Archives de catégorie : Cinéma

Meltem : Tragédie (forcément) grecque

C’est le nom d’un vent du Nord, frais et tempétueux, et c’est le prénom d’un joli brin de femme aux origines franco-grecques : Meltem interprétée par la diaphane Daphné Patakia. Jeune étudiante en restauration, elle débarque avec deux potes d’études et de banlieue sur la petite île de Lesbos afin d’y passer une villégiature d’été sous forme de retour aux sources, dans la jolie maison de feu sa mère hellène occupée par son beau père. Mais comme dans toute bonne tragédie grecque qui se respecte les augures sont mauvais et les bagages ont été perdus dès avant le début de cette odyssée, sous forme de retour à Ithaque…

Continuer la lecture de Meltem : Tragédie (forcément) grecque

Nos Tops Cinéma 2018

En relisant l’intro des Tops ciné 2017 (histoire de trouver l’inspiration ou juste pour ne pas se répéter), on a plutôt décidé de faire dans le politiquement correct et le lénifiant. Époque oblige sans doute. 1,2,3…
2018 aura donc été une année riche et variée sur l’autel de la production cinématographique. À tel point d’ailleurs que niveau films français, il y a pléthore de citations au sein des rédacteurs avec pas moins de… 7 titres différents mis en avant. Oui bon c’est pas bézef mais on retiendra quand même Jusqu’à la garde qui figure dans le top de quasi tout le monde (on met de côté celui de Nicolas qui fait figure de martien cinéphile et de Cédric qui émet des réserves sur la réalisation de Xavier Legrand. C’est son droit le plus strict). Pour le reste, cela tourne autour d’Hostiles, le western de Scott Cooper, Hérédité, le truc totalement frapadingue signé par le nouveau venu Ari Aster ou encore First Man de Chazelle et 3 Billboards de Martin McDonagh. Sans oublier l’arrivée du premier film Netflix grâce à Flavien. Et puis il y a un peu de cinéma européen avec The Captain, un film allemand réalisé par Robert Schwentke qui a usé ses fonds de culotte à Hollywood et qui revenait ici dans son pays de naissance pour accoucher d’un métrage en N&B dépeignant à sa manière les dernières heures sombres du IIIème Reich. On en est toujours pas revenu… Enfin pour ceux qui l’ont vu.
On signalera enfin la présence du top d’un lecteur (assidu il va sans dire). Yann Danh, pour ne pas le citer, ouvre en effet la voie d’un invité (de marque) que l’on renouvellera dorénavant chaque année (enfin, on l’espère). Réalisateur du court-métrage plus que remarqué A tout prix et en attendant son premier long, il nous a donc fait l’honneur de partager avec nous/vous ses coups de cœur 2018. À la découverte de son classement, on se dit que l’on a ici le lectorat qui nous va plus que bien 😉

Continuer la lecture de Nos Tops Cinéma 2018

La Mule : Sur la route de Honkytonk Man

À l’intérieur de son 4×4 noir métallisé flambant neuf un homme d’un certain âge sillonne les routes du sud des États-Unis. À la radio, on entend de vieilles mélodies qu’il accompagne de sa voix rocailleuse mais étonnamment entraînante. Elles parlent de la vie, de l’amour et du temps qui passe. Sur le bas-côté, une voiture est à l’arrêt. L’homme décide de se ranger pour voir ce qu’il en est. Une famille est en détresse ne sachant pas changer une roue et à la recherche d’un peu de réseau afin de trouver un tuto sur le web (sic !). L’homme ricane et se propose de porter assistance à ces « négros » certes fort sympathiques mais qui symbolisent que trop à ses yeux les limites de cette époque 2.0. Malaise dans la salle et chez le couple. Le père insistant alors sur la terminologie « black » : « Le mot nègre ne doit plus être utilisé Monsieur. » Petit sourire en coin de Clint Eastwood qu’il prolongera vers la fin de La Mule par un regard caméra d’une rare intensité. Tout le cinéma du dernier géant d’Hollywood tient dans cette cédille de mise en scène en forme justement de regard sans filtre porté ici sur ses contemporains.

Continuer la lecture de La Mule : Sur la route de Honkytonk Man

Midi-Minuit Fantastique Volume 3 : Restauration d’un objet mythique

Le tome 3 (et son DVD, chroniqué un peu plus bas en détails car il contient beaucoup de choses : un documentaire, 6 courts métrages et deux pièces radiophoniques) de cette nouvelle édition Midi-Minuit Fantastique reliée, revue et augmentée est un tome-charnière dans la mesure où il unifie matériellement en un seul format l’ancienne séparation physique entre la première période du petit format (de 1962 à 1966, du n°1 au N°13) et la seconde période grand format (de 1966 à 1971, du n°14 au n°24), séparation qui était assurément gênante pour l’unité d’une bibliothèque. On y découvre pour la première fois, comme dans les deux tomes déjà parus, un certain nombre de documents photographiques en couleurs. Les documents photos ont été pour un grand nombre d’entre eux, re-photographiés à la source : leur définition et leur précision sont donc nettement supérieures à celles de la première édition. Les couvertures d’origine sont soigneusement reproduites afin que les collectionneurs retrouvent immédiatement l’ordre de chaque numéro et son esthétique originale au sein du tome, dans l’ordre de parution.

Continuer la lecture de Midi-Minuit Fantastique Volume 3 : Restauration d’un objet mythique

Le Carrefour du cinéma d’animation, 16ème édition.

La 16ème édition du Carrefour du cinéma d’animation s’ouvre ce mercredi 12 décembre au Forum des Images à Paris. Comme chaque année, ce festival permet d’offrir le panorama le plus ample possible d’une forme cinématographique à laquelle on accorde souvent trop peu de place et qu’on résume à quelques œuvres souvent identiques. Ce sera l’occasion, jusqu’à ce dimanche 16 décembre, de démontrer qu’il n’en est rien en découvrant les dernières productions courtes ou longues avec des films souvent inédits ou peu montrés. Continuer la lecture de Le Carrefour du cinéma d’animation, 16ème édition.