Archives de catégorie : Cinéma

Journal de bord Anderson Falls de Julien Seri – Épisode 3

On est à quelques heures du premier « Moteur, ça tourne, action » de Julien Seri pour son Anderson Falls. Malgré les journées qui doivent être ultra denses, la finale de la CPM, un timing de tournage qui s’annonce de plus en plus serré, il a pris le temps de nous envoyer le texte que nous reproduisons in-extenso ci-dessous. Mais pas que, puisque vous trouverez aussi pas mal de photos ainsi que des petites vidéos prises sur le vif où Julien nous emmène sur quelques uns des décors en cours de repérage de son film.

Continuer la lecture de Journal de bord Anderson Falls de Julien Seri – Épisode 3

Vengeance aux deux visages (1960) : Jack of Spades

Distribué par la Paramount le 30 mars 1961 aux USA, tourné en VistaVision et Technicolor au format 1.85, Vengeance aux deux visages [One-Eyed Jacks] (USA 1960) de Marlon Brando (1924-2004) est son unique film signé en tant que producteur et réalisateur. Son tournage était achevé en 1959 et le montage dura un an. Le copyright au générique chimique d’ouverture (bien plus lisible sur le générique francophone que sur le générique américain original) est sans équivoque à ce sujet puisqu’il mentionne expressément « 1960 ». Il fut pourtant souvent crédité d’une date postérieure inexacte (1961 ou 1962) dans les filmographies et même sur les jaquettes d’anciennes éditions VHS ou DVD. Les jaquettes de la plupart des éditions francophones rajoutent un La au début du titre, avant Vengeance. C’est une modification qui ne correspond pas à l’histoire du cinéma ni à celle de l’exploitation française : historiquement le film est sorti en France ainsi qu’en Belgique sous le titre Vengeance aux deux visages, inscrit sur le générique chimique francophone comme sur les affiches d’époque : la belge (graphiquement magnifique) et la française.

Continuer la lecture de Vengeance aux deux visages (1960) : Jack of Spades

Journal de bord Anderson Falls de Julien Seri – Épisode 2

Pas le temps de comater sous la chaleur parisienne que Julien Seri nous envoie de ses news par mail durant le week-end sur son film en devenir, Anderson falls. On vous retranscrit cela in extenso en se disant quand même qu’on va bientôt pouvoir aussi lui laisser les clés du camion du site tellement il écrit bien le bougre. Et nous de le rejoindre à Los Angeles pour porter les câbles, les dérouler puis les enrouler. Faut pas croire, c’est tout un art porteur de câbles sur un tournage. Et aux États-Unis, faut au moins faire parti d’un Syndicat pour pouvoir le faire… Ah et sinon on vous enjoint aussi à compulser la galerie de photos tout en bas. Photos là-aussi signées Julien Seri furetant au sein de la ville pour trouver les meilleurs spots qui serviront son film. Les clés du camion qu’on vous dit !

Continuer la lecture de Journal de bord Anderson Falls de Julien Seri – Épisode 2

Journal de bord Anderson Falls de Julien Seri – Épisode 1

Coup de tel de Mr X un matin (tôt) : « Salut… tu vas bien ? La famille ? La santé ? Ton chat ? Ah il est mort ! Depuis deux ans ! Ah désolé. Ben écoute j’étais pas mal pris donc pas eu le temps de prendre de tes news. Tu sais ce que c’est. Non. Tu ne sais pas. Oui bon ok je t’appelle aussi pour un truc spécifique. Je dinais hier avec Julien Seri. Et tu ne le sais peut-être pas mais il prépare son prochain film. Et pour cela il va partir 3 mois à Los Angeles. Et je me disais que ça pourrait peut-être t’intéresser de suive cela à distance en relayant photos, vidéos et certaines infos exclusives sur ton site. Une sorte de journal de bord en somme mais à l’attention du plus grand nombre. Heu non je ne te caresse pas dans le sens du poil. Oui je sais que Digital Ciné ce n’est pas Variety. Mais Julien trouve l’idée excellente. Alors, qu’est-ce que tu en penses ? »

Continuer la lecture de Journal de bord Anderson Falls de Julien Seri – Épisode 1

Cannes 2018 – Jour 11 et final : Si Godard avait su…

Cannes 2018 se termine et un dernier passage par la compétition viendra clore cette série d’articles. Avant cela, on ne peut que dire tout le bien que l’on pense des quatre courts-métrages d’animation que l’on a pu découvrir en sélection officielle, à La Quinzaine des réalisateurs et enfin à La Semaine de la critique. Côté prise de vues directes, impossible de savoir si on se souviendra encore des heureux élus dans un mois mais les films animés rafleront probablement la plupart les prix des plus prestigieux festivals à venir.

Continuer la lecture de Cannes 2018 – Jour 11 et final : Si Godard avait su…