Archives de catégorie : Tests Blu-ray / DVD

La Rumeur (1961) de William Wyler en Édition Collector Blu-ray + DVD + Livret

Totalement rincé au sortir de Ben Hur, William Wyler aspirait en ce début des années 60 à rien d’autre qu’à un tout petit film (entendre par là un film à budget à taille humaine) qu’il pourrait tourner sans chichi, en N&B et surtout pas en Italie. Son choix se porte alors sur l’adaptation d’une pièce de théâtre de Lillian Hellman The Children’s Hour qu’il avait pourtant déjà porté à l’écran en 1936 sous le titre Ils étaient trois (These Three). Pour vouloir remettre ainsi le couvert c’est que le cinéaste devait ruminer une quelconque frustration, un petit truc de derrière le bulbe rachidien qui ne voulait pas passer avec le temps. Quelque chose à voir peut-être avec cette histoire sur l’homosexualité féminine que le film de 36 ne traitait pas vraiment. Pour autant, Wyler ne fut pas satisfait de ce remake que Frédéric Albert Lévy (FAL pour les intimes ou les primo-lecteurs de Starfix) qualifie plutôt de restauration dans le livret proposé au sein de cette édition très recommandable. Bien vu. Quant à l’avis de Wyler envers son film, il était certainement téléguidé par la réception très fraîche qu’il reçut de la critique et des spectateurs qui le boudèrent ostensiblement. Les premiers trouvant La Rumeur trop timoré et les seconds n’y trouvant  tout simplement pas leur compte. Depuis, les choses ont pas mal évolué avec la conviction qu’on tenait là un film pas si mineur dans la carrière de Wyler. À tel point d’ailleurs qu’il y a quelques semaines à peine Variety le classait dans une liste de films problématiques qui mériteraient un avertissement contextuel. En cause ici selon eux, l’image désastreuse de la communauté LGBT qui y est renvoyée. Comment en est-on arrivé là ?

Continuer la lecture de La Rumeur (1961) de William Wyler en Édition Collector Blu-ray + DVD + Livret

Coffret Blu-ray – Ozu en 20 films : Été précoce (1951)

Été précoce apparaît au sein du troisième Blu-ray sur les 11 que comporte le coffret Ozu édité par Carlotta. Il a bénéficié d’une nouvelle restauration 4K en 2016 effectuée par le laboratoire Imagica de Tokyo en 2016. On le sait, les pays asiatiques ne se sont mis que très récemment à développer des politiques de conservation de leurs films de patrimoine. Et le Japon n’a jamais été le poisson pilote de la région en la matière. Mais depuis une bonne dizaine d’années, les choses changent et aujourd’hui la possibilité de découvrir ainsi ce deuxième film dit « de la maturité » de Yasujirō Ozu ne peut qu’enchanter les sens et tous les amoureux de son cinéma. En guise de « complément de programme », l’éditeur a inséré Une femme de Tokyo, un film muet de 1933 déjà présent au sein du coffret DVD Vol 1 datant de 2006. On y retrouve aussi deux suppléments découverts sur le Vol 2 cette fois-ci paru en 2007 à savoir un retour sur les lieux du tournage issu de la série produite au japon « Voyage dans le cinéma » et « Figures : Linges, fumées et poteaux électriques » qui est un montage des fameux plans fixes utilisés par Ozu en guise de transition d’une scène à l’autre. Comme le dit notre ami Francis ci-dessous, on cherche encore l’utilité d’un tel bonus. – SG

Continuer la lecture de Coffret Blu-ray – Ozu en 20 films : Été précoce (1951)

Coffret Blu-ray – Ozu en 20 films : Printemps tardif (1949)

Printemps tardif apparaît donc au sein de ce deuxième Blu-ray sur les 11 que comporte le coffret Ozu édité par Carlotta. Il a bénéficié d’une nouvelle restauration 4K en 2015 effectuée par la Shochiku au Japon et Cineric à New-York à partir des meilleures sources disponibles (interpositifs, copie 35mm mais pas le négatif original considéré comme perdu). On le sait, les pays asiatiques ne se sont mis que très récemment à développer des politiques de conservation de leurs films de patrimoine. Et le Japon n’a jamais été le poisson pilote de la région en la matière. Mais depuis une bonne dizaine d’années, les choses changent et aujourd’hui la possibilité de découvrir ainsi ce premier film dit « de la maturité » de Yasujirō Ozu ne peut qu’enchanter les sens et tous les amoureux de son cinéma. En guise de « complément de programme », l’éditeur a inséré Où sont les rêves de jeunesse ?, un film muet de 1932 déjà présent au sein du coffret DVD Vol 1 datant de 2006 et Amis de combat, un fragment de 14 minutes conservé d’un plus long métrage perdu réalisé en 1929 totalement inédit en vidéo chez nous – SG

Continuer la lecture de Coffret Blu-ray – Ozu en 20 films : Printemps tardif (1949)

Coffret Blu-ray – Ozu en 20 films : Le Fils unique (1936)

Le premier Blu-ray du coffret Ozu édité par Carlotta en novembre 2019 s’ouvre sur Le Fils unique déjà paru chez le même éditeur en 2013. Vu qu’à l’époque on était passé à côté, on se dit que c’est l’occasion de nous rattraper envers un titre qui aborde déjà bien des thèmes essentiels de la filmo encore en devenir du maître japonais et une galette aux spécificités techniques qui n’ont pas bougées d’un poil.

Continuer la lecture de Coffret Blu-ray – Ozu en 20 films : Le Fils unique (1936)

Elephant Man en Blu-ray issu de la nouvelle restauration 4K

Elephant Man est tout simplement le premier film de David Lynch a avoir les honneurs d’une sortie en Blu-ray 4K UHD. Mais on va réfréner un tantinet votre enthousiasme car nous n’allons pas en parler ici. Un papier spécifique devrait voir le jour sur le sujet dans les prochains jours / mois / siècles (rayez les deux premières mentions). Mais nous allons quand même vous causer de cette restauration 4K qui a servie comme nouveau master puisque le Blu-ray présent au sein de cette édition en a aussi profité. StudioCanal a eu comme souvent maintenant la super bonne idée de ne pas nous refourguer le Blu-ray édité en 2009 comme beaucoup d’éditeurs aiment à le faire pour des films de catalogue quand ils ressortent en Ultra Haute Définition.

Nous avons même droit à des bonus inédits qui viennent se rajouter à ceux déjà nombreux présents au sein de l’édition de 2009. De quoi définitivement nous motiver tout en profitant de cette occasion pour vous causer un peu dans le poste de ce deuxième long de Lynch qui est la fois une commande et une œuvre très personnelle. Elephant Man s’inscrit en effet dans le prolongement d’Eraserhead qui reste encore aujourd’hui une expérience de cinéma proche de l’Art absolu. À eux deux, ils signent l’acte de naissance d’un cinéaste qui n’a eu de cesse depuis de marquer son temps.

Continuer la lecture de Elephant Man en Blu-ray issu de la nouvelle restauration 4K