Black Book (2006) de Paul Verhoeven

Black Book : Un Blu-ray et un film wunderbar

Après quinze ans passés sur les terres de l’Oncle Sam qui auront vu sa filmographie s’étoffer d’œuvres du Septième Art oh combien mémorables, Paul Verhoeven faisait (définitivement ?) ses adieux à Hollywood après un ultime long-métrage (de commande ?), Hollow Man (2000), pour mieux revenir sur ses terres natales et nous offrir le magistral Black Book. Un film qui, en quelque sorte, boucle non seulement sa carrière mais aussi sa propre existence. Explications.

Black Book a rendez-vous avec l’histoire : la petite, la grande et la privée

Alors que le cinéaste hollandais avait enchaîné les réalisations à un rythme pour le moins soutenu à la fin du millénaire (sept films mis en boîte durant son périple hollywoodien de 1985 à 2000), il prendra cette fois-ci tout son temps pour finaliser son nouveau long-métrage, Black Book, qui ne sortira sur les écrans qu’en 2006. Pour autant, le projet fut initié bien avant l’exil américain de Paul Verhoeven comme il nous le rappelle au sein du commentaire audio puisque les recherches entamées en compagnie du coscénariste Gerard Soeteman (un des collaborateurs de longue date du cinéaste avec son directeur de la photographie Jost Vacano) remontent aux années 80. D’ailleurs, en écoutant le cinéaste s’exprimer sur la piste en question, jamais l’écriteau « inspiré de faits réels » qui ouvre le film n’est apparu aussi opportun que dans le cas de Black Book. Outre les nombreux détails sur les coulisses du tournage (en extérieur en Hollande, en studio en Allemagne, etc.), Verhoeven passe en effet une large majorité de son temps à souligner l’exactitude de tel ou tel passage mais sans omettre pour autant de préciser les différences entre fiction et réalité tout en rappelant constamment la trame de fond historique de l’occupation nazie de l’époque.

Black Book (2006) de Paul Verhoeven - Capture Blu-ray

Entre autres choses, on y apprendra ainsi que Ellis de Vries, interprétée par la magistrale Carice van Houten dont la plastique affriolante ensorcelle désormais les fans de Game of Thrones dans le rôle de la femme en rouge, est en réalité basée sur le parcours de trois femmes distinctes, que Ludwig Müntze, interprété par Sebastian Koch, ne sera pas exécuté ou encore que le traître de l’histoire parviendra à s’enfuir de Hollande, supposément pour rejoindre l’Amérique du Sud, continent d’exil de nombreux dirigeants et autres collaborateurs nazis au moment de la libération de l’Europe occupée. Déjà entendue dans le magistral commentaire audio de Starship Troopers, c’est à nouveau cette incroyable propension du cinéaste à nous rappeler les faits historiques qui fait de ce nouvel exercice une plus-value oh combien précieuse. Et que dire alors lorsque le bonhomme y ajoute sa propre histoire puisque, faut-il le rappeler à nouveau, le cinéaste vit le jour un an avant le début des hostilités en juillet 1938 et avait donc six ans au moment de la libération des Pays-Bas.

Black Book (2006) de Paul Verhoeven - Capture Blu-ray

Paul Verhoeven nous explique ainsi avoir vu de ses yeux (d’enfant) les anglais et les canadiens traversés La Haye en libérateurs ainsi que la haine des hollandais, non pas tant à l’encontre de l’occupant allemand mais des collaborateurs telles que ces femmes accusées d’avoir couchées avec des nazis et dont les cheveux seront tondus en place publique, scène devenue oh combien célèbre dans l’Histoire de la libération. Quant à ceux qui trouveraient que Verhoeven verse à nouveau par endroits dans une certaine forme de graphisme provocateur, il conviendra de rappeler que là encore la réalité dépasse bien souvent la fiction. À l’instar de cette scène où l’héroïne est recouverte de défécations et où les collabos étaient en réalité plongés dans lesdits bacs à déjections mais que, pour des raisons de sécurité, Verhoeven décida « d’inverser le sens des-dits excréments » qui se déversent à présent sur cette femme accusée, à tort ou à raison, d’avoir collaboré avec les nazis. Le passé rejoint également parfois le présent dans les propos de Verhoeven lorsque celui-ci déclare avoir retrouvé la trace dans des archives durant la pré-production du film de son tout premier coup de foudre datant de 1952 ou encore lorsqu’il rencontra le fils de Münzte à l’avant-première allemande de Black Book où ce dernier s’enquerra de l’image de son père présentée à l’écran.

Black Book (2006) de Paul Verhoeven - Capture Blu-ray

Dire que toutes ces précisions apportées par Verhoeven crédibilisent encore davantage le talent avec lequel le cinéaste est parvenu à conjuguer la petite histoire au sein de la grande serait un doux euphémisme tant celui-ci se garde bien de tirer toute la couverture à lui en ne tarissant pas d’éloges à maintes reprises envers l’ensemble des artisans du projet, aussi bien devant que derrière la caméra, à commencer par son coscénariste Gerard Soeteman. (Re)voir dix ans après son magistral Black Book, c’est prendre la pleine mesure d’un cinéaste qui n’est pas seulement capable d’apporter une imagerie « bande dessinée » (« comic bookish » en anglais) à ses longs-métrages hollywoodiens telle qu’il la caractérisait dans sa leçon de cinéma enregistrée à la Cinémathèque Française le 6 février 2016 mais sait tout aussi brillamment mettre son talent au service de cette histoire (vraie) survenue dans son pays d’origine. Une histoire de résistance au cours de la Seconde Guerre Mondiale comme il en existe des milliers d’autres (pour la plupart encore méconnues ou bien tout simplement inconnues) et que Verhoeven aura donc mis quelques 25 ans à coucher sur pellicule avec le talent qui le caractérise.

Black Book (2006) de Paul Verhoeven - Capture Blu-ray

Black Book en Blu-ray : La France fait de la résistance

Hélas, pour profiter pleinement de ce joyau qu’est Black Book, il faudra se tourner de l’autre côté de l’Atlantique puisqu’en France, point de Blu-ray à l’horizon à ce jour. Une absence qui s’explique sans doute par le score enregistré dans les salles de l’Hexagone, à peine 130 000 entrées, soit à date le plus faible de la filmographie de Paul Verhoeven au box-office français. De fait, il n’existe en France qu’un DVD édité par Pathé en 2007 et dépourvu du précieux commentaire sus-cité. Dommage quand on sait que quelques semaines plus tôt était paru aux États-Unis un magnifique Blu-ray sous la bannière de Sony Pictures Home Entertainment. Non content d’être toutes zones, le Blu-ray en question propose une image et un son de tout premier choix et notamment une remarquable VO PCM 5.1 (encodée à 4,5Mb/s) – pour rappel la VO de Black Book est un mélange de hollandais et d’allemand, avec quelques passages en anglais et en hébreu. Des sous-titres français sont également disponibles sur le film tandis que les bonus sont quant à eux sous-titrés en anglais. Indispensable sur le sympathique making of (en hollandais) qui ressemble toutefois à une featurette promo par certains aspects (présentation des personnages et des enjeux), ces sous-titres seront pour le moins superflus sur le commentaire audio puisque le réalisateur s’y exprime en anglais. À moins que l’éditeur américain n’ait eu peur que les futurs acheteurs ne comprennent pas totalement le cinéaste qui s’excuse d’ailleurs à la fin dudit commentaire pour son fort accent hollandais, expliquant que le retour à la langue anglaise fut difficile après les deux années passées en Hollande pour les besoins du film.

Black Book (2006) de Paul Verhoeven - Capture Blu-ray

Un travail de longue haleine que ce Black Book que Paul Verhoeven aura donc mis un quart de siècle à coucher sur pellicule et qui, comme bien souvent chez le réalisateur hollandais, se referme sur une note mi-optimiste / mi-pessimiste qu’il souligne lui-même dans le commentaire audio au cours de la scène finale. La séquence en question montre en effet le début des affrontements autour de la Crise du canal de Suez en 1956 et répond ainsi à la question posée par l’héroïne un peu plus tôt dans le film : « Est-ce que ça ne s’arrêtera donc jamais ? ». À cette ultime interrogation, Paul Verhoeven, qui a lui-même grandi en pleine Seconde Guerre Mondiale, répond par la négative : « Non, la guerre ne s’arrêtera jamais ».

Notes :
– Image : 5/5
– Son : 5/5
– Bonus : 2,5/5

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

Black Book (2006) de Paul Verhoeven - Packshot Blu-ray USBlack Book – Édition Blu-ray US – de Paul Verhoeven (Pays-Bas, Allemagne, Royaume-Uni, Belgique – 2006) – Sony Pictures Home Entertainment – Sortie le 25 septembre 2007

La Haye, sous l’occupation allemande. Lorsque sa cachette est détruite par une bombe, la belle chanteuse Rachel Stein tente, avec un groupe de Juifs, de gagner la Hollande Méridionale, déjà libérée. Mais une patrouille allemande les intercepte. Tous les réfugiés sont abattus sauf Rachel. Elle rejoint alors la Résistance et, sous le nom d’Ellis de Vries, infiltre le Service de renseignements allemand et réussit à se lier avec l’officier Müntze qui lui offre un emploi.

Spécifications techniques :

  • Image : 2.40:1 encodée en AVC 1080/24p
  • Langues : Hollandais PCM 5.1 & DD 5.1
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Durée : 2h 25min 38s

Bonus (VOSTA) :

  • Commentaire audio de Paul Verhoeven
  • Making of (25min 19s, SD)
  • Bandes-annonces

3 réflexions sur « Black Book : Un Blu-ray et un film wunderbar »

  1. Juste pour vous signaler qu’il existe bien un blu-ray français, contrairement à ce que j’ai lu (bon papier, à part cette erreur). Pas très connu, il est vrai. Édité par Pathé en collaboration avec Carrefour et vendu exclusivement dans sa chaîne de magasins (pendant 2 ans à peu près) dans un boîtier slim en carton assez « cheap » pour la modique somme de 7 euros (collection « My Collection » : http://www.annees-laser.com/forum/viewtopic.php?p=954816&sid=1a084550cca0a66ef971a824cf3dbd96 ). Il me semble qu’à l’époque d’Écran Large, un des membres de l’équipe de Digital Ciné en avait parlé.
    Le film y est proposé dans son jus, sans bonus, et dans une version recadrée en 1.77:1. Pas la joie donc, mais ça existe…

  2. En fait il y a bien eu un blu ray Pathé en France, dans une simple pochette en carton et distribué dans certaines grandes surfaces.
    Une assez mauvaise édition puisque, paraît-il, l’image était recadrée et les bonus aux abonnés absents.

    Voyez sur cette page amazon le visuel de la pochette ; ainsi que le commentaire de Jerico73 le 18 août 2012 (« Bluray français à éviter!!! ») et celui anonyme du 2 février 2016 (« Déçu »).

    https://www.amazon.fr/Black-Book-Blu-ray-Carice-Hoten/dp/B008FP0X0Y/ref=cm_cr_arp_d_product_top?ie=UTF8

  3. Le blu ray Fr n’est pas recadré, le film a été tourné en Super 35 , donc c’est en open matte en 1.77.
    Ça veux dire en gros qu’il y a plus d’image en haut et en bas en 1.77 que dans son format 2.35 ou des caches sont ajoutés par la suite.

    L’explication du procédé sur Wiki, désolé c’est en anglais !
    https://en.wikipedia.org/wiki/Super_35

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *