whisky-a-gogo-bonus-blu-ray-affiche

Whisky à Gogo : De l’or en fûts

Whisky à Gogo est le premier film signé par l’américain d’origine écossaise  Alexander Mackendrick. Réalisateur à qui l’on doit aussi le troublant Un cyclone à la Jamaïque ou le remarquable Le Grand Chantage qui fut sa première incursion réussie à Hollywood. Sans oublier L’Homme au complet blanc qu’il commet dans la foulée de Whisky à Gogo et surtout Tueurs de dames qui lança la carrière de Peter Sellers. Trois films qui sont aujourd’hui des classiques de la comédie anglaise dans ce qu’elle a de plus réjouissante, incisive et caustique. Avec la sortie de Whisky à Gogo en Blu-ray, StudioCanal prolonge pour notre plus grand bonheur, l’exploration d’un cinéma essentiel qu’elle avait entamée en octobre 2014 avec un coffret Alec Guinness qui contenait justement, entre autres belles choses, Tueurs de dames et L’Homme au complet blanc.

whisky-a-gogo-bonus-blu-ray-affiche

Un film 66 ans d’âge inestimable

On est en pleine seconde guerre mondiale sur une petite île des Hébrides. Le moral des habitants est dans les chaussettes car le rationnement a très rapidement pour conséquence l’arrêt du ravitaillement en whisky. La vie sur l’île est pour ainsi dire au ralenti jusqu’au moment où un bateau pris dans le brouillard s’échoue non loin des côtes. À son bord, des centaines de caisses de whisky. Whisky à Gogo adapte un roman de Compton Mackenzie dont le cœur de l’intrigue s’inspirait d’une histoire vraie. Le livre attira tout de suite l’attention des Studios Ealing qui après en avoir acquis les droits et fait plancher son auteur sur une adaptation cinématographique en confièrent la réalisation au novice Mackendrick. Novice ? Certes, mais le bonhomme avait tout de même derrière lui moult docs de propagandes et films d’actualités qu’il réalisa durant la guerre sans compter trois années passées au sein des Studios où il gravit patiemment les échelons de storyboarder à scénariste.

Dans le DVD paru en 2004 chez le même éditeur, on trouvait un entretien avec Bertrand Tavernier d’une demi-heure malheureusement passée à la trappe avec cet upgrade Blu-ray. On y apprenait entre autre que les Studios de cinéma anglais devaient absolument accroître leur production de films. En cause une augmentation de 75% de la taxe sur les films étrangers récemment votée qui eut pour effet immédiat le refus des studios hollywoodiens d’exporter jusqu’à nouvel ordre leurs films. Une perte sèche pour les cinémas qu’il fallait absolument compenser par une augmentation de la production locale. Conséquence, les plateaux étaient engorgés et les réalisateurs devenaient denrées rares. Une double opportunité que saisit Mackendrick en allant de surcroît tourner son film en décors naturels.

Pour autant, certaines scènes durent être tournées en studio tant le réalisateur Mackendrick était coutumier de prises pléthoriques pour chaque plan finissant par faire exploser le temps de tournage prévu par la production sur l’île. À tel point d’ailleurs que l’on pourra remarquer certains plans réutilisés plusieurs fois sur la fin lors de la poursuite en voiture. Tavernier indique aussi que le premier montage initié par Joseph Sterling fut considéré comme catastrophique et qu’il fut intégralement remonté par un certain Charles Crichton à qui l’on doit la réalisation de De l’or en barre (présent au sein du coffret Alec Guiness sus-cité) mais aussi d’Un Poisson nommé Wanda, son dernier film, en 1988.

Whisky à Gogo n’en reste pas moins un film brillant. Par le regard critique qu’il porte sur la société anglaise de l’époque vu par le prisme d’îliens hauts en couleur. Par l’interprétation de ses acteurs dont beaucoup sont des autochtones que l’on ne reverra plus jamais. En tête Basil Radford qui joue le capitaine Paul Waggett aux convictions plus royalistes que le roi pourchassant sans relâche les habitants du village afin de retrouver les caisses de whisky volées. Par sa mise en scène proche du naturalisme rappelant par certains plans Stromboli que Rossellini réalisera un an plus tard. Un naturalisme de bon aloi cependant ou bien british, qui n’est là que pour servir une histoire et non pour n’en faire qu’un alibi. Par la justesse enfin de son message plein de tolérance bien aidé il est vrai par quelques verres de whisky douze ans d’âge.

Un Blu-ray un peu jeune mais tout à fait recommandable

Comme on le précisait plus haut, on regrettera la disparition de l’entretien avec Tavernier présent sur le DVD édité en 2004 (problème de renouvellement de droits ou choix éditorial ?) et que l’on vous conseille donc de bien garder. D’autant que si l’on ne peut que saluer le gap qualitatif incontestable franchit par une image issue d’un master annoncé comme restauré, on émettra toutefois une réserve qui se situe au niveau des contrastes peu présents ici et agréablement appuyés sur le DVD. On vous laisse juge ci-dessous.

Cliquez sur les captures ci-dessous pour les visualiser dans leur format natif

Whisky à Gogo dvdDVD

whisky-a-gogoBlu-ray

whisky-a-gogo-dvdDVD

whisky-a-gogoBlu-ray

whisky-a-gogo-dvdDVD

whisky-a-gogoBlu-ray

Pour le reste, on est dans le haut du panier avec en effet un master très joliment débarrassé des scories du temps, même si parfois on peut noter quelques petites griffures et autres points blancs, une définition d’ensemble convaincante conséquente d’un dégrainage qui ne se fait que très rarement sentir et un noir & blanc très finement mis en valeur. Niveau piste sonore, StudioCanal nous gratifie d’un encodage PCM mono 2.0 plus qu’appréciable. On rappelle que ce format est non compressé permettant au mix d’origine d’être restitué dans toute sa plénitude. Un choix éditorial fort car l’éditeur aurait pu décider de passer par du DTS-HD MA qui aurait certainement permis de faire tenir le tout (le film durant moins de 90 minutes avec pas de bonus ou presque) dans un BD-25 moins onéreux. En guise de compléments, StudioCanal propose une petite galerie de photos de tournage qui ne reprend qu’une partie du choix de clichés présents sur le DVD. On précisera pour être complet qu’un Blu-ray anglais a été édité en 2011 par la branche anglaise de SC (Optimum) et qu’il comporte de nombreux bonus dont un super commentaire audio à réserver aux audiophiles aguerris.

Image : 3,5/5
Son : 4/5
Bonus : 0,5/5

 

Cliquez sur les captures Blu-ray ci-dessous pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

 

Whisky à Gogo (version restaurée inédite) – Édition Blu-ray

Éditeur : StudioCanal Vidéo
Date de sortie : 17 mars 2015

whisky-gogo-jaquette-blu-ray

whisky-gogo-jaquette-verso-blu-ray

Spécifications techniques :
– Image : 1.66:1 encodée en AVC 1080/24p, N&B
– Langues : Anglais LPCM 2.0 Mono
– Sous-titres : Français
– Durée : 1h23
– 1 BD-50

Bonus :
– Galerie de photos (1min16s)

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *