Ragtime - Image une Test Blu-ray

Ragtime de Miloš Forman en Blu-ray et de retour au cinéma

Ragtime avait disparu des radars home-cinéphiles depuis novembre 2004 quand il avait eu les honneurs d’une édition DVD chez Paramount mais uniquement aux États-Unis succédant ainsi à un Laserdisc paru dans les années 90 et une VHS sortie dix ans plus tôt. En fait, le film de Miloš Forman était tout simplement invisible chez nous depuis sa sortie dans les salles en janvier 1982. Edit : Un lecteur (cf commentaires en bas de page) nous fait remarquer qu’un DVD édité par feu Opening avait bien vu le jour en 2001. Dont acte. Fin Edit. Autant dire que l’arrivée ce 20 mars de ce double Blu-ray auquel il ne faut pas oublier le pendant double DVD ainsi que sa ressortie au cinéma en version restaurée ne peut que réparer une énorme injustice tout en permettant de faire enfin le lien entre Hair et Amadeus.

Ragtime - Affiche 1982

37 ans de disette effacés d’un coup d’un seul d’autant que la France est le premier pays à proposer Ragtime en Blu-ray depuis un master restauré en 2011 par Technicolor pour Paramount. Un master HD que nous avons d’ailleurs pu apprécier sur l’immense écran du Max Linder grâce à la très belle initiative de Marc Olry qui avec sa société Lost Films distribue à nouveau le film au cinéma. Pour la petite histoire cela fait des années que Marc Olry essayait de mettre la main sur le film :  « Je souhaitais ressortir Ragtime depuis un peu plus de 5 ans, en 2012 quand j’ai décidé de ressortir L’Opération diabolique de Frankenheimer, étant en relation avec Paramount pour établir mon contrat, je me suis rendu compte qu’ils avaient Ragtime en DCP dans leur catalogue. Mais le problème étant que Paramount a les droits monde du film sauf un territoire : la France.
J’ai interrogé le CNC et l’ancien distributeur français AMLF (celui de la première sortie de janvier 1982) société qui n’existe plus mais dorénavant dans le giron de Pathé (leur service juridique n’a pu me renseigner). J’ai interrogé aussi les organismes au fur et à mesure des années qui avaient ou allaient récemment montrer le film : Festival Lumière 2010, Festival Premiers Plans d’Angers 2016 et la Cinémathèque française 2017 pour savoir comment ils montraient Ragtime : toujours la même copie 35mm (de la cinémathèque suisse je crois).
Le nœud je pense résidait dans le fait que le producteur était Dino De Laurentiis et il fallait savoir auprès de qui sa société DEG, qui a depuis périclité, avait cédé les droits de son catalogue.
On aurait pu croire chez Paramount mais en fait c’est chez Lionsgate que l’on retrouve le film. Ce que je ne pouvais savoir. J’avais en effet abandonné l’idée de distribuer Ragtime et cet été j’ai été contacté par Hugues Peysson de L’Atelier d’Images qui allait préparer l’édition DVD et Blu-ray de Ragtime avec Arte Éditions avec la proposition de bonus et images d’archives rares.
Ils ont pré-inscrit Ragtime au Festival Lumière 2018 comme film restauré et c’est Gerald Duchaussoy (qui s’occupe de Cannes Classics et du Marché du film classique du Festival Lumière) qui a eu la bonne idée de leur signaler que je tenais au film de Forman.
L’Atelier d’Images et Hugues Peysson, plutôt que de sortir le film par eux-mêmes en salles (car ils avaient pris les droits salles et vidéo), m’ont confié la sortie salles. »

Ragtime - Affiche 2019Affiche 2019

Et forcément on ne peut que vous enjoindre à (re)découvrir Ragtime au cinéma ne serait-ce que pour apprécier à sa juste valeur la mise en scène de Forman qui sait si bien se mouvoir au sein du Scope. Que cela soit lors de séquences de rues où la foule (non numérique faut-il le préciser) occupe merveilleusement les espaces où dans des endroits plus confinés avec un sens merveilleux du cadre toujours au service de l’histoire et de ses personnages. Au départ, Ragtime est un livre de Edgar Lawrence Doctorow publié en 1975 qui s’inscrivait dans la remise en cause du moment des valeurs sur lesquelles l’Amérique s’était construite. Mélangeant destinées réelles et personnages de fiction en plein maelstrom du début du XXè siècle, le roman est repéré par un certain Dino De Laurentiis qui recherchait alors ce genre de matériau dans la veine de ce qu’il avait déjà produit depuis le début des années 70 : Mandingo qui vient de sortir en Blu-ray chez StudioCanal, Les 3 jours du Condor disponible depuis 2009 en Blu-ray toujours chez SC ou Buffalo Bill et les indiens de Robert Altman qui fait lui aussi parti du catalogue SC mais qui n’est disponible qu’en DVD. Robert Altman fut justement approché pour en gérer l’adaptation. Mais très vite des divergences entre les deux hommes apparaissent. Le fait de penser à Forman est alors loin d’être incongru. Le cinéaste sort de deux films majeurs qui sont accessoirement d’énormes succès au box office. Deux films qui égratignent (pour le moins) une Amérique déprimée par la fin du conflit au Vietnam. Personne ne voulait adapter Vol au-dessus d’un nid de coucou et résultat le film obtient cinq Oscars dont celui du meilleur film et du meilleur réalisateur. Forman y fait l’allégorie de l’autoritarisme où répression et résistance vont de pair. Quant à Hair, il met en valeur l’extraordinaire talent de Forman quant à l’utilisation de la musique dans ses films au-delà du message antimilitariste que celui-ci véhicule.

Ragtime - Bonus Blu-ray Arte

Qui de mieux donc que Forman pour prendre à bras-le-corps un bouquin foisonnant dont le fil rouge est le ragtime, cette musique originelle du jazz, et ce pianiste black victime d’un acte raciste qui va cristalliser dans ses conséquences toutes les contradictions de l’Amérique d’hier et d’aujourd’hui ? Un film où l’on croise aussi la starlette Evelyn Nesbit (Elizabeth McGovern avant Il était une fois en Amérique de Sergio Leone à la beauté diaphane et provocatrice) courtisée par l’architecte Stanford White (joué par l’écrivain Norman Mailer) et mariée au milliardaire Harry Thaw (un scandale qui inspira aussi La Fille sur la balançoire de Richard Fleischer disponible en Blu-ray chez Rimini). Sans oublier le chef de la police de New-York interprété par un James Cagney de 82 ans qui avait du mal à se déplacer et qui ne tournait plus depuis 1961 et Un, deux, trois de Billy Wilder (bientôt en Blu-ray chez Rimini ?). Cagney qui avait refusé de faire partie du cast du Parrain quelques années plus tôt fut convaincu par un Miloš Forman enthousiaste répondant ainsi à l’exigence de son producteur De Laurentiis qui avait besoin d’une star pour boucler le budget du film. Forman précisant même au sein d’un des bonus de cette édition (Remembering Ragtime) que Cagney avait exigé de pouvoir se rétracter jusqu’à trois jours avant le tournage. Son accord définitif fut acquis quand l’équipe lui fit une standing ovation à son arrivée sur le plateau.

Ragtime - Bonus Blu-ray Arte

Mais si Ragtime reste un peu le parent pauvre dans la filmo américaine de Forman, c’est peut-être parce qu’il souffre un tantinet de la comparaison avec la démonstration obsessionnelle et clinique de Vol au-dessus d’un nid de coucou sans parler de l’interprétation totalement habitée de Nicholson, de l’extraordinaire générosité qui habite tous les plans de Hair ou encore de la perfection organique et survoltée qui se dégage à chaque nouvelle vision d’Amadeus. Mais les imperfections toutes relatives de Ragtime en font aussi sa force. Film limite choral qui ne veut absolument pas gommer la richesse du livre mais qui a bien du mal à en dégager une ligne de force, Ragtime retombe finalement sur ses pattes en montrant du coup l’impétuosité d’une nation encore jeune dans ses aspirations et ses illusions. Le bouillonnement ressenti passe par une mise en scène qui borde le tumulte par des cadrages ingénieux pour ne pas dire à couper le souffle par moment. La dernière partie est à ce titre exemplaire. Forman s’attache à une unité de lieu, la bibliothèque J.P. Morgan à New-York recréée intégralement dans les studios londoniens de Shepperton, et déroule son film désormais sûr de son fait. À l’image de son pianiste et personnage principal interprété par Howard E. Rollins Jr. dont c’était la première et certainement la plus marquante incursion au cinéma. Et puis surtout le trouble étreint plus que jamais à la première ou énième vision du film quant à ce qu’il met en exergue sur cette Amérique raciale et raciste. À comparer avec l’Oscar du meilleur film 2019. Juste pour rigoler… Ou pleurer !

Ragtime - Gaumont Champs-ElyséesRagtime sur les Champs-Élysées

Il faut aussi rappeler que Ragtime fut une véritable déception au box office étasunien engrangeant à peine 11 millions de dollars quand Vol au-dessus d’un nid de coucou en réalisait 100 millions de plus. Même en France, le million d’entrées faisait pâle figure devant les quasi 5M de spectateurs de Vol au-dessus d’un nid de coucou ou les 2M d’entrées de Hair. Et puis Forman a toujours mis un peu de côté ce film sans doute meurtri d’avoir dû revoir sa copie face à un De Laurentiis insistant pour le raccourcir d’une bonne vingtaine de minutes. Il le raconte très bien au sein d’un entretien datant de 2000 repris en partie dans le doc American Tapestry réalisé par Robert Fischer en 2018 et présent en guise de bonus ici. Pensant avoir l’écrivain de son côté, il décide de lui laisser l’arbitrage de la chose. Mais celui-ci se range derrière l’avis du producteur italien et le cinéaste de finalement se résoudre à couper toute une séquence mettant en scène l’anarchiste Emma Goldman que l’on retrouve en noir et blanc (il semblerait que cela soit le seul tirage existant) et dans son intégralité toujours au sein des compléments de cette édition. Forman rajoutant qu’il apprendra par la suite que De Laurentiis s’était engagé à acquérir un autre bouquin de l’écrivain (sic !).

Ragtime - Elizabeth McGovernElizabeth McGovern à la beauté aussi diaphane que provocatrice

American Tapestry est aussi passionnant car il montre un Forman visionnaire quant au futur du cinéma. Nous sommes en 2000 faut-il le rappeler et l’homme nous parle de l’image numérique qui sera diffusée dans les salles de cinéma du monde entier via satellite ou encore de la HDTV qu’il vient de découvrir après un voyage au Japon. S’il est bluffé par la perfection et le piqué de l’image, il l’a trouve toutefois sans vie : « Cela fait nature morte. »
On ne saurait mieux dire, nous qui avons pour credo le respect du grain et du rendu argentique. Ce que l’encodage de ce Blu-ray s’échine à proposer certainement bien aidé par un master loin d’être parfait. Et pour tout dire tant mieux puisque le résultat rend parfaitement justice à la photo de Miroslav Ondrícek, compagnon de tous les films ou presque de Forman, qui oscille entre la carte postale d’époque un peu jaunie et une température de couleur à l’avenant. Le grain est bien là. Il permet d’accentuer certains contrastes sans pour autant boucher les arrières-plans et il permet une définition d’ensemble appréciable pour le support et sans trop de perte avec l’image DCP visionnée au Max Linder. En fait, là où le master HD expose ses limites, c’est lors des séquences sombres ou diurnes car elles occasionnent des artefacts de compression certes fugaces mais très visibles. Une restauration 2K ou 4K gommerait certainement cela. Encore faudrait-il qu’elle soit menée avec intelligence histoire de ne pas tomber dans la nature morte énoncée par Forman.

On n’a pas beaucoup d’infos sur la partie son mais si nous avons droit à du DTS-HD MA 5.1 en VO, autant dire que Ragtime a certainement dû bénéficier d’une exploitation en Dolby Stéréo à l’époque. En tout cas la VO assez ronde et équilibrée permet d’apprécier à leur juste valeur les compositions musicales de Randy Newman sciemment choisi par un Milos Forman au fait du talent du bonhomme et de sa popularité d’alors auprès du public et de la presse musicale qui voyait en lui l’un des successeurs de Bob Dylan. Il a alors 37 ans et sa BO ici est juste remarquable à la fois pour ses thèmes marquants et récurrents et puis aussi pour cette façon de récréer toute une époque avec juste quelques notes jouées au piano. Pour la petite histoire, il obtiendra son premier Oscar avec If I Didn’t Have You de Monstres et Cie en 2002 et puis un deuxième toujours avec Pixar pour Toy Story 3. Ah et puis pour l’anecdote savoureuse, il est le neveu du légendaire compositeur hollywoodien Alfred Newman à qui l’on doit, outre plus d’une centaine de partitions pour le cinéma, la célèbre fanfare qui ouvre tous les films de la Twentieth Century Fox. Le Blu-ray propose aussi une VF encodée en DTS-HD MA 2.0 mono beaucoup plus étriquée et métallique mais avec un doublage d’époque soigné et assez proche des intonations des voix originales.

Ragtime - Samuel L. Jackson - Bonus Blu-ray ArteSamuel L. Jackson en pleine répet

Il y a enfin un dernier morceau de choix au sein des bonus du Blu-ray. Il s’agit d’un film réalisé au moment du tournage de Ragtime par la cinéaste tchèque Věra Chytilová issue de la même génération que Forman (ils ont étudié tous les deux à la FAMU, la célèbre école de cinéma pragoise). Si les interventions de la réalisatrice (Le spectateur ne peut pas être ton unique critère. Tes exigences doivent être plus élevées que ses désirs) et le sens qu’elle veut donner à son film nous paraissent pour le moins fumeux et abscons, il n’en demeure pas moins que Continuity of consciousness propose des images de Forman au travail plus que précieuses. On le voit ainsi répéter pour une scène avec entre autres un Samuel L. Jackson tout jeunot mais au verbe déjà assuré. Forman y explique qu’il recrute lui-même tous les acteurs et actrices de ses films et ce quelque soit l’importance du rôle. On croise ensuite Howard E. Rollins Jr. qui donne ses impressions à deux jours de la fin du tournage mais aussi l’auteur du livre qui d’un ton plutôt austère balance tout de go son aversion quant à l’adaptation effectuée par le scénariste Michael Weller (nommé à l’Oscar faut-il le rappeler) et Forman. Bref c’est assez dense, rare et en ce qui nous concerne, inédit.

Dernière chose, si vous avez envie de prolonger quelque peu votre visite sur notre site, on ne saurait que trop vous inviter à cliquer sur ce lien qui vous renverra sur un texte signé Nicolas Thys revenant sur la formidable filmo de Milos Forman.

Ragtime - Jaquette Blu-ray
Achetez sur Amazon
Ragtime (1981) – Édition Collector 2 Blu-ray

Réalisateur : Milos Forman
Éditeur : Arte Éditions
Sortie le : 20 mars 2019

1906. Les destins croisés d’hommes et de femmes de milieux différents dans le New York du début du siècle qui s’éveille au jazz, au ragtime…

Disque 1 : Le film

  • Image : 2.35:1 encodée en AVC 1080/24p
  • Langues : Anglais DTS-HD MA 5.1, Français DTS-HD MA mono 2.0
  • Sous-titres : Français
  • Durée : 2h35min 09s
  • 1 BD-50

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

Disque 2 : Les bonus

  • Chytilova versus Forman Aka Continuity of consciousness : Portrait de Milos Forman, réalisé pendant le tournage de Ragtime, par Vera Chytilova (1981 / 1h24min 24s / HD / VOST)
  • Remembering Ragtime : Entretien avec Milos Forman à propos du film (2004 / 17min 45s / SD / VOST)
  • American Tapestry (Une fresque américaine) par Robert Fischer (2018 / 15min 57s / HD / VOST) avec des extraits d’une interview de Forman datant de 2000 issue d’un doc intitulé Life as it is : Milos Forman on Milos Forman.
  • Une séquence coupée mettant en scène l’actrice Mariclare Costello interprétant l’anarchiste Emma Goldman (2004 / 9min 53s / SD / VOST)

 

2 réflexions sur « Ragtime de Miloš Forman en Blu-ray et de retour au cinéma »

  1. Et bien merci à vous, cela m’avait complètement échappé alors que c’est facilement trouvable en cherchant un tout petit peu sur le web.

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *