Le Pont des Espions

Box Office France du 18 novembre au 08 décembre 2015 : Espion(s), lève-toi !

Très sincèrement on ne pensait pas avoir laissé la rubrique Box office aussi longtemps en jachère. Mea Culpa tout ça tout ça. On va donc faire dans les grandes lignes pour arriver plus rapidement à la dernière semaine. Bon, en gros, il est maintenant évident que 007 Spectre ne battra pas le record d’entrées de la franchise Bond tout récemment détenue en France par Skyfall. Les attentats du 13 novembre sont bien entendu passés par là. C’est dommage mais franchement c’est anecdotique au regard du reste. Et puis James Bond reviendra alors que d’autres non.

Box office top 10 hebdo France du 18 au 24 novembre 2015

Du 18 au 24 novembre

Box office top 10 hebdo France du 25 novembre au 1er décembre 2015Du 25 novembre au 1er décembre

Box office top 10 hebdo France du 02 au 08 décembre 2015Du 2 au 8 décembre

Même constat du côté d’Hunger Games dernier volet qui ne devrait pas aller beaucoup plus loin que 2,8M d’entrées (sauf revival vacances de fin d’année) quand les deux précédents opus dépassaient allègrement les 3M de spectateurs. Le premier n’ayant réalisé pour rappel que 1 763 164 d’entrées. Mais ça c’était parce que Metro n’avait pas assuré. On sera tout de même plus nuancé ici car les aventures de Katniss Everdeen en ont certainement lassé plus d’un et/ou d’une. On est en effet très loin avec cette révolution 2ème partie de l’univers du Loft façon il ne doit en reste qu’un initié au tout début. Là on est plus dans du Machiavel pour les Nuls et aussi con que puisse être le jeune à voter FN, il ne faut pas non plus lui faire prendre des vessies pour des lanternes. Il préférera se taper un bon Replay des Ch’tis à Las Vegas ou pourquoi pas un La France a un incroyable talent. Le jeune.

La même semaine sortait trois autres films qui ont déjà disparu dans les limbes du BO. Macbeth d’abord avec « la Cotillard et l’acteur suédois qu’on voit partout » (© une journaliste qui bosse dans la culture. Propos rapportés par une copine) qui en trois semaines d’exploitation atteint péniblement les 74 836 entrées alors qu’il est sorti sur 101 copies. Crazy Amy ensuite. Le film de Judd Apatow fait bien mieux avec 59 479 entrées sur 104 copies. Désolant. Et enfin Je suis un soldat, le premier long signé Laurent Larivière avec Louise Bourgoin qui réalise à peine 24 122 entrées sur 94 copies. Affligeant. Soit les distributeurs ont lâché prise, soit les français sont des veaux.

La deuxième semaine d’exploitation des films mis en circulation il y a 15 jours a fait aussi très mal. Prenons Les Cowboys qui disparaît déjà à la 12ème place avec une perte de 56% de ses spectateurs pour un cumul somme toute honnête à 164 874 entrées. Pathé avait voulu maintenir sa sortie. Le distributeur a sans doute eu raison mais n’a pas su ou pas voulu entretenir la flamme autour de ce film qui raconte avec beaucoup de pudeur la perte de repères d’une famille dont la cadette a fait le choix de s’enfuir pour embrasser l’islam radical. Certainement par peur d’être taxé d’opportuniste. Et pourtant, voilà un film qui mériterait d’être vu par le plus grand nombre.

De l’autre côté du spectre il y a Le Voyage d’Arlo qui lui ne perd que 23% de ses spectateurs en deuxième semaine. Gageons en effet que le deuxième Pixar de l’année fera une carrière au long cours profitant à plein des vacances de fin d’année qui se profilent déjà. Il semblerait toutefois que les 4 458 115 entrées générés par Vice Versa soient déjà inatteignables. La vérité se situera certainement plus du côté des 2 136 914 entrées de Monstres Academy. Ce qui à la différence de ce qui se dit déjà aux States n’en fera pas le flop annoncé.

Ce qui nous amène gentiment aux arrivées de la semaine dernière dont un Babysitting 2 qui s’empare d’entrée de la première place du box-office réalisant plus du double des entrées générées par le premier volet en première semaine. Certes, la combinaison de copies est plus importante (553 contre 350) mais la transformation attendue est bien là avec une moyenne de 1 449 spectateurs par copie. Il lui reste une deuxième semaine pleine pour ne pas trop faiblir malgré la concurrence (Au Cœur de l’océan et le Lelouch) et avant la déferlante SW7 pour espérer au long cours aller chercher les 2 358 733 entrées de Babysitting.

Du côté du dernier Spielberg, pas certain que Le Pont des Espions se taille une belle place au soleil au sein d’une filmo riche en films à plusieurs millions d’entrées. Il est même assuré qu’il n’ira même pas titiller les déjà quelque peu faiblardes 1 320 425 entrées de Lincoln, son précédent film. La faute certainement à une campagne marketing de la part de la Fox plutôt atone pour ne pas dire très discrète. Dommage car il s’agissait là d’un film assez passionnant et très adulte de la part d’un cinéaste qui nous promet de retomber à nouveau en enfance pour son prochain film.

Mia Madre ne renouvellera pas quant à lui l’exploit des 749 542 entrées d’Habemus Papam, seul film avec La Chambre du fils dans la filmo de Moretti a avoir entrevu la lumière diaphane du million. Les temps actuels sont durs et peu propices à se précipiter dans les salles diront les gens du Pacte. Mais il y a aussi le fait que le film est sorti depuis un bail en Italie et disponible depuis peu en DVD et Blu-ray là-bas. Cela n’explique pas tout mais on s’en serait voulu de ne pas le signaler. Pour autant Mia Madre est bien plus passionnant et profond que la sucrerie Habemus Papam qui n’existait limite que pour son passage à Cannes.

On passera sur Demain qui ne sort à ce moment de l’année que pour surfer sur l’actualité de la Cop21 nonobstant toutes les qualités intrinsèques que recèlent certainement ce documentaire signé entre autre par l’actrice Mélanie Laurent pour passer hors top 10 et se lamenter un peu des malheureux 18 024 entrées cumulées en une semaine par Marguerite & Julien. Pour Valérie Donzelli c’est tout simplement un échec cuisant quand La Guerre est déclarée réalisait 898 424 entrées. Comme quoi un mauvais accueil à Cannes scelle le sort d’un film (remember last year The Search). C’est d’autant plus rageant qu’il s’agit là de son film le plus abouti cinématographiquement parlant. Quelque chose qui fait la synthèse de ses obsessions de cinéma. Pour Wild Bunch c’est le four de l’année pour un film dont le budget annoncé est de 6M d’euros. Il ne reste plus qu’à l’association Promouvoir d’essayer de le faire reclasser en interdiction aux moins de 18 ans pour propos licencieux afin de lui redonner un coup de projecteur…

Ps : le cumul des entrées de cette semaine s’établit à 3 335 516 entrées. À peu de choses près ce que réalisera à lui tout seul SW7. On prend les paris ?

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *