Mort-d'un-Pourri-Une

Mort d’un pourri en Blu-ray immaculé

Mort d’un pourri s’inscrit dans la veine du polar à la française lorgnant vers les vicissitudes du monde politique bien de chez nous pavé de scandales et autres affaires de corruption qui jalonnaient déjà la Vème République. Mais pas que. On est en effet en plein milieu de la décennie des 70’s et des films comme Les Hommes du Président ou Les 3 jours du Condor sont passés par là marquant durablement leur époque. Le film de Georges Lautner avec au scénario et dialogues Michel Audiard aidé dans la coulisse par Claude Sautet, fait un peu le mix de ces deux courants majeurs de cette période pour donner un gentil brûlot toujours aussi percutant et on ne peut plus d’actualité quelques quasi 40 ans plus tard.

Mort d'un pourri-Affiche

Un polar aux relents de fiction politique divinatoire

Ce qui frappe encore aujourd’hui c’est la densité du générique tant devant que derrière la caméra. Presque tout le gotha du cinéma français de l’époque semble en effet s’être donné rendez-vous sur Mort d’un pourri. On a ainsi Henri Decaë à la photo qui pour la petite histoire avait déjà travaillé avec Alain Delon et Maurice Ronet sur Plein Soleil. La musique est signée Philippe Sarde qui s’était fait connaître dès l’âge de 20 ans par un coup de maître en signant sa première partition musicale pour Les Choses de la vie de Claude Sautet dont il sera par la suite le fidèle compositeur. Au générique on peut entendre le saxo aujourd’hui légendaire du grand musicien de jazz Stan Getz. Les cascades automobiles sont l’œuvre de l’équipe dirigée par Rémy Julienne… (et non les décors ne sont pas de Roger Hart). À l’écran c’est encore plus évident. Outre Delon et Ronet déjà cités, on retrouve toute une pléiade d’acteurs qui le temps d’une scène ou deux existent littéralement et ravivent sans cesse l’aura d’un film qui ne perd jamais en route le spectateur. On mentionnera ainsi Jean Bouise en commissaire de police pour le moins savoureux accompagné de son bras droit interprété par un Michel Aumont au jeu toujours aussi juste. Il y a aussi un invraisemblable Klaus Kinski en lobbyiste qui fait froid dans le dos. Un Julien Guiomar, acteur caméléon remarquable s’il en est, qui joue ici un parfait salaud alors que la même année il sera un producteur de cinéma truculent avec Aldo Maccione, Belmondo et Raquel Welsh dans L’Animal de Zidi. Un Daniel Ceccaldi en avocat véreux et servile qui n’aurait eu aucun mal à choisir son camp durant l’occupation. Sans oublier les femmes, Stéphane Audran, Ornella Mutti (mamma mia !) et Mireille Darc, certes plus en retrait mais qui apportent chacune leur obole à une histoire véritablement sans temps morts.

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

Mort-d'un-Pourri-1Stan Getz

Car Mort d’un pourri c’est aussi un film qui se pose là pour divertir les foules. Le genre de production qui mélangeait avec un savoir-faire aujourd’hui quasi perdu, engeance populaire et exigence cinématographique. Le truc qui ne prenait pas le spectateur pour un con en quelque sorte. Point de nostalgie rance ici mais bien le constat désabusé d’un cinéma qui sans vouloir chercher à faire bouger les lignes du genre contribuait pourtant à les régénérer. En cela, les dialogues plus sombres qu’à l’accoutumée d’un Jacques Audiard qui venait de perdre son fils, donne au film cette patine intemporelle que renforce la mise en scène énergique (et en tout cas beaucoup plus inspirée que d’habitude) de Lautner. Pour autant, Mort d’un pourri trahit aussi un temps révolu marqué par une imagerie un peu ampoulée typique de cette décennie giscardienne très peu permissive. À mettre en parallèle avec les films d’Yves Boisset de cette époque (on pense par exemple au Juge Fayard dit Le Shériff qui sort la même année) dont le traitement très sec et beaucoup plus frontal encore restent des modèles d’efficacité sans concessions. Quoi qu’il en soit, Lautner ne fera jamais mieux. En ce sens que même Le Professionnel, son dernier véritable fait d’arme, qu’il réalisera quatre ans plus tard et qui restera comme son plus gros succès au box office avec 5 243 559 entrées, n’aura pas ce profil étonnamment réussi d’une fiction enracinée dans une certaine réalité politique aux relents quasi divinatoires.

Un Blu-ray qui n’a rien de pourri

Le film avait déjà eu les honneurs d’une sortie DVD en 2003. Cela commençait donc à dater. Cette édition combo DVD + Blu-ray upgrade du coup tout cela pour la grande joie des fans de la première heure mais aussi à l’attention de ceux qui découvriront Mort d’un pourri (et on les envie). Issue d’une restauration 2K, l’image du Blu-ray fait montre en effet d’une cure de jouvence incontestable. Le master est juste magnifique et l’encodage est quasi sans faute. Quasi, car on est un peu dubitatif sur les premières minutes diurnes post générique qui sont assez mal gérées avec des noirs bouchés et des contrastes un peu perdus dans le vortex d’un puissant DNR. Heureusement, la suite est d’un tout autre niveau avec une très belle définition qui ne s’appuie sur aucun artefact numérique, des contrastes qui laissent vivre une photo à la profondeur de champ généreuse tout en respectant une palette chromatique somme toute assez classique et un grain pellicule de bon aloi. Bref, du tout bon que renforce un encodage sonore en DTS-HD Master Audio 2.0 mettant en valeur un mix mono d’origine pêchu, dynamique et aux dialogues parfaitement intégrés. On précisera que Pathé a eu l’excellente initiative de rajouter une piste en audiodescription ainsi que des sous-titres pour sourds et malentendants.

Mort-d'un-Pourri-Bonus-1Mort-d'un-Pourri-Bonus-3Mort-d'un-Pourri-Bonus-6Mort-d'un-Pourri-Bonus-2Mort-d'un-Pourri-Bonus-4Mort-d'un-Pourri-Bonus-5

On appréciera aussi la présence d’un documentaire ayant pour fil rouge des interventions signées Olivier Rajchman, journaliste et auteur du livre Delon / Belmondo, l’étoffe des héros, qui contextualise le film dans son époque et dans la filmo de Lautner. Entre chacune d’entre elles, on a droit à des entretiens inédits avec Rémy Julienne et Philippe Sarde ainsi que des interviews d’époque de Michel Audiard, Alain Delon et Georges Lautner. Le tout est passionnant, blindé d’infos peu connues ou très pertinentes quant à l’histoire d’un film marquant du cinéma français. On terminera en signalant la présence de la bande annonce d’époque restaurée elle aussi et présentée en HD.

Image : 4/5
Son : 4/5
Bonus : 3,5/5

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

 

Mort d’un pourri – Édition Combo Blu-ray + DVD

Éditeur : Pathé Vidéo
Date de sortie : 4 février 2015

Mort d'un pourri-jaquette Blu-ray

Spécifications techniques Blu-ray :
– Image (Master restauré 2K) : 1.66:1 encodée en AVC 1080/24p
– Langues : Français DTS-HD MA 2.0 Mono et Audiovision
– Sous-titres : Français pour sourds et malentendants et Anglais
– Durée : 2h03
– 1 BD-50

Bonus :
L’homme seul (27min21s, HD) : Documentaire sur le film et son tournage réalisé par Jérôme Wybon
– Bande annonce (2min29s, HD)

Spécifications techniques DVD :
– Image (Master restauré 2K) : 1.66:1 compatible 16/9
– Langues : Français DD 2.0 Mono et Audiovision
– Sous-titres : Français pour sourds et malentendants et Anglais
– Durée : 1h58
– 1 DVD-9

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *