22 jump street

22 Jump Street : Un Blu-ray qui crève les plafonds

Deux ans après 21 Jump Street, Jonah Hill et Channing Tatum reprennent leurs rôles de policiers s’infiltrant à l’école. Pour ce deuxième volet, les auteurs annoncent fièrement la couleur : faire « exactement la même chose ». À l’occasion de la sortie en Blu-ray de 22 Jump Street, Digital Ciné revient sur cette réussite inattendue de la comédie US…

22 Jump Street - Blu-ray screenshot

Lord / Miller : l’avenir de la comédie US

Depuis la séparation des Monty Python, puis du trio Zucker-Abrahams-Zucker, les amateurs de comédies ont parfois bien du mal à trouver chaussure à leur pied côté grosse marrade. Beaucoup de comédies contemporaines s’avèrent en effet écrites par des manches pour qui la notion de « sens du gag » est probablement un Graal inaccessible, et qui compensent difficilement en soignant punchlines ou casting. La comédie est une mécanique compliquée, et bien des malheureux s’y cassent les dents car n’ayant rien compris à la dynamique d’un gag réussi, au timing précis de la vanne qui tue.

Deux duos de scénaristes / réalisateurs ont néanmoins ravivé les espoirs des amateurs de comédie survoltée : entre 2006 et 2009, les duettistes Neveldine / Taylor ont en effet sérieusement réveillé nos zygomatiques en berne avec le diptyque Hyper tension (Crank). La même année que le second opus des aventures de Chev Chelios, un autre film avait également attiré au plus haut point l’attention de l’amateur éclairé de grosse rigolade cinématographique ; signé par le duo Phil Lord / Chris Miller, il s’appelait Tempête de boulettes géantes (Cloudy with a chance of meatballls), et sous couvert de film d’animation frénétique, il s’avérait être le truc le plus drôle, le plus enlevé, le plus rythmé et le plus fun sorti dans les salles françaises cette année-là.

22 Jump Street - Blu-ray screenshot

Dans les années qui suivraient, le duo Lord / Miller se réessayait au film d’animation, avec toujours la même réussite, que sera le phénoménal La grande aventure Lego (The Lego movie). Souvent taxés de frénésie créatrice, les deux auteurs / réalisateurs partagent le public avec cette incursion dans le monde des briques de plastique jaune : si certains y voient un placement de produit priapique destiné à un public d’enfants hyperactifs, les autres se laissent porter par l’énergie dévastatrice du film, véritable grand huit de l’humour qui laisse le spectateur sur les rotules, les cuisses rougies et les maxillaires en compote à force de rire comme un bossu. Ne laissant aucun répit au spectateur, allant toujours et systématiquement de l’avant avec une énergie folle, le film tend, au mieux, à étonner son public, et au pire à le rebuter complètement.

Entre les deux, Phil Lord et Chris Miller avaient orchestré, en 2012 avec 21 Jump Street, le reboot parodique d’une série TV des années 80. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’à part les quelques clairvoyants qui avaient remarqué au générique le nom des duettistes responsables de Tempête de boulettes géantes, personne n’en attendait rien. Le choc n’en a été que plus grand : le passage de l’animation au film traditionnel leur a parfaitement réussi, et même si le film comportait encore quelques longueurs propres au genre de la comédie d’action – toujours un peu le cul entre deux chaises entre l’humour et les scènes voulues spectaculaires – il casait suffisamment de passages énormes (« Fuck yeah motherfucker ! ») à l’ensemble pour coller durablement un sourire stupide sur le faciès des spectateurs. On mesure le réel impact des bonnes comédies à la façon dont on se remémore, seul ou en société, certains de leurs passages en ne pouvant retenir ses éclats de rire : 21 Jump Street est assurément de ce bois-là.

22 Jump Street - Blu-ray screenshot

22 Jump Street : comédie en mode Fort Boyard

« Toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort ! » scande Olivier Minne aux candidats de Fort Boyard (oui, sur Digital Ciné, on fait dans la référence culturelle la plus pointue). Plus fort, plus drôle et plus rythmé que le premier opus, 22 Jump Street est une véritable bombe comique, balançant des vannes de tous les côtés à cent à l’heure. Parodie décomplexée, jouant à la fois des codes du buddy-movie (lorgnant ici sans vergogne du côté de la comédie romantique !) et des suites en général, le film de Lord et Miller prend le parti, avec un running gag particulièrement délirant, de tout faire « exactement comme le premier », mais avec beaucoup plus de budget, dans une mise en abyme particulièrement jouissive. Décalés, ouvertement critiques et visant souvent juste (voir l’hilarant générique de fin qui annonce des suites par dizaines), les deux réals et leurs scénaristes confirment cette idée de jouer des attentes du public qui en font deux auteurs complètement en marge du système Hollywoodien. Et s’il fallait refaire une suite l’année prochaine, la faute en serait sans doute imputée au « compacteur de la mélancolie »…

Aux côtés de Jonah Hill et Channing Tatum, toujours impeccables, on notera un rôle un poil plus important donné à Ice Cube, qui surjoue avec auto-dérision la bad-ass attitude du chef Dickson, qui a pourtant souvent fait sa marque de fabrique par le passé. Dans le même état d’esprit, Peter Stormare, qui a souvent incarné les méchants dans les films Hollywoodiens (notamment dans le classique Bad Boys II de Michael Bay), se moque également de sa propre image dans un rôle de méchant de pacotille. Les bad guys du premier film, Rob Corddry et Dave Franco, refont également une apparition, en prison, dans une scène au moins aussi délirante que celle du parloir mettant en scène Will Ferrell dans Starsky & Hutch.

Bref, tout le monde est réuni pour faire de 22 Jump Street la meilleure comédie américaine depuis… 21 Jump Street. Quand on vous disait que c’était exactement pareil !

22 Jump Street - Blu-ray screenshot

22 Jump Street : Comédie et Blu-ray imparables

Si le public aurait tendance à l’oublier, ou à l’enfouir dans un coin de sa mémoire, Sony n’oublie jamais qu’il est l’inventeur du format Blu-ray. Et par conséquent, l’éditeur se fait un point d’honneur à nous fournir en vidéo le meilleur rendu HD possible. Quelques semaines à peine après le choc ressenti devant la parfaite démo son et image que proposait le Blu-ray de Délivre-nous du mal (voir notre article), la galette haute définition de 22 Jump Street éditée par Sony Pictures Home Entertainment en remet un nouveau coup dans l’excellence technique. La définition, le piqué et le niveau de détail sont au top niveau. Les couleurs sont éclatantes et naturelles, bien saturées quand il le faut, les contrastes au taquet, et il n’y a pas le moindre souci de compression à l’horizon. Côté son, c’est également un festival avec deux pistes encodées DTS-HD Master Audio 5.1 aux rendus très similaires, et prenant surtout leur ampleur dans la dernière partie du film, lors du fameux « spring break ». La spatialisation est intense, les basses se déchainent, et les effets de foule permettent une immersion totale sur la plage bondée de jeunes gens alcoolisés.

22 Jump Street - Blu-ray screenshot

Là où Sony Pictures Home Entertainment fait vraiment fort comparé à certaines fâcheuses habitudes que peuvent prendre les majors, c’est dans la section suppléments, d’une richesse étonnante. Comme d’habitude avec l’éditeur, tous les suppléments sont sous-titrés en français, et l’interactivité s’avère carrément fournie : deux heures de suppléments, auxquels vient s’ajouter un commentaire audio de Phil Lord & Chris Miller, durant lequel les deux réals (accompagnés des deux acteurs principaux) balancent énormément d’anecdotes, parfois très amusantes, et critiquent par moments à mots à peine voilés les exécutifs de chez Sony, et leurs obsessions bureaucratiques absurdes. On passera rapidement sur les nombreuses featurettes consacrées au tournage pour se concentrer sur les bonus les plus amusants. On a tout d’abord droit à rien de moins que 40 minutes de scènes coupées, dont certaines sont vraiment formidables. Les modules « line-o-rama » et « Blaguorama » nous proposent un quart d’heure d’improvisations supplémentaires, pour certaines à se tordre de rire (la proposition de Jenko à Dickson de baiser la mère de Schmidt, suivie de la réaction de ce dernier, vaut vraiment, à elle-seule, le visionnage des suppléments). Pour terminer, l’éditeur et les auteurs de 22 Jump Street nous proposent quelques petits modules-gags supplémentaires : un grand écart de Channing Tatum en réaction à la célèbre publicité de Jean-Claude Van Damme, un remontage du film en mode film policier sérieux (!!!??), et la vidéo de Zook et McQuaid pour le recrutement des jeunes footballeurs. Quelques bandes-annonces de chez Sony ferment le bal.

Notes :
Image : 5/5
Son :
5/5
Bonus :
4,5/5

22-jump-Street-Jaquette-Blu-ray

22 Jump Street Édition Blu-ray

Éditeur : Sony Pictures Home Entertainment
Date de sortie : 7 janvier 2015

Spécifications techniques :
– Image : 2.35:1 encodée en AVC 1080/24p
– Langues : Anglais & Français DTS-HD MA 5.1
– Sous-titres : Français, sourds et malentendants
– Durée : 112min
– 1 BD-50

 

Captures Blu-ray – 22 Jump Street

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *