août 2012

2048. Hanté par un cauchemar qui l’entraîne chaque nuit sur Mars, Doug Quaid s’adresse à un laboratoire, Recall, qui lui propose de matérialiser son rêve grâce à un puissant hallucinogène. Mais l’expérience dérape : la drogue réveille en lui le souvenir d’un séjour bien réel sur Mars, à l’époque où il était l’agent le plus redouté du cruel Coohagen. Quaid décide alors de repartir sur la planète rouge…

Spécifications techniques :

  • Image : 1.85:1 encodée en AVC 1080/24p
  • Langues : Anglais & Français DTS-HD Master Audio 5.1
  • Sous-titres : Français
  • Durée : 1h 53min 31s

Bonus (en HD et VOSTF) :

DISQUE 1 : Total Recall en Blu-ray

  • Commentaire audio de Paul Verhoeven et Arnold Schwarzenegger
  • Interview de Paul Verhoeven (34min 47s)
  • Effets spéciaux de Total recall (23min 15s)
  • Making of (8min 03s)
  • Imagining Total recall avec Paul Verhoeven et l’équipe du film (30min 12s)
  • Leçon d’effets spéciaux avec Kaméléon (16min 26s)
  • Autour de la littérature de SF et de Philip K. Dick avec Stéphane Bourgoin (9min 09s)
  • Restauration : Comparaison des scènes (5min 13s)
  • Trailer (2min 02, VO)
  • Galerie photos (1min 03s)

DISQUE 2 : Total Recall en DVD

  • Image 1.85 encodée en MPEG-2
  • Langues : VO & VF Dolby Digital 5.1 (448Kb/s)
  • Sous-titres : Français
  • Durée : 1h 48min 59s
  • Commentaire audio de Paul Verhoeven et Arnold Schwarzenegger
  • Interview de Paul Verhoeven (33min 17s, 16/9)
  • Leçons d’effets spéciaux (23min 12s, 16/9)

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *