Fear The Walking Dead (Saison 2) en Blu-ray : Pourquoi tant de haine ?

Å la rédac, l’ambiance n’a jamais été aussi tendue. Tout est parti d’une phrase anodine. « J’aime bien la deuxième saison de Fear The Walking Dead » déclarait l’autre jour votre bien-aimé Julio Lopez qui va écrire à la troisième personne pour la peine.

Pendant quelques mois en 2016, Sandy avait pris soin de titrer ainsi son premier mail de chaque semaine : « Quelle merde cette série » en nous communiquant son désarroi face à la médiocrité persistante de FTWD après une saison 1 dispensable sur les bords. Bref, Julio était conditionné à mort, hésitant même à se relancer dedans à l’occasion de la sortie du Blu-ray. Et puis un jour, entre deux séries intelligentes (Mr. Robot et Better Call Saul), Julio s’est senti d’humeur à regarder un étron en deux ou trois jours. « Allez, faut que mon cerveau se repose, file moi la saison 2 de FTWD s’il-te-plaît, Maître Gillet. »

Fear The Walking Dead

Donc forcément, la réflexion de Julio fut très mal prise. Cherchant du soutien du côté de Stéphane, la réponse fut sans appel « J’ai pas regardé, Sandy m’a dit que c’était nul. » Flavien étant injoignable depuis qu’il est devenu portier au Pink Paradise et Nicolas itou depuis qu’il veut se présenter aux primaires socialistes, Julio s’est un peu retrouvé seul contre tous.

Mais il assume. Oui, le conditionnement a peut-être joué. Oui, le fait que le niveau de la série mère soit sur la pente descendante a certainement aidé aussi. Oui, on peut penser à Cyril Hanouna en matant Travis et sa barbe d’une semaine, ce qui n’arrange rien. Oui, c’était archi-prévisible que son fils horripilant meure à la fin de la saison (bon, c’était un spoiler / NDSG). Oui, ça manque un peu de zombies (faut quand même attendre 35min par exemple dans l’épisode 5 avant d’en voir un !). Mais on peut y trouver aussi certaines réjouissances. Les autres jeunots, Nick et Alicia, prennent de l’épaisseur, la maman devient badass, les cadres sont sympa (yacht pendant la première partie, puis hacienda, et enfin guetto latino), le boulot de Nicotero pousse encore à l’infini le respect, donc voilà, ça se laisse voir facilement en binge watching. Et puis même s’il y a forcément un air de déjà vu avec TWD, il faut avouer que certains thèmes abordés sont plutôt intéressants et inédits (notamment avec la « secte » des latinos qui ont la foi en leur gourou soit-disant immunisé, et des problèmes de famille recomposée plus creusés que dans la saison 1 – à ce sujet, mon oncle médecin en province me disait que c’était dingue le nombre de dépressifs qui venaient le voir à cause de problèmes dans des familles recomposées, oui, on s’en fout d’accord).

Fear The Walking Dead

Que dire des bonus, qui avaient provoqué la rage de Julio quand il avait visionné pour vous, heureux lecteurs, la saison 1 en Blu-ray ? Pas grand chose à se mettre sous la dent. Toujours sous-titrés en français, on y trouve la web série Flight 462 en intégrale (concept un peu concon : 1mn chaque semaine sur le web donnant au final une longue scène plutôt moyenne d’un quart d’heure introduisant deux personnages mineurs de la saison 2), 8 scènes coupées qui comme d’habitude, ne le sont pas pour rien (quand il y a des explications, pourquoi pas, mais là, non) et sans l’ombre d’un zombie – les huit minutes paraissent bien longues – et enfin, l’incontournable making of, frustrant car il survole des sujets qui méritaient qu’on s’y attarde largement plus (notamment l’utilisation de drones, les effets spéciaux, les cascades…). Chaque épisode a droit à près de 2min mais le résultat ressemble plus à une bande-annonce géante qu’un making of, alors dommage. En tout cas, il y a du mieux par rapport à la précédente saison, aussi bien dans la série que dans les bonus, donc rendez-vous à la saison 3. Même si Sandy Gillet dégueule dessus !

Fear The Walking Dead - Saison 2 - Jaquette Blu-rayFear The Walking Dead (Saison 2) – Édition Blu-ray – de Dave Erickson et Robert Kirkman (USA – 2016) – Universal Pictures Vidéo France – Sortie le 29 novembre 2016

Après avoir assisté impuissants à la destruction de Los Angeles, Madison, Travis, Daniel et leurs familles en deuil embarquent à bord du yacht « Abigail », sans avoir pleinement conscience de l’ampleur de l’apocalypse qui les entoure. Ils ont encore l’espoir de trouver quelque part une ville, un état ou une nation que l’Infection aurait épargnés.

Spécifications techniques Blu-ray :

  • Image : 178:1 encodée en AVC 1080/24p
  • Langues : Anglais et Français DTS-HD Master Audio 5.1
  • Sous-titres : Français
  • Durée : 15 épisodes de 45min

Bonus :

  • Scènes coupées
  • Websérie : « Vol 462 »
  • Making-of

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *