Escape from New York (New York 1997) - Image une test Blu-ray StudioCanal

New York 1997 en Édition 2 Blu-ray chez StudioCanal

Quand le Blu-ray de chez Shout Factory sort en 2015, on se lamentait de devoir trouver notre bonheur dans une édition import zonée A alors que chez nous les droits de New York 1997 sont détenus par StudioCanal qui jusqu’ici ne nous avait gratifié que d’un Blu-ray au master d’un autre temps et totalement exempt de bonus. Une anomalie devenue quelque peu la norme au sein du marché de la vidéo physique en France mais que la mini major cocardière a tenu à inverser le temps de cette édition deux disques qui fait déjà date. S’il est vrai toutefois que l’initiative n’est pas venue de France mais bien de la branche anglaise, il n’empêche que le résultat est là. Un master tout neuf issu d’une restauration 4K depuis le négatif original, la reprise de quelques uns des bonus de l’édition Factory et un totalement inédit plutôt bien foutu ne peuvent en effet que faire notre bonheur. Le film culte pour ne pas dire plus de Carpenter méritait bien cela.

À écouter pendant la lecture

L’après dans la brume…

Si The Fog a quelque peu déçu au niveau des retours critiques qu’il obtînt, il a engrangé plus de 20M de dollars au box-office (près d’1M d’entrées en France) pour un budget d’à peine 4M campagne promo incluse. Autant dire que chez Avco Embassy, la boîte qui s’était engagée avec Carpenter sur plusieurs films suite au succès surprise obtenue avec Halloween (47M de dollars pour un budget de 325 000), on était chaud patate pour voir le cinéaste enchaîner. Ce qu’il devait effectuer avec The Philadelphia Experiment, projet dont il avait commencé à écrire le scénario mais sur lequel il butait n’arrivant pas à lui trouver une cohérence propre à le satisfaire. Et au demeurant le film que signera en 1984 Stewart Raffill (un réal britannique abonné aux nanars de compet) sur lequel Carpenter est crédité au poste de producteur délégué, n’aura réglé aucun des problèmes soulevés au stade de l’écriture. Carpenter proposera alors un script qu’il a écrit en 1976 et que Nick Castle peaufinera par la suite en y amenant l’humour noir, un personnage de Snake bien plus consistant et surtout la fameuse fin totalement nihiliste et punk. Il est dit aujourd’hui que ses inspirations sont à chercher du côté de l’affaire du Watergate qui occasionna la chute du président Nixon ainsi que la vision d’Un justicier dans la ville pour le côté jungle urbaine de la ville de New York que le film de Michael Winner dépeignait avec une certaine justesse.

Escape from New York (New York 1997) - Capture bonus Blu-ray Studio Canal

Ce qui est certain c’est qu’à l’orée des années 80, la plupart des grandes villes américaines sont gangrénées par la violence avec des quartiers totalement laissés à l’abandon où même la flicaille ne s’aventure que contrainte et forcée. Un long-métrage symbolise cet état des lieux peu reluisant. C’est The Warriors que Walter Hill réalise en 1979. Film que Carpenter a forcément vu et qui ne peut que l’avoir influencé pour l’aspect mise en lumière des gangs s’octroyant territoires sur territoires pour finalement mettre en coupes réglées une ville de New York à l’agonie. On retrouve cet aspect dans New York 1997 où l’on peut croiser des « amoureux de la bagnole » sur Broadway Avenue ou ailleurs des cannibales en quête de chair fraîche surnommés les « Crazies ». L’hommage au film de Romero que Carpenter tenait en haute estime est patent. Un des personnages s’appelle d’ailleurs Romero, celui qui présente le doigt coupé du président à Lee Van Cleef et qui en seulement trois apparitions aura marqué toute une génération – et au-delà – de cinéphages. Sans parler bien entendu du gang supra ayant à sa tête un certain « Duc of NY » interprété par le chanteur icône alors de la musique soul, Isaac Hayes.

Escape from New York (New York 1997) - Frank DoubledayRomero – Frank Doubleday

Le reste appartient à l’histoire si l’on puis dire. Le succès est une nouvelle fois au rendez-vous (25M de dollars pour un budget de 7M et près de 1,3M d’entrées chez nous) et New York 1997 est devenu depuis le film représentatif d’une époque faisant par la suite le bonheur des vidéo clubs jusqu’à aujourd’hui où l’édition Steelbook Combo UHD 4K + Blu-ray certes éditée à seulement 3 000 exemplaires est déjà épuisée. On appréciera d’ailleurs au passage la prescience de l’éditeur français toujours autant en phase avec le marché. Mais pour ce qui est de cette édition double Blu-ray, pas de soucis, elle est et sera disponible dans toutes les bonnes crémeries jusqu’à la mort du médium. Et ce serait dommage d’attendre cette date fatidique pour en profiter. C’est qu’il ne sera pas impossible de prendre un pied fabuleux à la revoyure de ce morceau de cinoche avec des grumeaux dedans tant la copie proposée donnera juste l’impression de le découvrir pour la première fois. Aux oubliettes l’étalonnage baveux et verdâtre que nous resservait l’éditeur depuis la première édition DVD en 2003. Même verdict pour celui voulu par MGM et subséquemment Shout Factory aux États-Unis qui corrigeait certes le tir mais sans totalement convaincre du fait d’un master fatigué.

Escape from New York (New York 1997) - Dean Cundey

Place donc à cette restauration 4K opérée depuis le négatif original intégralement pilotée par le laboratoire italien L’Image Retrouvée dont Davide Pozzi, son directeur, nous en touchait un mot ici. Supervisée par le directeur de la photo Dean Cundey, elle donne à voir un master immaculé et respectueux de la captation de l’époque avec par exemple ses zones de flou en bord cadre au détour de certaines séquences que l’on avait repérées sur l’édition Shout Factory. C’est que sur une image VHS ou même DVD, cela ne sautait pas aux yeux. Là, c’est patent et savoureux. Mais surtout ce qui fait plaisir à voir / découvrir est la photo de Cundey que l’on peut enfin apprécier à sa juste valeur. Ni trop verte, ni trop bleue, la nuit est enfin noire, contrastée sans que pour autant les arrières-plans soient bouchés ou charbonneux. La compression s’en donne d’ailleurs à cœur joie et ne perd pas une miette pour tout retranscrire comme il se doit sans jamais tomber dans la manipulation numérique ou l’esbroufe. L’idée en effet n’est pas d’en mettre plein les yeux mais bien de rendre enfin justice à cette photo diurne (à 95%) qui fait de New York une ville ectoplasme peuplée de fantômes. Les quelques captures comparatives ci-dessous avec le master de l’édition Shout Factory que nous avions décortiquée ici (le meilleur constaté jusqu’ici) devraient achever de convaincre les plus sceptiques. Captures que vous pouvez au demeurant retrouver en fin de ce texte au format HD natif. Moyennant un click.

Escape from New York - Shout Factory
Escape from New York (New York 1997) - Capture Blu-ray Studio Canal

 

Escape from New York - Shout FactoryEscape from New York - Shout Factory

 

Escape from New York - Shout FactoryEscape from New York (New York 1997) - Capture Blu-ray Studio Canal

 

Escape from New York - Shout FactoryEscape from New York (New York 1997) - Capture Blu-ray Studio Canal

 

Escape from New York - Shout FactoryEscape from New York (New York 1997) - Capture Blu-ray Studio Canal

 

Escape from New York - Shout FactoryEscape from New York (New York 1997) - Capture Blu-ray Studio Canal

 

Escape from New York - Shout FactoryEscape from New York - Shout Factory

 

Escape from New York - Shout FactoryEscape from New York (New York 1997) - Capture Blu-ray Studio Canal

 

Escape from New York - Shout FactoryEscape from New York (New York 1997) - Capture Blu-ray Studio Canal

 

Escape from New York - Shout FactoryEscape from New York (New York 1997) - Capture Blu-ray Studio Canal

 

new-york-1997-exemple-point-blancEscape from New York (New York 1997) - Capture Blu-ray Studio Canal

 

Pour le reste, on n’a pas noté de différences notables sur la VO avec l’encodage DTS-HD MA 5.1 présent sur le Blu-ray Shout Factory. Par contre on appréciera la présence d’une piste en stéréo 2.0 encodée en PCM et donc exempte de la moindre compression. Ce qui lui donne une amplitude remarquable et une définition éminemment supérieure à celle en DTS-HD MA 2.0 que propose le Blu-ray de chez Shout Factory. Inutile de nous demander si la VF est bien, pas bien ou issue du doublage d’origine. Car pour tout vous dire, on s’en carre le coquillard. New York 1997 se regarde en VO point barre. Sinon vous optez pour La Soupe aux choux sorti la même année. Les voix y sont magnifiquement retranscrites jusqu’aux fameuses séquences de flatulence à la belle étoile qui même en mono DTS-HD MA 2.0 sauront mettre à contribution enceintes et caisson de basse. Comment on s’égare ? Quoi qu’il en soit, on a opté pour la piste en PCM ce qui nous a permis au passage de reprendre notre pied à l’écoute de la BO signée John Carpenter et Alan Howarth jouant à la fois dans les graves et le synthé orgasmique. Oui, on assume.

Outre les trois commentaires audio déjà présents chez Shout Factory mais tous inédits chez nous et que StudioCanal a intégralement sous titré, on retrouve aussi l’interview de l’acteur Joe Unger qui est certes crédité au générique mais dont l’intégralité de la prestation a été coupée au montage. Son personnage est en effet le complice de Snake avec qui il braque une banque lors d’une séquence introductive qui fut finalement jugée par trop explicite quant aux origines d’un homme que tout le monde pensait mort. Séquence que l’on peut visionner dans son intégralité avec ou sans les commentaires de Carpenter et de Russel. Sans oublier un entretien avec les frères Skotak qui avec un certain James Cameron avaient géré les effets spéciaux du film. On vous cause de tout cela en détail ici. On précisera juste une nouvelle fois que StudioCanal a pris la peine de tout sous-titrer. Et ça, bien évidemment, c’est inédit.

Il y a aussi un making of datant de 2004 que nous n’avions jamais vu centré sur Snake Plissken et l’évolution de son personnage tout le long du film. Un peu redondant avec tout le reste, il permet cependant de découvrir des photos de plateau peu vues. Le Blu-ray allemand de 2016 le liste dans ses bonus mais ni le DVD collector MGM, ni le Blu-ray Shout Factory ne l’ont repris. Enfin, StudioCaal s’est fendu d’un documentaire de près d’une heure compilant en fait tout ce que l’on savait déjà sur le film mais éparpillé au sein de différents bonus et autres écrits. Ce sont les mêmes intervenants que sur celui idoine présent sur l’édition de The Fog. C’est plaisant, informatif pour ceux qui découvrent le film et ses arcanes et surtout pas du tout ennuyeux. Une gageure en soi.

Pour finir, l’éditeur a repris quelques photos au sein d’une galerie ad hoc mais au final bien moins fournie que celle proposée par Shout Factory qui en plus en adjoignait une seconde centrée sur les affiches de films et les photos d’exploitation. Pour être complet on précisera que la fameuse édition steelbook combo Blu-ray + Blu-ray 4K déjà épuisée mentionnée plus haut sera chroniquée dans un papier ultérieur. Une édition qui quoi qu’il en soit est moins riche que sa consœur britannique qui a eu la bonne idée de l’agrémenter du CD de la BOF et de goodies bienvenus. On a quelque part, les éditeurs que l’on mérite.

Escape from New York (New York 1997) - Jaquette Blu-ray Studio Canal
Achetez sur Amazon
New York 1997 (1981) – Édition 2 Blu-ray

Réalisateur : John Carpenter
Éditeur : StudioCanal
Sortie le : 5 décembre 2018

En 1997, Manhattan est devenu une immense prison ghetto où vivent, en micro-société, trois millions de prisonniers. Victime d’un attentat, l’avion du Président des États-Unis s’écrase en plein Manhattan avec des documents ultra-secrets. Snake, un dangereux criminel, est chargé, en échange de sa grâce, de partir à la recherche du Président. Parachuté dans Manhattan, il dispose de moins de vingt-quatre heures pour mener à bien sa mission…

 

Disque 1 : Le film

  • Image : 2.35:1 encodée en AVC 1080/24p
  • Langues : Anglais PCM 2.0 Stéréo et DTS-HD MA 5.1 / Français DTS-HD MA 5.1
  • Sous-titres : Français et Anglais pour sourds et malentendants
  • Commentaire audio avec l’actrice Adrienne Barbeau et le directeur de la photographie Dean Cundey (VOST)
  • Commentaire audio de John Carpenter et Kurt Russell (VOST)
  • Commentaire audio de la productrice Debra Hill et du chef décorateur Joe Alves (VOST)
  • Durée : 99min 07s
  • 1 BD-50

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

Disque 2 : Les bonus (HD et VOST) :

  • Révélations sur le film de John Carpenter, New York 1997 (2018 – 52min 36s)
  • Snake Plissken : Un homme d’honneur (2004 – Kinowelt – 15min 24s)
  • Scène d’ouverture supprimée : Le Crime de Snake (10min 46s)
  • Scène d’ouverture supprimée : Le Crime de Snake avec commentaire audio de John Carpenter et de Kurt Russel (10min 52s)
  • Big Challenges in Little Manhattan : Focus sur les effets spéciaux avec les frères Skotak (14min 27s)
  • I am Taylor : Interview de l’acteur Joe Unger (8min 49s)
  • Galerie photos (11min 51s)
  • 2 bandes annonces originales (2min 46s)

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *