Julietta - Elle - Image Une Box Office

Box Office France du 18 au 31 mai 2016 : Femmes je vous aime…

Deux semaines en brasse coulée pour notre Box office adorée. Oui ok niveau humour on fait ce que l’on peut. Encore que de toute façon l’on assiste plutôt à une sorte de décrue puisque le total de la période du 18 au 24 mai affiche 2 806 507 entrées alors que la semaine qui vient de s’écouler monte péniblement à 2 793 220 entrées. La faute à la pluie ? À une programmation tristounette ? Un peu des deux ? Le fait est que les X-Men pédalent un peu dans la semoule en perdant 50% de leur spectateur d’une semaine à l’autre. Que Warcraft a beau passer la barre des 1 000 spectateurs par copie, il n’empêche qu’il peine à s’imposer comme le rouleau compresseur de la semaine pouvant emmener le Box office vers les sommets. Et comme en plus derrière il n’y a pas foule au portillon, il ne faut donc pas chercher plus loin la mine un peu chafouine de notre Box office.

Top Box Office du 18 au 24 mai 2016Top 10 – Box Office du 18 au 24 mai 2016

Top Box Office du 25 au 31 mai 2016Top 10 – Box Office du 25 au 31 mai 2016

Déjà, la première semaine de  X-Men : Apocalypse était peu conforme aux attentes surtout si l’on zyeute deux secondes la première semaine du précédent opus intitulé Days of future past qui emmanchait quand même 1 223 166 spectateurs sur 620 copies (21 de moins que Apocalypse pour précision). Bref, pas de quoi fanfaronner d’autant que la deuxième semaine n’affichait qu’une perte de 21% de ses spectateurs. Autant dire que ce troisième épisode du reboot de la franchise ne va pas voler bien haut, bien plombé il est vrai par des retours critiques et spectateurs peu enthousiastes. Ça tombe bien on l’a pas vu et n’a pas envie de s’y frotter. Et de toute façon à ce rythme là ce n’est même pas dit que l’ensemble puisse se téléporter au-delà des 2M d’entrées comme avait pu le faire le premier épisode dit First Class dont la première semaine à 937 704 entrées sur 687 copies pâtissait pourtant des naufrages artistiques que furent X-Men Origins : Wolverine et The Last Stand.

L’autre nouveauté de la semaine du 18 mai était Julieta qui totalise en 14 jours un peu moins de 400 000 entrées. Ce qui ne devrait pas permettre au dernier Almodovar d’espérer faire beaucoup mieux que 550 / 600 000 entrées max. Ce qui confirme au demeurant l’érosion inéluctable de l’intérêt suscité par le cinéaste espagnol en France. Il est loin en effet le temps des 2 349 220 entrées de Volver sorti en 2006 et qui reste aujourd’hui son plus beau succès de par chez nous. Depuis il y a eu chronologiquement Étreintes brisées (924 644 entrées), La Piel que habito (760 478 entrées) et Les Amants passagers (534 131 entrées). Comme une sorte de lassitude ?

On ne reviendra pas sur Warcraft, excroissance purulente d’un état du cinéma qui fait de plus en plus peur qu’on laissera à ceux qui de toute façon ne nous lisent pas, pour aborder le Elle de Verhoeven annoncé partout comme un gros succès public. On veut bien mais 213 665 entrées sur 290 copies, nous on aurait tendance à classer cela au niveau d’un succès d’estime, certainement un peu au-dessus de ce qu’un film d’auteur médian français serait en droit d’attendre au Box office, mais en aucun cas un raz-de-marée de spectateurs emportant tout sur son passage. Il faudra de toute façon attendre de voir la deuxième semaine pour constater si le bouche à oreille prend permettant à Elle de franchir le rubicon de l’entre soit se situant entre les 500 000 et 1M d’entrées. Et d’ailleurs, plus on se rapprochera de cette barre symbolique et plus on pourra en effet pérorer de la belle tenue du film. Quant à Verhoeven, il s’assure tout de même ici un meilleur score que les 129 495 entrées de Black Book, film pourtant d’une autre tenue et aux ambitions autrement plus élevées.

Et puis la dernière nouveauté de la semaine se nomme Joyeuses fêtes des mères dont tout le monde se fout apparemment (le film hein ! Pas ma maman). Son réalisateur, le vieux briscard Garry Marshall, semble prendre plaisir depuis quelque temps à nous pondre des rom com à la con qui ont pour fil conducteur une fête où il faut acheter des cadeaux histoire de renflouer les caisses du capitalisme. Il semblerait que la formule s’évente quelque peu car là on sera loin du million de Valentine’s Day, voire même des 540 798 entrées de Happy New Year. De toute façon, UGC l’a sorti sans trop y croire rappelant tout de même sur l’affiche que l’on avait affaire au réal de Pretty Woman (4 031 213 entrées . Et ouais !).

Pour le reste, on vous laisse parcourir les tableaux ci-dessus et comme il y a pas grand chose de très excitant au-delà du top 10, on ferme le banc. Bien à vous tous.

  Lâchez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *