Gone Girl : Un Blu-ray aux suppléments portés disparus

Sorti le 08 octobre dernier dans nos salles, Gone Girl est le dixième film de David Fincher, un cinéaste qui n’est plus à présenter tant il a su instaurer sa patte du petit au grand écran en trente ans de carrière. Adaptation du roman Les Apparences de l’écrivaine américaine Gillian Flynn, Gone Girl voit le mariage d’un couple middle class s’ébranler lorsque madame disparaît le jour du cinquième anniversaire de leur union.

Gone-Girl-Affiche

Fincher trouve une fois de plus une histoire où les apparences sont évidemment trompeuses et reflètent notre société de ce début de 21ème siècle où les médias et une partie de la population recherchent le sensationnel et l’indécence. Sandy démontrait les qualités d’approche et de mise en scène du cinéaste dans sa critique, ici même.

Féru de technique et utilisateur privilégié des dernières technologies en matière d’image, David Fincher soigne sa direction artistique comme personne. Une sortie Blu-ray est donc un petit événement pour tout fan du metteur en scène qui se respecte tant la redécouverte de ses films en HD reste passionnante. C’est sans grande surprise que ce Blu-ray offre un transfert de haute volée. La photo de Jeff Cronenweth, captée par des caméras Red Epic en 6K, livre une image très contrastée de jour et des clairs-obscurs assez exigeants de nuit. Ce master 4K est idéal au support Blu-ray pour profiter de toute la latitude des couleurs estivales du Missouri d’autant plus que le bitrate vidéo affiche une moyenne de 30Mbps. En bref, cette image respire et offre une ambiance sombre et clair à la fois du plus bel effet. Quant à l’univers sonore confié une fois de plus à Ren Klyce, il trouve une ampleur splendide en anglais DTS HD Master Audio 7.1. Le film a beau ne pas être spectaculaire mais l’ingénieur du son a des découpages d’ambiances tels, alloués aux nappes musicales de Trent Reznor et Atticus Ross, que c’est un régal à l’écoute. Entre des montées d’effets graves et certains silences, le son de Gone Girl jouera une fois de plus avec vos sens ; l’utilisation des enceintes arrières est judicieuse et efficace tant la musique peut parfois rajouter une ambiance inquiétante et énigmatique à de nombreuses scènes. Côté VF, il faudra se contenter d’une piste DTS 5.1 mi-débit (768 kbps) qui garde la force de la piste originale, l’ampleur et les subtilités en moins.

Les habitués des éditions fournies des films de David Fincher seront surpris pour une fois et pas dans le bon sens car il n’y a qu’un seul supplément. Faute de temps ou différends avec le studio / éditeur, il faudra attendre une édition collector ou spéciale digne de ce nom, espérons, dans un futur proche. Aujourd’hui, nous sommes face à un disque Blu-ray proposé dans un soigneux digipack où on sent ce côté « propre » et « bien fait » qu’affectionne le metteur en scène américain. Arrivé sur le menu principal qui est une image de chaîne d’info continue, style Fox News, l’ombre du menu de Fight Club plane aux vues des interférences. C’est également à l’image du film. David Fincher nous livre donc les dessous de cette production dans un commentaire audio sous-titré en français, sans langue de bois où ses fuck ne sont pas censurés… De l’aspect marketing discuté d’emblée avec les studios, les choix des lieux de tournage, des différents acteurs, des optiques Summilux plutôt que des Master Prime en passant par quelques plans truqués quasi invisibles et bien évidemment des choix de mise en scène, Fincher est comme toujours captivant tout au long du film en privilégiant plus l’aspect artistique que technique. Sueurs froides d’Alfred Hitchcock et Lolita de Stanley Kubrick sont souvent cités, entre autres, comme sources d’inspiration / références. On regrettera qu’il ne s’attarde pas plus sur le montage image et la musique de Trent Reznor et Atticus Ross. Le réalisateur en profite pour lancer un Fuck you à tous ceux et celles qui critiquent le fait qu’il tourne trop de prises et n’hésite pas à révéler que la production s’est arrêtée quatre jours juste parce qu’il ne s’est pas entendu avec Ben Affleck sur la casquette qu’il devait porter dans la scène de l’aéroport ; ahurissant lorsqu’on sait la brièveté de la scène en question. Consistant, informatif et drôle, le commentaire audio de David Fincher est bel et bien un passage obligé pour qui veut en savoir plus sur son dixième long-métrage. À noter que l’édition française omet l’ajout de la reproduction de la bande-dessinée Amazing Amy de 32 pages inclus dans l’édition américaine. Pour ceux qui aiment la technique chez Fincher, il existe un petit montage sur quelques effets spéciaux ici et une vidéo sur la post production avec les logiciels Adobe là.

Image : 5/5
Son : 4,5/5
Bonus : 2/5

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

 

Gone GirlÉdition Blu-ray

Éditeur : 20th Century Fox
Date de sortie : 11 février 2015

Gone-Girl-Packshot-BR-3D

Spécifications techniques :
– Image : 2.40:1 encodée en AVC 1080/24p
– Langues : Anglais DTS-HD MA 7.1 & Français DTS 5.1
– Sous-titres : Français
– Durée : 149min
– 1 BD-50

Bonus (VOSTF et HD) :
– Commentaire audio du réalisateur

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *