Archives de catégorie : Cinéma

Ailleurs – Entretien avec Gints Zilbalodis

Jeune cinéaste letton de 26 ans, Gints Zilbalodis a déjà à son actif plusieurs courts métrages, animés ou en prises de vues réelles. Ailleurs (retrouvez notre critique ici) est son premier long métrage, onirique, angoissant et prenant, réalisé intégralement seul et en images de synthèse. À défaut de pouvoir le rencontrer pour la sortie de son film dans les salles françaises (à DC on ne rigole avec la distanciation sociale), nous lui avons posé quelques questions par mail sur ses méthodes de travail et ses prochains projets. Questions auxquelles il a eu la gentillesse de nous répondre longuement.  Continuer la lecture de Ailleurs – Entretien avec Gints Zilbalodis

Ailleurs – Le Destin du voyageur

Un paysage désertique en images de synthèse. Des aplats de couleurs minimalistes. Un arbre et un parachutiste aux formes peu détaillées. Une impression de flottement, d’arriver au cœur d’un jeu vidéo au budget limité. Voilà la première image d’Ailleurs dont on ne saura guère plus des tenants et des aboutissants. Magie du cinéma sans parole – courant en animation, surtout dans le court métrage – qui emporte le spectateur dans un monde, un peu à l’image du nôtre mais jamais totalement, dont les mystères ne seront jamais élucidés, pas même dans une résolution aussi mystérieuse que le point de départ. À la manière du héros de la Tortue rouge, nul ne sait d’où il vient, qui il est, pourquoi il est arrivé, où il est, ni ce qu’il fait. Il s’y trouve, veut s’échapper et son trajet débute alors. Ici le cheminement est plus matériel que spirituel contrairement au film de Michael Dudok de Wit mais les deux dimensions ne sont jamais bien loin et font écho l’une avec l’autre. Continuer la lecture de Ailleurs – Le Destin du voyageur

Implacable : Histoire d’un film en devenir

Une fois n’est pas coutume, on va vous parler d’un film que l’on n’a pas vu. Un film même pas tourné, tout juste écrit en fait. Un film pour lequel on est déjà tombé amoureux pour tout vous dire. Son titre c’est Implacable et son futur réalisateur s’appelle Yann Danh. On pourrait s’arrêter là et attendre sa sortie pour revenir vous voir. Après tout, c’est bien là le rôle de passeur que nous nous sommes strictement assignés sur DC. Mais le problème c’est que si Implacable est sur les starting-blocks, il y est depuis 2015. Ce serait trop simple d’en rester là. Et puis ce serait aussi vous priver d’une histoire qui en dit beaucoup de notre production nationale. Petit voyage au centre d’une industrie qui n’a plus le choix.

Continuer la lecture de Implacable : Histoire d’un film en devenir

Les Dents de la mer – Premier blockbuster de l’ère moderne

En cet été 1980, il n’était pas rare de croiser sur une serviette de plage quelque peu recouverte de sable californien, la couverture jaunie et prématurément défraichie par la combinaison fatale soleil – sel marin du livre devenu poche de Peter Benchley. Elle restait toutefois accrocheuse cette couverture puisqu’elle avait avantageusement repris l’affiche du film de Spielberg devenu entre-temps le carton mondial que l’on sait prolongeant par la même occasion la longévité d’un bouquin devenu en 1974  un best-seller instantané. Il était aussi marrant de voir que beaucoup des propriétaires de ces serviettes ensablées ne se mouillaient pas plus qu’un demi orteil laissant les flots tumultueux du pacifique aux seuls surfers du coin qui ne pouvaient que se réjouir d’une telle désaffection de leur air de jeu.  Oui, Les Dents de la mer était à l’orée de cette nouvelle décennie définitivement entrée dans l’imaginaire collectif que l’on appelle dorénavant la Pop Culture.

Continuer la lecture de Les Dents de la mer – Premier blockbuster de l’ère moderne

On regarde quoi ce soir ? : L’Homme sauvage de Robert Mulligan

Au commencement du site on appelait ça la reco couch potato. Soit le film à voir en mode larve de canap. Et des chroniques de ce genre on en a fait quelques unes. Mais après il faut croire qu’on se lasse et puis surtout on ne trouvait pas le titre de rubrique qui claque. Quelque chose qui fasse moins nerdeux boutonneux en pamoison devant le personnage du Baron Vladimir Harkonnen dans le Dune de Lynch. Mais confinement oblige, on s’est dit qu’il fallait réactiver la chose. Et en guise de nouveau titre on a trouvé On regarde quoi ce soir ?
On n’est pas certain que ça claque plus…

Ce qui nous intéresse en fait c’est de vous parler de films qui nous causent, qui nous ont marqués ou qui mériteraient d’être (re)vus sans pour autant chercher à faire dans de la cinéphilie de comptoir où il est plus facile de pérorer des aphorismes la langue pâteuse que de débiter des vérités à même de communiquer notre passion.

Quoi regarder donc le temps d’un soir de confinement (il parait que cela va devenir à la mode) ? Et pourquoi pas en couple, entre potes ou en famille entre deux attaques de virus issus de la mondialisation galopante. On va aussi essayer de vous guider quant à la meilleure façon de le (re)voir tant en DVD qu’en Blu-ray 4K ou non, en téléchargement légale ou illégale (on n’est pas sectaire à DC) ou pourquoi pas s’il devait y avoir un passage en téloche. À l’ancienne quoi. Vous pouvez aussi vous garder cette reco pour vous la mettre derrière l’oreille et la fumer pour plus tard (oui, la chute n’est pas terrible mais on n’a pas trouvé mieux) quand vous aurez acquis votre île déserte une fois la fin du monde actée.

En attendant ce futur glamour, ce soir on vous propose de (re)découvrir

Continuer la lecture de On regarde quoi ce soir ? : L’Homme sauvage de Robert Mulligan