La-prochaine-fois-je-viserai-le-coeur

Box office France du 12 au 18 novembre : Encéphalogramme (presque) plat

Gros trou d’air cette semaine au sein du box office où les films en continuité se cassent littéralement la figure et où les nouveautés ne compensent pas. Résultat, 2 764 456 entrées au total et une semaine à quasi oublier. Avant cela, revue de détails quand même.

Box office France 12 au 18 novembre 2014

Enfin, à oublier peut-être, mais pas pour tout le monde. Il suffit de viser l’excellente moyenne de spectateurs par copie de La prochaine fois je viserai le cœur pour se dire que chez Mars Distribution on doit être plus que satisfait que le troisième long de Cédric Anger ait trouvé son public. Ce qui dans l’absolu était loin d’être gagné. Mais il faut croire que le fait divers dit du « tueur de l’Oise » est resté ancré dans la mémoire collective et que la campagne pourtant assez peu explicite (à dessein on l’espère) ait porté ses fruits. Pour Cédric Anger, il fait déjà mieux ici qu’avec le total d’entrées de ses deux précédents films (L’avocat et Le tueur).

Par contre du côté de [REC] 4 on va avoir du mal à soutenir la comparaison avec les trois premiers. Souffrant sans aucun doute d’une critique assassine ou pour le moins tiède, le retour aux sources de la franchise perpétuée par Jaume Balaguero risque de définitivement plomber les résultats enregistrés en 2014 par la toute jeune association Le Pacte / The Jokers (Raid 2 / Detective Dee II/ Blue Ruin). Un tel démarrage devrait positionner [REC]4 aux alentours de 350 000 entrées max quand le premier opus enregistrait 554 330 entrées sur 170 copies.

Côté films français on trouve d’une part le deuxième long signé par l’actrice Mélanie Laurent. Respire a bénéficié d’une très bonne presse et d’une jolie campagne ciblée orchestrée par Gaumont. Les résultats ne sont pourtant pas tout à fait au rendez-vous. Et si tant est que la vie en salles de Respire ressemble à celui des Adoptés, son premier film, qui perdait plus de 50% de ses spectateurs en deuxième semaine pour un départ quasi similaire et 175 464 entrées à l’arrivée, il n’est donc pas dit que la barre des 200 000 entrées soit même envisageable.

Et d’autre part le dernier né réalisé par Jean-Pierre Améris que l’on avait quitté en bien mauvaise posture avec le catastrophique L’homme qui rit. Avec Marie Heurtin, il semble revenir à un cinéma fait de rencontres improbables qu’il affectionne plus. Mais de rencontre avec le public il n’ y en eu point ou si peu. Il est malheureusement déjà loin le temps des Émotifs anonymes et ses 1 172 146 entrées.

Hors top 10, trois autres nouveautés ne font pas beaucoup mieux si ce n’est Quand vient la nuit qui devrait permettre à son belge de réalisateur de faire mieux que les 91 160 de Bullhead. Pour la Fox il ne s’agissait pas d’une sortie technique sans que pour autant le film soit d’une importance stratégique. Qu’à cela ne tienne, le deuxième long de Michael R. Roskam a bénéficié d’une belle campagne de presse sur laquelle le distributeur s’est largement et intelligemment appuyé.

Pour finir on précisera que Mommy de NDolan vient de passer la barre du million d’entrées. Pas de commentaires.

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *