Alien 3 (1992) de David Fincher

Alien Anthologie : Les bonus d’Alien 3 (non censurés)

Six ans après le très guerrier mais non moins prodigieux Aliens, le retour, c’est à un tout jeune réalisateur que la Fox décida de confier les rênes de Alien 3. David Fincher signait là son tout premier long-métrage dont le tournage, pour le moins chaotique, a en quelque sorte fait date dans l’histoire du Septième Art car symptomatique de visions contradictoires entre un Studio et les désidératas artistiques du metteur en scène aux convictions sévèrement burnées.

Si l’on retrouve au programme interactif de cet Alien 3 les mêmes valeurs sûres que sont les innombrables galeries photos, contenus additionnels, mode MU-TH-UR ou encore la version rallongée du film accompagnée de son commentaire audio, ce qui fait tout le sel et rend in extenso ce coffret Anthologie indispensable, c’est sans conteste son making of présenté pour la première fois dans sa version intégrale non censurée de 3h.

Il est aujourd’hui de notoriété publique que David Fincher eut maille à partir avec la Fox sur ce premier long-métrage en tant que réalisateur. Et bien que le making of disponible sur le précédent coffret DVD paru en 2003 ne cherchait nullement à passer sous silence de telles dissensions entre le studio et le metteur en scène, celles-ci étaient présentées sous un jour pour le moins édulcorée, se contentant d’aborder cet Alien 3 comme un projet difficile, de longue haleine et accompagné de quelques « petits différents » comme toute autre production à gros budgets digne de ce nom.

Alien 3 (1992) de David Fincher – Making of non censuré

Dévoilé aujourd’hui dans sa version pleine et entière agrémentée d’une vingtaine de minutes supplémentaires, le même making of laisse apparaître un tout autre visage de l’entreprise. On y découvre en effet un projet sur lequel le studio pensait avoir embauché un simple yes man, surveillé en permanence par un chien de garde (« watch dog » en VO dans le texte) et qui dû batailler chaque jour pour tenter d’imposer sa vision de Alien 3 avant de finalement abdiquer face aux exécutifs du studio (personnifiés par un certain Jon Landau) qui ne voyaient là qu’un gouffre à pognon pour un simple « Alien de plus ». Si beaucoup louent ses qualités de metteur en scène, David Fincher n’en est pas moins présenté comme un réalisateur difficile (le costume designer Bob Ringwood et le scénariste / producteur David Giler jetèrent l’éponge) et très exigeant (jusqu’à 15/20 prises). Quelque part entre un studio qui broie son « employé » et un jeune réalisateur talentueux un brin mégalo, il y a sans doute un juste milieu que tente de nous laisser entrevoir ce documentaire.

Reste surtout la question la plus importante : pourquoi la Fox finira-t-elle par autoriser en 2010 le public à découvrir de telles coulisses censurées en 2003 ? Le studio a-t-il estimé qu’il y avait prescription ? Désormais reconnu de tous, le talent de David Fincher pourrait-il en être la cause ? Allez savoir. Toujours est-il qu’en déliant aujourd’hui toutes ces langues jadis de bois, ce Naufrage et rage : la fabrication d’Alien 3 se hisse au niveau des mythiques documentaires consacrés à Apocalypse Now (Hearts of darkness : A filmmaker’s apocalypse) et autres Armée des douze singes (The Hamster factor and other tales of Twelve monkeys) en allant gratter là où ça fait mal derrière le beau vernis de cette magnifique usine à rêves qu’est Hollywood.

Alien 3 (1992) de David Fincher – Making of non censuré

Alien 3 : Édition spéciale (2003)

Si le changement le plus conséquent (en durée : près de 10 minutes en plus) intervient lors de la première « chasse » à l’alien où la créature est capturée avant d’être libérée par un Golic en admiration totale devant ce « dragon », on pourra également noter la découverte de Ripley sur la plage et non plus dans le vaisseau échoué, le rapport beaucoup plus long transmis ensuite ou encore la « naissance » de l’alien qui s’extirpe à présent non plus d’un chien mais d’un bœuf. Les autres changements sont beaucoup plus subtils et ponctuels, réorientant fondamentalement le film vers une approche plus religieuse et communautaire telle qu’envisagée dans un premier jet par le scénariste Vincent Ward (cf. les bonus ci-dessous). On trouve ainsi d’innombrables séquences mettant en scène les prisonniers, les rapports qu’ils entretiennent les uns avec les autres et face à la religion. La scène rajoutée de capture de la bête dans les flammes, le sang et les morts prend ainsi des allures d’acte quasi évangélique soutenu par une musique ad hoc. La fin diffère également très légèrement. Si le personnage de Bishop se voit rajouter une ou deux lignes de texte (« Tu vois, je ne suis pas un androïde », « Arrêtez de filmer »), la mort de Ripley proprement dite ne se fait plus avec « l’accouchement » du monstre.

Alien 3 (1992) de David Fincher – Making of non censuré

Alien 3 : Le commentaire audio

Ce commentaire est essentiellement axé sur la technique avec Alex Thomson (directeur photo), Terry Rawlings (monteur), Alec Gillis et Tom Woodruf Jr. (concepteur des effets spéciaux de l’alien), Richard Edlund (producteur des effets spéciaux) et un seul comédien, Paul McGann (Golic) qui par ailleurs n’intervient que très rarement. Lance Henriksen est également de la partie à deux reprises : lorsque Ripley réactive temporairement le droïde et à la fin lorsque le Bishop humain fait son apparition. L’acteur semble toutefois ne pas avoir été enregistré en visionnant le film, comme en témoigne sa première intervention : « Dans une scène, le mannequin de Bishop est en piteux état. J’ai prêté ma voix au mannequin » alors que l’on aperçoit précisément ladite scène à ce moment-là. Comme on pouvait s’en douter compte tenu des protagonistes présents sur ce commentaire, les détails techniques abondent : maquettes, prothèses, décors, Tom Woodruf non-crédité au générique dans le costume de l’alien, etc. Le directeur photo intervient très souvent pour préciser les éclairages, caméras et objectifs employés, même s’il reconnaît s’être contenté de suivre les règles établies par Jordan Cronenweth, le premier directeur photo sur Alien 3 (qui dû très rapidement quitter le projet, cf. bonus ci-dessous) et par David Fincher. Un Fincher dont tous reconnaissent à posteriori le talent et les qualités aussi bien en tant que technicien, cinéphile mais aussi directeur d’acteurs. Cette reconnaissance (tardive) est peut-être aussi due au fait que, comme ils l’admettent unanimement, bien que rejeté et sous-estimé à sa sortie, Alien 3 est de plus en plus apprécié au fil du temps. Toujours est-il que, bien qu’absent, Fincher est très souvent mentionné (« Fincher voulait », « C’est une idée de David », etc.) tout du moins au début car, passée la première heure, les propos deviennent nettement moins soutenus. Dans tous les cas, on ne sera pas vraiment surpris de ne trouver aucune allusion au scénario étant donné qu’il n’y en avait pas (cf. ci-dessous).

Alien 3 (1992) de David Fincher – Making of non censuré

Naufrage et rage : La fabrication d’Alien 3 (179min 20s)

Place à présent au fameux making of. À titre indicatif, nous avons précisé (en rouge) les noms et durées qu’arboraient ces différents reportages sur le coffret DVD paru en 2003.

L’enfer du développement : Conclusion de l’histoire (17min 42s)

Préproduction : Développement (17min 01s)

Dès le lancement du projet Alien 3, des difficultés firent déjà surface. Plusieurs réalisateurs furent contactés, notamment Ridley Scott mais aussi Renny Harlin avec deux orientations possibles : explorer la planète d’origine des aliens ou bien les faire arriver sur Terre. Le scénario passera alors de main en main, y compris celles d’un certain David Twohy (Pitch Black, Abîmes). James Cameron avait lui-même envisagé une suite à son Aliens, le retour en gardant le trio familial constitué par Ripley, Newt et Hicks. Une Ripley qui ne serait pas forcément présente dans ce troisième volet, tout du moins pas sous les traits de Sigourney Weaver puisqu’il fut un temps question que le film se fasse sans la comédienne ! Après un an de préparation, Renny Harlin décida de se retirer du projet, jugeant tous les concepts envisagés trop proches des deux opus précédents. La situation fut alors débloquée par Vincent Ward qui devait également réaliser mais finit lui aussi par abandonner cette possibilité par manque de liberté artistique.

Alien 3 (1992) de David Fincher – Making of non censuré

Les histoires de la planète en bois : La vision de Vincent Ward (13min 11s)

Préproduction : Contes (13min 13s)

Ce second reportage passe précisément en revue les grandes lignes de cet Alien 3 tel qu’envisagé à l’origine par Vincent Ward (et dont la version longue se rapproche davantage). Le concept de base était donc le suivant : une sorte d’étoile noire (en bois ?!?) à la Star Wars avec des terriens refusant toute forme de technologie, une sorte de communauté monastique avec cathédrales, champs agricoles, etc. L’histoire demeurait globalement identique au film achevé : Ripley échouait sur cette planète avec un alien dans le ventre. Parvenu à l’âge adulte, la créature était traquée dans les champs de blé avant d’être plongée dans une cuve de verre en ébullition. Pour le final, les similitudes sont également de rigueur avec deux conclusions possibles : la première où Ripley se donne la mort dans les champs en flammes et la seconde où un moine l’exorcise (l’avorte) de la créature. Ce choix revint à l’actrice Sigourney Weaver qui, ne souhaitant plus tourner dans la série, demanda à ce que l’on tue son personnage.

Alien 3 (1992) de David Fincher – Making of non censuré

La stase interrompue : La vision de David Fincher (14min 13s)

Préproduction : 3ème partie (11min 43s)

Très remarqué pour ses nombreux clips et publicités, David Fincher débarque donc au beau milieu du champ de bataille sans même avoir pris connaissance du travail effectué en amont. Commence alors un gigantesque travail de réécriture (par Walter Hill & David Giler, tous deux déjà à l’œuvre sur le premier opus), de réorientations diverses (la planète monastère devient une planète pénitentiaire) en même temps que le combat entre Fincher et les producteurs. On trouvera également une amusante anecdote à propos de Michael Biehn qui se mort aujourd’hui les doigts de ne pas avoir pris part à l’aventure (l’alien devait sortir de sa dépouille alors que l’acteur n’avait même pas été contacté à ce sujet).

Alien 3 (1992) de David Fincher – Making of non censuré

Xeno-érotic : La reconception de H.R. Giger (10min 20s)

Préproduction : Xéno-érotique (10min 21s)

Désireux de voir le créateur originel de l’alien prendre part au projet, Fincher demanda à H. R. Giger de retravailler sa créature en vue de lui donner un look plus félin. Giger conçut alors de nombreuses variantes qui plaisaient pour la plupart énormément au réalisateur. Mais c’était une fois encore sans compter sur les producteurs qui, malgré les nombreux changements effectués, n’avaient nullement repoussé la date de début du tournage. De plus, les relations entre Giger et ces mêmes producteurs se détériorant, bien peu de son travail survivra jusqu’au film achevé.

Alien 3 (1992) de David Fincher – Making of non censuré

La couleur du sang : Studios Pinewood, 1991 (23min 42s)

Production : 1ère partie (18min 03s)

Ce premier reportage sur le tournage s’attarde tout d’abord sur les décors et les effets spéciaux en direct, notamment l’usage du feu étant donné qu’il n’y a aucune arme dans le film. La seconde partie revient plus en détails sur le travail entamé par le directeur photo Jordan Cronenweth (Blade Runner) qui dû abandonner le projet car atteint de la maladie de Parkinson. Remplacé par Alex Thomson, ce dernier se « contenta » alors de suivre les orientations visuelles envisagées par Cronenweth et Fincher : éclairage par variation, points chauds, par en dessous, etc. Thomson revient également sur les difficultés de filmer dans des couloirs aussi étroits et sombres ainsi que sur la trouvaille du steadycamer : la caméra pivotante qui, associée à un objectif anamorphosé, aboutira à la vision subjective de l’alien. Le documentaire revient également sur les différents réalisateurs de seconde équipe qui se succédèrent, cette équipe se devant d’être très productive afin de respecter les impératifs du planning.

Alien 3 (1992) de David Fincher – Making of non censuré

Organisme adaptatif : Conception des créatures (20min 58s)

Production : Organisme polymorphe (20min 35s)

Ce second reportage sur le tournage revient principalement sur la conception de l’alien, notamment sur la scène alternative (présente dans la version longue) où la créature sort du ventre d’un bœuf et part en courant. On y découvre ainsi un essai (peu concluant) de « costume » pour le chien afin de faire croire à un alien en train de marcher tandis que le rôle de la créature dans sa version adulte était tenue comme précédemment par un acteur lui aussi costumé (une heure pour tout enfiler et peaufiner). Un acteur qui par ailleurs n’y voyait strictement rien puisque sa tête était située au niveau du cou de l’alien. Le documentaire revient précisément sur les différents modèles de têtes d’alien (passives, radiocommandées, attaquantes) mais aussi sur la scène du bioscan à base de couches multiples ainsi que sur la fabrication d’une autre tête, celle de Bishop l’androïde.

Alien 3 (1992) de David Fincher – Making of non censuré

La spirale infernale : Différences créatives (14min 55s)

Production : 3ième partie (8min 57s)

Dans sa version « expurgée », ce reportage prenait les allures de louanges (un brin faux-cul il faut bien l’admettre) à l’attention des nombreux mérites et du talent de David Fincher face à la rigidité du studio et des conditions de tournage difficiles : absence de scénario, premier long-métrage, idées trop onéreuses, etc. Dans sa version non censurée, c’est une toute autre histoire sur les coulisses de cet Alien 3

La furie optique : Effets visuels (24min 04s)

Postproduction : Déchaînement visuel (23min 22s)

La première partie est consacrée à l’alien ; un alien miniature manipulé à l’aide de tiges (effacées par rotoscopie) et filmé devant un fond bleu dans un rapport un tiers par rapport au tournage réel dont les mouvements de caméra étaient enregistrés sur ordinateur. Encore quasi inexistante à l’époque (Terminator 2 venait tout juste de sortir l’année précédente), l’infographie de Alien 3 se limite à un seul et unique plan de quelques secondes : la fissuration du crâne de l’alien à la fin. La seconde partie revient quant à elle sur les décors : la fonderie dans un style « à la Blade Runner », la maquette du vaisseau qui s’échoue sur la planète ainsi que les scènes d’explosion également réalisées en miniatures car jugées trop dangereuses pour être tournées en direct avec des cascadeurs.

Alien 3 (1992) de David Fincher – Making of non censuré

Où le soleil brûle froid : Les studios Fox L.A., 1992 (17min 33s)

Production : 2ième partie (14min 40s)

Les choses se précipitent : le tournage est stoppé net pour cause de budget hémorragique et, de retour à Los Angeles, une première version de Alien 3 culminant à trois heures est assemblée. Commence alors un long et fastidieux travail de remontage qui durera près d’un an : fin changée, tournage de nouvelles scènes, etc. Le reportage passe ainsi en revue de nombreuses séquences coupées et désormais visibles dans la version longue.

Requiem pour un cri : Musique, montage et son (14min 53s)

Postproduction : Musique, montage et son (14min 54s)

Comme son nom l’indique, ce documentaire revient sur la musique, les effets sonores et le mixage de la bande son. Elliot Goldenthal évoque certaines séquences : l’ouverture, l’autopsie, la poursuite dans les couloirs pour laquelle il fut bien difficile de composer une musique non répétitive compte-tenu de la longueur de la séquence ou encore la musique de fin conçue à la dernière minute en une seule nuit. Aucun thème précis ne sera par ailleurs composé puisque David Fincher souhaitait combiner musiques et effets sonores autant que possible. Un choix qui n’ira d’ailleurs pas sans occasionner quelques frictions entre Goldenthal et les monteurs son.

Alien 3 (1992) de David Fincher – Making of non censuré

Post-mortem : Réactions au film (8min 24s)

Postproduction : Post-mortem (5min 51s)

Cette conclusion revient sur le succès très mitigé aux États-Unis lors de sa sortie en salles mais qui fut beaucoup mieux accueilli sur les autres marchés tandis que, devenu entre-temps un cinéaste reconnu, cette première réalisation de David Fincher est réévaluée au fil du temps. Là encore, la version non censurée du reportage laisse apparaître un tout autre visage de ce véritable chemin de croix que fut le tournage de Alien 3 !

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *