Hollow Man (2000) de Paul Verhoeven

Hollow Man : Verhoeven invisible en Blu-ray

En l’an 2000, Paul Verhoeven mettait en boite un dernier long-métrage sur les terres de l’Oncle Sam avant de tirer (définitivement ?) sa révérence envers un système hollywoodien qu’il a malmené pour notre plus grand bonheur. Après plus d’une décennie passée aux États-Unis, le réalisateur hollandais nous livrait alors sa vision du mythique personnage imaginé par H. G. Wells un siècle plus tôt. Sans être infamant, Hollow Man ne restera pas dans les annales d’une filmographie jusque-là émaillée d’œuvres oh combien fulgurantes. La seule et unique édition Blu-ray disponible à ce jour est à l’image du film : elle fait le job mais sans plus.

Hollow Man : Une grosse merde ?

Nous n’irons pas jusque-là mais c’est pourtant l’anecdote que raconte Paul Verhoeven au sein du making of Death From Above présent sur l’édition Blu-ray américaine de Starship Troopers. En effet, en pleine promotion de Hollow Man, à l’heure où son précédent long-métrage qualifié à sa sortie de « nazi » commençait lentement mais sûrement à être réhabilité, une question revenait souvent aux oreilles du réalisateur : « Comment après un film de la trempe de Starship Troopers, avez-vous pu faire une grosse merde comme Hollow Man ? ». Verhoeven en rigole dans le making of en question mais quelque part, la remarque est symptomatique du ressenti que l’on pourrait avoir à la (re)découverte du film tant la maestria du cinéaste ne se retrouve plus que par petites touches au sein de cet Hollow Man. Mais quoi de plus normal après tout ? En effet, après le flop de Showgirls en 1995 ($45M de budget, $20M de recettes en salles US) et celui de Starship Troopers en 1997 ($105M de budget, $55M de recettes en salles US et $120M dans le monde), quel studio / producteur serait assez fou pour confier à nouveau une telle somme à ce cintré de bonhomme sans un minimum de garde-fous ? Surtout après le « coup de Trafalgar » de Starship Troopers où personne n’avait vu venir une telle satire (incomprise à sa sortie faut-il le rappeler) socio-politico-militaire.

Hollow Man (2000) de Paul Verhoeven - Capture Blu-ray

Lorsque Columbia Pictures (propriété de Sony) accepte de confier les $95M de budget à Verhoeven pour les besoins de Hollow Man, il n’est donc plus vraiment question de laisser le réalisateur partir dans de nouveaux déliriums dont lui seul à le secret. On y retrouve bien ici et là certaines des appétences, aussi bien thématiques que graphiques du cinéaste : Kevin Bacon qui se prend pour « Dieu » (dans le texte) et qui, sous couvert d’impunité, viole sa voisine (Rhona Mitra à la plastique affriolante) avant de tuer son boss interprété par William Devane. Soit les premières étapes d’une certaine forme de supériorité conférée au personnage-titre par son nouveau statut d’invisibilité qui culminera au cours d’un dernier acte aussi meurtrier que saignant, le tout au gré d’un récit qui parvient assez efficacement à distiller le suspense dont raffole Verhoeven. Comme tous les précédents longs-métrages du cinéaste, Hollow Man sortira en salles affublé d’un classement « R » aux États-Unis (interdit aux moins de 17 ans non accompagnés d’un adulte) en raison de « son caractère violent, de ses dialogues matures et de certaines séquences de sexe / nudité » tandis qu’en France il écopera à nouveau d’une interdiction aux moins de 12 ans. Rien que de très habituel donc de la part du cinéaste pour un film qui convaincra moyennement le public : $73M de recette US, $190M dans le monde et 1,5M d’entrées dans l’Hexagone. Exception faite du cas français, le succès de Hollow Man sera donc timide.

Un succès que l’on pourrait in fine qualifier de « désincarné » tant Hollow Man n’aura pas laissé un souvenir impérissable dans les mémoires, de surcroît en comparaison des précédents longs-métrages du cinéaste, sinon celui d’un sympathique petit thriller SF qui donne l’occasion de revoir certains acteurs à des stades plus ou moins affirmés de leurs carrières respectives (Elisabeth Shue, Kevin Bacon, Josh Brolin, Kim Dickens, etc.) doublé, il faut bien le reconnaître, d’une certaine maestria visuelle, à commencer par celle des effets spéciaux, toujours aussi bluffants quinze ans après. Mais pour ce qui est de la « patte verhoevienne », force est de constater que les ardeurs du cinéaste ont été en grande partie émasculées.

Hollow Man (2000) de Paul Verhoeven - Capture Blu-ray

Hollow Man : Un Blu-ray correct

Ce n’est pourtant pas l’énergie qui manque à Paul Verhoeven comme en attestent les images du tournage visibles au sein des bonus où l’on découvre le réalisateur toujours aussi passionné et précis dans sa direction d’acteurs tandis que les différents protagonistes interviewés, aussi bien devant que derrière la caméra, ne tarissent pas d’éloges sur le talent du bonhomme. Mais pour aussi généreuse qu’elle apparaisse sur le papier (une heure au total), l’interactivité du Blu-ray de Hollow Man ressemble avant tout à une succession de petites featurettes de quelques minutes chacune qui se focalisent essentiellement sur des aspects bien précieux des effets spéciaux. Les amateurs seront donc ravis d’y apprendre comment le corps de Kevin Bacon fut intégralement scanné en vue de créer une doublure numérique et de reconstituer l’anatomie complète du corps humain : os, muscles, tendons, veines, organes internes, etc. Ou encore comment toutes les scènes où Kevin Bacon est invisible ont dû être filmées en double : une première fois avec l’acteur entièrement recouvert de noir, vert ou bleu de la tête aux pieds (en vue d’être effacé de l’image par la suite en post-prod) et une seconde fois sans les comédiens pour disposer ainsi de l’arrière-plan adéquat qui permettra de reconstituer l’image finale ; ce second passage étant par ailleurs filmé à l’aide d’une caméra piloté par ordinateur qui aura préalablement enregistré tous les mouvements au cours de la première prise (celle avec les comédiens). Et bien qu’à l’arrivée Paul Verhoeven déclare trouver tout ceci plus beau et complexe que des dinosaures (petite boutade dont le cinéaste a le secret à l’attention d’un certain Jurassic Park), on ressort de cette interactivité avec le même sentiment qu’à la fin du film à proprement parlé : celui d’un travail bien fait en surface mais dont la profondeur fait défaut.

Hollow Man (2000) de Paul Verhoeven - Capture Blu-ray

Les home-cinéphiles quant à eux seront sans doute ravis d’apprendre que les prestations techniques du Blu-ray de Hollow Man tiennent plutôt bien la route en dépit d’un titre paru aux toutes premières heures du support (2008). Le master utilisé est dans son semble très satisfaisant tout comme l’encodage effectué, la combinaison des deux aboutissant à un rendu vidéo conforme à ce que l’on est en droit d’attendre pour un long-métrage « relativement » récent. Côté son, VO et VF sont toutes les deux proposées en Dolby TrueHD 5.1 dont les possibilités profitent avant tout aux partitions signées Jerry Goldsmith (déjà à l’œuvre sur Total Recall et Basic Instinct) ainsi qu’au dernier acte évoqué ci-dessus et ses nombreux passages « musclés » (explosion, système anti-incendie, etc.) sans que pour autant le résultat soit transcendant outre mesure acoustiquement parlant. On regrettera ici de ne point retrouver la VO PCM 5.1 du Blu-ray US qui donnerait sans doute un peu plus de « chair » à l’ensemble. C’est d’ailleurs bien là la seule distinction entre le Blu-ray français et américain de Hollow Man dont les droits vidéos sont détenus par Sony Pictures Home Entertainment à l’international. De facto, inutile de partir à la recherche d’une quelconque singularité locale en vue de dénicher une meilleure édition Blu-ray du film au-delà de nos frontières. Il faudra donc se contenter de ce Blu-ray paru en 2008 tout en espérant qu’une réédition nantie d’un nouveau master et de bonus un peu plus engageant verra le jour prochainement. Pourquoi pas à l’occasion du vingtième anniversaire de Hollow Man en 2020 ? Quant au long-métrage à proprement parlé, il n’y aura rien de plus à en attendre d’ici là sinon un honnête film de commande de la part d’un Paul Verhoeven qui faisait là ses adieux à Hollywood en toute discrétion pour mieux revenir sur ses terres natales…

Notes :
– Image : 4/5
– Son : 4/5
– Bonus : 2/5

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

Hollow Man (2000) de Paul Verhoeven - Packshot Blu-rayHollow Man – Édition Blu-ray – de Paul Verhoeven (USA – 2000) – Sony Pictures Home Entertainment – Sortie le 23 janvier 2008

Le génial mais arrogant chercheur Sebastian Caine et ses collègues ont découvert le mécanisme moléculaire de l’invisibilité. Caine teste la formule sur lui-même. C’est une réussite, mais l’effet n’est pas réversible. Loin d’affaiblir sa tendance mégalomaniaque, sa nouvelle nature va pousser Caine à l’extrême…

Spécifications techniques :

  • Image : 1.85:1 encodée en AVC 1080/24p
  • Langues : Anglais & Français Dolby TrueHD 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 1h 59min 15s

Bonus (en SD et VOSTF) :

  • Hollow Man : Anatomie d’un thriller (15min 04s)
  • Un costume de chair (40min 39s)
  • Les effets spéciaux (comparaison) (4min 18s)

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *