From beyond Blu-ray Sidonis 21 octobre

From beyond : Gore en Blu-ray chez Sidonis

Disponible en Blu-ray depuis le 21 octobre, sous les couleurs de Sidonis, From beyond – Les portes de l’au-delà a créé l’événement au sein du microcosme des fantasticophiles français équipés en HD. Attendue comme le messie du gore craspec, le Blu-ray a fait réagir en masse les consommateurs français, qui telles les orfraies du Net, crient au scandale, arguant que Sidonis leur a refourgué une version censurée de leur chouchou. Heureusement, Digital Ciné est là pour remettre les pendules à l’heure…

From-Beyond-Aff-Fr

From beyond, film maudit

Curieux destin que celui de From beyond – Les portes de l’au-delà. Tourné dans la foulée du chef d’œuvre Re-animator, avec quasiment la même équipe artistique (prod, réal, acteurs, chef op’, effets spéciaux, musique) et en se basant également sur une nouvelle de H.P. Lovecraft, le film sortira à peu de choses près un an après son ainé. Sur le papier, tout était donc réuni pour que les inconditionnels des aventures d’Herbert West se retrouvent en terrain connu, et que le plaisir soit de nouveau au rendez-vous. Mais voilà, dans le petit monde du cinéma, contrairement à celui de L’agence tous risques, tous les plans ne se déroulent pas toujours sans accroc, et à sa sortie en 1986, From beyond – Les portes de l’au-delà se prend une volée de bois vert critique, même de la part de la presse spécialisée.

Cliquez sur les captures d’écran pour les visualiser au format natif

From beyond Blu-ray Sidonis 21 octobre

En janvier 1987, le mensuel Mad Movies, qui avait pourtant défendu bec et ongle Re-animator l’année précédente, et avait offert au nouveau Stuart Gordon la couverture de son numéro 42 (Juillet 1986), réservait un accueil mi-figue mi-raisin au film, sous la plume de Marc Toullec, largement représentative du reste de l’équipe éditoriale de l’époque – mais n’y en a-t-il jamais eu une autre valable ? Voici un extrait de ce qu’il écrivait sur le film : « Niveau fesse, From beyond fait dans le salace, dans le symbole gros comme ça. (…) Barbara Crampton saisit un extincteur phallique et asperge le monstre d’un liquide poisseux et blanchâtre. Plus tard, la belle malmenée tranche d’un vigoureux coup de dents l’appendice tournicotant sur le front de Jeffrey Combs. Jolie et fine évocation de la castration. Très branché érotisme, From beyond étale ce que le cinéma fantastique s’était contenté de suggérer jusque-là. Finies les héroïnes discrètement giflées. On en vient au viol explicite, à l’accouplement bestial entre la chair rose et une barbaque protéiforme. Le monstre aussi bandait. (…) Toutefois, From beyond ne manifeste que très peu le désir d’être un film gore. Bien sûr, le sang n’en est pas absent et loin s’en faut. Mais il en ressort surtout une suite de mutilations délirantes, de transformations spectaculaires et assez peu sanglantes. Chercher Lovecraft là-dedans serait de surcroît bien inutile. (…) Et comme tout le monde se moque éperdument de la trahison, vous comprendrez aisément que je ne vais pas me plonger dans l’œuvre du père du Necronomicon pour constater l’étendue des dégâts. »

From beyond Blu-ray Sidonis 21 octobre

From beyond réhabilité

Dans les faits, la réception publique et critique de From beyond a en quelque sorte signé la fin de carrière anticipée de Stuart Gordon, qui ne retrouvera jamais réellement sa superbe d’antan, malgré quelques excellents films trop largement sous-estimés ces quinze dernières années (King of the ants, Edmond). Mais comme le dit le proverbe, il n’y a que les trous de balle qui ne changent pas d’avis – à moins que ce ne soit les connards ; et la cuvée Stuart Gordon 1986 a été très largement réhabilitée depuis le tournant des années 2000 et la parution en 2007 d’un DVD « uncut », réintégrant les quelques secondes laissées sur les bancs de la salle de montage : comme l’expliquait Gordon himself en préambule sur le DVD, les coupes représentent environ une minute de film, qu’il a du couper pour passer de la classification X à la classification R (interdit aux mineurs de moins de 17 ans non accompagnés d’un majeur).

Dans l’absolu, que l’on ait apprécié ou non le film au milieu des années 80, le revoir aujourd’hui, après trente ans d’outrages faits au cinéma fantastique et/ou horrifique – en particulier dans les années 90 – pousse forcément à sinon le réhabiliter, du moins à réviser son opinion forcément à la hausse. En cette ère du « tout numérique », revoir un film faisant honneur aux prothèses caoutchouteuses bien dégueu et autres effets animatroniques conçus à même le plateau de tournage ne pourra QUE réjouir les amateurs de ciné d’horreur. Peu importe ensuite si le résultat à l’écran s’avère un poil moins définitif que Re-animator, puisque fun décomplexé et surenchère graphique sont au rendez-vous, ne boudons pas notre plaisir !

From beyond Blu-ray Sidonis 21 octobre

From beyond en Blu-ray… UNCUT ?

From beyondLes portes de l’au-delà est donc débarqué dans les bacs de toutes les meilleures crèmeries de France le 21 octobre. Si le rédacteur de Mad Movies chargé d’en faire le test n’a probablement pas pris la peine de visionner la galette envoyée par Sidonis (quand je vous parlais de leur pseudo-nouvelle équipe éditoriale…) puisqu’il évoquait le mois dernier dans la revue un master 1080p et la présence du montage non censuré du film, la parution de ce disque tant attendu a beaucoup fait réagir les internautes un peu partout sur la toile, qui ont remarqué en nombre qu’il s’agissait en réalité de la version d’origine, censurée de ses plans parmi les plus craspecs.

Après vérification auprès du site movie-censorship.com, il s’avère en effet que Sidonis nous propose bel et bien la version salles du film (un peu moins sale justement que la version uncut). Les différences sont certes peu nombreuses mais bien réelles : certains plans gore sont raccourcis de quelques secondes, et surtout, il manque la fameuse séquence dite « de l’œil », durant laquelle un Jeffrey Combs possédé arrache l’œil d’un médecin avec ses dents, avant de le cracher par terre et de lui sucer le sang par le trou laissé béant. Et si beaucoup d’internautes traitent l’éditeur de tous les noms d’oiseaux sous prétexte que ce dernier a opté pour la version « R rated » du film, n’oublions pas que c’est cette version du film que la plupart d’entre nous avaient découvert en salles en 1987, ou en vidéo un peu plus tard. Si le montage proposé par Stuart Gordon sur le DVD de 2007 propose le film tel qu’il voulait le voir, elle diffère très légèrement de la version avec laquelle de nombreux déviants ont été biberonnés dans les années 80/90.

Signalons aussi que From beyondLes portes de l’au-delà est encodé en 1080i. C’est une (triste) réalité, et loin de nous l’idée d’en féliciter l’éditeur. Mais – et on insiste particulièrement là-dessus – une des particularités d’un encodage en 1080i, c’est qu’il impacte toujours légèrement la durée du film, qui s’avère RACCOURCI de quelques minutes. De 86 minutes en 1080p, le film passe approximativement à 83 minutes en 1080i. C’est une nuance importante : il ne s’agit donc pas de quatre minutes qui manquent au montage proposé par Sidonis, comme on peut le lire un peu partout sur la toile (et notamment sur DVDfr.com), mais bel et bien d’environ une minute.

From beyond Blu-ray Sidonis 21 octobre

C’est dommage, car outre le fait de disposer enfin d’une VO mais également de la VF d’origine en DTS-HD Master audio (mono d’origine), le Blu-ray français nous proposait une copie d’une bonne tenue générale ;  l’éditeur n’avait pas à rougir de son master, même si ce dernier présente encore quelques imperfections (points blancs…). Mais le fait est que pour disposer du film en version uncut et 1080p, le cinéphile complétiste devra se tourner vers l’édition US ou britannique du film, qui ne disposent ni l’une ni l’autre de version française ou de sous-titres français. Certes, ce n’est pas comme si c’était la première fois que l’on se trouvait obligé de jongler avec de nombreuses éditions pour être satisfait, mais on peut aussi comprendre le mécontentement des puristes…

Au final, il appartient toujours au consommateur de décider. Version « R rated » 1080i avec VF et VOSTF, ou version import « uncut » 1080p, dénué de la moindre trace de français ? Chacun décidera, en consultant le site movie-censorship.com par exemple, ou en se basant sur son souvenir, négatif ou non, du film découvert en salle ou en vidéo, si ces manques valent le coup d’appeler au boycott ou à la vindicte populaire.

From beyond Blu-ray Sidonis 21 octobre

Côté suppléments, exit la pléiade de bonus disponibles sur les imports, qu’il s’agisse de ceux présents sur le DVD Zone 1 de chez MGM, encore enrichis sur le Blu-ray édité par Shout factory. Il faudra se contenter d’une « simple » présentation du film, intitulée Beyond Lovecraft écrite par… Marc Toullec (comme quoi, en 25 ans, on a le droit de changer d’avis !) et dont la narration est assurée par Linda Tahir. Clair, concis, relativement complet, ce sujet fait le tour de son sujet en un peu moins de vingt minutes : on y revient entre autres sur les problèmes de production du film, et sur ses démêlés avec le MPAA, le comité de censure américain. Elle y revient sur les scènes coupées par le réalisateur afin d’éviter la classification X.

From-Beyond-Packshot-Combo-3D

From beyondLes portes de l’au-delà (Sidonis)

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES du Blu-ray

1986 • 82 min • Version salles • Ratio 16/9 – 1.85
Couleur restaurée • VO-VF restaurées
Sous-titres français • Chapitrage

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *