Tous les articles par Sandy Gillet

Fiche film : The Perfect Candidate

Haifaa Al-Mansour a étudié la littérature à l’université américaine du Caire avant d’obtenir un master en cinéma à l’université de Sydney. Elle est considérée comme la première réalisatrice saoudienne, et son film Wadjda (sorti en France en 2013) est le premier long métrage entièrement tourné en Arabie saoudite. Présenté dans une quarantaine de festivals à travers le monde, Wadjda remporte de nombreux prix, notamment à Venise (Prix du meilleur film Art et Essai) Rotterdam et Dubaï.

Lors du tournage de Wadjda, Haifaa Al Mansour a dû diriger certaines scènes depuis une camionnette, afin de ne pas se mélanger aux hommes présents sur le plateau. Les conditions de tournage ont changé pour The Perfect Candidate alors que le pays voyait s’ouvrir des salles de cinéma, chose que l’on pensait jusqu’ici impensable. Avec ce film, la réalisatrice souhaitait à tout prix contribuer à cet élan positif.

Continuer la lecture de Fiche film : The Perfect Candidate

Fiche film : Quelle joie de vivre

En prenant part au long métrage Quelle joie de vivre, Alain Delon retrouvait le metteur en scène René Clément pour la seconde fois, un an après leur première rencontre sur le tournage de Plein soleil. Par la suite, les deux hommes réitéreront l’expérience à deux reprises, avec Les Félins (1964) et Paris brûle-t-il ? (1965).

L’actrice Barbara Lass, à l’époque mariée à Roman Polanski, aurait réussi à convaincre René Clément d’accepter que son mari assiste au tournage de Quelle joie de vivre. Le cinéaste polonais, qui s’apprêtait alors à tourner son premier long métrage (Le Couteau dans l’eau), se serait imprégné avec attention du travail de René Clément.

Quelle joie de vivre était présenté en 1961 au Festival de Cannes pour concourir à la Palme d’or. Celle-ci fut finalement attribuée ex-aequo à Une aussi longue absence, de Henri Colpi, et à Viridiana, de Luis Buñuel.

Continuer la lecture de Fiche film : Quelle joie de vivre

Implacable : Histoire d’un film en devenir

Une fois n’est pas coutume, on va vous parler d’un film que l’on n’a pas vu. Un film même pas tourné, tout juste écrit en fait. Un film pour lequel on est déjà tombé amoureux pour tout vous dire. Son titre c’est Implacable et son futur réalisateur s’appelle Yann Danh. On pourrait s’arrêter là et attendre sa sortie pour revenir vous voir. Après tout, c’est bien là le rôle de passeur que nous nous sommes strictement assignés sur DC. Mais le problème c’est que si Implacable est sur les starting-blocks, il y est depuis 2015. Ce serait trop simple d’en rester là. Et puis ce serait aussi vous priver d’une histoire qui en dit beaucoup de notre production nationale. Petit voyage au centre d’une industrie qui n’a plus le choix.

Continuer la lecture de Implacable : Histoire d’un film en devenir

Fiche film : The Lodge

Aux commandes de ce film qui lorgne indiscutablement vers le fantastique on trouve un duo de réalisateurs, Veronika Franz et Severin Fiala, déjà responsables de Goodnight Mommy en 2014.

The Lodge partage avec ce premier long des thèmes en commun comme celui de la famille dysfonctionnelle ou des ambiguïtés au sein d’une fratrie.

Continuer la lecture de Fiche film : The Lodge

Fiche film : Madre

Madre est adapté d’un court-métrage au titre homonyme qui a été sélectionné dans de nombreux festivals et nommé aux Oscars. Conscient que ce court ferait une grande scène d’ouverture de long-métrage, et désireux de retrouver le personnage d’Elena, Rodrigo Sorogoyen a voulu poursuivre son histoire avec un long. Le film ne raconte pas ce qui se passe immédiatement après le court-métrage mais se situe dix ans après.

Continuer la lecture de Fiche film : Madre